10
Accueil

Un espace qui recherche les hommes et les femmes de culture.

pseudo : rachidyahou
Nombre de visites : 83563

Date de création :
dimanche 19 juin 2005

Voter pour cet espace

CIVILISATION
INTERVIEW
ASTRONOMIE
ACTUALITES
ECONOMIE
ANTIQUITE
PHILOLOGIE
SPORT
SANTE
RELIGIONS
POLITIQUE
KASSI.BOOK.FR : FIGURANTE

FLAVIEN KOBDIGUE-(CHANTEUR TCHADIEN)
FLAVIEN KOBDIGUE: OR THE BEAUTIFUL SONG OF Chadian-(Rachid YAHOU) RACHID YAHOU: - you Present at our readers. FLAVIEN KOBDIGUE: - I am called Flavien KOBDIGUE, alias KAAR KAAS SONN. Born in 1973 in Sarh - Chad. I live Laval, in Mayenne (53) RACHID YAHOU: - Why to have chosen the music (this discipline)? FLAVIEN KOBDIGUE: - It is the love of the writing which pushed me with the song. I sing not to die... RACHID YAHOU: - can you recall us your course? FLAVIEN KOBDIGUE: - I started to write my first texts of song in 1994 whereas I was with the FAC. But the studies were of primary importance. Then, I entered with the ENA to become civil servant. In 1999, I represented my country with QUESTIONS FOR a CHAMPION and Julien LEPERS made me sing following my elimination. Of return to Chad, people had seen me singing with tele. And since then, I sing regularly. RACHID YAHOU: - How do you judge your production? FLAVIEN KOBDIGUE: - My production is prolix. It dissociates others by its originality. I do not want to make like everyone. I am my way and write what the life inspires to me. RACHID YAHOU: - Your opinion on the current state of the discipline which you chose. FLAVIEN KOBDIGUE: - the music advances, with its tops and its bottoms. But I believe that there is place for everyone. It is enough that there is something inside which attracts people. Who speaks to people. RACHID YAHOU: - do you Have projects? FLAVIEN KOBDIGUE: - I will leave my disc from here March February. RACHID YAHOU: - How did you begin? FLAVIEN KOBDIGUE: - By the writing. The desire for communicating with the others. RACHID YAHOU: - the motivations which pushed you there? FLAVIEN KOBDIGUE: - I am a survivor of the wars of Chad. I do not know how nor why I survived all that. I want to testify it. So that that never returns. RACHID YAHOU: - were you helped so yes by which? FLAVIEN KOBDIGUE: - I work with the support of several people. Thanks to them, I advance. I think in particular of Isabelle DHORDAIN of France Inter and his charming team. I think of Patrick of FIP. Helene HAZERA of France Culture, who listened to me with the Festival of the HUMA and then invited me in its Chanson emission BANG. There are the parents. Friends. It is formidable. There are you same in this moment! RACHID YAHOU: - a good memory? FLAVIEN KOBDIGUE: - the day when I bought a guitar at the flea market of Montreuil! It was super!!! I did not imagine to be able to buy a guitar one day. Because in Chad, it is sometimes useless - or impossible to dream. RACHID YAHOU: - a bad memory? FLAVIEN KOBDIGUE: - There is so much. However, I do not retain the bad memories. Only the good things are worth the sorrow to have a place in my heart. In my memory. RACHID YAHOU: - councils to be lavished? FLAVIEN KOBDIGUE: - I do not like to give councils. Only the experiment forms. RACHID YAHOU: - optimistic Etes you? so yes why? FLAVIEN KOBDIGUE: - If I cease having optimism, it is that I cease believing in the man. However the man is the center of all. RACHID YAHOU: - do you Encounter financial or different problems? FLAVIEN KOBDIGUE: - Like much of people, I did not sit financially well. And sometimes, that can pose problem. As for the remainder, I advance where my feet lead me. RACHID YAHOU: - Your representations? FLAVIEN KOBDIGUE: - I like to play. I make very often beautiful meetings there. RACHID YAHOU: - the origin of your success. - I work enormously. And that ends up paying. It is necessary to believe in it too. RACHID YAHOU: The word of the end. FLAVIEN KOBDIGUE: - I thank you for giving the opportunity to me to make the knowledge of those which read you. The man is the center of all. I wish you one year of peace. Peace! Sizeable greetings. RACHID YAHOU gdekabylie@yahoo.Fr RACHID YAHOU: - Apresentam aos nossos leitores. FLAVIEN KOBDIGUE: OU A BONITA CANÇÃO DO CHADIANO (RACHID YAHOU) FLAVIEN KOBDIGUE: chama-me Flavien KOBDIGUE, pseudónimo KAAR KAAS SEU. Nascido em 1973 à Sarh - Chade. Habito Laval, Mayenne (53) RACHID YAHOU: - Porque ter escolhido a música (esta disciplina)? FLAVIEN KOBDIGUE: - É o amor da escrita que empurrou-me à canção. Canto para não morrer… RACHID YAHOU: - Podem reconstituir-nos o vosso percurso? FLAVIEN KOBDIGUE: - Comecei a escrever os meus primeiros textos de canção em 1994 enquanto que estava fac. Mas os estudos eram primordiais. Seguidamente, entrei ENA para tornar-se funcionário. Em 1999, representava o meu país à PERGUNTAS PARA um CAMPEÃO e Julien LEPERS fez-me de cantar na sequência da minha eliminação. De regresso no Chade, as pessoas tinham-me visto cantar ao tele. E desde então, canto regularmente. RACHID YAHOU: - Como julgam a vossa produção? FLAVIEN KOBDIGUE: - A minha produção é prolixa. Démarque dos outro pela sua originalidade. Não quero fazer como todos. Sou o meu caminho e escrevo que inspira-me a vida. RACHID YAHOU: - O vosso parecer sobre o estado actual de disciplina que escolheu. FLAVIEN KOBDIGUE: - A música avança, com as suas partes superiores e as suas partes inferiores. Mas creio que há do lugar para todos. É suficiente que haja algo interior que atrai as pessoas. Quem fala às pessoas. RACHID YAHOU: - Têm projectos? FLAVIEN KOBDIGUE: vai sair o meu disco até Fevereiro de Março. RACHID YAHOU: - Como começaram? FLAVIEN KOBDIGUE: - Pela escrita. O desejo de comunicar com os outros. RACHID YAHOU: motivações que houve? FLAVIEN KOBDIGUE: é um sobrevivente das guerras da Chade. Não sei como nem porque sobrevivi à qualquer aquilo. Quero testemunhá-lo. De modo que aquilo retorne nunca. RACHID YAHOU: - Foi ajudada assim sim por que? FLAVIEN KOBDIGUE: trabalha com o apoio de várias pessoas. Graças a elas, avanço. Penso nomeadamente à Isabelle DHORDAIN da França inter e a sua equipa charmante. Penso à Patrick de FIP. Hélène HAZERA da França Cultura, que ouviu-me à Festa ENGULIU-ME e convidou seguidamente na sua emissão Canção EXPLOSÃO. Há os pais. Os amigos. É formidável. Há-os mesmos neste momento! RACHID YAHOU: - Uma boa lembrança? FLAVIEN KOBDIGUE: - O dia em que comprei uma guitarra ao mercado às pulgas de Montreuil! Era super!!! Não imaginava poder comprar uma guitarra um dia. Porque no Chade, é às vezes inútil - ou impossível sonhar. RACHID YAHOU: - Uma má lembrança? FLAVIEN KOBDIGUE: lá tem tanto. Contudo, não retenho as más lembranças. Só as boas coisas valem a penalidade de ter um lugar no meu coração. Na minha memória. RACHID YAHOU: - Conselhos a prodigalizarem? FLAVIEN KOBDIGUE: não gosta de dar conselhos. Só a experiência forma. RACHID YAHOU: - Verões optimista? se sim porque? FLAVIEN KOBDIGUE: - Se cesso ter optimismo, é que cesso crer no homem. Ora o homem é o centro de todo. RACHID YAHOU: - Encontram problemas financeiros ou outros? FLAVIEN KOBDIGUE: - Como muitas pessoas, financeiramente não estou sentado bem. E às vezes, aquilo pode colocar problemas. Quanto ao resto, avanço onde os meus pés conduzem-me. RACHID YAHOU: - As vossas representações? FLAVIEN KOBDIGUE: - Gosto de brincar. Há muito frequentemente bonitos encontros. RACHID YAHOU: - A origem do vosso sucesso. trabalha imensamente. E aquilo termina por pagar. Haver também. RACHID YAHOU: A palavra do fim. FLAVIEN KOBDIGUE: agradece-os dar-me a ocasião de fazer o conhecimento deos que lêem-nos. O homem é o centro de todo. Mim vocês desejo WARNING: SYSTRAN did not translate the document entirely. The document exceeds the maximum size allowed by the solution.(4096 bytes for plain text) e une année de paix. Peace ! Salutations respectables. RACHID YAHOU gdekabylie@yahoo.fr FLAVIENKOBDIGUE: 또는Chadian-(Rachid(RachidYAHOU의 아름다운 노래) RACHIDYAHOU: - 너는 우리의 독자에 선물한다. FLAVIENKOBDIGUE: - 나는Flavien이라고KOBDIGUE부른다, 별명으로KAARKAASSONN. Sarh- 차드안에1973년에 품는. 나는Laval살n다, Mayenne(53)안에 RACHIDYAHOU: - 음악 (이 분야)을 선택하는가 위하여 왜? FLAVIENKOBDIGUE: - 노래에 나를 밀n 쓰기의 사랑 이다. 나는 죽지 않기 위하여... 노래한다 RACHIDYAHOU: - 너는 너의 과정 우리들을 되불러 좋은가? FLAVIENKOBDIGUE: - 나가FAC에 이었 이지만 나는1994년에 노래의 나의 첫번째 원본을 쓴것을 시작했다. 그러나 학문은 1 차 중요성의 이었다. 그때, 나는ENA에 공무원이 되기 위하여 들어갔다. 1999년에, 나는 전사를 위해 질문에 나의 나라를 대표하고Julien나병환자는 나에 나의 제거의 따르를 노래한. 차드에 반환의, 사람은 나를tele에 노래 봤었다. 그리고 그때 이래, 나는 일정하게 노래한다. RACHIDYAHOU: - 너는 어떻게 너의 생산을 재판하는가? FLAVIENKOBDIGUE: - 나의 생산은 장황하다. 그것은 그것의 독창성에 의하여 다른 사람을 해리한다. 나는 모두같이 만들 싶지 않는다. 나는 나의 방법 이고 생활이 나에게 고무시키는 것을 쓴다. RACHIDYAHOU: - 너가 선택한 분야의 현 상태에 너의 의견. FLAVIENKOBDIGUE: - 음악은 전진한다, 그것의 정상 및 그것의 바닥에. 그러나 모두를 위해 장소 있는 고 나는 믿는다. 무언가 사람을 끌는 안 있는다 고 그것은 이젠 그만 이다. 말하는 까 누구가 사람에게. RACHIDYAHOU: - 너는 계획사업이 있는가? FLAVIENKOBDIGUE: - 나는 여기 3 월 2월에서 나의 원판을 남겨둘 것이다. RACHIDYAHOU: - 너는 어떻게 시작했는가? FLAVIENKOBDIGUE: - 쓰기에 의하여 -. 다른 사람에 교통을 위해 욕망. RACHIDYAHOU: - 너를 거기서 밀n 동기부여? FLAVIENKOBDIGUE: - 나는 차드의 전쟁의 생존자 이다. 나가 모든 저것 살아난 까 왜 나는 라고도 아니다 모른다. 나는 그것을 증언하고 싶는다. 저것이 결코 돌려보내지 않는다 하기 위하여. RACHIDYAHOU: - 너는 돕 이렇게 예스 이었는가? FLAVIENKOBDIGUE: - 나는 몇 사람의 지원을 사용한다. 그들에 감사, 나는 전진한다. 나는 간 프랑스와 그의 매력적인 팀의IsabelleDHORDAIN의 특히 생각한다. 나는FIP의 패트릭의 생각한다. 프랑스 문화의HeleneHAZERA, 듣고 그때 까 누구가HUMA의 축제에 나를 그것의Chanson방출 강타안에 나를 초대했다. 근원 있는다. 친구. 그것은 강하다. 너 이 순간안에 동일물 있는다! RACHIDYAHOU: - 좋은가 기억? FLAVIENKOBDIGUE: - 나가Montreuil의 벼룩 시장에 기타를 산 일! 그것은 최고 이었다!!! 기타를 1 일 산 나는 상상하지 않았다. 차드안에 때문에, 때때로 무익하다 - 또는 꿈꾸게 불가능한. RACHIDYAHOU: - 나쁜가 기억? FLAVIENKOBDIGUE: - 순전히 있는다. 그런데, 나는 나쁜 기억을 유지하지 않는다. 나의 심혼안에 장소가 있기 위하여 단 좋은 것에는 비애를 가치가 있는다. 나의 기억안에. RACHIDYAHOU: - 아낌 없이 줄 것인가 회의? FLAVIENKOBDIGUE: - 나는 회의를 주고 싶지 않는다. 단 실험은 형성한다. RACHIDYAHOU: - 낙관하는가Etes너? 이렇게 그렇다 왜? FLAVIENKOBDIGUE: - 나는 낙천주의가 있는 정지하면, 나가 남자를 믿는 정지한다 고 이다. 그런데 남자는 모두의 센터 이다. RACHIDYAHOU: - 너는 재정 적이고 다른가 문제를 조우하는가? FLAVIENKOBDIGUE: - 사람의 다량 -, 나는 재정적으로 잘 앉지 않았다. 그리고 때때로, 저것은 문제를 제기할 수 있는다. 나머지에 관해서는, 나의 발이 나를 지도하는 곳에 나는 전진한다. RACHIDYAHOU: - 너의 대표? FLAVIENKOBDIGUE: - 나는 놀 싶는다. 나는 아주 수시로 아름다운 회의를 거기서 만들n다. RACHIDYAHOU: - 너의 성공의 원천. - 나는 거대하게 일한다. 그리고 저 위로 지불을 끝낸다. 그것을 너무 믿는것은 필요하다. RACHIDYAHOU: 끝의 낱말. FLAVIENKOBDIGUE: - 너를 읽는 그들의 지견을 만들는 나는 나에게 기회를 주기를 위해 너를 감사한다. 남자는 모두의 센터 이다. 나는 너에게 평화의 1 년을 바란다. 평화! 꽤 큰 인사. RACHIDYAHOU gdekabylie@yahoo.프랑 FLAVIEN KOBDIGUE: OU a CANÇÃO BONITA de Chadian- (Rachid YAHOU) RACHID YAHOU: - você presente em nossos leitores. FLAVIEN KOBDIGUE: - Eu sou chamado Flavien KOBDIGUE, aliás KAAR KAAS SONN. Carregado em 1973 em Sarh - República do Tchad. Eu vivo Laval, em Mayenne (53) RACHID YAHOU: - Por que ter escolhido a música (esta disciplina)? FLAVIEN KOBDIGUE: - É o amor da escrita que me empurrou com a canção. Eu canto para não morrer… RACHID YAHOU: - pode você recordar-nos seu curso? FLAVIEN KOBDIGUE: - Eu comecei escrever meus primeiros textos da canção em 1994 visto que eu era com o FAC. Mas os estudos eram da importância preliminar. Então, eu entrei com o ENA para transformar-se empregado civil. Em 1999, eu representei meu país com as PERGUNTAS PARA um CAMPEÃO e os LEPERS de Julien fizeram-me cantar seguir meu elimination. Do retorno a República do Tchad, os povos tinham-me visto cantar com tele. E desde então, eu canto regularmente. RACHID YAHOU: - Como você julga sua produção? FLAVIEN KOBDIGUE: - Minha produção é prolix. Dissociates outra por seu originality. Eu não quero fazer como todos. Eu sou minha maneira e escrevo o que a vida me inspira. RACHID YAHOU: - Sua opinião no estado atual da disciplina que você escolheu. FLAVIEN KOBDIGUE: - os avanços da música, com seus altos e seus fundos. Mas eu acredito que há um lugar para todos. É bastante que há algo o interior que atrai povos. Quem fala aos povos. RACHID YAHOU: - você tem projetos? FLAVIEN KOBDIGUE: - Eu deixarei meu disco aqui de março fevereiro. RACHID YAHOU: - Como você começou? FLAVIEN KOBDIGUE: - Pela escrita. O desejo para comunicar-se com o outro. RACHID YAHOU: - os motivations que o empurraram lá? FLAVIEN KOBDIGUE: - Eu sou um sobrevivente das guerras de República do Tchad. Eu não sei como nem porque eu sobrevivi todo o isso. Eu quero testify a. De modo que isso nunca retorne. RACHID YAHOU: - era você assim o yes ajudado por que? FLAVIEN KOBDIGUE: - Eu trabalho com a sustentação de diversos povos. Agradecimentos a eles, eu avanço. Eu penso no detalhe de Isabelle DHORDAIN de France Inter e de sua equipe charming. Eu penso de Patrick do PLF. Helene HAZERA da cultura de France, que me escutou com o Festival do HUMA e então convidou-me em seu ESTRONDO da emissão de Chanson. Há os pais. Amigos. É formidable. Há você mesmos neste momento! RACHID YAHOU: - uma memória boa? FLAVIEN KOBDIGUE: - o dia em que eu comprei uma guitarra no mercado de pulga de Montreuil! Era super!!! Eu não imaginei compro uma guitarra um dia. Porque em República do Tchad, é às vezes inútil - ou impossível sonhar. RACHID YAHOU: - uma memória má? FLAVIEN KOBDIGUE: - Há tanto. Entretanto, eu não retenho as memórias más. Somente as coisas boas valem a pena o sorrow para ter um lugar em meu coração. Em minha memória. RACHID YAHOU: - conselhos a ser dados? FLAVIEN KOBDIGUE: - Eu não gosto de dar conselhos. Somente os formulários da experiência. RACHID YAHOU: - Etes optimistic você? assim sim por que? FLAVIEN KOBDIGUE: - Se eu cessar de ter o optimism, é que eu cesso de acreditar no homem. Entretanto o homem é o centro de tudo. RACHID YAHOU: - você encontra problemas financeiros ou diferentes? FLAVIEN KOBDIGUE: - Como muito dos povos, eu não me sentei financeira bem. E às vezes, isso pode pose o problema. Quanto para ao restante, eu avanço aonde meus pés me conduzem. RACHID YAHOU: - Suas respresentações? FLAVIEN KOBDIGUE: - Eu gosto de jogar. Eu faço reuniões muito frequentemente bonitas lá. RACHID YAHOU: - a origem de seu sucesso. - Eu trabalho enormemente. E que extremidades que pagam acima. É necessário acreditar demasiado nele. RACHID YAHOU: A palavra da extremidade. FLAVIEN KOBDIGUE: - Eu agradeço-o dando a oportunidade a mim de fazer o conhecimento daqueles que o lêem. O homem é o centro de tudo. Eu desejo-lhe um ano da paz. Paz! Cumprimentos Sizeable. RACHID YAHOU gdekabylie@yahoo. Franco FLAVIEN KOBDIGUE: O LA BELLA CANZONE DEL TCHADIEN-(RACHID YAHOU) RACHID YAHOU: - Presentate ai nostri lettori. FLAVIEN KOBDIGUE: - Chiamo Flavien KOBDIGUE, ALIAS KAAR KAAS SONN. Nato nel 1973 a Sarh - Ciad. Abito Laval, in Mayenne (53) RACHID YAHOU: - Perché avere scelto la musica (questa disciplina)? FLAVIEN KOBDIGUE: - È l'amore della scrittura che la ha spinta alla canzone. Canto per non morire... RACHID YAHOU: - Potete illustrarci il vostro percorso? FLAVIEN KOBDIGUE: - Ho iniziato a scrivere i miei primi testi di canzone nel 1994 mentre ero al fac. Ma gli studi erano primordiali. In seguito, sono entrato alla ENA per diventare funzionario. Nel 1999, rappresentavo il mio paese a QUESTIONI PER un CAMPIONE e Julien LEPERS mi ha fatto cantare a seguito della mia eliminazione. Di ritorno in Ciad, la gente lo aveva visto cantare al tele. E da allora, canto regolarmente. RACHID YAHOU: - Come giudicate la vostra produzione? FLAVIEN KOBDIGUE: - La mia produzione è prolixe. Si toglie il marchio degli altri con la sua originalità. Non voglio fare come tutti. Sono il mio cammino e scrivo ciò che mi ispira la vita. RACHID YAHOU: - Il vostro parere sullo stato attuale della disciplina che avete scelto. FLAVIEN KOBDIGUE: - La musica avanza, con le sue cime ed i suoi fondi. Ma credo che ci sia del posto per tutti. Basta che ci sia qualcosa dentro che attira la gente. Chi parla alla gente. RACHID YAHOU: - Avete progetti? FLAVIEN KOBDIGUE: - Farò uscire il mio disco da qui a febbraio marzo. RACHID YAHOU: - Come avete cominciato? FLAVIEN KOBDIGUE: - Con la scrittura. Il desiderio di comunicare con gli altri. RACHID YAHOU: - Le motivazioni che ve li hanno spinti? FLAVIEN KOBDIGUE: - Sono un rescapé delle guerre del Ciad. Non so come né perché sono sopravvissuto a tutto quello. Voglio testimoniarlo. Affinché ciò non ritorni mai. RACHID YAHOU: - Siete stati aiutati così sì con che? FLAVIEN KOBDIGUE: - Lavoro con l'appoggio di molte persone. Grazie ad esse, avanzo. Penso in particolare ad Isabelle DHORDAIN della Francia Inter ed il suo gruppo charmante. Penso a Patrick de FIP. Elena HAZERA della Francia cultura, chi lo ha ascoltato alla festa di LA FIUTÒ ed ha invitato in seguito nella sua emissione canzone ESPLOSIONE. Ci sono i genitori. Gli amici. È arduo. Ci li sono stessi attualmente! RACHID YAHOU: - Una buona memoria? FLAVIEN KOBDIGUE: - Il giorno dove ho comperato una chitarra al mercato alle pulci di Montreuil! Era!!! eccellenti Non immaginavo potere comperare una chitarra un giorno. Poiché al Ciad, è a volte inutile - o impossibile - sognare. RACHID YAHOU: - Una cattiva memoria? FLAVIEN KOBDIGUE: - Ne ce n'è così tanto. Tuttavia, non prendo in considerazione le cattive memorie. Solo le buone cose valgono la pena di avere un posto nel mio cuore. Nella mia memoria. RACHID YAHOU: - Consigli da prodigare? FLAVIEN KOBDIGUE: - Non gradisco emettere consigli. Solo l'esperienza forma. RACHID YAHOU: - Etes ottimista? se sì perché? FLAVIEN KOBDIGUE: - Se cesso di avere ottimismo, è che cesso di credere nell'uomo. Ma l'uomo è il centro di tutto. RACHID YAHOU: - Incontrate problemi finanziari o altri? FLAVIEN KOBDIGUE: - Come molte persone, non mi siedo. Ed a volte, quello può porre problemi. Quanto al resto, avanzo dove i miei piedi lo conducono. RACHID YAHOU: - Le vostre rappresentazioni? FLAVIEN KOBDIGUE: - Gradisco giocare. Vi faccio molto spesso belle riunioni. RACHID YAHOU: - L'origine del vostro successo. - Lavoro enormemente. E quello finisce per pagare. Occorre credervi anche. RACHID YAHOU: La parola della fine. FLAVIEN KOBDIGUE: - Li prego di darmi l'occasione di fare la conoscenza di quelli che li leggono. L'uomo è il centro di tutto. Vi desidero un anno di pace. Peace! Saluti respectables. RACHID YAHOU gdekabylie@yahoo.Fr FLAVIEN KOBDIGUE: O LA BONITA CANCIÓN DEL TCHADIEN-(RACHID YAHOU) RACHID YAHOU: - Presentan a nuestros lectores. FLAVIEN KOBDIGUE: - Me llamo a Flavien KOBDIGUE, ALIAS KAAR KAAS SONN. Nacido en 1973 a Sarh - el Chad. Vivo Laval, en Mayenne (53) RACHID YAHOU: ¿- ¿ Por qué haber elegido la música (esta disciplina)? FLAVIEN KOBDIGUE: - Es el amor de la escritura que lo promovió la canción. Canto para no morir... RACHID YAHOU: ¿- Pueden describirnos su curso? FLAVIEN KOBDIGUE: - Comencé a escribir mis primeros textos de canción en 1994 mientras que estaba al FAC. Pero los estudios eran primordiales. A continuación, entré al ENA para convertirse en funcionario. En 1999, representaba mi país a CUESTIONES PARA un CAMPEÓN y Julien LEPERS me hizo cantar tras mi eliminación. De vuelta al Chad, la gente lo había visto cantar al tele. Y desde entonces, canto regularmente. RACHID YAHOU: ¿- Cómo juzgan su producción? FLAVIEN KOBDIGUE: - Mi producción es prolija. Se salda de los otro por su originalidad. No quiero hacer como todo el mundo. Soy mi camino y escribo lo que me inspira la vida. RACHID YAHOU: - Su dictamen sobre el estado actual de disciplina que eligieron. FLAVIEN KOBDIGUE: - La música avanza, con sus cumbres y sus partes bajas. Pero creo que hay del lugar para todo el mundo. Basta que haya algo dentro que atrae a la gente. Quién habla a la gente. RACHID YAHOU: ¿- Tienen proyectos? FLAVIEN KOBDIGUE: - Voy a sacar mi disco de aquí a febrero marzo. RACHID YAHOU: ¿- Cómo comenzaron? FLAVIEN KOBDIGUE: - Por la escritura. El deseo de comunicar con otros. RACHID YAHOU: ¿- Las motivaciones que hay? FLAVIEN KOBDIGUE: - Soy un superviviente de las guerras del Chad. No sé cómo ni porqué he sobrevivido a todo eso. Quiero darlo prueba. Para que eso vuelva de nuevo nunca. RACHID YAHOU: ¿- Se te ayudó en caso afirmativo por que? FLAVIEN KOBDIGUE: - Trabajo con el apoyo de varias personas. Gracias ellas, avanzo. Pienso, en particular, a Isabelle DHORDAIN de Francia inter y su equipo encantador. Pienso a Patrick de FIP. Hélène HAZERA de Francia Cultura, quién lo escuchó a la Fiesta de ME INHALÓ y me invitó a continuación en su emisión Canción EXPLOSIÓN. Hay los padres. Los amigos. Es formidable. ¡Hay mismos les actualmente! RACHID YAHOU: ¿- Un buen recuerdo? FLAVIEN KOBDIGUE: ¡- El día en que compré una guitarra al mercado a las pulgas de Montreuil! Era superes!!! No me imaginaba poder comprar una guitarra un día. Ya que en el Chad, es a veces inútil - o imposible - soñar. RACHID YAHOU: ¿- Un mal recuerdo? FLAVIEN KOBDIGUE: - Allí tiene tanto. Sin embargo, no retengo los malos recuerdos. Sólo las buenas cosas valen la pena tener un lugar en mi corazón. En mi memoria. RACHID YAHOU: ¿- Consejos que deben prodigarse? FLAVIEN KOBDIGUE: - Me no gusta dar consejos. Sólo la experiencia forma. RACHID YAHOU: ¿- Etes optimista? ¿en caso afirmativo por qué? FLAVIEN KOBDIGUE: - Si dejo de tener optimismo, es que dejo de creer en el hombre. Ahora bien el hombre es el centro de todo. RACHID YAHOU: ¿- Encuentran problemas financieros u otros? FLAVIEN KOBDIGUE: - Como muchas personas, no se me no sienta bien financieramente. Y a veces, eso puede plantear problema. En cuanto al resto, avanzo dónde mis pies me conducen. RACHID YAHOU: ¿- Sus representaciones? FLAVIEN KOBDIGUE: - Me gusta jugar. Hay muy a menudo bonitos encuentros. RACHID YAHOU: - El origen de su éxito. - Trabajo enormemente. Y eso termina por pagar. Hay también. RACHID YAHOU: La palabra del final. FLAVIEN KOBDIGUE: - Les agradezco que me dé la ocasión de hacer el conocimiento de los que lo leen. El hombre es el centro de todo. Les deseo un año de paz. ¡Peace! Saludos respetables. RACHID YAHOU gdekabylie@yahoo.fr FLAVIEN KOBDIGUE: OF HET MOOIE LIED VAN TCHADIEN-(RACHID YAHOU) RACHID YAHOU: - Presenteert u aan onze lezers. FLAVIEN KOBDIGUE: - Ik noem me Flavien KOBDIGUE, ALIAS KAAR KAAS SONN. Ontstaan in 1973 uit Sarh - Tsjaad. Ik woon Laval, in Mayenne (53) RACHID YAHOU: - Waarom de muziek (deze discipline) gekozen hebben? FLAVIEN KOBDIGUE: - Het is de liefde van het schrift dat me aan het lied heeft geduwd. Ik zing om niet te sterven... RACHID YAHOU: - Kunt u ons uw traject beschrijven? FLAVIEN KOBDIGUE: - Ik ben beginnen mijn eerste teksten van lied in 1994 te schrijven terwijl ik aan fac was. Maar de studies waren primordiaal. Vervolgens ik ben aan ENA ingegaan om ambtenaar te worden. In 1999 ik vertegenwoordigde mijn land aan VRAGENEN VOOR een KAMPIOEN en Julien LEPERS heeft me na mijn verwijdering laten zingen. Van terugkeer in Tsjaad, de mensen aan televisie hadden me zien zingen. En sindsdien, ik zing regelmatig. RACHID YAHOU: - Hoe oordeelt u uw productie? FLAVIEN KOBDIGUE: - Mijn productie is wijdlopig. Zij prijst zich van de anderen door haar originaliteit af. Ik wil niet als iedereen doen. Ik ben mijn weg en schrijf wat me het leven inspireert. RACHID YAHOU: - Uw advies over de huidige stand van de discipline die u hebt gekozen. FLAVIEN KOBDIGUE: - De muziek gaat vooruit, met zijn toppen en zijn onderkanten. Maar ik geloof dat hij er van de plaats voor iedereen heeft. Het voldoet dat er iets binnen is die de mensen aantrekt. Wie spreekt met de mensen. RACHID YAHOU: - Hebt u projecten? FLAVIEN KOBDIGUE: - Ik ga mijn schijf vóór februari maart weggaan. RACHID YAHOU: - Hoe u bent begonnen? FLAVIEN KOBDIGUE: - Door het schrift. De lust om met de anderen mee te delen. RACHID YAHOU: - De motivatie die u er heeft geduwd? FLAVIEN KOBDIGUE: - Ik ben rescapé van de oorlogen van Tsjaad. Ik weet niet hoe noch waarom ik alle dat heb overleefd. Ik wil het getuigen. Opdat dat ooit terugkomt. RACHID YAHOU: - Werd u zo ja geholpen waar door? FLAVIEN KOBDIGUE: - Ik werk met de steun van verschillende personen. Dank zij hen, ik ga vooruit. Ik denk met name aan Isabelle DHORDAIN van Frankrijk tussen en zijn leuk team. Ik denk aan Patrick van FIP. Helene HAZERA van Frankrijk Cultuur, wie aan het Feest van HUMA en me heeft uitgenodigd vervolgens in zijn uitzending Lied EXPLOSIE heeft me geluisterd. Er zijn de ouders. De vrienden. Het is geweldig. Er is zelfde u momenteel! RACHID YAHOU: - Een goede herinnering? FLAVIEN KOBDIGUE: - De dag waarop ik een guitaar aan de markt aan de chips van Montreuil heb gekocht! Het was prima!!! Ik stelde me niet een guitaar te kunnen voor kopen een dag. Want in Tsjaad, het is soms nutteloos - of onmogelijk - om te dromen. RACHID YAHOU: - Een slechte herinnering? FLAVIEN KOBDIGUE: - Er zijn erover zo. Nochtans ik houd de slechte herinneringen niet tegen. Enkel de goede dingen gelden de straf om een plaats in mijn hart te hebben. In mijn geheugen. RACHID YAHOU: - Te verkwisten adviezen? FLAVIEN KOBDIGUE: - Ik wil geen adviezen geven graag. Enkel de ervaring vormt. RACHID YAHOU: - Optimistische Etes? als ja waarom? FLAVIEN KOBDIGUE: - Als ik ophoud met optimisme te hebben, het is dat ik ophoud met in de mens te geloven. Echter de mens is het centrum van alles. RACHID YAHOU: - Ondervindt u financiële of andere problemen? FLAVIEN KOBDIGUE: - Als vele personen, ik word niet financieel goed gezet. En soms, dat kan probleem vormen. Wat de rest betreft, ik ga vooruit waar mijn voeten me leiden. RACHID YAHOU: - Uw vertegenwoordigingen? FLAVIEN KOBDIGUE: - Ik wil spelen graag. Ik doe er zeer vaak mooie samenkomsten. RACHID YAHOU: - De oorsprong van uw succes. - Ik werk enorm. En dat begint betalen. Men eveneens moet in geloven. RACHID YAHOU: Het woord van het eind. FLAVIEN KOBDIGUE: - Ik bedank u om me de gelegenheid te bieden om de kennis daarvan te doen die u lezen. De mens is het centrum van alles. Ik wens u een jaar van vrede. Peace! Achtenswaardige begroetingen. RACHID YAHOU gdekabylie@yahoo.Fr FLAVIEN KOBDIGUE: ИЛИ КРАСИВЕЙШАЯ ПЕСНЯ Chadian-(Rachid YAHOU) RACHID YAHOU: - вы настоящий момент на наших читателях. FLAVIEN KOBDIGUE: - я вызван Флавиен КОБДИГУЕ, alias KAAR KAAS SONN. Принесено в 1973 в Sarh - Чаде. Я живу Laval, в Mayenne (53) RACHID YAHOU: - почему выбрать нот (эту дисциплину)? FLAVIEN KOBDIGUE: - будет влюбленностью сочинительства нажало меня с песней. Я пею для того чтобы не умереть... RACHID YAHOU: - можете вы вспомнить нас ваш курс? FLAVIEN KOBDIGUE: - я начал написать мои первые тексты песни в 1994 тогда как я был с FAC. Но изучения были главным образом важности. После этого, Я вошел с ENA для того чтобы стать гражданским служащим. В 1999, Я представил мою страну с ВОПРОСАМИ ДЛЯ ЧЕМПИОНА и Julien LEPERS сделало меня спеть следовать за моим исключением. возвращения к Чаду, люди увидели, что я спел с tele. И since then, Я пею регулярно. RACHID YAHOU: - как вы судите вашу продукцию? FLAVIEN KOBDIGUE: - моей продукцией будет prolix. Оно разъединяет другие своей своеобычностью. Я не хочу сделать как каждое. Я буду моей дорогой и пишу жизнь воодушевляет к мне. RACHID YAHOU: - ваше мнение на настоящем положении дел дисциплины вы выбрали. FLAVIEN KOBDIGUE: - выдвижения нот, с своими верхними частями и своими дн. Но я верю что будет место для каждого. Оно достаточно что что-то внутренность привлекает людей. Говорит к людям. RACHID YAHOU: - вы имеете проекты? FLAVIEN KOBDIGUE: - я оставлю мой диск с здесь февраля -го марта. RACHID YAHOU: - как вы начали? FLAVIEN KOBDIGUE: - сочинительством. Желание для связывать с другими. RACHID YAHOU: - мотивировки нажали вас там? FLAVIEN KOBDIGUE: - я буду survivor войн Чада. Я не знаю как ни почему я выдержал вс то. Я хочу засвидетельствовать он. Так, что то никогда не будет возвращать. RACHID YAHOU: - были вы, котор помогли так утвердительный ответ? FLAVIEN KOBDIGUE: - я работаю с поддержкой нескольких людей. Спасибо они, Я выдвигаюсь. Я думаю в частности Isabelle DHORDAIN Франции взаимо- и его очаровывая команды. Я думаю Patrick fip. Helene HAZERA культуры Франции, слушало к мне с празднеством HUMA и после этого приглашало меня в своей ЧЕЛКЕ излучения Chanson. Будут родители. Друзья. Оно formidable. Будут вы такие же в этом моменте! RACHID YAHOU: - хорошая память? FLAVIEN KOBDIGUE: - день когда я купил гитару на блошинныйа Montreuil! Оно было супер!!! Я не представил для того чтобы мочь купить гитару один день. Потому что в Чаде, иногда никудышно - или невозможно для того чтобы мечтать. RACHID YAHOU: - плохая память? FLAVIEN KOBDIGUE: - so much. Однако, Я не сохраняю плохие памяти. Только хорошие вещи worth скорба для того чтобы иметь место в моем сердце. В моей памяти. RACHID YAHOU: - советы, котор нужно lavished? FLAVIEN KOBDIGUE: - я не люблю дать советов. Только формы эксперимента. RACHID YAHOU: - оптимистическое Etes вы? настолько да почему? FLAVIEN KOBDIGUE: - если я перестаю иметь оптимизм, то оно что я перестаю верить в человеке. Однако человек будет центром всех. RACHID YAHOU: - вы сталкиваетесь финансовохозяйственные или по-разному проблемы? FLAVIEN KOBDIGUE: - как много из людей, Я не сидел финансовохозяйственно наилучшим образом. И иногда, то может представить проблему. Как для остатка, Я выдвигаю где мои ноги водят меня. RACHID YAHOU: - ваши представления? FLAVIEN KOBDIGUE: - я люблю сыграть. Я делаю очень часто красивейшие встречи там. RACHID YAHOU: - начало вашего успеха. - я работаю преогромно. И что концы вверх оплачивая. Обязательно верить в ем слишком. RACHID YAHOU: Слово конца. FLAVIEN KOBDIGUE: - я благодарю вас для давать возможность к мне сделать знание тех читают вас. Человек будет центром всех. Я желаю вам один год мира. Мир! Sizeable приветствия. RACHID YAHOU гдекабылие@ыаюоо.Франк FLAVIEN KOBDIGUE: Ή ΤΟ ΌΜΟΡΦΟ ΤΡΑΓΟΎΔΙ ΤΟΥ TCHADIEN-(RACHID YAHOU) RACHID YAHOU: - Παρουσιάστε στους αναγνώστες μας. FLAVIEN KOBDIGUE: - Μ' καλώ flavien KOBDIGUE, ALIAS KAAR KAAS SONN. Γεννημένος το 1973 σε Sarh - το Τσαντ. Ζω laval, mayenne (53) RACHID YAHOU: - Γιατί να διαλέξει τη μουσική (αυτή η πειθαρχία); FLAVIEN KOBDIGUE: - Είναι η αγάπη της γραφής που μ' έχει σπρώξει στο τραγούδι. Τραγουδώ να μην πεθάνω ... RACHID YAHOU: - Μπορείτε να μας θυμηθείτε τη διάνυσή σας; FLAVIEN KOBDIGUE: - Έχω αρχίσει για να γράψω τα πρώτα κείμενα του τραγουδιού μου το 1994 ενώ ήμουν fac. Αλλά οι μελέτες ήταν αρχέγονες. Έπειτα, έχω εισαγάγει στο ENA για να γίνω δημόσιος υπάλληλος. Το 1999, αντιπροσώπευσα τη χώρα των ΕΠΕΡΩΤΉΣΕΏΝ μου ΓΙΑ έναν ΠΡΩΤΑΘΛΗΤΉ και Julien LEPERS μ' έχει κάνει να τραγουδήσει μετά από την αποβολή μου. Της επιστροφής στο Τσαντ, οι κόσμοι μ' είχαν δει να τραγουδήσουν σ τηλε. Και από τότε, τραγουδώ τακτικά. RACHID YAHOU: - Πώς κρίνετε την παραγωγή σας; FLAVIEN KOBDIGUE: - Η παραγωγή μου είναι μακροσκελής. Διαφοροποιείται άλλοι από την πρωτοτυπία του. Δεν θέλω να κάνω όπως ο καθένας. Είμαι ο δρόμος μου και γράφω που μ' εμπνέει η ζωή. RACHID YAHOU: - Η άποψή σας στο σημερινό Κράτος της πειθαρχίας που έχετε διαλέξει. FLAVIEN KOBDIGUE: - Η μουσική προωθεί, με τα καλύμματά του και τις στηρίξεις του. Αλλά θεωρώ ότι υπάρχει της θέσης για τον καθέναν. Αρκεί ότι υπάρχει κάτι που εσωτερικό προσελκύει τους κόσμους. Ποιος μιλά στους κόσμους. RACHID YAHOU: - Έχετε προγράμματα; FLAVIEN KOBDIGUE: - Θα βγώ το δίσκο μου από τώρα και μέχρι το Φεβρουάριο Μάρτιος. RACHID YAHOU: - Πώς έχετε αρχίσει; FLAVIEN KOBDIGUE: - Από τη γραφή. Η επιθυμία για να κοινοποιήσει με άλλους. RACHID YAHOU: - Τα κίνητρα που εκεί σας έχουν σπρώξει; FLAVIEN KOBDIGUE: - Είμαι επιζών των πολέμων του Τσαντ. Δεν ξέρω πώς ούτε γιατί έχω επιζήσει σε όλος αυτός. Θέλω να τον πιστοποιήσω. Έτσι ώστε αυτό δεν επιστρέφει ποτέ. RACHID YAHOU: - Έχετε ενισχυθεί εάν ναι από τους οποίους; FLAVIEN KOBDIGUE: - Εργάζομαι με την υποστήριξη αρκετών προσώπων. Χάρη σε τις, προωθώ. Σκέφτομαι κυρίως isabelle DHORDAIN της Γαλλίας διά και η charmante ομάδα του. Σκέφτομαι patrick FIP. Το Helene HAZERA της Γαλλίας καλλιέργεια, ποιος μ' έχει ακούσει στη γιορτή ΚΑΤΑΠΙΕ και μ' έχει προσκαλέσει έπειτα μέσα στην εκπομπή του τραγούδι ΈΚΡΗΞΗ. Υπάρχει τους γονείς. Οι φίλοι. Είναι τρομερός. Σας υπάρχει ίδιους τώρα ! RACHID YAHOU: - Μια καλή ανάμνηση; FLAVIEN KOBDIGUE: - Η ημέρα που έχω αγοράσει μια κιθάρα στην αγορά στους ψύλλους Montreuil ! Ήταν έξοχα !!! Δεν φαντάστηκα να μπορέσω να αγοράσω μια κιθάρα μια ημέρα. Επειδή στο Τσαντ, είναι μερικές φορές άχρηστος - ή αδύνατος - ονειρευεί. RACHID YAHOU: - Μια κακή ανάμνηση; FLAVIEN KOBDIGUE: - Εκεί έχει τόσο. Παρόλα αυτά, δεν κρατώ τις κακές αναμνήσεις. Μόνα τα καλά πράγματα αξίζουν την ποινή για να έχει μια θέση μέσα στην καρδιά μου. Μέσα στη μνήμη μου. RACHID YAHOU: - Τα Συμβούλια που σπαταλούν; FLAVIEN KOBDIGUE: - Δεν συμπαθώ να δώσω τα Συμβούλια. Μόνη η εμπειρία διαμορφώνει. RACHID YAHOU: - Αισιόδοξο Etes; εάν ναι γιατί; FLAVIEN KOBDIGUE: - Εάν σταματώ για να έχε μια αισιοδοξία, είναι ότι σταματώ για να θεωρήσω στον άνθρωπο. Όμως ο άνθρωπος είναι το κέντρο όλος. RACHID YAHOU: - Συναντάτε οικονομικά ή διαφορετικά προβλήματα; FLAVIEN KOBDIGUE: - Όπως τα πολλά πρόσωπα, οικονομικά καλά δεν κάθομαι. Και μερικές φορές, αυτός μπορεί να θέσει τα προβλήματα. Σχετικά με το υπόλοιπο, προωθώ πού τα πόδια μου με οδηγούν. RACHID YAHOU: - Οι αντιπροσωπεύσεις σας; FLAVIEN KOBDIGUE: - Συμπαθώ να παίξω. Κάνω εκεί πολύ συχνά όμορφες συναντήσεις. RACHID YAHOU: - Η προέλευση της επιτυχίας σας. - Εργάζομαι πάρα πολύ. Και αυτός τελειώνει από να πληρώσει. Είναι εκεί να θεωρήσει τοο. RACHID YAHOU: Η λέξη του τέλους. FLAVIEN KOBDIGUE: - Σας ευχαριστώ να με δώσω την ευκαιρία για να κάνω τη γνώση εκείνοι που σας διαβάζουν. Ο άνθρωπος είναι το κέντρο όλος. Σας επιθυμώ ένα έτος της ειρήνης. Peace ! Αξιοσέβαστοι χαιρετισμοί. RACHID YAHOU gdekabylie@yahoo.fr [فلفين] [كوبديغ]: أو الأغنية جميلة [شدين-] ([رشد] [يهوو]) [رشد] [يهوو]: - أنت هدية في قارئاتنا. [فلفين] [كوبديغ]: - دعات أنا [فلفين] [كوبديغ] ، [أليس] [كر] [كس] [سنّ]. [بورن] في 1973 في [سره] - تشاد. أنا أعيش [لفل] ، في [منّ] (53) [رشد] [يهوو]: - لماذا أن يتلقّى اخترت اللون موسيقى (هذا إنضباط) ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - هو الحالة حبّ من الكتابة أيّ دفعني مع الأغنية. أنا أغنّى لا أن يموت… [رشد] [يهوو]: - يستطيع أنت تذكّرتنا مسلكك ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - بدأ أنا أن يكتب نصوصي أولى أغنية في 1994 حيث أنّ أنا كنت مع ال [فك]. غير أنّ كان الدراسات من أهمية أوّليّة. بعد ذلك ، دخل أنا مع ال [إنا] أن يصبح [سفيل سرفنت]. في 1999 ، مثّل أنا بلدي مع أسئلة لبطلة وجوليان [لبرس] جعلواني غنّيت يتبع إزالتي. من عودة إلى تشاد ، كان الناس قد رأواني يحرق مع [تل]. و [سنس ثن] ، يغنّى أنا بانتظام. [رشد] [يهوو]: - كيف أنت تقضي إنتاجك ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - إنتاجي [بروليإكس]. هو يتفكّك أخرى بإبتكاره. أنا لا أريد أن يجعل مثل كلّ شخص. أنا طريقي ويكتب ماذا الحياة يلهم إلى ي. [رشد] [يهوو]: - رأيك على ال [كرّنت ستت] من الإنضباط أيّ أنت اخترت. [فلفين] [كوبديغ]: - اللون موسيقى تقدمات ، مع أعاليه وقعوره. غير أنّ يصدق أنا أنّ هناك مكان ل كلّ شخص. هو كافي أنّ هناك شيء داخل أيّ يجذب الناس. الذي يتكلّم إلى الناس. [رشد] [يهوو]: - أنت تتلقّى مشاريع ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - سيترك أنا أسطوانتي من هنا مارس - آذار فبراير - شباط. [رشد] [يهوو]: - كيف أنت بدأت ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - بالكتابة. الرغبة ل يتّصل مع الأخرى. [رشد] [يهوو]: - التحاريض أيّ دفع أنت هناك ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - أنا باقية من الحروب تشاد. أنا لا أعرف كيف ولا لما أنا بقيت كلّ أنّ. أنا أريد أن يشهد هو. [س ثت] أنّ أبدا يرجع. [رشد] [يهوو]: - كنت أنت يساعد هكذا موافقة ب أيّ ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - يعمل أنا مع الدعم من عدّة الناس. شكور إلى هم ، يتقدّم أنا. أنا أفكّر [إين برتيكلر] من [إيسبلّ] [دهوردين] من فرنسا مشتركة وه يفتن فريق. أنا أفكّر من باتريك من [فيب]. دعاني [هلن] [هزرا] من فرنسا ثقافة ، الذي استمع إلى ي مع المهرجان من ال [هوما] وبعد ذلك في ه [شنسن] إذاعة دوي. هناك الوالدات. صديقات. هو هائلة. هناك أنت نفس في هذا عزم! [رشد] [يهوو]: - ذاكرة جيّدة ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - اليوم عندما اشترى أنا قيثار في ال [فلا مركت] [مونتريويل]! هو كان فائقة!!! أنا لم أتخيّل أن يكون يمكن أن يشتري قيثار واحدة يوم. لأنّ في تشاد ، هو يكون أحيانا نافعة - أو مستحيلة أن يحلم. [رشد] [يهوو]: - ذاكرة سيّئة ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - هناك كثيرا. مهما ، لا يحتبس أنا الذاكرات سيّئة. فقط [ب وورث] الأشياء جيّدة الحزن أن يتلقّى مكان في قلبي. في ذاكرتي. [رشد] [يهوو]: - مجالس أن يكون بذّرت ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - لا يحبّ أنا أن يعطي مجالس. فقط التجربة أشكال. [رشد] [يهوو]: - [إتس] متفائلة أنت ؟ هكذا نعم لماذا ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - إن أنا أوقف يتلقّى تفاؤل ، هو أنّ يوقف أنا يصدق في الرجل. مهما الرجل المركز من كلّ. [رشد] [يهوو]: - أنت تواجه ماليّة أو مشاكل مختلفة ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - مثل كثير من الناس ، لم يجلس أنا ماليّا جيّدا. وأحيانا ، أنّ يستطيع طرحت مشكلة. بما أنّ لالالباقي ، يتقدّم أنا حيث أقدامي يقودونني. [رشد] [يهوو]: - تمثيلاتك ؟ [فلفين] [كوبديغ]: - يحبّ أنا أن يلعب. أنا أجعل اجتماعات جميلة جدّا غالبا هناك. [رشد] [يهوو]: - الأصل من نجاحك. - يعمل أنا بجسامة. وأنّ نهايات فوق يدفع. هو ضروريّة أن يصدق في هو أيضا. [رشد] [يهوو]: الكلمة من النهاية. [فلفين] [كوبديغ]: - يشكر أنا أنت ل يعطي الفرصة إلى ي أن يجعل المعرفة من أنّ أيّ يقرأ أنت. الرجل المركز من كلّ. أنا أتمنّى أنت واحدة سنة السلام. سلام! تحيات [سزبل]. [رشد] [يهوو] [غدكبليهوو]. [فر] FLAVIEN KOBDIGUE: ELLER den HÄRLIGA SONGEN AV Chadian- (Rachid YAHOU) RACHID YAHOU: - dig gåva på våra avläsare. FLAVIEN KOBDIGUE: - Jag kallas Flavien KOBDIGUE, pseudonymen KAAR KAAS SONN. Bördig 1973 i Sarh - Tchad. Jag bor Laval, i Mayenne (53) RACHID YAHOU: - Why att ha valt musiken (denna disciplin)? FLAVIEN KOBDIGUE: - Det är förälskelsen av writingen som sköt mig med songen. Jag sjunger för att inte dö…, RACHID YAHOU: - kan du återkalla oss som är dina för att jaga? FLAVIEN KOBDIGUE: - Jag startade att skriva min första texter av songen i 1994, eftersom jag var med FACEN. Men studiesna var av primär betydelse. Därefter skrev in jag med ENAEN för att bli tjänstemannen. I 1999 föreställde jag det min landet med IFRÅGASÄTTER FÖR en MÄSTARE, och Julien SPETÄLSKAR gjorde mig min eliminering för allsång efter. Av retur till Tchad hade folket sett mig att sjunga med tele. Och sedan dess, sjunger jag regelbundet. RACHID YAHOU: - Hur bedömer du din production? FLAVIEN KOBDIGUE: - Min production är prolix. Den separerar andra vid dess originality. Jag önskar inte att göra något liknande alla. Jag är min långt och skriver vad livet inspirerar till mig. RACHID YAHOU: - Din åsikt på strömmen som är statlig av disciplinen som du valde. FLAVIEN KOBDIGUE: - musikframflyttningarna, med dess blast och dess bottnar. Men jag tror att det finns förlägger för alla. Den är nog att det finns något som är inre, som tilldrar folk. Vem talar till folk. RACHID YAHOU: - har du projekterar? FLAVIEN KOBDIGUE: - Jag skar mars Februari för disketten för permissioner den min härifrån. RACHID YAHOU: - Hur började du? FLAVIEN KOBDIGUE: - Vid writingen. Lusten för att meddela med andra. RACHID YAHOU: - motivationsna som sköt dig där? FLAVIEN KOBDIGUE: - Jag är en överlevande av kriger av Tchad. Jag vet inte hur nor varför jag fortlevde allt det. Jag önskar att vitsorda den. Så att det går tillbaka aldrig. RACHID YAHOU: - var du det hjälpta så JAet vid som? FLAVIEN KOBDIGUE: - Jag fungerar med servicen av flera folk. Thanks till dem, för- I. Funderare I i synnerhet av Inter Isabelle DHORDAIN av Frankrike och hans charmiga lag. Funderare I av Patrick av FIP. Helene HAZERA av Frankrike kultur, som lyssnade till mig med festivalen av HUMAEN och därefter inbjudet mig i dess Chanson utsläppSMÄLL. Det finns parentsna. Vänner. Den är formidable. Det finns dig samma i detta ögonblick! RACHID YAHOU: - ett gott minne? FLAVIEN KOBDIGUE: - dagen, då jag köpte en gitarr på loppmarknaden av Montreuil! Den var toppen!!! Jag föreställde inte kan köp en gitarr en dag. Därför att i Tchad, den är ibland onyttig - eller omöjligt att drömma. RACHID YAHOU: - ett dåligaminne? FLAVIEN KOBDIGUE: - Det finns så mycket. Emellertid behåller jag inte dåligaminnena. Endast är den goda saker värd sorrowen som har en förlägga i min hjärta. I min minne. RACHID YAHOU: - råd som ska är lavisheds? FLAVIEN KOBDIGUE: - Jag gillar inte för att ge råd. Endast bildar experimentera. RACHID YAHOU: - optimistiska Etes dig? så ja why? FLAVIEN KOBDIGUE: - Om jag upphör ha optimism, är det att jag upphör att tro i manen. Emellertid är manen centrera allra. RACHID YAHOU: - du finansiella eller olika problem för mötet? FLAVIEN KOBDIGUE: - Gilla mycket av folk, mig satt inte ekonomiskt väl. Och ibland, kan det posera problem. Som för resten, för- I var den min foten leder mig. RACHID YAHOU: - Din kritiska anmärkningar? FLAVIEN KOBDIGUE: - Jag gillar för att leka. Jag gör mycket ofta härliga möten där. RACHID YAHOU: - beskärningen av din framgång. - Jag fungerar oerhört. Och det avslutar upp att betala. Det är nödvändigt att tro i den för. RACHID YAHOU: Uttrycka av avsluta. FLAVIEN KOBDIGUE: - Jag tackar dig för att ge tillfället till mig att göra kunskapen av de som läser dig. Manen är centrera allra. Jag önskar dig ett år av peace. Peace! Sizeable hälsningar. RACHID YAHOU gdekabylie@yahoo. Fr FLAVIEN KOBDIGUE: またはChadian- (Rachid YAHOU)の美しい歌 TRADUCTION EN FRANCAIS : FLAVIEN KOBDIGUE : OU LA BELLE CHANSON DU TCHADIEN-(RACHID YAHOU) RACHID YAHOU : - Présentez-vous à nos lecteurs. FLAVIEN KOBDIGUE : - Je m’appelle Flavien KOBDIGUE, alias KAAR KAAS SONN. Né en 1973 à Sarh –Tchad. J’habite Laval, en Mayenne (53) RACHID YAHOU : - Pourquoi avoir choisi la musique (cette discipline) ? FLAVIEN KOBDIGUE : - C’est l’amour de l’écriture qui m’a poussé à la chanson. Je chante pour ne pas mourir… RACHID YAHOU : - Pouvez-vous nous retracer votre parcours ? FLAVIEN KOBDIGUE : - J’ai commencé à écrire mes premiers textes de chanson en 1994 alors que j’étais à la fac. Mais les études étaient primordiales. Ensuite, je suis entré à l’ENA pour devenir fonctionnaire. En 1999, je représentais mon pays à QUESTIONS POUR UN CHAMPION et Julien LEPERS m’a fait chanter à la suite de mon élimination. De retour au Tchad, les gens m’avaient vu chanter à la télé. Et depuis lors, je chante régulièrement. RACHID YAHOU : - Comment jugez-vous votre production ? FLAVIEN KOBDIGUE : - Ma production est prolixe. Elle se démarque des autres par son originalité. Je ne veux pas faire comme tout le monde. Je suis mon chemin et écris ce que m’inspire la vie. RACHID YAHOU : - Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi. FLAVIEN KOBDIGUE : - La musique avance, avec ses hauts et ses bas. Mais je crois qu’il y a de la place pour tout le monde. Il suffit qu’il y ait quelque chose dedans qui attire les gens. Qui parle aux gens. RACHID YAHOU : - Avez-vous des projets ? FLAVIEN KOBDIGUE : - Je vais sortir mon disque d’ici février mars. RACHID YAHOU : - Comment avez-vous débuté ? FLAVIEN KOBDIGUE : - Par l’écriture. L’envie de communiquer avec les autres. RACHID YAHOU : - Les motivations qui vous y ont poussé ? FLAVIEN KOBDIGUE : - Je suis un rescapé des guerres du Tchad. Je ne sais pas comment ni pourquoi j’ai survécu à tout ça. Je veux le témoigner. Pour que cela ne revienne jamais. RACHID YAHOU : - Avez-vous été aidé si oui par qui ? FLAVIEN KOBDIGUE : - Je travaille avec l’appui de plusieurs personnes. Grâce à elles, j’avance. Je pense notamment à Isabelle DHORDAIN de France Inter et son équipe charmante. Je pense à Patrick de FIP. Hélène HAZERA de France Culture, qui m’a écouté à la Fête de l’HUMA et m’a invité ensuite dans son émission Chanson BOUM. Il y a les parents. Les amis. C’est formidable. Il y a vous mêmes en ce moment ! RACHID YAHOU : - Un bon souvenir ? FLAVIEN KOBDIGUE : - Le jour où j’ai acheté une guitare au marché aux puces de Montreuil ! C’était super !!! Je n’imaginais pas pouvoir acheter une guitare un jour. Car au Tchad, il est parfois inutile –ou impossible- de rêver. RACHID YAHOU : - Un mauvais souvenir ? FLAVIEN KOBDIGUE : - Il y en a tellement. Cependant, je ne retiens pas les mauvais souvenirs. Seules les bonnes choses valent la peine d’avoir une place dans mon cœur. Dans ma mémoire. RACHID YAHOU : - Des conseils à prodiguer ? FLAVIEN KOBDIGUE : - Je n’aime pas donner des conseils. Seule l’expérience forme. RACHID YAHOU : - Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ? FLAVIEN KOBDIGUE : - Si je cesse d’avoir de l’optimisme, c’est que je cesse de croire en l’homme. Or l’homme est le centre de tout. RACHID YAHOU : - Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ? FLAVIEN KOBDIGUE : - Comme beaucoup de personnes, je ne suis pas financièrement bien assis. Et parfois, ça peut poser problème. Quant au reste, j’avance où mes pieds me conduisent. RACHID YAHOU : - Vos représentations ? FLAVIEN KOBDIGUE : - J’aime jouer. J’y fais très souvent de belles rencontres. RACHID YAHOU : - L'origine de votre réussite. - Je travaille énormément. Et ça finit par payer. Il faut y croire aussi. RACHID YAHOU : Le mot de la fin. FLAVIEN KOBDIGUE : - Je vous remercie de me donner l’occasion de faire la connaissance de ceux qui vous lisent. L’homme est le centre de tout. Je vous souhaite une année de paix. Peace ! Salutations respectables.
RACHID YAHOU
gdekabylie@yahoo.fr
1 Commentaire(s) - id : 44
FLAVIEN KOBDIGUE-(RACHID YAHOU)

FLAVIEN KOBDIGUE-(RACHID YAHOU)-

Ressource associée

FLAVIEN KOBDIGUE: OU A BONITA CANÇÃO DO CHADIANO (RACHID YAHOU)    RACHID YAHOU:
- Apresentam aos nossos leitores.
FLAVIEN KOBDIGUE: OU A BONITA CANÇÃO DO CHADIANO (RACHID YAHOU)
FLAVIEN KOBDIGUE:
chama-me Flavien KOBDIGUE, pseudónimo KAAR KAAS SEU. Nascido em 1973 à Sarh - Chade. Habito Laval, Mayenne (53)
RACHID YAHOU:
- Porque ter escolhido a música (esta disciplina)?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- É o amor da escrita que empurrou-me à canção. Canto para não morrer…
RACHID YAHOU:
- Podem reconstituir-nos o vosso percurso?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Comecei a escrever os meus primeiros textos de canção em 1994 enquanto que estava fac. Mas os estudos eram primordiais. Seguidamente, entrei ENA para tornar-se funcionário. Em 1999, representava o meu país à PERGUNTAS PARA um CAMPEÃO e Julien LEPERS fez-me de cantar na sequência da minha eliminação. De regresso no Chade, as pessoas tinham-me visto cantar ao tele. E desde então, canto regularmente.
RACHID YAHOU:
- Como julgam a vossa produção?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- A minha produção é prolixa. Démarque dos outro pela sua originalidade. Não quero fazer como todos. Sou o meu caminho e escrevo que inspira-me a vida.
RACHID YAHOU:
- O vosso parecer sobre o estado actual de disciplina que escolheu.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- A música avança, com as suas partes superiores e as suas partes inferiores. Mas creio que há do lugar para todos. É suficiente que haja algo interior que atrai as pessoas. Quem fala às pessoas.
RACHID YAHOU:
- Têm projectos?
FLAVIEN KOBDIGUE:
vai sair o meu disco até Fevereiro de Março.
RACHID YAHOU:
- Como começaram?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Pela escrita. O desejo de comunicar com os outros.
RACHID YAHOU:
motivações que houve?
FLAVIEN KOBDIGUE:
é um sobrevivente das guerras da Chade. Não sei como nem porque sobrevivi à qualquer aquilo. Quero testemunhá-lo. De modo que aquilo retorne nunca.
RACHID YAHOU:
- Foi ajudada assim sim por que?
FLAVIEN KOBDIGUE:
trabalha com o apoio de várias pessoas. Graças a elas, avanço. Penso nomeadamente à Isabelle DHORDAIN da França inter e a sua equipa charmante. Penso à Patrick de FIP. Hélène HAZERA da França Cultura, que ouviu-me à Festa ENGULIU-ME e convidou seguidamente na sua emissão Canção EXPLOSÃO. Há os pais. Os amigos. É formidável. Há-os mesmos neste momento!
RACHID YAHOU:
- Uma boa lembrança?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- O dia em que comprei uma guitarra ao mercado às pulgas de Montreuil! Era super!!! Não imaginava poder comprar uma guitarra um dia. Porque no Chade, é às vezes inútil - ou impossível sonhar.
RACHID YAHOU:
- Uma má lembrança?
FLAVIEN KOBDIGUE:
lá tem tanto. Contudo, não retenho as más lembranças. Só as boas coisas valem a penalidade de ter um lugar no meu coração. Na minha memória.
RACHID YAHOU:
- Conselhos a prodigalizarem?
FLAVIEN KOBDIGUE:
não gosta de dar conselhos. Só a experiência forma.
RACHID YAHOU:
- Verões optimista? se sim porque?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Se cesso ter optimismo, é que cesso crer no homem. Ora o homem é o centro de todo.
RACHID YAHOU:
- Encontram problemas financeiros ou outros?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Como muitas pessoas, financeiramente não estou sentado bem. E às vezes, aquilo pode colocar problemas. Quanto ao resto, avanço onde os meus pés conduzem-me.
RACHID YAHOU:
- As vossas representações?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Gosto de brincar. Há muito frequentemente bonitos encontros.
RACHID YAHOU:
- A origem do vosso sucesso.
trabalha imensamente. E aquilo termina por pagar. Haver também.
RACHID YAHOU:
A palavra do fim.
FLAVIEN KOBDIGUE:
agradece-os dar-me a ocasião de fazer o conhecimento deos que lêem-nos. O homem é o centro de todo. Mim vocês desejo
RACHID YAHOU
gdekabylie@yahoo.fr
FLAVIEN KOBDIGUE: OR THE BEAUTIFUL SONG OF Chadian-(Rachid YAHOU)
RACHID YAHOU:
- you Present at our readers.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- I am called Flavien KOBDIGUE, alias KAAR KAAS SONN. Born in 1973 in Sarh - Chad. I live Laval, in Mayenne (53)
RACHID YAHOU:
- Why to have chosen the music (this discipline)?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- It is the love of the writing which pushed me with the song. I sing not to die...
RACHID YAHOU:
- can you recall us your course?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- I started to write my first texts of song in 1994 whereas I was with the FAC. But the studies were of primary importance. Then, I entered with the ENA to become civil servant. In 1999, I represented my country with QUESTIONS FOR a CHAMPION and Julien LEPERS made me sing following my elimination. Of return to Chad, people had seen me singing with tele. And since then, I sing regularly.
RACHID YAHOU:
- How do you judge your production?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- My production is prolix. It dissociates others by its originality. I do not want to make like everyone. I am my way and write what the life inspires to me.
RACHID YAHOU:
- Your opinion on the current state of the discipline which you chose.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- the music advances, with its tops and its bottoms. But I believe that there is place for everyone. It is enough that there is something inside which attracts people. Who speaks to people.
RACHID YAHOU:
- do you Have projects?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- I will leave my disc from here March February.
RACHID YAHOU:
- How did you begin?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- By the writing. The desire for communicating with the others.
RACHID YAHOU:
- the motivations which pushed you there?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- I am a survivor of the wars of Chad. I do not know how nor why I survived all that. I want to testify it. So that that never returns.
RACHID YAHOU:
- were you helped so yes by which?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- I work with the support of several people. Thanks to them, I advance. I think in particular of Isabelle DHORDAIN of France Inter and his charming team. I think of Patrick of FIP. Helene HAZERA of France Culture, who listened to me with the Festival of the HUMA and then invited me in its Chanson emission BANG. There are the parents. Friends. It is formidable. There are you same in this moment!
RACHID YAHOU:
- a good memory?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- the day when I bought a guitar at the flea market of Montreuil! It was super!!! I did not imagine to be able to buy a guitar one day. Because in Chad, it is sometimes useless - or impossible to dream.
RACHID YAHOU:
- a bad memory?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- There is so much. However, I do not retain the bad memories. Only the good things are worth the sorrow to have a place in my heart. In my memory.
RACHID YAHOU:
- councils to be lavished?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- I do not like to give councils. Only the experiment forms.
RACHID YAHOU:
- optimistic Etes you? so yes why?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- If I cease having optimism, it is that I cease believing in the man. However the man is the center of all.
RACHID YAHOU:
- do you Encounter financial or different problems?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Like much of people, I did not sit financially well. And sometimes, that can pose problem. As for the remainder, I advance where my feet lead me.
RACHID YAHOU:
- Your representations?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- I like to play. I make very often beautiful meetings there.
RACHID YAHOU:
- the origin of your success.
- I work enormously. And that ends up paying. It is necessary to believe in it too.
RACHID YAHOU:
The word of the end.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- I thank you for giving the opportunity to me to make the knowledge of those which read you. The man is the center of all. I wish you one year of peace. Peace!
Sizeable greetings.
RACHID YAHOU
gdekabylie@yahoo.Fr
RACHID YAHOU:
- Apresentam aos nossos leitores.
FLAVIEN KOBDIGUE: OU A BONITA CANÇÃO DO CHADIANO (RACHID YAHOU)
FLAVIEN KOBDIGUE:
chama-me Flavien KOBDIGUE, pseudónimo KAAR KAAS SEU. Nascido em 1973 à Sarh - Chade. Habito Laval, Mayenne (53)
RACHID YAHOU:
- Porque ter escolhido a música (esta disciplina)?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- É o amor da escrita que empurrou-me à canção. Canto para não morrer…
RACHID YAHOU:
- Podem reconstituir-nos o vosso percurso?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Comecei a escrever os meus primeiros textos de canção em 1994 enquanto que estava fac. Mas os estudos eram primordiais. Seguidamente, entrei ENA para tornar-se funcionário. Em 1999, representava o meu país à PERGUNTAS PARA um CAMPEÃO e Julien LEPERS fez-me de cantar na sequência da minha eliminação. De regresso no Chade, as pessoas tinham-me visto cantar ao tele. E desde então, canto regularmente.
RACHID YAHOU:
- Como julgam a vossa produção?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- A minha produção é prolixa. Démarque dos outro pela sua originalidade. Não quero fazer como todos. Sou o meu caminho e escrevo que inspira-me a vida.
RACHID YAHOU:
- O vosso parecer sobre o estado actual de disciplina que escolheu.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- A música avança, com as suas partes superiores e as suas partes inferiores. Mas creio que há do lugar para todos. É suficiente que haja algo interior que atrai as pessoas. Quem fala às pessoas.
RACHID YAHOU:
- Têm projectos?
FLAVIEN KOBDIGUE:
vai sair o meu disco até Fevereiro de Março.
RACHID YAHOU:
- Como começaram?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Pela escrita. O desejo de comunicar com os outros.
RACHID YAHOU:
motivações que houve?
FLAVIEN KOBDIGUE:
é um sobrevivente das guerras da Chade. Não sei como nem porque sobrevivi à qualquer aquilo. Quero testemunhá-lo. De modo que aquilo retorne nunca.
RACHID YAHOU:
- Foi ajudada assim sim por que?
FLAVIEN KOBDIGUE:
trabalha com o apoio de várias pessoas. Graças a elas, avanço. Penso nomeadamente à Isabelle DHORDAIN da França inter e a sua equipa charmante. Penso à Patrick de FIP. Hélène HAZERA da França Cultura, que ouviu-me à Festa ENGULIU-ME e convidou seguidamente na sua emissão Canção EXPLOSÃO. Há os pais. Os amigos. É formidável. Há-os mesmos neste momento!
RACHID YAHOU:
- Uma boa lembrança?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- O dia em que comprei uma guitarra ao mercado às pulgas de Montreuil! Era super!!! Não imaginava poder comprar uma guitarra um dia. Porque no Chade, é às vezes inútil - ou impossível sonhar.
RACHID YAHOU:
- Uma má lembrança?
FLAVIEN KOBDIGUE:
lá tem tanto. Contudo, não retenho as más lembranças. Só as boas coisas valem a penalidade de ter um lugar no meu coração. Na minha memória.
RACHID YAHOU:
- Conselhos a prodigalizarem?
FLAVIEN KOBDIGUE:
não gosta de dar conselhos. Só a experiência forma.
RACHID YAHOU:
- Verões optimista? se sim porque?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Se cesso ter optimismo, é que cesso crer no homem. Ora o homem é o centro de todo.
RACHID YAHOU:
- Encontram problemas financeiros ou outros?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Como muitas pessoas, financeiramente não estou sentado bem. E às vezes, aquilo pode colocar problemas. Quanto ao resto, avanço onde os meus pés conduzem-me.
RACHID YAHOU:
- As vossas representações?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Gosto de brincar. Há muito frequentemente bonitos encontros.
RACHID YAHOU:
- A origem do vosso sucesso.
trabalha imensamente. E aquilo termina por pagar. Haver também.
RACHID YAHOU:
A palavra do fim.
FLAVIEN KOBDIGUE:
agradece-os dar-me a ocasião de fazer o conhecimento deos que lêem-nos. O homem é o centro de todo. Mim vocês desejo

WARNING: SYSTRAN did not translate the document entirely. The document exceeds the maximum size allowed by the solution.(4096 bytes for plain text)

e une année de paix. Peace !
Salutations respectables.
RACHID YAHOU
gdekabylie@yahoo.fr
FLAVIENKOBDIGUE: 또는Chadian-(Rachid(RachidYAHOU의 아름다운 노래)
RACHIDYAHOU:
- 너는 우리의 독자에 선물한다.
FLAVIENKOBDIGUE:
- 나는Flavien이라고KOBDIGUE부른다, 별명으로KAARKAASSONN. Sarh- 차드안에1973년에 품는. 나는Laval살n다, Mayenne(53)안에
RACHIDYAHOU:
- 음악 (이 분야)을 선택하는가 위하여 왜?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 노래에 나를 밀n 쓰기의 사랑 이다. 나는 죽지 않기 위하여... 노래한다
RACHIDYAHOU:
- 너는 너의 과정 우리들을 되불러 좋은가?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 나가FAC에 이었 이지만 나는1994년에 노래의 나의 첫번째 원본을 쓴것을 시작했다. 그러나 학문은 1 차 중요성의 이었다. 그때, 나는ENA에 공무원이 되기 위하여 들어갔다. 1999년에, 나는 전사를 위해 질문에 나의 나라를 대표하고Julien나병환자는 나에 나의 제거의 따르를 노래한. 차드에 반환의, 사람은 나를tele에 노래 봤었다. 그리고 그때 이래, 나는 일정하게 노래한다.
RACHIDYAHOU:
- 너는 어떻게 너의 생산을 재판하는가?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 나의 생산은 장황하다. 그것은 그것의 독창성에 의하여 다른 사람을 해리한다. 나는 모두같이 만들 싶지 않는다. 나는 나의 방법 이고 생활이 나에게 고무시키는 것을 쓴다.
RACHIDYAHOU:
- 너가 선택한 분야의 현 상태에 너의 의견.
FLAVIENKOBDIGUE:
- 음악은 전진한다, 그것의 정상 및 그것의 바닥에. 그러나 모두를 위해 장소 있는 고 나는 믿는다. 무언가 사람을 끌는 안 있는다 고 그것은 이젠 그만 이다. 말하는 까 누구가 사람에게.
RACHIDYAHOU:
- 너는 계획사업이 있는가?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 나는 여기 3 월 2월에서 나의 원판을 남겨둘 것이다.
RACHIDYAHOU:
- 너는 어떻게 시작했는가?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 쓰기에 의하여 -. 다른 사람에 교통을 위해 욕망.
RACHIDYAHOU:
- 너를 거기서 밀n 동기부여?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 나는 차드의 전쟁의 생존자 이다. 나가 모든 저것 살아난 까 왜 나는 라고도 아니다 모른다. 나는 그것을 증언하고 싶는다. 저것이 결코 돌려보내지 않는다 하기 위하여.
RACHIDYAHOU:
- 너는 돕 이렇게 예스 이었는가?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 나는 몇 사람의 지원을 사용한다. 그들에 감사, 나는 전진한다. 나는 간 프랑스와 그의 매력적인 팀의IsabelleDHORDAIN의 특히 생각한다. 나는FIP의 패트릭의 생각한다. 프랑스 문화의HeleneHAZERA, 듣고 그때 까 누구가HUMA의 축제에 나를 그것의Chanson방출 강타안에 나를 초대했다. 근원 있는다. 친구. 그것은 강하다. 너 이 순간안에 동일물 있는다!
RACHIDYAHOU:
- 좋은가 기억?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 나가Montreuil의 벼룩 시장에 기타를 산 일! 그것은 최고 이었다!!! 기타를 1 일 산 나는 상상하지 않았다. 차드안에 때문에, 때때로 무익하다 - 또는 꿈꾸게 불가능한.
RACHIDYAHOU:
- 나쁜가 기억?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 순전히 있는다. 그런데, 나는 나쁜 기억을 유지하지 않는다. 나의 심혼안에 장소가 있기 위하여 단 좋은 것에는 비애를 가치가 있는다. 나의 기억안에.
RACHIDYAHOU:
- 아낌 없이 줄 것인가 회의?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 나는 회의를 주고 싶지 않는다. 단 실험은 형성한다.
RACHIDYAHOU:
- 낙관하는가Etes너? 이렇게 그렇다 왜?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 나는 낙천주의가 있는 정지하면, 나가 남자를 믿는 정지한다 고 이다. 그런데 남자는 모두의 센터 이다.
RACHIDYAHOU:
- 너는 재정 적이고 다른가 문제를 조우하는가?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 사람의 다량 -, 나는 재정적으로 잘 앉지 않았다. 그리고 때때로, 저것은 문제를 제기할 수 있는다. 나머지에 관해서는, 나의 발이 나를 지도하는 곳에 나는 전진한다.
RACHIDYAHOU:
- 너의 대표?
FLAVIENKOBDIGUE:
- 나는 놀 싶는다. 나는 아주 수시로 아름다운 회의를 거기서 만들n다.
RACHIDYAHOU:
- 너의 성공의 원천.
- 나는 거대하게 일한다. 그리고 저 위로 지불을 끝낸다. 그것을 너무 믿는것은 필요하다.
RACHIDYAHOU:
끝의 낱말.
FLAVIENKOBDIGUE:
- 너를 읽는 그들의 지견을 만들는 나는 나에게 기회를 주기를 위해 너를 감사한다. 남자는 모두의 센터 이다. 나는 너에게 평화의 1 년을 바란다. 평화!
꽤 큰 인사.
RACHIDYAHOU
gdekabylie@yahoo.프랑
FLAVIEN KOBDIGUE: OU a CANÇÃO BONITA de Chadian- (Rachid YAHOU)
RACHID YAHOU:
- você presente em nossos leitores.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Eu sou chamado Flavien KOBDIGUE, aliás KAAR KAAS SONN. Carregado em 1973 em Sarh - República do Tchad. Eu vivo Laval, em Mayenne (53)
RACHID YAHOU:
- Por que ter escolhido a música (esta disciplina)?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- É o amor da escrita que me empurrou com a canção. Eu canto para não morrer…
RACHID YAHOU:
- pode você recordar-nos seu curso?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Eu comecei escrever meus primeiros textos da canção em 1994 visto que eu era com o FAC. Mas os estudos eram da importância preliminar. Então, eu entrei com o ENA para transformar-se empregado civil. Em 1999, eu representei meu país com as PERGUNTAS PARA um CAMPEÃO e os LEPERS de Julien fizeram-me cantar seguir meu elimination. Do retorno a República do Tchad, os povos tinham-me visto cantar com tele. E desde então, eu canto regularmente.
RACHID YAHOU:
- Como você julga sua produção?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Minha produção é prolix. Dissociates outra por seu originality. Eu não quero fazer como todos. Eu sou minha maneira e escrevo o que a vida me inspira.
RACHID YAHOU:
- Sua opinião no estado atual da disciplina que você escolheu.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- os avanços da música, com seus altos e seus fundos. Mas eu acredito que há um lugar para todos. É bastante que há algo o interior que atrai povos. Quem fala aos povos.
RACHID YAHOU:
- você tem projetos?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Eu deixarei meu disco aqui de março fevereiro.
RACHID YAHOU:
- Como você começou?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Pela escrita. O desejo para comunicar-se com o outro.
RACHID YAHOU:
- os motivations que o empurraram lá?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Eu sou um sobrevivente das guerras de República do Tchad. Eu não sei como nem porque eu sobrevivi todo o isso. Eu quero testify a. De modo que isso nunca retorne.
RACHID YAHOU:
- era você assim o yes ajudado por que?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Eu trabalho com a sustentação de diversos povos. Agradecimentos a eles, eu avanço. Eu penso no detalhe de Isabelle DHORDAIN de France Inter e de sua equipe charming. Eu penso de Patrick do PLF. Helene HAZERA da cultura de France, que me escutou com o Festival do HUMA e então convidou-me em seu ESTRONDO da emissão de Chanson. Há os pais. Amigos. É formidable. Há você mesmos neste momento!
RACHID YAHOU:
- uma memória boa?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- o dia em que eu comprei uma guitarra no mercado de pulga de Montreuil! Era super!!! Eu não imaginei compro uma guitarra um dia. Porque em República do Tchad, é às vezes inútil - ou impossível sonhar.
RACHID YAHOU:
- uma memória má?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Há tanto. Entretanto, eu não retenho as memórias más. Somente as coisas boas valem a pena o sorrow para ter um lugar em meu coração. Em minha memória.
RACHID YAHOU:
- conselhos a ser dados?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Eu não gosto de dar conselhos. Somente os formulários da experiência.
RACHID YAHOU:
- Etes optimistic você? assim sim por que?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Se eu cessar de ter o optimism, é que eu cesso de acreditar no homem. Entretanto o homem é o centro de tudo.
RACHID YAHOU:
- você encontra problemas financeiros ou diferentes?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Como muito dos povos, eu não me sentei financeira bem. E às vezes, isso pode pose o problema. Quanto para ao restante, eu avanço aonde meus pés me conduzem.
RACHID YAHOU:
- Suas respresentações?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Eu gosto de jogar. Eu faço reuniões muito frequentemente bonitas lá.
RACHID YAHOU:
- a origem de seu sucesso.
- Eu trabalho enormemente. E que extremidades que pagam acima. É necessário acreditar demasiado nele.
RACHID YAHOU:
A palavra da extremidade.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Eu agradeço-o dando a oportunidade a mim de fazer o conhecimento daqueles que o lêem. O homem é o centro de tudo. Eu desejo-lhe um ano da paz. Paz!
Cumprimentos Sizeable.
RACHID YAHOU
gdekabylie@yahoo. Franco
FLAVIEN KOBDIGUE: O LA BELLA CANZONE DEL TCHADIEN-(RACHID YAHOU)
RACHID YAHOU:
- Presentate ai nostri lettori.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Chiamo Flavien KOBDIGUE, ALIAS KAAR KAAS SONN. Nato nel 1973 a Sarh - Ciad. Abito Laval, in Mayenne (53)
RACHID YAHOU:
- Perché avere scelto la musica (questa disciplina)?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- È l'amore della scrittura che la ha spinta alla canzone. Canto per non morire...
RACHID YAHOU:
- Potete illustrarci il vostro percorso?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Ho iniziato a scrivere i miei primi testi di canzone nel 1994 mentre ero al fac. Ma gli studi erano primordiali. In seguito, sono entrato alla ENA per diventare funzionario. Nel 1999, rappresentavo il mio paese a QUESTIONI PER un CAMPIONE e Julien LEPERS mi ha fatto cantare a seguito della mia eliminazione. Di ritorno in Ciad, la gente lo aveva visto cantare al tele. E da allora, canto regolarmente.
RACHID YAHOU:
- Come giudicate la vostra produzione?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- La mia produzione è prolixe. Si toglie il marchio degli altri con la sua originalità. Non voglio fare come tutti. Sono il mio cammino e scrivo ciò che mi ispira la vita.
RACHID YAHOU:
- Il vostro parere sullo stato attuale della disciplina che avete scelto.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- La musica avanza, con le sue cime ed i suoi fondi. Ma credo che ci sia del posto per tutti. Basta che ci sia qualcosa dentro che attira la gente. Chi parla alla gente.
RACHID YAHOU:
- Avete progetti?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Farò uscire il mio disco da qui a febbraio marzo.
RACHID YAHOU:
- Come avete cominciato?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Con la scrittura. Il desiderio di comunicare con gli altri.
RACHID YAHOU:
- Le motivazioni che ve li hanno spinti?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Sono un rescapé delle guerre del Ciad. Non so come né perché sono sopravvissuto a tutto quello. Voglio testimoniarlo. Affinché ciò non ritorni mai.
RACHID YAHOU:
- Siete stati aiutati così sì con che?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Lavoro con l'appoggio di molte persone. Grazie ad esse, avanzo. Penso in particolare ad Isabelle DHORDAIN della Francia Inter ed il suo gruppo charmante. Penso a Patrick de FIP. Elena HAZERA della Francia cultura, chi lo ha ascoltato alla festa di LA FIUTÒ ed ha invitato in seguito nella sua emissione canzone ESPLOSIONE. Ci sono i genitori. Gli amici. È arduo. Ci li sono stessi attualmente!
RACHID YAHOU:
- Una buona memoria?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Il giorno dove ho comperato una chitarra al mercato alle pulci di Montreuil! Era!!! eccellenti Non immaginavo potere comperare una chitarra un giorno. Poiché al Ciad, è a volte inutile - o impossibile - sognare.
RACHID YAHOU:
- Una cattiva memoria?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Ne ce n'è così tanto. Tuttavia, non prendo in considerazione le cattive memorie. Solo le buone cose valgono la pena di avere un posto nel mio cuore. Nella mia memoria.
RACHID YAHOU:
- Consigli da prodigare?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Non gradisco emettere consigli. Solo l'esperienza forma.
RACHID YAHOU:
- Etes ottimista? se sì perché?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Se cesso di avere ottimismo, è che cesso di credere nell'uomo. Ma l'uomo è il centro di tutto.
RACHID YAHOU:
- Incontrate problemi finanziari o altri?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Come molte persone, non mi siedo. Ed a volte, quello può porre problemi. Quanto al resto, avanzo dove i miei piedi lo conducono.
RACHID YAHOU:
- Le vostre rappresentazioni?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Gradisco giocare. Vi faccio molto spesso belle riunioni.
RACHID YAHOU:
- L'origine del vostro successo.
- Lavoro enormemente. E quello finisce per pagare. Occorre credervi anche.
RACHID YAHOU:
La parola della fine.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Li prego di darmi l'occasione di fare la conoscenza di quelli che li leggono. L'uomo è il centro di tutto. Vi desidero un anno di pace. Peace!
Saluti respectables.
RACHID YAHOU
gdekabylie@yahoo.Fr
FLAVIEN KOBDIGUE: O LA BONITA CANCIÓN DEL TCHADIEN-(RACHID YAHOU)
RACHID YAHOU:
- Presentan a nuestros lectores.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Me llamo a Flavien KOBDIGUE, ALIAS KAAR KAAS SONN. Nacido en 1973 a Sarh - el Chad. Vivo Laval, en Mayenne (53)
RACHID YAHOU:
¿- ¿ Por qué haber elegido la música (esta disciplina)?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Es el amor de la escritura que lo promovió la canción. Canto para no morir...
RACHID YAHOU:
¿- Pueden describirnos su curso?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Comencé a escribir mis primeros textos de canción en 1994 mientras que estaba al FAC. Pero los estudios eran primordiales. A continuación, entré al ENA para convertirse en funcionario. En 1999, representaba mi país a CUESTIONES PARA un CAMPEÓN y Julien LEPERS me hizo cantar tras mi eliminación. De vuelta al Chad, la gente lo había visto cantar al tele. Y desde entonces, canto regularmente.
RACHID YAHOU:
¿- Cómo juzgan su producción?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Mi producción es prolija. Se salda de los otro por su originalidad. No quiero hacer como todo el mundo. Soy mi camino y escribo lo que me inspira la vida.
RACHID YAHOU:
- Su dictamen sobre el estado actual de disciplina que eligieron.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- La música avanza, con sus cumbres y sus partes bajas. Pero creo que hay del lugar para todo el mundo. Basta que haya algo dentro que atrae a la gente. Quién habla a la gente.
RACHID YAHOU:
¿- Tienen proyectos?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Voy a sacar mi disco de aquí a febrero marzo.
RACHID YAHOU:
¿- Cómo comenzaron?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Por la escritura. El deseo de comunicar con otros.
RACHID YAHOU:
¿- Las motivaciones que hay?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Soy un superviviente de las guerras del Chad. No sé cómo ni porqué he sobrevivido a todo eso. Quiero darlo prueba. Para que eso vuelva de nuevo nunca.
RACHID YAHOU:
¿- Se te ayudó en caso afirmativo por que?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Trabajo con el apoyo de varias personas. Gracias ellas, avanzo. Pienso, en particular, a Isabelle DHORDAIN de Francia inter y su equipo encantador. Pienso a Patrick de FIP. Hélène HAZERA de Francia Cultura, quién lo escuchó a la Fiesta de ME INHALÓ y me invitó a continuación en su emisión Canción EXPLOSIÓN. Hay los padres. Los amigos. Es formidable. ¡Hay mismos les actualmente!
RACHID YAHOU:
¿- Un buen recuerdo?
FLAVIEN KOBDIGUE:
¡- El día en que compré una guitarra al mercado a las pulgas de Montreuil! Era superes!!! No me imaginaba poder comprar una guitarra un día. Ya que en el Chad, es a veces inútil - o imposible - soñar.
RACHID YAHOU:
¿- Un mal recuerdo?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Allí tiene tanto. Sin embargo, no retengo los malos recuerdos. Sólo las buenas cosas valen la pena tener un lugar en mi corazón. En mi memoria.
RACHID YAHOU:
¿- Consejos que deben prodigarse?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Me no gusta dar consejos. Sólo la experiencia forma.
RACHID YAHOU:
¿- Etes optimista? ¿en caso afirmativo por qué?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Si dejo de tener optimismo, es que dejo de creer en el hombre. Ahora bien el hombre es el centro de todo.
RACHID YAHOU:
¿- Encuentran problemas financieros u otros?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Como muchas personas, no se me no sienta bien financieramente. Y a veces, eso puede plantear problema. En cuanto al resto, avanzo dónde mis pies me conducen.
RACHID YAHOU:
¿- Sus representaciones?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Me gusta jugar. Hay muy a menudo bonitos encuentros.
RACHID YAHOU:
- El origen de su éxito.
- Trabajo enormemente. Y eso termina por pagar. Hay también.
RACHID YAHOU:
La palabra del final.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Les agradezco que me dé la ocasión de hacer el conocimiento de los que lo leen. El hombre es el centro de todo. Les deseo un año de paz. ¡Peace!
Saludos respetables.
RACHID YAHOU
gdekabylie@yahoo.fr
FLAVIEN KOBDIGUE: OF HET MOOIE LIED VAN TCHADIEN-(RACHID YAHOU)
RACHID YAHOU:
- Presenteert u aan onze lezers.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Ik noem me Flavien KOBDIGUE, ALIAS KAAR KAAS SONN. Ontstaan in 1973 uit Sarh - Tsjaad. Ik woon Laval, in Mayenne (53)
RACHID YAHOU:
- Waarom de muziek (deze discipline) gekozen hebben?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Het is de liefde van het schrift dat me aan het lied heeft geduwd. Ik zing om niet te sterven...
RACHID YAHOU:
- Kunt u ons uw traject beschrijven?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Ik ben beginnen mijn eerste teksten van lied in 1994 te schrijven terwijl ik aan fac was. Maar de studies waren primordiaal. Vervolgens ik ben aan ENA ingegaan om ambtenaar te worden. In 1999 ik vertegenwoordigde mijn land aan VRAGENEN VOOR een KAMPIOEN en Julien LEPERS heeft me na mijn verwijdering laten zingen. Van terugkeer in Tsjaad, de mensen aan televisie hadden me zien zingen. En sindsdien, ik zing regelmatig.
RACHID YAHOU:
- Hoe oordeelt u uw productie?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Mijn productie is wijdlopig. Zij prijst zich van de anderen door haar originaliteit af. Ik wil niet als iedereen doen. Ik ben mijn weg en schrijf wat me het leven inspireert.
RACHID YAHOU:
- Uw advies over de huidige stand van de discipline die u hebt gekozen.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- De muziek gaat vooruit, met zijn toppen en zijn onderkanten. Maar ik geloof dat hij er van de plaats voor iedereen heeft. Het voldoet dat er iets binnen is die de mensen aantrekt. Wie spreekt met de mensen.
RACHID YAHOU:
- Hebt u projecten?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Ik ga mijn schijf vóór februari maart weggaan.
RACHID YAHOU:
- Hoe u bent begonnen?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Door het schrift. De lust om met de anderen mee te delen.
RACHID YAHOU:
- De motivatie die u er heeft geduwd?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Ik ben rescapé van de oorlogen van Tsjaad. Ik weet niet hoe noch waarom ik alle dat heb overleefd. Ik wil het getuigen. Opdat dat ooit terugkomt.
RACHID YAHOU:
- Werd u zo ja geholpen waar door?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Ik werk met de steun van verschillende personen. Dank zij hen, ik ga vooruit. Ik denk met name aan Isabelle DHORDAIN van Frankrijk tussen en zijn leuk team. Ik denk aan Patrick van FIP. Helene HAZERA van Frankrijk Cultuur, wie aan het Feest van HUMA en me heeft uitgenodigd vervolgens in zijn uitzending Lied EXPLOSIE heeft me geluisterd. Er zijn de ouders. De vrienden. Het is geweldig. Er is zelfde u momenteel!
RACHID YAHOU:
- Een goede herinnering?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- De dag waarop ik een guitaar aan de markt aan de chips van Montreuil heb gekocht! Het was prima!!! Ik stelde me niet een guitaar te kunnen voor kopen een dag. Want in Tsjaad, het is soms nutteloos - of onmogelijk - om te dromen.
RACHID YAHOU:
- Een slechte herinnering?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Er zijn erover zo. Nochtans ik houd de slechte herinneringen niet tegen. Enkel de goede dingen gelden de straf om een plaats in mijn hart te hebben. In mijn geheugen.
RACHID YAHOU:
- Te verkwisten adviezen?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Ik wil geen adviezen geven graag. Enkel de ervaring vormt.
RACHID YAHOU:
- Optimistische Etes? als ja waarom?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Als ik ophoud met optimisme te hebben, het is dat ik ophoud met in de mens te geloven. Echter de mens is het centrum van alles.
RACHID YAHOU:
- Ondervindt u financiële of andere problemen?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Als vele personen, ik word niet financieel goed gezet. En soms, dat kan probleem vormen. Wat de rest betreft, ik ga vooruit waar mijn voeten me leiden.
RACHID YAHOU:
- Uw vertegenwoordigingen?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Ik wil spelen graag. Ik doe er zeer vaak mooie samenkomsten.
RACHID YAHOU:
- De oorsprong van uw succes.
- Ik werk enorm. En dat begint betalen. Men eveneens moet in geloven.
RACHID YAHOU:
Het woord van het eind.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Ik bedank u om me de gelegenheid te bieden om de kennis daarvan te doen die u lezen. De mens is het centrum van alles. Ik wens u een jaar van vrede. Peace!
Achtenswaardige begroetingen.
RACHID YAHOU
gdekabylie@yahoo.Fr
FLAVIEN KOBDIGUE: ИЛИ КРАСИВЕЙШАЯ ПЕСНЯ Chadian-(Rachid YAHOU)
RACHID YAHOU:
- вы настоящий момент на наших читателях.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- я вызван Флавиен КОБДИГУЕ, alias KAAR KAAS SONN. Принесено в 1973 в Sarh - Чаде. Я живу Laval, в Mayenne (53)
RACHID YAHOU:
- почему выбрать нот (эту дисциплину)?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- будет влюбленностью сочинительства нажало меня с песней. Я пею для того чтобы не умереть...
RACHID YAHOU:
- можете вы вспомнить нас ваш курс?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- я начал написать мои первые тексты песни в 1994 тогда как я был с FAC. Но изучения были главным образом важности. После этого, Я вошел с ENA для того чтобы стать гражданским служащим. В 1999, Я представил мою страну с ВОПРОСАМИ ДЛЯ ЧЕМПИОНА и Julien LEPERS сделало меня спеть следовать за моим исключением. возвращения к Чаду, люди увидели, что я спел с tele. И since then, Я пею регулярно.
RACHID YAHOU:
- как вы судите вашу продукцию?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- моей продукцией будет prolix. Оно разъединяет другие своей своеобычностью. Я не хочу сделать как каждое. Я буду моей дорогой и пишу жизнь воодушевляет к мне.
RACHID YAHOU:
- ваше мнение на настоящем положении дел дисциплины вы выбрали.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- выдвижения нот, с своими верхними частями и своими дн. Но я верю что будет место для каждого. Оно достаточно что что-то внутренность привлекает людей. Говорит к людям.
RACHID YAHOU:
- вы имеете проекты?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- я оставлю мой диск с здесь февраля -го марта.
RACHID YAHOU:
- как вы начали?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- сочинительством. Желание для связывать с другими.
RACHID YAHOU:
- мотивировки нажали вас там?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- я буду survivor войн Чада. Я не знаю как ни почему я выдержал вс то. Я хочу засвидетельствовать он. Так, что то никогда не будет возвращать.
RACHID YAHOU:
- были вы, котор помогли так утвердительный ответ?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- я работаю с поддержкой нескольких людей. Спасибо они, Я выдвигаюсь. Я думаю в частности Isabelle DHORDAIN Франции взаимо- и его очаровывая команды. Я думаю Patrick fip. Helene HAZERA культуры Франции, слушало к мне с празднеством HUMA и после этого приглашало меня в своей ЧЕЛКЕ излучения Chanson. Будут родители. Друзья. Оно formidable. Будут вы такие же в этом моменте!
RACHID YAHOU:
- хорошая память?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- день когда я купил гитару на блошинныйа Montreuil! Оно было супер!!! Я не представил для того чтобы мочь купить гитару один день. Потому что в Чаде, иногда никудышно - или невозможно для того чтобы мечтать.
RACHID YAHOU:
- плохая память?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- so much. Однако, Я не сохраняю плохие памяти. Только хорошие вещи worth скорба для того чтобы иметь место в моем сердце. В моей памяти.
RACHID YAHOU:
- советы, котор нужно lavished?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- я не люблю дать советов. Только формы эксперимента.
RACHID YAHOU:
- оптимистическое Etes вы? настолько да почему?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- если я перестаю иметь оптимизм, то оно что я перестаю верить в человеке. Однако человек будет центром всех.
RACHID YAHOU:
- вы сталкиваетесь финансовохозяйственные или по-разному проблемы?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- как много из людей, Я не сидел финансовохозяйственно наилучшим образом. И иногда, то может представить проблему. Как для остатка, Я выдвигаю где мои ноги водят меня.
RACHID YAHOU:
- ваши представления?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- я люблю сыграть. Я делаю очень часто красивейшие встречи там.
RACHID YAHOU:
- начало вашего успеха.
- я работаю преогромно. И что концы вверх оплачивая. Обязательно верить в ем слишком.
RACHID YAHOU:
Слово конца.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- я благодарю вас для давать возможность к мне сделать знание тех читают вас. Человек будет центром всех. Я желаю вам один год мира. Мир!
Sizeable приветствия.
RACHID YAHOU
гдекабылие@ыаюоо.Франк
FLAVIEN KOBDIGUE: Ή ΤΟ ΌΜΟΡΦΟ ΤΡΑΓΟΎΔΙ ΤΟΥ TCHADIEN-(RACHID YAHOU)
RACHID YAHOU:
- Παρουσιάστε στους αναγνώστες μας.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Μ' καλώ flavien KOBDIGUE, ALIAS KAAR KAAS SONN. Γεννημένος το 1973 σε Sarh - το Τσαντ. Ζω laval, mayenne (53)
RACHID YAHOU:
- Γιατί να διαλέξει τη μουσική (αυτή η πειθαρχία);
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Είναι η αγάπη της γραφής που μ' έχει σπρώξει στο τραγούδι. Τραγουδώ να μην πεθάνω ...
RACHID YAHOU:
- Μπορείτε να μας θυμηθείτε τη διάνυσή σας;
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Έχω αρχίσει για να γράψω τα πρώτα κείμενα του τραγουδιού μου το 1994 ενώ ήμουν fac. Αλλά οι μελέτες ήταν αρχέγονες. Έπειτα, έχω εισαγάγει στο ENA για να γίνω δημόσιος υπάλληλος. Το 1999, αντιπροσώπευσα τη χώρα των ΕΠΕΡΩΤΉΣΕΏΝ μου ΓΙΑ έναν ΠΡΩΤΑΘΛΗΤΉ και Julien LEPERS μ' έχει κάνει να τραγουδήσει μετά από την αποβολή μου. Της επιστροφής στο Τσαντ, οι κόσμοι μ' είχαν δει να τραγουδήσουν σ τηλε. Και από τότε, τραγουδώ τακτικά.
RACHID YAHOU:
- Πώς κρίνετε την παραγωγή σας;
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Η παραγωγή μου είναι μακροσκελής. Διαφοροποιείται άλλοι από την πρωτοτυπία του. Δεν θέλω να κάνω όπως ο καθένας. Είμαι ο δρόμος μου και γράφω που μ' εμπνέει η ζωή.
RACHID YAHOU:
- Η άποψή σας στο σημερινό Κράτος της πειθαρχίας που έχετε διαλέξει.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Η μουσική προωθεί, με τα καλύμματά του και τις στηρίξεις του. Αλλά θεωρώ ότι υπάρχει της θέσης για τον καθέναν. Αρκεί ότι υπάρχει κάτι που εσωτερικό προσελκύει τους κόσμους. Ποιος μιλά στους κόσμους.
RACHID YAHOU:
- Έχετε προγράμματα;
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Θα βγώ το δίσκο μου από τώρα και μέχρι το Φεβρουάριο Μάρτιος.
RACHID YAHOU:
- Πώς έχετε αρχίσει;
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Από τη γραφή. Η επιθυμία για να κοινοποιήσει με άλλους.
RACHID YAHOU:
- Τα κίνητρα που εκεί σας έχουν σπρώξει;
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Είμαι επιζών των πολέμων του Τσαντ. Δεν ξέρω πώς ούτε γιατί έχω επιζήσει σε όλος αυτός. Θέλω να τον πιστοποιήσω. Έτσι ώστε αυτό δεν επιστρέφει ποτέ.
RACHID YAHOU:
- Έχετε ενισχυθεί εάν ναι από τους οποίους;
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Εργάζομαι με την υποστήριξη αρκετών προσώπων. Χάρη σε τις, προωθώ. Σκέφτομαι κυρίως isabelle DHORDAIN της Γαλλίας διά και η charmante ομάδα του. Σκέφτομαι patrick FIP. Το Helene HAZERA της Γαλλίας καλλιέργεια, ποιος μ' έχει ακούσει στη γιορτή ΚΑΤΑΠΙΕ και μ' έχει προσκαλέσει έπειτα μέσα στην εκπομπή του τραγούδι ΈΚΡΗΞΗ. Υπάρχει τους γονείς. Οι φίλοι. Είναι τρομερός. Σας υπάρχει ίδιους τώρα !
RACHID YAHOU:
- Μια καλή ανάμνηση;
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Η ημέρα που έχω αγοράσει μια κιθάρα στην αγορά στους ψύλλους Montreuil ! Ήταν έξοχα !!! Δεν φαντάστηκα να μπορέσω να αγοράσω μια κιθάρα μια ημέρα. Επειδή στο Τσαντ, είναι μερικές φορές άχρηστος - ή αδύνατος - ονειρευεί.
RACHID YAHOU:
- Μια κακή ανάμνηση;
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Εκεί έχει τόσο. Παρόλα αυτά, δεν κρατώ τις κακές αναμνήσεις. Μόνα τα καλά πράγματα αξίζουν την ποινή για να έχει μια θέση μέσα στην καρδιά μου. Μέσα στη μνήμη μου.
RACHID YAHOU:
- Τα Συμβούλια που σπαταλούν;
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Δεν συμπαθώ να δώσω τα Συμβούλια. Μόνη η εμπειρία διαμορφώνει.
RACHID YAHOU:
- Αισιόδοξο Etes; εάν ναι γιατί;
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Εάν σταματώ για να έχε μια αισιοδοξία, είναι ότι σταματώ για να θεωρήσω στον άνθρωπο. Όμως ο άνθρωπος είναι το κέντρο όλος.
RACHID YAHOU:
- Συναντάτε οικονομικά ή διαφορετικά προβλήματα;
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Όπως τα πολλά πρόσωπα, οικονομικά καλά δεν κάθομαι. Και μερικές φορές, αυτός μπορεί να θέσει τα προβλήματα. Σχετικά με το υπόλοιπο, προωθώ πού τα πόδια μου με οδηγούν.
RACHID YAHOU:
- Οι αντιπροσωπεύσεις σας;
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Συμπαθώ να παίξω. Κάνω εκεί πολύ συχνά όμορφες συναντήσεις.
RACHID YAHOU:
- Η προέλευση της επιτυχίας σας.
- Εργάζομαι πάρα πολύ. Και αυτός τελειώνει από να πληρώσει. Είναι εκεί να θεωρήσει τοο.
RACHID YAHOU:
Η λέξη του τέλους.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Σας ευχαριστώ να με δώσω την ευκαιρία για να κάνω τη γνώση εκείνοι που σας διαβάζουν. Ο άνθρωπος είναι το κέντρο όλος. Σας επιθυμώ ένα έτος της ειρήνης. Peace !
Αξιοσέβαστοι χαιρετισμοί.
RACHID YAHOU
gdekabylie@yahoo.fr
[فلفين] [كوبديغ]: أو الأغنية جميلة [شدين-] ([رشد] [يهوو])
[رشد] [يهوو]:
- أنت هدية في قارئاتنا.
[فلفين] [كوبديغ]:
- دعات أنا [فلفين] [كوبديغ] ، [أليس] [كر] [كس] [سنّ]. [بورن] في 1973 في [سره] - تشاد. أنا أعيش [لفل] ، في [منّ] (53)
[رشد] [يهوو]:
- لماذا أن يتلقّى اخترت اللون موسيقى (هذا إنضباط) ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- هو الحالة حبّ من الكتابة أيّ دفعني مع الأغنية. أنا أغنّى لا أن يموت…
[رشد] [يهوو]:
- يستطيع أنت تذكّرتنا مسلكك ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- بدأ أنا أن يكتب نصوصي أولى أغنية في 1994 حيث أنّ أنا كنت مع ال [فك]. غير أنّ كان الدراسات من أهمية أوّليّة. بعد ذلك ، دخل أنا مع ال [إنا] أن يصبح [سفيل سرفنت]. في 1999 ، مثّل أنا بلدي مع أسئلة لبطلة وجوليان [لبرس] جعلواني غنّيت يتبع إزالتي. من عودة إلى تشاد ، كان الناس قد رأواني يحرق مع [تل]. و [سنس ثن] ، يغنّى أنا بانتظام.
[رشد] [يهوو]:
- كيف أنت تقضي إنتاجك ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- إنتاجي [بروليإكس]. هو يتفكّك أخرى بإبتكاره. أنا لا أريد أن يجعل مثل كلّ شخص. أنا طريقي ويكتب ماذا الحياة يلهم إلى ي.
[رشد] [يهوو]:
- رأيك على ال [كرّنت ستت] من الإنضباط أيّ أنت اخترت.
[فلفين] [كوبديغ]:
- اللون موسيقى تقدمات ، مع أعاليه وقعوره. غير أنّ يصدق أنا أنّ هناك مكان ل كلّ شخص. هو كافي أنّ هناك شيء داخل أيّ يجذب الناس. الذي يتكلّم إلى الناس.
[رشد] [يهوو]:
- أنت تتلقّى مشاريع ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- سيترك أنا أسطوانتي من هنا مارس - آذار فبراير - شباط.
[رشد] [يهوو]:
- كيف أنت بدأت ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- بالكتابة. الرغبة ل يتّصل مع الأخرى.
[رشد] [يهوو]:
- التحاريض أيّ دفع أنت هناك ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- أنا باقية من الحروب تشاد. أنا لا أعرف كيف ولا لما أنا بقيت كلّ أنّ. أنا أريد أن يشهد هو. [س ثت] أنّ أبدا يرجع.
[رشد] [يهوو]:
- كنت أنت يساعد هكذا موافقة ب أيّ ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- يعمل أنا مع الدعم من عدّة الناس. شكور إلى هم ، يتقدّم أنا. أنا أفكّر [إين برتيكلر] من [إيسبلّ] [دهوردين] من فرنسا مشتركة وه يفتن فريق. أنا أفكّر من باتريك من [فيب]. دعاني [هلن] [هزرا] من فرنسا ثقافة ، الذي استمع إلى ي مع المهرجان من ال [هوما] وبعد ذلك في ه [شنسن] إذاعة دوي. هناك الوالدات. صديقات. هو هائلة. هناك أنت نفس في هذا عزم!
[رشد] [يهوو]:
- ذاكرة جيّدة ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- اليوم عندما اشترى أنا قيثار في ال [فلا مركت] [مونتريويل]! هو كان فائقة!!! أنا لم أتخيّل أن يكون يمكن أن يشتري قيثار واحدة يوم. لأنّ في تشاد ، هو يكون أحيانا نافعة - أو مستحيلة أن يحلم.
[رشد] [يهوو]:
- ذاكرة سيّئة ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- هناك كثيرا. مهما ، لا يحتبس أنا الذاكرات سيّئة. فقط [ب وورث] الأشياء جيّدة الحزن أن يتلقّى مكان في قلبي. في ذاكرتي.
[رشد] [يهوو]:
- مجالس أن يكون بذّرت ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- لا يحبّ أنا أن يعطي مجالس. فقط التجربة أشكال.
[رشد] [يهوو]:
- [إتس] متفائلة أنت ؟ هكذا نعم لماذا ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- إن أنا أوقف يتلقّى تفاؤل ، هو أنّ يوقف أنا يصدق في الرجل. مهما الرجل المركز من كلّ.
[رشد] [يهوو]:
- أنت تواجه ماليّة أو مشاكل مختلفة ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- مثل كثير من الناس ، لم يجلس أنا ماليّا جيّدا. وأحيانا ، أنّ يستطيع طرحت مشكلة. بما أنّ لالالباقي ، يتقدّم أنا حيث أقدامي يقودونني.
[رشد] [يهوو]:
- تمثيلاتك ؟
[فلفين] [كوبديغ]:
- يحبّ أنا أن يلعب. أنا أجعل اجتماعات جميلة جدّا غالبا هناك.
[رشد] [يهوو]:
- الأصل من نجاحك.
- يعمل أنا بجسامة. وأنّ نهايات فوق يدفع. هو ضروريّة أن يصدق في هو أيضا.
[رشد] [يهوو]:
الكلمة من النهاية.
[فلفين] [كوبديغ]:
- يشكر أنا أنت ل يعطي الفرصة إلى ي أن يجعل المعرفة من أنّ أيّ يقرأ أنت. الرجل المركز من كلّ. أنا أتمنّى أنت واحدة سنة السلام. سلام!
تحيات [سزبل].
[رشد] [يهوو]
[غدكبليهوو]. [فر]
FLAVIEN KOBDIGUE: ELLER den HÄRLIGA SONGEN AV Chadian- (Rachid YAHOU)
RACHID YAHOU:
- dig gåva på våra avläsare.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Jag kallas Flavien KOBDIGUE, pseudonymen KAAR KAAS SONN. Bördig 1973 i Sarh - Tchad. Jag bor Laval, i Mayenne (53)
RACHID YAHOU:
- Why att ha valt musiken (denna disciplin)?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Det är förälskelsen av writingen som sköt mig med songen. Jag sjunger för att inte dö…,
RACHID YAHOU:
- kan du återkalla oss som är dina för att jaga?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Jag startade att skriva min första texter av songen i 1994, eftersom jag var med FACEN. Men studiesna var av primär betydelse. Därefter skrev in jag med ENAEN för att bli tjänstemannen. I 1999 föreställde jag det min landet med IFRÅGASÄTTER FÖR en MÄSTARE, och Julien SPETÄLSKAR gjorde mig min eliminering för allsång efter. Av retur till Tchad hade folket sett mig att sjunga med tele. Och sedan dess, sjunger jag regelbundet.
RACHID YAHOU:
- Hur bedömer du din production?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Min production är prolix. Den separerar andra vid dess originality. Jag önskar inte att göra något liknande alla. Jag är min långt och skriver vad livet inspirerar till mig.
RACHID YAHOU:
- Din åsikt på strömmen som är statlig av disciplinen som du valde.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- musikframflyttningarna, med dess blast och dess bottnar. Men jag tror att det finns förlägger för alla. Den är nog att det finns något som är inre, som tilldrar folk. Vem talar till folk.
RACHID YAHOU:
- har du projekterar?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Jag skar mars Februari för disketten för permissioner den min härifrån.
RACHID YAHOU:
- Hur började du?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Vid writingen. Lusten för att meddela med andra.
RACHID YAHOU:
- motivationsna som sköt dig där?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Jag är en överlevande av kriger av Tchad. Jag vet inte hur nor varför jag fortlevde allt det. Jag önskar att vitsorda den. Så att det går tillbaka aldrig.
RACHID YAHOU:
- var du det hjälpta så JAet vid som?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Jag fungerar med servicen av flera folk. Thanks till dem, för- I. Funderare I i synnerhet av Inter Isabelle DHORDAIN av Frankrike och hans charmiga lag. Funderare I av Patrick av FIP. Helene HAZERA av Frankrike kultur, som lyssnade till mig med festivalen av HUMAEN och därefter inbjudet mig i dess Chanson utsläppSMÄLL. Det finns parentsna. Vänner. Den är formidable. Det finns dig samma i detta ögonblick!
RACHID YAHOU:
- ett gott minne?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- dagen, då jag köpte en gitarr på loppmarknaden av Montreuil! Den var toppen!!! Jag föreställde inte kan köp en gitarr en dag. Därför att i Tchad, den är ibland onyttig - eller omöjligt att drömma.
RACHID YAHOU:
- ett dåligaminne?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Det finns så mycket. Emellertid behåller jag inte dåligaminnena. Endast är den goda saker värd sorrowen som har en förlägga i min hjärta. I min minne.
RACHID YAHOU:
- råd som ska är lavisheds?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Jag gillar inte för att ge råd. Endast bildar experimentera.
RACHID YAHOU:
- optimistiska Etes dig? så ja why?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Om jag upphör ha optimism, är det att jag upphör att tro i manen. Emellertid är manen centrera allra.
RACHID YAHOU:
- du finansiella eller olika problem för mötet?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Gilla mycket av folk, mig satt inte ekonomiskt väl. Och ibland, kan det posera problem. Som för resten, för- I var den min foten leder mig.
RACHID YAHOU:
- Din kritiska anmärkningar?
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Jag gillar för att leka. Jag gör mycket ofta härliga möten där.
RACHID YAHOU:
- beskärningen av din framgång.
- Jag fungerar oerhört. Och det avslutar upp att betala. Det är nödvändigt att tro i den för.
RACHID YAHOU:
Uttrycka av avsluta.
FLAVIEN KOBDIGUE:
- Jag tackar dig för att ge tillfället till mig att göra kunskapen av de som läser dig. Manen är centrera allra. Jag önskar dig ett år av peace. Peace!
Sizeable hälsningar.
RACHID YAHOU
gdekabylie@yahoo. Fr
FLAVIEN KOBDIGUE: またはChadian- (Rachid YAHOU)の美しい歌

TRADUCTION EN FRANCAIS :
FLAVIEN KOBDIGUE : OU LA BELLE CHANSON DU TCHADIEN-(RACHID YAHOU)
RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs.
FLAVIEN KOBDIGUE :
- Je m’appelle Flavien KOBDIGUE, alias KAAR KAAS SONN. Né en 1973 à Sarh –Tchad. J’habite Laval, en Mayenne (53)
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi la musique (cette discipline) ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- C’est l’amour de l’écriture qui m’a poussé à la chanson. Je chante pour ne pas mourir…
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- J’ai commencé à écrire mes premiers textes de chanson en 1994 alors que j’étais à la fac. Mais les études étaient primordiales. Ensuite, je suis entré à l’ENA pour devenir fonctionnaire. En 1999, je représentais mon pays à QUESTIONS POUR UN CHAMPION et Julien LEPERS m’a fait chanter à la suite de mon élimination. De retour au Tchad, les gens m’avaient vu chanter à la télé. Et depuis lors, je chante régulièrement.
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre production ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- Ma production est prolixe. Elle se démarque des autres par son originalité. Je ne veux pas faire comme tout le monde. Je suis mon chemin et écris ce que m’inspire la vie.
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.
FLAVIEN KOBDIGUE :
- La musique avance, avec ses hauts et ses bas. Mais je crois qu’il y a de la place pour tout le monde. Il suffit qu’il y ait quelque chose dedans qui attire les gens. Qui parle aux gens.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- Je vais sortir mon disque d’ici février mars.
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- Par l’écriture. L’envie de communiquer avec les autres.
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- Je suis un rescapé des guerres du Tchad. Je ne sais pas comment ni pourquoi j’ai survécu à tout ça. Je veux le témoigner. Pour que cela ne revienne jamais.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidé si oui par qui ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- Je travaille avec l’appui de plusieurs personnes. Grâce à elles, j’avance. Je pense notamment à Isabelle DHORDAIN de France Inter et son équipe charmante. Je pense à Patrick de FIP. Hélène HAZERA de France Culture, qui m’a écouté à la Fête de l’HUMA et m’a invité ensuite dans son émission Chanson BOUM. Il y a les parents. Les amis. C’est formidable. Il y a vous mêmes en ce moment !
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- Le jour où j’ai acheté une guitare au marché aux puces de Montreuil ! C’était super !!! Je n’imaginais pas pouvoir acheter une guitare un jour. Car au Tchad, il est parfois inutile –ou impossible- de rêver.
RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- Il y en a tellement. Cependant, je ne retiens pas les mauvais souvenirs. Seules les bonnes choses valent la peine d’avoir une place dans mon cœur. Dans ma mémoire.
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- Je n’aime pas donner des conseils. Seule l’expérience forme.
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- Si je cesse d’avoir de l’optimisme, c’est que je cesse de croire en l’homme. Or l’homme est le centre de tout.
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- Comme beaucoup de personnes, je ne suis pas financièrement bien assis. Et parfois, ça peut poser problème. Quant au reste, j’avance où mes pieds me conduisent.
RACHID YAHOU :
- Vos représentations ?
FLAVIEN KOBDIGUE :
- J’aime jouer. J’y fais très souvent de belles rencontres.
RACHID YAHOU :
- L'origine de votre réussite.
- Je travaille énormément. Et ça finit par payer. Il faut y croire aussi.
RACHID YAHOU :
Le mot de la fin.
FLAVIEN KOBDIGUE :
- Je vous remercie de me donner l’occasion de faire la connaissance de ceux qui vous lisent. L’homme est le centre de tout. Je vous souhaite une année de paix. Peace !
Salutations respectables.
RACHID YAHOU
gdekabylie@yahoo.fr

1 Commentaire(s) - id : 45
FARAH KAY (SENARISTE)-(PAR RACHID YAHOU)
Age 30 ans
Hauteur 163 cm - 5'4''
Poids 52 kg - 116 lbs
Poitrine 90 cm - 35'' C lbs
Taille 55 cm - 22''
Hanches 87 cm - 34''
Confection 36
Pointure 38
Yeux Noisettes
Cheveux Bruns
Comédienne, Scénariste, Réalisatrice & Modéle !
Artistiquement votre
Farah KAY
http://zorg-design.com/site2006/farah/
dinah75@hotmail.fr
Zorg-Design ® Le N° 1 du Multi-Media Français
http://ippix.net/affiche/affiche.html
http://zorg-design.com

RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs.
FARAH KAY :
- Je suis Farah Kay, modèle photo, écrivain, comédienne et scénariste.
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline?
FARAH KAY :
- Parlons un peu de la photo. Suite à un article paru dans un magasine français, un photographe m'a
dit que je pourrais être modèle photo. Cela m'a paru tellement fou. Il m'a ensuite lancé dnas la photo.
Je suis comédienne avant tout mais la photo permet de transparaître des émotions. avec ce métier, j'ai pris conscience de mon physique. Moi qui était depuis toujours dans l'introspection, j'en avais oublié jusqu'à mon corps.
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
FARAH KAY :
- Depuis cinq ans je vis à Paris. Je suis née d'un père marocain et d'une mère belge. J'ai choisi la Métropole pour pouvoir m'épanouir artistiquement. J'ai tourné dans un long métrage de Jan Bucquoi avec Edourad Baer et Yolande Moreau dans " Les vacances de Noel". Paris est une ville belle et difficile. Les rôles forts ne courts pas les rues donc, j'ai décidé d'écrire des scénarios et je cherche donc un producteur pour Tornado
http://ippix.net/affiche
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
FARAH KAY :
- En tant que modèle, cela marche assez bien je dois avouer. Cela me permet d'acheter du temps pour écrire si je puis m'exprimer ainsi.
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.
FARAH KAY :
- Modèle photo, c'est une jolie expérience pour une femme car elle prends conscience de ses atouts physiques.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
FARAH KAY :
- Je compte m'installer à Los Angeles dans un an. J'aime prendre des risques dans la vie!Les gens pensent que je suis folle mais lorsque j'ai quitté la Belgique, beaucoup de gens disaient que c'était de la folie d'aller seule à Paris, mais je l'ai fait et je ne le regrette pas.
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
FARAH KAY :
- Comme modèle photo, un photographe m'a lancé.
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
FARAH KAY :
- Le fun, l'argent...
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
FARAH KAY :
- Kriss

RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
FARAH KAY :
- Une séance photo avec François Jérôme, un excellent photographe. D'ailleurs ses photos sont sur mon site.
www.farah-kay.book.fr
RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?
FARAH KAY :
- Les obsessionnels!!! Un photographe m'a un jour insultée au téléphone car je demandais un défraiement.
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
FARAH KAY :
- Ce serait plutôt en général. Croire en ses rêves quel qu'il soit.
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
FARAH KAY :
- Optimiste mais lucide. Ce marché ne dure pas toute une vie pour une femme.
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
FARAH KAY :
- Evidemment. Les galères, la vache enragée, j'en ai dégustée...Rien n'est certain dans le monde artistique!
RACHID YAHOU :
- Vos représentations ?
FARAH KAY :
- Fonceuse, battante, obsessionnelle...
RACHID YAHOU :
- L'origine de votre réussite.
FARAH KAY :
- Je n'estime pas avoir réussi quoi que ce soit.On n'a jamais réussi car on peut tout perdre d'un jour à l'autre.
RACHID YAHOU :
- Le mot de la fin :
FARAH KAY :
- Je remercie Rachid Yahou pour cet interview.
RACHID YAHOU
1 Commentaire(s) - id : 43
STELLA (DANSE) : UNE CULTURE INNEE-(RACHID YAHOU)

17/08/2005 16:59:49 - Publié par RACHID YAHOU Ressource associée

 

RACHID YAHOU :
Présentez-vous à nos lecteurs :
STELLA :
Bonjour,
Je m’appelle Stella, j’ai 25 ans ; originaire de la Martinique, je réside à Paris.
Le milieu artistique, que ce soit, la danse, la musique ou la photo, m’a toujours attiré et permis de m’épanouir. Aujourd’hui, les deux passions qui rythment ma vie sont la danse et les percussions brésiliennes et la photographie en tant que modèle. Pour cette interview, je vous parlerai essentiellement de cette dernière.
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
STELLA :
J’ai toujours eu une activité à côté de l’école ou du travail.
Toutes les disciplines artistiques (danse, musique, photo…) sont pour moi une forme d’_expression et de partage devenus essentiels dans ma vie.
Aujourd’hui, je retrouve cela à la fois dans la danse, la musique et en tant que modèle.
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
STELLA :
J’ai commencé très jeune par 9 ans de danse modern jazz, puis 7 ans d’athlétisme et cela fait maintenant 6 ans que j’ai commencé à apprendre et à jouer la percussion brésilienne.
Ensuite c’est lors d’un séjour aux Etats-Unis, à Orlando, que l’on m’a proposé de faire une séance photo… j’ai essayé… et j’ai vraiment adoré !! Je me sentais assez à l’aise et c’est surtout le fait de pouvoir montrer un autre côté de ma personnalité qui m’a plu.
A la suite de ça, je me suis tenue à persévérer dans le domaine de la photo…toujours avec le plaisir, en faisant des choses qui me correspondent.
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
STELLA :
Avec les quelques séances photos et autres expériences que j’ai pu avoir dans le domaine de la mode et de la photographie jusqu’à présent, j’y ai toujours vu une occasion de m’améliorer, et aussi de me surprendre ! J’essaye de prendre tous les bons conseils qu’on peut me donner et de faire des choses qui me ressemblent.
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.
STELLA :
La photographie et le monde artistique en général sont des domaines où il y a pas mal d’opportunités mais aussi beaucoup de candidats !
Avant tout, il faut être capable de juger les bonnes opportunités des mauvaises, car il y en a beaucoup ! Et il faut aussi savoir se démarquer et apporter quelque chose de plus, quelque chose d’original.
L’essentiel est de savoir ce que l’on veut faire et l’image que l’on veut montrer de soi, car les dérives peuvent être facile… !
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
STELLA :
Mes projets, à court terme, sont de réaliser d’autres séances photos dans des styles différents comme le noir et blanc, clair obscur, photos à thèmes. J’aimerai aussi travailler sur les expressions et attitudes dégagées sur les photos.
Je souhaite également, dans certaines de mes réalisations et en toute modestie, véhiculer l’image de la femme noire que ce soit physiquement ou encore par les vêtements ou les coiffures.
Autrement, toutes les réalisations pour des pubs, magazines, catalogues m’intéressent.
Donc si je corresponds à vos projets ou si mon profil vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter !
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
STELLA :
J’ai débuté en tant que modèle il y a seulement un an. C’est lors d’un séjour aux Etats-Unis que l’on m’a proposé de faire une séance photo pour une agence à Orlando. J’ai décidé de tenter et franchement je ne regrette pas !!
Ensuite, de retour sur Paris, j’ai commencé à démarcher, participer à des castings et à me faire des contacts dans le monde de la mode et de la photographie.
Le fait d’être inscrite sur book.fr, permet d’avoir beaucoup de contacts et de projets intéressants.
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
STELLA :
C’est avant tout par plaisir que j’ai décidé de continuer en tant que modèle photo. Et le fait de toujours aborder et apprendre quelque chose de nouveau, tant sur moi-même que sur le modeling, m’a poussé à persévérer dans ce domaine.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
STELLA :
Oui, toutes les personnes qui croient en moi, que ce soit la famille, les amis et même des photographes, m’aident beaucoup, et c’est très important.
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
STELLA :
Je pense qu’il faut, quoi qu’il arrive, rester fidèle à soi-même, ne pas essayer d’imiter et s’affirmer tel que l’on est.
Mais surtout, il est important de savoir ce que l’on veut, et où on veut aller.
Et bien sûr beaucoup de persévérance et de patience !
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
STELLA :
Evidement !! De l’optimisme il en faut un minimum, car on ne correspond pas toujours aux critères de tout le monde…alors si on se décourage au 1er « recalage », ou au 1er casting raté, ce n’est pas la peine !
RACHID YAHOU :
Le mot de la fin :
STELLA :
- Je remercie le journal et M. Rachid Yahou pour m’avoir accordé cette interview. C’est avec plaisir que j’y ai répondu. Merci à vous lecteurs et lectrices de m’avoir lu !
RACHID YAHOU

1 Commentaire(s) - id : 42
lilia STROKINA : UNE ARTISTE SANS EGALE-


Nom : STROKINA
Pr¨¦nom : Lilia
R¨¦gion : ILE DE FRANCE
Age : 33 ans
Sexe : Femme

Taille : 168 cm
Poids : 57 Kg
Poitrine : 90 cm
Tour de taille : 63 cm
Hanches : 94 cm
Confection : 38
Chaussures : 38
Cheveux : Blonds
Coupe : long
Yeux : Verts

Domaine(s) de comp¨¦tence :
comedienne, modele pub, photo

lilia STROKINA

http://www.bookpariscasting.com/lilia_strokina/

 

       
       
       


Un jour des reves devient r¨¦alit¨¦ Simplement il faut croire tr¨¦s fort...



 

  • cours d'art dramatique
  • l'Ecole de la musique
  •  


    • s¨¦ries TV
    • figurations
    • publicit§Û
    • danceuse
  • RACHID YAHOU
1 Commentaire(s) - id : 28
MARION ARNAUDET : MODESTIE ET TENACITE- 
Age
16 ans
Hauteur
155 cm - 5'1''
Poids
55 kg - 122 lbs
Pointure
37
Yeux
Marrons
Cheveux
Bruns

Bonjour,

Vous êtes au bon endroit ne partez pas et découvrer mon univers!!!

 

 

Je m'appelle Marion Arnaudet mais mon nom de scène est NOMY!

Je suis actuellement en formation professionnelle de danse a l'école Kim Kan à Paris!

Je veux être danseuse et comédienne!

Je pratique aussi le chant!

Je suis pleine d'énergie et très souriante!!

Tout ce que je veux c'est du travail du travail et encore du travail!!!

Merci de m'en donner!!!

A bientôt et bonne visite Nomy...

D.blaudez 04/09/2005

Shooting D.Blaudez

Photo daniel Blaudez

gerard penkhoss

gerard penkhoss















Shooting D.Blaudez





D.blaudez 04/09/2005










1 Commentaire(s) - id : 29
JESSICA CLAIRE : BEL ART ET BELLE ARTISTE-

JESSICA CLAIRE : BEL ART ET BELLE ARTISTE -(RACHID YAHOU)

RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs.
JESSICA CLAIRE :
- Bonjour je m’appelle Jessica, j ai 20 ans et je suis au début de ma carrière de maquilleuse professionnelle
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
JESSICA CLAIRE :
- Depuis ma plus tendre enfance je suis attiré par les métiers artistique et par les mondes de la mode et de la beauté, et donc ce métier me correspondait bien
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
JESSICA CLAIRE :
- J’ai eus un parcours atypique puisque j ai commencer par un diplôme de stylisme suivie d un diplôme d esthéticienne pour finir par passer mon diplôme de maquillage
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
JESSICA CLAIRE :
- J’essaie de travailler tous mes maquillages dans les plus petit détails pour que le final soit le parfait possible, mais étant très perfectionniste je garde toujours un oeil très critique sur mon travail
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.
JESSICA CLAIRE :
- C’est un métier merveilleux et qui est très prisé ce qui pose quelques petit problèmes pour trouver du travail.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
JESSICA CLAIRE :
- Pour le moment je suis a la recherche de travaille
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
JESSICA CLAIRE :
- J’ai débuté par des missions en intérims ce qui m a permis de nouer des contacts
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont pousse?
JESSICA CLAIRE :
- C’était une passion depuis tellement d’année, j’avais le besoin de réaliser mon rêve
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée? Si oui par qui ?
JESSICA CLAIRE :
- Oui par une amie avec qui j’étais en formation de maquillage
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
JESSICA CLAIRE :
- Les fois ou je suis aller maquiller sur les plateaux de Tele Realite
RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?
JESSICA CLAIRE :
- Aucun
RACHID YAHOU :
- Des conseils ? prodiguer ?
JESSICA CLAIRE :
- De ne jamais baisser les bras.
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
JESSICA CLAIRE :
- Oui, car avec l’évolution de la vie, de la télé, du cinéma ... de nombreux emplois sont créés
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
JESSICA CLAIRE :
- Oui quelque fois car c est un métier ou l on ne travaille pas assez régulièrement, surtout dans mon cas, étant au début de ma carrière.
RACHID YAHOU :
- Le mot de la fin :
JESSICA CLAIRE :
- Je remercie le journal de m avoir proposé l interview, si mon expérience
peux servir à d’autres personnes j’en serais très contente.
RACHID YAHOU

1 Commentaire(s) - id : 30
MELODY (COMEDIENNE)

MELODY (COMEDIENNE) : UNE PASSION SANS LIMITE (RACHID YAHOU)    Age 18 ans
Hauteur 168 cm - 5'6''
Poids 50 kg - 111 lbs
Poitrine 85 cm - 33'' C lbs
Taille 64 cm - 25''
Hanches 85 cm - 33''
Confection 36
Pointure 36
Yeux Verts
Cheveux Blonds
http://www.melody.book.fr/
Entretien :
RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs.
MELODY :
Je m'appelle Melody, j'ai 18 ans , je suis francaise d'origine
anglaise.Celibataire.
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
MELODY :
- Je suis tout d'abord étudiante en ecole de commerce mais comédienne
dans ma vie de tous les jours. Si je veux faire ce metier, je crois que c'est tout d'abord pour vivre un reve mais aussi parceque je pense que ce metier nous permet de vivre mille et une vie en une seule !! Le reve quoi ! la vie !
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
MELODY :
- J'ai commencé par entrer dans une association de theatre "la fontaine aux images" ou j'ai appris les bases du travail de comédienne par l'improvisation. Ensuite apres avoir fait de nombreux stages sur Paris pour essayer différentes methodes d'apprentissage mais aussi pour rencontrer d'autres comédiens, parceque selon moi on apprends beaucoup de par les autres ; je suis entrée à l'Académie Oscar Sisto où je me sens comédienne à part entiere !
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
MELODY :
- Je deteste me regarder !!!! Cependant je pense qu'il faut se regarder afin de pouvoir se rendre compte de se que l'on donne (que ce soit sur scene ou à l'écran) et pouvoir par la suite améliorer, corriger ce qui doit l'etre.Plus facil a dire qu'a faire !!
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez
choisi.
MELODY :
- Comédienne c'est une voix tres compliquée ! Pourquoi? parcequ'il faut pour y arriver les 3T : Talent, Travail, et Tenacité ! Mais malheureusement il y a de nos jours beaucoup plus de comédiens que de travail..
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
MELODY :
- Des tonnes !!! (rire) Non serieusement, mon plus grand projet est de faire du cinéma..je travaille pour ca..
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
MELODY :
- Pendant que je prenais des cours de theatre, j'ai commencé a me
presenter a quelques casting. Ma premiere experience fut de la figuration pour un clip.
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
MELODY :
- Je crois que comédienne est un métier mais pour moi on est comédien ou on ne l'est pas. C'est dans le sang! Alors les motivations y'en a pas vraiment apart que je vis pour ca !
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
MELODY :
- Ma maman ! lol elle m'a toujours soutenu dans ce que je voulais faire (à condition bien sur que les etudes suivent ! lol)...Et j'ai été aidé egalement par tous mes amis qui croient en moi ! Quand quelqu'un croit en vous, vous avez juste envie de lui donner raison !!
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
MELODY :
- Mon premier cours à l'Académie Oscar Sisto,..et mon premier tournage..
RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?
MELODY :
- L'instant ou on te refuse un role alors que tu y a mis tout ton
coeur..
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
MELODY :
- Croire en ses passions, vivre ses reves !! apres tout on a qu'une vie qu'est ce qu'il ya a perdre !
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
MELODY :
- Je suis quelqu'un d'Optimiste c'est dans ma nature !! si on commence a broyer du noir et a se dire que rien ne marchera jamais,...on avance jamais!!!!
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
MELODY :
- Ca oui ! Vous savez dans les debuts de ce metier il y a beaucoup plus de sortie d'argent que de rentrée..entre les cours de theatre, les photos..c'est un budget !
RACHID YAHOU :
- Vos représentations ?
MELODY :
- J'ai fait des représentations avec la troupe de mon association..La
scene j'en fait tous les ans depuis 11 ans avec mon ecole de danse !
RACHID YAHOU :
- L'origine de votre réussite.
MELODY :
- Reussite ? ..reposez moi la question dans quelques années ok ? lol
RACHID YAHOU :
Le mot de la fin :
MELODY :
- Suivez vos reves...J e vous remerçie pour votre attention.
RACHID YAHOU

1 Commentaire(s) - id : 31
LAURENCE VASSELIN DANSE) LAURENCE VASSELIN DANSE) : "GARDER LA FOI"-(RACHID YAHOU)    Age31 ans
Hauteur158 cm - 5'2''
Poids47 kg - 104 lbs
YeuxVerts
CheveuxRoux
Danseuse contemporaine, également sur rollers, j'ai une formation polyvalente et une expérience qui me permettent d'envisager d'intégrer différents types de projets, de la scène à l'événementiel, tournages, performances, animations artistiques, spectacles de rue, happenings... où seraient bienvenus l'univers contemporain et créatif, la comédie, la danse sous différentes formes (contemporaine, moderne, latines, de salon...).
Vous pouvez aussi aller sur
www.laurencevasselin.net

BONNE VISITE
A BIENTOT !
DANSE
2005 : Cie Annette Leday (danse - théâtre)
Big-bang.org
2003-2005 : Cie Voignier-Bertagnol (danse contemporaine - roller)
L'essaim fait des siennes
Canapé rouge
2004-2005 : Carl Portal (danse moderne)
1999-2004 : Cie Christelle François (danse contemporaine)
On'X (solo)
Les délices de Tantale
Land of nowhere
Basse-cour
2004 : Cie Lua
2001 : Cie Yun Chane
1999-2000 : Cie CATS (spectacles musicaux - cabaret)
Paris sur scène. Danseuse et chorégraphe : valse, rock, tango, franch cancan...
1997-1999 : Cie Agnès Denis (danse - spectacles enfants)
Jadis et toujours
Raconte-moi
Bonjour les ballons
EVENEMENTIEL - PERFORMANCES - RUE
2003-2005 : Prestations de danse sur rollers (festivals, soirées privées)
1999-2004 : Danseuse et assistante chorégraphe, association Sangs Mêlés.
Festival parade(s) de Nanterre (défilés chorégraphiques, spectacles amateurs, 50 à 800 participants.)
2004 : Impro-Performances de rue, inauguration du Centre National de la Danse à Pantin (Karim Sebbar)
2004 : Happening chorégraphique, soirée Wait (Vernissage - exposition)
2001 : Chorégraphe et danseuse du spectacle inaugural du Palais des Sports de Nanterre.
1992 : Patineuse aux cérémonies d'ouverture et de clôture des JO d'Albertville (Philippe Decouflé)
COMEDIE - FIGURATION
COMEDIE
2005 : Charlot, la comédie music-hall, Rôle de Charlot, showcase au Palais des Congrès de Paris (M6 événements)
COURT-METRAGES
2003 : Quatre murs, de Jean-Paul Foussard
2001 : Pourquoi j'aime Dieu, de Laurent Mazar
FIGURATION
2005 : Du jour au lendemain, de Philippe Leguay
2005 : Quand j'étais chanteur, de Xavier Giannoli
2005 : Ne le dis à Personne, de Guillaume Canet
2004 : Cyrano de Ménilmontant, de Marc Angelo
1999 : The man who cried, de Sally Potter
DIVERS
- Assistante réalisateur (Pub TER, film institutionnel CLUB MED)
- Professeur de danse contemporaine (1998 à 2004)
- Chargée de communication (Cie Christelle François)
- Animatrice en club de vacances (Turquie)
- Hôtesse (Agence ISS, actu-events)
- Photo et vidéo, amateur et semi-pro.
ENTRETIEN :
RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs :
LAURENCE VASSELIN :
Je m’appelle Laurence, j’ai 31 ans, mais parfois je me demande si je n’en ai pas 21, ou 11, ou 51… Je crois que nous avons un peu tous les âges en nous. J’habite en région parisienne.
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
LAURENCE VASSELIN :
- Je ne sais pas si j’ai choisi la danse ou si ça s’est imposé. C’est de toutes façons l’alliance de l’activité artistique et corporelle. Et j’ai été davantage sensibilisée à la danse contemporaine pour sa liberté, son esprit de recherche non formaté, et le respect du corps qu’elle impose, par opposition aux techniques classique ou jazz par exemple. C’est aussi une danse qui peut permettre, sans négliger le niveau technique, une véritable _expression théâtrale.
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
LAURENCE VASSELIN :
- D’abord la danse classique ! Avec les rêves de petits rats et de tutu… Et puis j’ai arrêté au profit du patinage artistique, une passion qui a duré 10 ans. J’ai redécouvert la danse sur le tard (contemporaine, modern’jazz, latines, danses de couple…), et ce n’est qu’après 5 années universitaires en psychologie que le retour aux rêves de gamine s’est imposé, professionnellement. Mais sans tutu !!
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
LAURENCE VASSELIN :
- Elles sont très variées, c’est surtout ça que je dirais. Les compagnies avec lesquelles j’ai eu l’occasion de travailler étant tellement différentes. Il y a des choses dont je suis fière, mais je reste difficile et exigente, et j’ai assez bonne conscience de mes limites ou de mes marges de progrès.
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.
LAURENCE VASSELIN :
- La danse souffre d’un manque de public. Autant il est dans les mœurs d’aller au cinéma ou au théâtre (et encore !), autant le pourcentage de personnes ayant déjà vu un spectacle de danse est faible ! En plus, la danse contemporaine a trop tendance à se regarder le nombril, à rester dans des sphères intello ou conceptuelles, ce qui ne l’aide pas à la rendre plus accessible. Or elle pourrait tout-à-fait se populariser si elle tenait plus compte du public « non-averti », sans pour autant avoir à faire trop de concessions. Je généralise. Car bien sûr tous les spectacles ne sont pas inaccessibles ! Parfois il suffit de laisser fonctionner notre imaginaire ou de laisser émerger notre âme d’enfant.
Quant-à dire que la danse souffre aussi d’un gros manque… de subventions !… J’enfonce des portes ouvertes. J’espère que je n’aurai pas à défoncer des portes fermées. Il est devenu de plus en plus difficile de vivre de notre art et le statut des artistes est tellement mis à mal…
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
LAURENCE VASSELIN :
- Je me dirige de plus en plus vers le théâtre, afin d’ajouter une corde à mon arc. D’autant que j’ai toujours un goût prononcé pour la comédie. Selon moi il faut être pluridisciplinaire. Aujourd’hui j’aimerais beaucoup intégrer un projet pluridisciplinaire justement, quelque chose d’ambitieux, faisant appel à une vaste palette d’expressions. J’aimerais toucher un public plus large. Je développe aussi la danse sur roller.
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
LAURENCE VASSELIN :
- Le retour à la danse, avec une visée professionnelle, s’est fait par le biais d’une formation en danse-thérapie notamment. Dans le centre Free Dance Song, à Paris, qui formait également au diplôme d’état en danse contemporaine, j’ai rencontré les 2 premières chorégraphes qui m’aient proposé de travailler. L’une des deux, Christelle François, est devenu mon employeur et complice artistique pendant plus de 5 ans ! L’expérience acquise à ses côtés est riche et m’a permis d’entrer de plein pied dans le métier.
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
LAURENCE VASSELIN :
- Au départ, je m’étais dirigée vers la danse pour la pratiquer à des fins thérapeutiques, mais au fil de ma formation, j’ai réalisé que je voulais la vivre pleinement sur le plan artistique !! Le besoin d'expression personnelle, le besoin du public, l’envie d’un bon niveau.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
LAURENCE VASSELIN :
- Outre les 2 chorégraphes qui m’ont aidée à démarrer professionnellement, et qui ont cru en moi parfois plus que moi-même, ce sont mes parents ! Ils m’ont toujours soutenue dans mes projets de vie.
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
LAURENCE VASSELIN :
- Il y en plus d’un. Les cérémonies des JO d’Albertville (en tant que patineuse), la première audition réussie, la tournée avec mon solo, et de nombreux souvenirs en tant que spectatrice aussi.
RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?
LAURENCE VASSELIN :
- L’attente interminable suite à la confirmation que j’étais retenue pour le rôle principal dans une comédie musicale au Palais des Congrès de Paris. Plusieurs mois. Et la lourde déception que le spectacle ne se réalise pas. Ca a été un préjudice énorme. C’est monnaie courante dans le milieu, mais c’est dur de s’en relever.
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
LAURENCE VASSELIN :
- Garder la foi malgré les épreuves, garder confiance en son talent ou son potentiel, ne pas s’emballer trop vite pour un projet tant qu’il n’est qu’à l’état de projet, garder la tête froide, suivre son instinct, ses intuitions, ses coups de cœur, être patient, et travailler toujours. Oups, ça fait un paquet, et c’est pas toujours facile à appliquer !
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
LAURENCE VASSELIN :
- J’ai parfois des baisses de forme, de « niaque », des passages de découragement, car dans le métier il faut semer beaucoup, bosser, et qu’on n’en récolte pas forcément tout-de-suite les fruits. Mais si je suis encore là, alors oui, c’est que je suis plutôt optimiste. Il faut croire en soi, en sa bonne étoile. Je suis optimiste car je sais que la vie artistique est faite de hauts et de bas : il faut l’accepter et garder le cap. Cela dit, je ne cache pas une certaine contagion de la morosité ambiante dans le milieu du spectacle, et une inquiétude liée à la baisse des budgets consacrés à la culture (avec de lourdes conséquences à notre échelle !)
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
LAURENCE VASSELIN :
- Ca va. Comme beaucoup d’artistes, il peut arriver de devoir compléter avec d’autres choses en périphérie. Ca multiplie les expériences ma foi.
RACHID YAHOU :
- Vos représentations ?
LAURENCE VASSELIN :
- Pour cette saison : deux spectacles, dont un solo, un spectacle de rue, des prestations en événementiel… en danse et sur rollers quad. C’est varié.
RACHID YAHOU :
- L'origine de votre réussite.
LAURENCE VASSELIN :
- Ouh la ! Je suis seulement en chemin, même si j’ai atteint de belles étapes. Bon, je dirais que mes petites réussites sont dues à plus de 20 ans de pratique artistique, au fait de m’être ouverte à des activités variées, et de suivre mes intuitions pour choisir au mieux ma direction en fonction de mon identité artistique. C’est peut-être dans ces conditions que la chance peut frapper.
RACHID YAHOU :
- Le mot de la fin :
LAURENCE VASSELIN :
- Un grand merci de m’avoir donné la parole ! J’espère qu’à travers mon expérience, certains se trouveront concernés, voire encouragés.
RACHID YAHOU
1 Commentaire(s) - id : 32
AURELIE MISSE : UN MANNEQUIN DIGNE DU NOM

Pour Dessanges









le plaisir des yeux






Magazine "Size xl"

Magazine "Radikal"



Cointreau








AURELIE MISSE : UN MANNEQUIN DIGNE DU NOM-(RACHID YAHOU).
Age
24 ans
Hauteur
172 cm - 5'8''
Poids
51 kg - 113 lbs
Poitrine
88 cm - 35'' D lbs
Taille
62 cm - 24''
Hanches
88 cm - 35''
Confection
36
Pointure
40
Yeux
Noirs
Cheveux
Noirs
METISSAGE
Je suis née le 3 septembre 1981 à Aix en Provence d'une mère franco-italienne et d'un père d'origine camerounaise. Très fière de ma mixité, je m'en sers aujourd'hui comme une force...
PRESENTATION
Après avoir suivi des études de droit à l'université de RennesI pendant 3 ans, me voilà étudiante en commerce international. Autonome et responsable, j'ai choisi d'aborder seule et à ma façon le monde du travail. C'est donc à petits pas que j'ai découvert le "mannequinat". Expériences après expériences, je ressors épanouïe, plus forte et toujours plus ambitieuse.
PASSIONS
Enfiler une robe avant un défilé, ouvrir un bouquin de commerce, regarder un beau film d'auteur (etc...): un vrai plaisir!
J'aime autant les soirées de folie entre amis que les soirées cocooning.
Mon plus: bouger sans cesse!
RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs (nom, prénom, âge, pays, mariée ou pas...)
AURELIE MISSE :
- Je m'appelle Aurélie MISSE, j'ai 24 ans et vis avec mon ami, joueur de Handball au Paris HB. Je suis née le 3 septembre 1981 à Aix en Provence d'une mère franco-italienne et d'un père d'origine camerounaise.
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
AURELIE MISSE :
- Autonome et responsable, j'ai souhaité aborder seule et à ma façon le monde du travail. Etant étudiante, j'ai choisi une discipline à ma portée: le mannequinât semblait me correspondre le mieux.
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
AURELIE MISSE :
- A 18 ans, je suis partie sur les bancs de la fac où j'ai étudié le droit pendant 4 ans. Je me suis ensuite laisser 2 ans pour me retrouver, grandir, travailler, voyager. Aujourd'hui, me voilà étudiante en commerce international! Ma vie de "modèle" tient une place tout aussi importante que ma vie d'étudiante: j'ai besoin des deux pour trouver mon équilibre.
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
AURELIE MISSE :
- J'ai travaillé avec autant d'amateurs, que des professionnels ou semi professionnels. J'ai acquis de l'expérience au cours de ces 6 dernières années, les photos le prouvent. Et je n'ai pas fini d'apprendre!
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.
AURELIE MISSE :
- Le milieu du mannequinât est encore très fermé mais, certes, moins rigide qu'il y a quelques années. Pourtant, aujourd'hui encore, des filles de ma taille (1m72) ne peuvent prétendre à une carrière très poussée dans ce milieu.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
AURELIE MISSE :
- Projets à venir? Oui, finir mes études et m'orienter vers une carrière internationale. Le mannequinât restera une passion.
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
AURELIE MISSE :
- J'ai défilé pour la première fois dans une grande école supérieure de Rennes. Très vite, je me suis fait connaître et j'ai enchaîné défilés et petites prestations. J'y est pris goût et aujourd'hui je travaille de façon plus régulière et plus professionnelle.
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
AURELIE MISSE :
- La curiosité et le manque d'argent de l'époque!!!
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
AURELIE MISSE :
- Oui, par des amies qui m'ont sollicitée pour mon premier défilé. Mais j'ai tout appris sur le tas et en regardant les autres faire.
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
AURELIE MISSE :
- Un défilé très arrosé...
RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?
AURELIE MISSE :
- Ma première séance photo professionnelle. Le trac de débutante ajouté à la peur que j'avais face à mon partenaire, un rotweller, ont fait un drôle de cocktail!
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
AURELIE MISSE :
- S'entourer de personnes de confiance et qui connaissent le milieu.
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
AURELIE MISSE :
- Oui, car c'est ainsi qu'on progresse. Aller de l'avant est mon leitmotiv. Je n'aime pas me reposer sur mes lauriers!
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
AURELIE MISSE :
- Plus du tout aujourd'hui. Je pense qu'il fallait que je touche le fond pour comprendre la valeur de l'argent. Mon insouciance de l'époque y est aussi pour beaucoup.
RACHID YAHOU :
- L'origine de votre réussite.
AURELIE MISSE :
- Réussite est un mot trop fort. Un zeste de naturel, une pincée d'humour et une poignée d'ambition sont les parfaits ingrédients pour enchaîner les expériences....
RACHID YAHOU :
- Le mot de la fin :
AURELIE MISSE :
- Un grand merci au magazine "le rachid yahou" et à son rédacteur en chef. D'un grand professionnalisme! Une nouvelle expérience qui donne envie d'aller de l'avant! 
RACHID YAHOU
1 Commentaire(s) - id : 33
EVA GAYEL : UNE BEAUTE SANS EGALE

EVA GAYEL : UNE BEAUTE SANS EGALE -(RACHID YAHOU)    Age33 ans
Hauteur180 cm - 5'11''
Poids57 kg - 127 lbs
Poitrine92 cm - 36'' D lbs
Taille61 cm - 24''
Hanches89 cm - 35''
Confection38
Pointure41
YeuxVerts
CheveuxBlonds
Eva Gayle
33 ans
Mannequinat, Photos, Pubs, Figuration, Théâtre, Evénementiel
Blonde Cheveux Longs, Yeux verts clairs, 1m80
92D - 61 - 90
STYLES : photos Mode, Glamour, Lingerie, Nu Artistique; pubs audiovisuelles et papier
Eva travaille avec les Professionnels qui sont en mesure de lui fournir toutes les infos légales sur leur entreprise (numéro rcs, nom de la société, références, site internet...) ET avec Amateurs ou semi-pro très sérieux qui rémunèrent et/ou remettent le CD gravé des photos à l'issue de la séance : en tout cas des personnes qui ont un réel et intéressant projet artistique !
Les prises de vue peuvent se faire chez moi ou, si contrat signé, en studio professionnel.
Pour les amateurs/semi-pro, je souhaite, si vous ne pouvez vous déplacer chez moi et que les prises de vues se font chez vous, être accompagnée de la personne de mon choix (qui cependant pourra rester dans une salle à proximité et ne pas assister directement à la prise de vue). Merci pour votre compréhension : j'ai eu des propositions très bizarres aux surprises tout aussi très désagréables.... Et cela va de soi..., SVP, AUCUNE proposition tournages filmsX !! MERCI.
Eva is totally trilingual : French/English/German.
Email à : eva_gayle@yahoo.com
ou laisser message au : + 33 (0) 6 12 21 06 78
Je remercie le site http://book.inter-actifs.com pour m'avoir gentiment créé
ma vitrine (allez y faire un tour !) : http://eva.inter-actifs.com
Un énoooooorme MERCI aux photographes de Renom comme :
Lorenzo Salemi : ses photos faites avec une acuité légendaire qui seul le caractérise; site de Lorenzo : www.lorenzosalemi.com, Palme d'Or 2005 du meilleur Portraitiste et Photographe de Mode, une pointure exceptionnelle ! Un Grand Grand Ami.
au très talentueux et conscientieux Patrick Lasartigues: ALLEZ VOIR : www.patoche.bookfoto.com ; un amour de photographe ! (voir rubrique Galerie n°3 encore en construction de ce site)
à Lazhar Gatt, un Professionnel ami de toujours et à jamais !
à Jean-Pierre Aujoulet, photographe à la gentillesse exceptionnelle, de "Podium Agency France", pour "Bijoux Mikael Kra" Galerie N°2; MIKAEL KRA: Styliste Côte d'Ivoire basé à New York
à BB, Photographe au talent incontestable et d'une avenance inouïe.
Dans le cadre d'une proposition de travail rémunéré, Eva demande 100€ l'heure, 350€ forfait séance quelle que soit la durée de la séance (ex : de midi à minuit !!).
Dans tous les cas, je souhaite un CD gravé à l'issue de la séance, c'est-à-dire : les photos à l'état brut, donc "non-retouchées".
Signature de contrat pour qui le souhaite.
Besoin d'une ambiance de confiance réciproque et de séances "cools" - dans la bonne humeur - : cela met à l'aise TOUT le monde !! Comme tout être humain, j'aime beaucoup RIRE !!

  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
Age
30 ans
Hauteur
180 cm - 5'11''
Poids
57 kg - 127 lbs
Poitrine
92 cm - 36'' D lbs
Taille
61 cm - 24''
Hanches
89 cm - 35''
Confection
38
Pointure
41
Yeux
Verts
Cheveux
Blonds

 Eva  Gayle

31 ans


Mannequinat, Photos, Pubs, Figuration, Théâtre, Evénementiel

Blonde Cheveux Longs, Yeux verts clairs, 1m80

92D - 61 - 90

STYLES : Photos Mode, Glamour, Lingerie, Nu Artistique; pubs audiovisuelles et magazines, catalogues

Eva travaille avec les Professionnels qui sont en mesure de lui fournir toutes les infos légales sur leur entreprise (numéro rcs, nom de la société, références, site internet...) ET avec Amateurs ou semi-pro très sérieux qui rémunèrent (voir page : conditions) et lui remettent le CD gravé des photos à l'issue de la séance : en tout cas des personnes qui ont un réel et intéressant projet artistique !

Les prises de vue peuvent se faire chez moi ou, si contrat signé, en studio professionnel.

Pour les amateurs/semi-pro, je souhaite, si vous ne pouvez vous déplacer chez moi et que les prises de vues se font chez vous, être accompagnée de la personne de mon choix (qui cependant pourra rester dans une salle à proximité et ne pas assister directement à la prise de vue). 

Merci pour votre compréhension : j'ai eu des propositions très bizarres aux surprises tout aussi très désagréables....  Et cela va de soi..., SVP, AUCUNE proposition tournages filmsX !! MERCI.


Eva is totally trilingual : French/English/German.    

CONTACT : E-mail (cf : Onglet "Contact") ou :
laisser message, POUR RAISONS PROFESSIONNELLES UNIQUEMENT, au :
+ 33 (0) 6 12 21 06 78 

BEWARE : Appels non sérieux sévèrement rejetés....  Professionnalisme oblige !! Merci.
[Litiges : cf Avocat : Maître S. Ferroug au Barreau de Paris]

 

Réactualisations en permanence : de nouvelles photos sur www.evagayle.book.fr
Mon book s'étoffe de jour en jour, il est en mouvance permanente.


Beaucoup d'autres photos davantage professionnelles seront bientôt sur ce site.



Récemment, le célébrissime Lorenzo Salemi (
www.lorenzosalemi.com), Palme d'Or du Meilleur Portraitiste et Photographe de Mode 2005, m'a fait le grand honneur de participer à mon book: ses photos sont réalisées avec une acuité légendaire qui seul le caractérise.

Une pointure exceptionnelle ! Un Grand Ami de surcroît.
D'autres photos by Lorenzo© à venir soon.

 


 

Je vous invite à venir souvent visionner les nouveautés !

 

 
Evartistiquement vôtre !



Un énoooooorme MERCI aux photographes de Renom comme :

    • Lorenzo Salemi PalmeOr2005, Jacques Beneich (Primé Festival Mode Cannes) et Xavier Defaix www.xavierdefaix.com : Les plus grands photographes de Mode actuels, Véritables Artisans de la Féminité en Image
1 Commentaire(s) - id : 34
EVA : UN BEAU...MANNEQUIN !

 

Height

177 cm - 5'10''

Weight

55 kg - 122 lbs

Bust

86 cm - 34'' B lbs

Waist

62 cm - 24''

Hips

89 cm - 35''

Dress

36

Shoe

40

Eyes

Brown

Hair

Black

 

EVA est née il y a 24 ans à Paris ,de père et de mère sénégalais . C’est par la danse qu'elle débute sa carrière artistique avec sa tante Adele Badgi qui dirige le "BALAI NIABA" avec qui elle se produit dans des petites salles parisiennes.
En 1994,elle rencontre la styliste Almen Gibirila pour qui elle fait ses premiers pas sur un podium .Par la suite elle défilera pour des grands noms de la haute couture tels que Thierry Mugler ,Jean Louis Sherrer ,Jean Doucet ....Ensuite tout s'enchaîne elle défile à Londres et New York et pose pour des photographes de renom tels que Ernest Collins ,John Lewis ou Alain Snaoui
Eva est une passionnée de mode mais également de cinéma .C'est en 1999 qu 'elle débute dans le 7eme art avec le réalisateur Pascal Lombardo qui lui offre le rôle principale dans son court métrage "Joséphine ".
En 2004 une nouvelle carrière d'animatrice télé commence ,elle anime l'émission MOVE ON pour MOVE ON DVD.


Originally from Senegal ,Eva was born 24 years ago in Paris .She first started her artistic carreer as a dancer with the troup BALAI NIABA directed by her aunt Adele Badgi with who she represented herself in small theaters such as the DIVAN DU MONDE in Paris .
In 1995 she met Almen Gibirila and began her first catwalks shows.Then she 'll work for famous designers in Haute Couture such as Thierry Mugler,Jean Louis Scherrer,Jean Doucet ...Her talent brought her to London and New York where she worked for top photographers such as Ernest Collins,John Lewis or Alain Snaoui .
Eva is passionate by fashion but also by cinema .In 1999 she started a new carreer of actress thanks to the producer Pascal Lombardo who offered her the first role in a short film :Joséphine
In 2004 ,a new carreer has begun ,she introduces the show MOVE ON for MOVE ON DVD .

Experience

REFERENCES DEFILES:THIERRY MUGLER ,JEAN LOUIS SHERRER,JACQUES FATH,ALPHADI ,JEAN DOUCET ,XULY BET,CHARLOTT LINGERIE,SALON WHOS NEXT ,BILL TORNADE ,CLIPS /CALOMA
REFERENCES PHOTOGRAPHIQUES:ERNEST COLLINS ,JOHN LEWIS ,CHRISTIAN LAVIGNE ,ALAIN SNAOUI,JEREMY MATHUR...
REFERENCES CINEMATOGRAPHIQUES ;ROLE PRINCIPAL DU COURT METRAGE JOSEPHINE UNE PRODUCTION BICEPHALE
PARUTIONS:MAGAZINE ELLE BELGIQUE,AM,DIVA,MOD's HAIR,AMINA,FAM,SHEAP,VSD,KISSINA,OCEANA
ANIMATION tous les mois DE L'EMISSION MOVE ON SUR Move On dvd.
CATALOGUE POUR LA NOUVELLE COLLECTION DES BIJOUX CARTIER POUR 2005

Languages

ORIGINAIRE DU SENEGAL ,EVA PARLE LE WOLOF ET LE DJOLA MAIS EGALEMENT L ' ANGLAIS,L ESPAGNOL ET L 'ITALIEN.
Eva is fluent in English ,Spanish and Italian .

Interests

EVA A PRATIQUE LA BOXE FRANçAISE,LATHLETISME ET LE HANDBALL AU NIVEAU REGIONAL .ELLE PRATIQUE DESORMAIS LA DANSE AFRICAINE ET LA DANSE CONTEMPORAINE.

  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
Height
177 cm - 5'10''
Weight
55 kg - 122 lbs
Bust
86 cm - 34'' B lbs
Waist
62 cm - 24''
Hips
89 cm - 35''
Dress
36
Shoe
40
Eyes
Brown
Hair
Black

 

 

Bienvenue sur le site du mannequin Franco-sénégalais Awa Sagna allias Eva.

 

BONJOUR A TOUS !
VOS PROJETS ARTISTIQUES  NOUS INTERESSENT ALORS SACHEZ NOUS CONVAINCRE ET N'HESITEZ PAS A NOUS LAISSER VOS MESSAGES PROFESSIONELS OU D'ENCOURAGEMENT .
ARTISTIQUEMENT VOTRE .



Welcome to the website of Awa Sagna .
We are interested in every kind of artistics projects excluded X ,so don't hesitate to contact us ,leave your message and your contact, we'll give you an answer in a very short time .
Thank you and enjoy your visit !




LATEST NEWS !!!!
EVA POSE POUR LES BIJOUX CARTIER !

EVA SAUTE EN PARACHUTE AVEC LE CHAMPION D'EUROPE ET CEDRIC DUMONT!

EVA FAIT PARTIE DES 10 FORMULA UNA AU GRAND PRIX DE SPA. ELLE PARTAGE UNE PARTIE DE BABYFOOT AVEC DAVID COULTHARD! RETROUVEZ LES FORMULA UNA4S DANS ELLE MAGAZINE.

RETROUVEZ EVA DANS PARIS MATCH CETTE SEMAINE AVEC EN COUVERTURE LA TRIOMPHANTE TENNISWOMAN BELGE KIM

EVA DID THE NEXT JEWELLRY'S CAMPAIGN  FOR CARTIER !

EVA JUMPS FROM THE PLANE AT 4000 M WITH THE CHAMPION OF EUROPE AND CEDRIC DUMONT

EVA PLAYS SOCCER WITH DAVID COULTHARD

 

COUP DE COEUR, EVA VOUS PRESENTE LE CHANTEUR NEW YORKAIS SYLENCE

Eva vous présente SYLENCE    Auteur,chanteur,compositeur et chorégraphe, ce jeune artiste new yorkais de 25 ans a plus d'un tour dans son sac. Découvrez ces photos dans la galerie et écoutez en exclusivité FREE YOURSELF extrait de son premier album enregistré au studio HIT FACTORY ...
Sunday, June 12, 2005
Read full story

Galerie 1

Galerie 2

Galerie 3

Galerie rubi

Silence ,singer

coup de coeur, Eva vous présente le chanteur Silence

FORMULE 1

Eva aime les sensations fortes

Galerie 1












Galerie 1





Galerie 2











Galerie 3








Galerie rubi




Silence ,singer








FORMULE 1




- Présentez-vous à nos lecteurs.

Je m'appelle AWA SAGNA, on m'appelle aussi EVA je suis née à Paris d'origine sénégalaise, plus précisément de la Casamance, région ou sont nés mes parents. Je ne suis pas mariée mais j'espère que mon ami se décidera à me demander ma main !

- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
Je ne l'ai pas vraiment choisie, au début je voulais être danseuse, je dansais pour ma tante Adele Badgi qui dirigeait la troupe "Balai Niaba."C'est lors d'une représentation que j'ai rencontré un styliste qui m'a persuadé que j'avais du potentiel pour ce métier, j'avais alors 14 ans mais en paraissais 20! D'ailleurs je lui avais caché mon age.

- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?

A la suite de cette rencontre j'ai enchaîné le défilés et les représentations.1 an plus tard je rencontrais la styliste Almen Gibirla qui fut un vrai mentor pendant quelques années. Eh puis j'ai eu envie de voler de mes propres ailes et j'ai intégré plusieurs agences de mannequins, le travail pour les mannequins noirs étant rare en France, j'allais souvent à Milan et New York pendant les périodes creuses en France.

- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?

J'ai beaucoup progressé en tant que model photo , au début c'était dur car j'étais extrêmement timide et pudique. Au fur à meure j'ai appris à connaître mon corps et à avoir confiance en moi. Néanmoins les défilés restent ce que je préfère car je ne me prends pas au sérieux.


- Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.

Les choses ont changé, un mannequin ne peut vivre de sa discipline si elle reste dans une seule ville pour exercer. Les contrats sont raisonnables mais pas assez réguliers ,alors il faut être maline...Et puis la carrière courte, aujourd'hui on préfère les jeunes filles de 13 ans moins capricieuses que leurs aînées.
- Avez-vous des projets ?

Je travaille pour une société Belge qui édite plusieurs magazines lifestyle.J 'écris pour la rubrique Fashion & Beauty. Je suis aussi consultante en publicité et je crée des concepts uniques pour des grandes marques de tous les secteurs. Néanmoins, je suis à la recherche d'un emploi car je souhaite m'expatrier à Londres , je n'ai pas réussi à m'adapter à la vie Bruxelloise. Je prévois d partir à la rentrée septembre.

- Comment avez-vous débuté ?

J'ai débuté cette nouvelle carrière à la suite d'une séance photo pour un des magazines pour lequel je travaille aujourd'hui. Le boss du magazine m'a demandé si je savais écrire et si j'étais capable de présenter une émission. J'ai dis oui sans savoir si j'en serai capable réellement. Au fur et à mesure j'ai acquis des nouvelles compétences journalistiques, en marketing et en création. Malgré les à priori de mes collègues qui trouvaient bizarre qu'un mannequin intègre une agence média et qui pensaient que j'avais payé de ma personne pour décrocher ce job, Je me suis très vite adaptée, j'ai su faire ma place et engendrer une augmentation des chiffres d'affaires qui m'ont valu le respect de leur part.

- Les motivations qui vous y ont poussé ?

Je n'avais pas envie que la profession me rejette alors je suis partie avant. J'avais décroché un contrat pour les bijoux  Cartier presque le jour de mon anniversaire. Je voulais m'arrêter sur une belle fin.

- Avez-vous été aidée si oui par qui ?

Oui, une amie en qui personne ne croyait et qui aujourd'hui appartient à une grande agence réputée. Sa grande timidité et sa fragilité engendrait la moquerie des autres. Je la considérais comme ma petite sœur, aujourd'hui elle est heureuse et vit à Paris.

- Un bon souvenir ?

Lors d' une avant-première de cinéma du film "Catch me if you can" , j'ai rencontré mon acteur préféré Tom Hanks
- Un mauvais souvenir ?

J'ai prétendu être Martiniquaise à la demande d'un jury français  peu scrupuleux pour participer à un concours de beauté "Best Model of the World "en Turquie. J'étais effectivement sur le podium mais les prix gagnés ne m'enlèveront jamais la honte que j'ai au fond de moi de ne pas avoir représenté le Sénégal.
- Des conseils à prodiguer ?

On est seul maître de son destin, ne laissez personne en décider à votre place.
-

 Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?

Oui ,parce qu'avec tout ce que j'ai vécu à mon jeune age ce serait injuste de ne pas l'être. Je pense toujours qu'au moment ou je me plains, chez ma belle Afrique un enfant meurt de faim. Je rêve de pouvoir un jour faire quelque chose pour contribuer à aider ma belle Afrique, pour ça j'ai besoin de toute mon énergie et d'être optimiste.
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?

Non Dieu merci, j'ai toujours travaillé et manqué de rien.

- L'origine de votre réussite.

Je pense que je suis de nature enthousiaste et travailleuse. Je demande aussi beaucoup de conseils autour de moi, surtout à ma mère, mon inspiration et ma force.

Le mot de la fin :

- je vous remercie beaucoup et félicite Planète Afrique pour son sérieux.

RACHID YAHOU

 

1 Commentaire(s) - id : 35
CATIA PIRES (PHOTO) : DU TALENT !-

 

CATIA PIRES (PHOTO) : DU TALENT !-( RACHID YAHOU)   

  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
Age
16 ans
Hauteur
168 cm - 5'6''
Poids
53 kg - 118 lbs
Poitrine
83 cm - 33'' B lbs
Taille
74 cm - 29''
Hanches
94 cm - 37''
Confection
36
Pointure
38
Yeux
Marrons
Cheveux
Bruns



                         MODELE DEBUTANTE


Je suis ouverte à toutes propositions en ce qui concerne

                       photographie, publicité...



                              (PAS DE NU)

             P.S.: De nouvelles photos bientôt...

Bonne visite!

Galerie 1








 

Bikini





Portraits




















Portraits Américains





Pantalons













Jupes et robes


























Extérieur






Autres










- Présentez-vous à nos lecteurs :

- Je m'appelle AWA SAGNA, on m'appelle aussi EVA je suis née à Paris d'origine sénégalaise,plus précisément de la Casamance, région ou sont nés mes parents. Je ne suis pas mariée mais j'espère que mon ami se décidera à me demander ma main !

- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
- Je ne l'ai pas vraiment choisie, au début je voulais etre danseuse, je dansais pour ma tante Adele Badgi qui dirigeait la troupe "Balai Niaba."C'est lors d'une représentation que j'ai rencontré un styliste qui m'a persuadé que j'avais du potentiel pour ce métier, j'avais alors 14 ans mais en paraissé 20! D'ailleurs je lui avais caché mon age.

- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?

- A la suite de cette rencontre j'ai enchainé le défilés et les représentations.1 an plus tard je rencontrais la styliste Almen Gibirla qui fut un vrai mentor pendant quelques années. Eh puis j'ai eu envie de voler de mes propres ailes et j'ai intégré plusieurs agences de mannequins, le travail pour les mannequins noirs étant rare en France, j'allais souvent à Milan et New York pendant les périodes creuses en France.

- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?

- J'ai beaucoup progressé en tant que model photo , au début c'était dur car j'étais extrenement timide et pudique. Au fur à meure j'ai appris à connaitre mon corps et à avoir confiance en moi.Néanmoins les défilés restent ce que je préfère car je ne me prends pas au sérieux.


- Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.

- Les choses ont changé, un mannequin ne peut vivre de sa discipline si elle reste dans une seule ville pour exercer.Les contrats sont raisonnables mais pas assez réguliers ,alors il faut etre maline...Et puis la carrière courte,aujourd'hui on préfère les jeunes filles de 13 ans moins capricieuses que leurs ainées.
- Avez-vous des projets ?

- Je travaille pour une société Belge qui édite plusieurs magazines lifestyle.J'écris pour la rubrique Fashion & Beauty. Je suis aussi consultante en publicité et je crée des concepts uniques pour des grandes marques de tous les secteurs.Néanmoins, je suis à la recherche d'un emploi car je souhaite m'expatrier à Londres , je n'ai pas réussi à m'adapter à la vie Bruxelloise. Je prévois d partir à la rentrée septembre.

- Comment avez-vous débuté ?

- J'ai débuté cette nouvelle carrière à la suite d'une séance photo pour un des magazines pour lequel je travaille aujourd'hui. Le boss du magazine m'a demandé si je savais écrire et si j'étais capable de présenter une émission.J'ai dis oui sans savoir si j'en serai capable réellement. Au fur et à mesure j'ai acquis des nouvelles compétences journalistiques, en marketing et en création.Malgré les à priori de mes collègues qui trouvaient bizarre qu'un mannequin intègre une agence média et qui pensaient que j'avais payé de ma personne pour décrocher ce job, Je me suis trés vite adaptée, j'ai su faire ma place et engendrer une augmentation des chiffres d'affaires qui m'ont valu le respect de leur part.

- Les motivations qui vous y ont poussé ?

- Je n'avais pas envie que la profession me rejette alors je suis partie avant. J'avais décroché un contrat pour les bijoux  Cartier presque le jour de mon anniversaire. Je voulais m'arreter sur une belle fin.

- Avez-vous été aidée si oui par qui ?

- Oui, une amie en qui personne ne croyait et qui aujourd'hui appartient à une grande agence réputée. Sa grande timidité et sa fragilité engendrait la moquerie des autres. Je la considérais comme ma petite soeur, aujourd'hui elle est hureuse et vit à Paris.

- Un bon souvenir ?

- Lors d' une avant-première de cinèma du film "Catch me if you can" , j'ai rencontré mon acteur préféré Tom Hanks
- Un mauvais souvenir ?

- J'ai prétendu etre Martiniquaise à la demande d'un jury français  peu scrupuleux pour participer à un concours de beauté "Best Model of the World "en Turquie. J'étais effectivement ur le podium mais les prix gagnés ne m'enlèveront jamais la honte que j'ai au fond de moi de ne pas avoir représenté le Sénégal.
- Des conseils à prodiguer ?

- On est seul maitre de son destin, ne laissez personne en décider à votre place.

- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?

- Oui ,parce qu'avec tout ce que j'ai vécu à mon jeune age ce serait injuste de ne pas l'etre. Je pense toujours qu'au moment ou je me plains, chez ma belle Afrique un enfant meurt de faim. Je reve de pouvoir un jour faire quelquechose pour contribuer à aider ma belle Afrique, pour ça j'ai besoin de toute mon enegie et d'etre optimiste.

- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?

- Non Dieu merci, j'ai toujours travaillé et manqué de rien.

- L'origine de votre réussite.

- Je pense que je suis de nature enthousiaste et travailleuse. Je demande aussi beaucoup de conseils autour de moi, surtout à ma mère, mon inspiration et ma force.

- Le mot de la fin :

- je vous remerçie beaucoup et féliçite planete afrique pour son sérieux.

RACHID YAHOU.

 
1 Commentaire(s) - id : 36
CAROLYN : UN MODELE PARFAIT

http://www.carolyn.book.fr/gal-1-1.htm

Carolyn









Age 37 ans
Hauteur 172 cm - 5'8''
Poids 55 kg - 122 lbs
Poitrine 85 cm - 33'' B lbs
Taille 62 cm - 24''
Hanches 87 cm - 34''
Confection 38
Pointure 37
Yeux Verts
Cheveux Châtains
RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs :
CAROLYN MARTIN :
- Bonjour. Je m'appelle Carolyn Martin, j'ai 37 ans et je suis Belge, divorcée.
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
CAROLYN MARTIN :
- Je fais du mannequinât et de la photo en tant que modèle depuis quelques années. Au départ, c'était plutôt une façon de vaincre ma timidité.
RACHID YAHOU :
-Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
CAROLYN MARTIN :
- Quand j'avais 22 ans, j'ai participé au concours "Miss Wallonie" et j'ai terminé parmi les finalistes. Déjà pour le concours, nous avions dû poser pour des photos. Et je me suis dit que j'aimerais continuer. J'ai reçu quelques propositions de photographes et voilà... Ceci dit, le métier de modèle n'est pas mon activité principale. Mon véritable job, c'est animatrice radio...
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
CAROLYN MARTIN :
- Je suis quelqu'un de très souriant de nature... Quelqu'un de plutôt sympathique. Je crois que çà se ressent pas mal sur les photos. Je suis en général plutôt contente des résultats. Puis c'est toujours agréable de se voir bien habillée, bien coiffée et bien maquillée... Toutes les femmes vous le diront !
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.
CAROLYN MARTIN :
- Il faut faire attention de ne pas tomber dans certains pièges, comme dans tout métier artistique. Vous recevez quelquefois des propositions malhonnêtes. Il faut savoir les repérer.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
CAROLYN MARTIN :
- J'aimerais beaucoup faire un calendrier, mais ce n'est pas vraiment un projet, plutôt un souhait.
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
CAROLYN MARTIN :
- Comme je le disais plus haut, un peu par hasard, après un concours de "Miss".
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
CAROLYN MARTIN :
- Quand j'étais adolescente, les autres se moquaient beaucoup de moi à l'école. On me trouvait trop mince et pas jolie... Je voulais quelque part prendre une revanche.
RACHID YAHOU :
Avez-vous été aidée si oui par qui ?
CAROLYN MARTIN :
- Non, je n'ai pas reçu d'aide. Je me suis débrouillée toute seule. Depuis Internet, c'est plus facile. On peut s'inscrire sur des sites et faire ainsi la connaissance de photographes qui vous font travailler.
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
CAROLYN MARTIN :
- Il s'agit plutôt d'un souvenir de tournage... Ma journée passée sur le plateau du film "Farinelli" tourné par Gérard Corbiau. J'y étais figurante en costume d'époque. C'était fabuleux !
RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?
CAROLYN MARTIN :
- De l'argent donné pour un "book" qui n'a jamais été fait... C'était une arnaque ! Une agence bidon. Le genre d'erreur qu'on commet quand on débute !
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
CAROLYN MARTIN :
- Etre soi-même, persévérer. Si une porte se ferme, ne pas hésiter à aller frapper à une autre. On peut ne pas être le style d'un photographe et plaire beaucoup à un autre...
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
CAROLYN MARTIN :
- Je suis optimiste de nature... Et pour ce qui est du boulot, je pense que, comme dans tout métier artistiques, il y a des "creux de la vague" qu'il faut accepter.
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
CAROLYN MARTIN :
- Je ne suis pas milliardaire, mais pas pauvre non plus. J'ai un travail principal en radio et mon activité complémentaire de modèle qui me permet d'arrondir mes fins de mois. Je n'ai pas non plus de problème vis-à-vis de mon âge. Je trouve au contraire qu'une femme dans la trentaine dégage davantage qu'une jeune fille de 18 ans. Elle a un vécu, une assurance... Tout celà transparaît sur une photo, je trouve...
RACHID YAHOU :
- Vos représentations ?
CAROLYN MARTIN :
- Je ne comprends pas bien le sens de votre question... Si vous parlez du montant des prestations, elles varient d'un photographe à l'autre. Tout dépend aussi du type de photos que l'on fait. Le "portrait" est moins bien payé que la lingerie par exemple...
RACHID YAHOU :
- L'origine de votre réussite.
CAROLYN MARTIN :
- La ténacité, je crois. Il ne faut jamais baisser les bras.
RACHID YAHOU :
- Le mot de la fin :
CAROLYN MARTIN :
- Un grand merci de m'avoir contactée et amitiés de Belgique à vos lecteurs et lectrices !
RACHID YAHOU 1 Commentaire(s) - id : 37
BACIU Andrea : L'ART AU FEMININ

BACIU Andrea : L'ART AU FEMININ

Nom :

BACIU
Prénom : andree
Région : Sélectionnez votre région
Age : 18 ans
Sexe : Femme

Taille : 167 cm
Poids : 48 Kg
Tour de taille : 85 cm
Hanches : 89 cm
Confection : 36
Chaussures : 38
Cheveux : Blonds
Coupe : long
Yeux : Noisette


Domaine(s) de compétence :
... publicite,photographie,: cinematographie,télévision...


Je suis capable de faire beaucoup de sacrifices pour un projet interssant. J'aimerais collaborer avec photographs et agences serieuxJ'aime communiquer et donner tout ce qui est necessaire pour realiser quelque chose d'une tres bonne qualite.Je promet que je décevrai pas et suis libre de suite !



  • presentatrice
  • comedienne


  • cours pratiques et théoriques
  • sepcialisation presentatrice
  • la television MTV Roumanie
  • actrice dans la troupe de theatre 'Catharsis' Bucharest, model pour differents photographs pro...
       
     
Ressource associée

BACIU Andrea : L'ART AU FEMININ (RACHID YAHOU)   


Nom : BACIU
Prénom : Andrea
Région : AUTRE PAYS
Age : 18 ans
Sexe : Femme

Taille : 166 cm
Poids : 47 Kg
Poitrine : 85 cm
Tour de taille : 59 cm
Hanches : 89 cm
Confection : 36
Chaussures : 37
Cheveux : Blonds
Coupe : long
Yeux : Marrons

Domaine(s) de compétence :
television, cinema, theatre, fashion, advertising
actrice model presentarice Spectacles avec 'Catharsis' Bucharest Photos pour un photograph professionnel Cours TV avec la specialisation 'Presentatrice'

Je suis une personne tres ouverte et serieuse dans mes travailles. Je suis sociable et j'aime connaitre beaucoup des hommes. Je vex devenir prefossionnelle dans mon domain d'activite et pour ca je veux travailler beaucoup. Je pense que l'image donne une autre fason a la vie. Comme actrice, j'apprends de connaitre tous les parts de ma personnalite. Je pourrais etre contactee au l'adress d'email: e_k_stasis@yahoo.com A vos souhaites!

 Qui est Andreea Baciu? une artiste pleine de talent qui a bien voulu répondre à nos questions.


1.Présentez-vous à nos lecteurs
1.C'est un immense plaisir d'avoir l'opportunite de vous dire quelques mots de moi. Je m'appelle Andreea Baciu et j'ai 18 ans. Je suis celibataire et je dois rester aussi plus quelques annees parce que je pense qu'une mariage c'est un des plus importantes decisions de notre vie. Donc, nous devons faire tout au moment opportun. Je suis une personne tres sociable et j'ai le coeur ouvert aux tresors de cet monde si special. Pour ca, ma devise est: "Lumiere, Amour, Vie". Je suis speciale par moi meme seulement parce que je suis une etre humaine. Je suis actrice dans le troupe du theatre 'Catharsis' Bucharest, Roumanie(le pays dans lequel j'habite). Je voudrais etre etudiante dans le cadre d'Universite de Communication et Relations Publics.(advertising). J'aime la literature classique. J'adore la nature (en special la nature humain).Discutir avec les personnes etrangeres me plait beaucoup parce que c'est une chance de decouvrir des nouveaux caracteres et tres fortes personnalitees.Je pense que j'ai beaucoup d'apprendre des autres.
2.Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
2.Cet domain d'activite c'est, pour moi, un mode de donner a vous tous une part de moi meme. Je pence que l'image c'est tres importante parce que c'est pas seulement une simple forme de la realite; c'est quelque chose tres special dans lequel je me retrouve dans beaucoup de facons. C'est un mode de m'exprimer moi meme par ma personnalite. Cet domain c'est, maintenant, mon present et je veux lutter pour donner lui la vrai valeur. Je veux travailler beaucoup pour devenir professionnele parce que je crois en moi et je pense que j'ai beaucoup pour offrir.
3.Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
3.Dans ce qui concerne mon parcours, je dois vous avoue que je n'ai beaucoup d'experience, mais quand j'ai eu une opportunite, j'ai donne tout ce qui etait en moi. J'ai poser pour un photograph professionnel et j'ai gagne beaucoup d'experience. Dans le premier moment j'ai senti que j'atait nee pour ca. Maintenant je veux collabore avec un autre photograph. Je suis ouverte pour representer differents produits.
4.Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
4.Toujours sera difficile pour moi de parler du resultat de mon travail. Je sais que toujours peut etre mieux. Je dois vous avoue que je cherche dans moi meme la perfection quoique je ne crois pas dans cet ideal.Mais c'est une perspective qui donne une motivasion pour etre serieuse qand je travaille. Je ne peux pas etre ipocrite et dire "non, c'est mal", mais la beaute depende d'esprit, de la personnalite que j'ai dans le respective moment.
5.Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.
5.Hm... je ne sais pas si je peux dire "un avis", mais c'est un point tres important dans ma vie parce que d'ici commence une ligne verticale, horizontale ou un autre point. J'espere que ca sera une ligne verticale et je suis sure que dans l'avenir je decouvrirai le tresor de cet tres beau monde.
6.Avez-vous des projets ?
6.Oui, j'ai quelques projets. Je veux poser et faire differentes spots publicitaires. Dans le monde du theatre, je veux continuer a jouer parce que j'adore le spectacle. Je voudrais jouer dans quelques films et realiser, dans l'avenir, mon propre film. Je veux aussi etre impliquer dans les associations humanitaires parce que l'humanite doit progreser et nous(moi) ne devons (dois)pas rester impassibles.
7.Comment avez-vous débuté ?
7.J'ai debute faisant la premiere photo.
8.Les motivations qui vous y ont poussé ?
8.L'amour pour l'art.
9.Avez-vous été aidée si oui par qui ?
9.Oui, bien sure. Personne peut faire quelque chose sans etre aidee. J'ai ete aider par Dieu, en special; et par quelques personnes tres specials de ma vie; et par moi meme.
10.Un bon souvenir ?
10.Un bon souvenir... faire ce qui j'aime c'est un merveilleu souvenir.
11.Un mauvais souvenir ?
11.Les mauvais souvenirs sont oublies bientot. Donc... je ne me souviens rien mauvais.
12.Des conseils à prodiguer ?
12.Je peux dire seulement ca: Donne l'amour et garde la dignite.
12.Des conseils à prodiguer ?
13.Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
13.L'optimisme c'est la source de mon avenir... et je crois dans mon avenir. Pour le present, "La vie en rose"... (quoique j'aime le noir...c'est plus discrete)
14.Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
present, "La vie en rose"... (quoique j'aime le noir...c'est plus discrete) :)
14.Oui. Je pense que c'est un geste de maturite et de sincerite avec moi meme. Je suis d'accord etre aider qand j'ai besoin d'aide. C'est normal et je ne vois pas une humiliation parce que l'aide est retourner.
15.Vos représentations ?
15.Mes representations? Hm... C'est une question retorique.
16.L'origine de votre réussite.
16.La vie aussi comme est elle.
17.Le mot de la fin
17.Je suis heureuse que j'avais l'ocasion de dire quelques mots a vous dans un journal

1 Commentaire(s) - id : 38
BACIU Andrea : L'ART AU FEMININ

BACIU Andrea : L'ART AU FEMININ

Nom :

BACIU
Prénom : andree
Région : Sélectionnez votre région
Age : 18 ans
Sexe : Femme

Taille : 167 cm
Poids : 48 Kg
Tour de taille : 85 cm
Hanches : 89 cm
Confection : 36
Chaussures : 38
Cheveux : Blonds
Coupe : long
Yeux : Noisette


Domaine(s) de compétence :
... publicite,photographie,: cinematographie,télévision...


Je suis capable de faire beaucoup de sacrifices pour un projet interssant. J'aimerais collaborer avec photographs et agences serieuxJ'aime communiquer et donner tout ce qui est necessaire pour realiser quelque chose d'une tres bonne qualite.Je promet que je décevrai pas et suis libre de suite !



  • presentatrice
  • comedienne


  • cours pratiques et théoriques
  • sepcialisation presentatrice
  • la television MTV Roumanie
  • actrice dans la troupe de theatre 'Catharsis' Bucharest, model pour differents photographs pro...
       
     
Ressource associée

BACIU Andrea : L'ART AU FEMININ (RACHID YAHOU)   


Nom : BACIU
Prénom : Andrea
Région : AUTRE PAYS
Age : 18 ans
Sexe : Femme

Taille : 166 cm
Poids : 47 Kg
Poitrine : 85 cm
Tour de taille : 59 cm
Hanches : 89 cm
Confection : 36
Chaussures : 37
Cheveux : Blonds
Coupe : long
Yeux : Marrons

Domaine(s) de compétence :
television, cinema, theatre, fashion, advertising
actrice model presentarice Spectacles avec 'Catharsis' Bucharest Photos pour un photograph professionnel Cours TV avec la specialisation 'Presentatrice'

Je suis une personne tres ouverte et serieuse dans mes travailles. Je suis sociable et j'aime connaitre beaucoup des hommes. Je vex devenir prefossionnelle dans mon domain d'activite et pour ca je veux travailler beaucoup. Je pense que l'image donne une autre fason a la vie. Comme actrice, j'apprends de connaitre tous les parts de ma personnalite. Je pourrais etre contactee au l'adress d'email: e_k_stasis@yahoo.com A vos souhaites!

 Qui est Andreea Baciu? une artiste pleine de talent qui a bien voulu répondre à nos questions.


1.Présentez-vous à nos lecteurs
1.C'est un immense plaisir d'avoir l'opportunite de vous dire quelques mots de moi. Je m'appelle Andreea Baciu et j'ai 18 ans. Je suis celibataire et je dois rester aussi plus quelques annees parce que je pense qu'une mariage c'est un des plus importantes decisions de notre vie. Donc, nous devons faire tout au moment opportun. Je suis une personne tres sociable et j'ai le coeur ouvert aux tresors de cet monde si special. Pour ca, ma devise est: "Lumiere, Amour, Vie". Je suis speciale par moi meme seulement parce que je suis une etre humaine. Je suis actrice dans le troupe du theatre 'Catharsis' Bucharest, Roumanie(le pays dans lequel j'habite). Je voudrais etre etudiante dans le cadre d'Universite de Communication et Relations Publics.(advertising). J'aime la literature classique. J'adore la nature (en special la nature humain).Discutir avec les personnes etrangeres me plait beaucoup parce que c'est une chance de decouvrir des nouveaux caracteres et tres fortes personnalitees.Je pense que j'ai beaucoup d'apprendre des autres.
2.Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
2.Cet domain d'activite c'est, pour moi, un mode de donner a vous tous une part de moi meme. Je pence que l'image c'est tres importante parce que c'est pas seulement une simple forme de la realite; c'est quelque chose tres special dans lequel je me retrouve dans beaucoup de facons. C'est un mode de m'exprimer moi meme par ma personnalite. Cet domain c'est, maintenant, mon present et je veux lutter pour donner lui la vrai valeur. Je veux travailler beaucoup pour devenir professionnele parce que je crois en moi et je pense que j'ai beaucoup pour offrir.
3.Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
3.Dans ce qui concerne mon parcours, je dois vous avoue que je n'ai beaucoup d'experience, mais quand j'ai eu une opportunite, j'ai donne tout ce qui etait en moi. J'ai poser pour un photograph professionnel et j'ai gagne beaucoup d'experience. Dans le premier moment j'ai senti que j'atait nee pour ca. Maintenant je veux collabore avec un autre photograph. Je suis ouverte pour representer differents produits.
4.Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
4.Toujours sera difficile pour moi de parler du resultat de mon travail. Je sais que toujours peut etre mieux. Je dois vous avoue que je cherche dans moi meme la perfection quoique je ne crois pas dans cet ideal.Mais c'est une perspective qui donne une motivasion pour etre serieuse qand je travaille. Je ne peux pas etre ipocrite et dire "non, c'est mal", mais la beaute depende d'esprit, de la personnalite que j'ai dans le respective moment.
5.Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.
5.Hm... je ne sais pas si je peux dire "un avis", mais c'est un point tres important dans ma vie parce que d'ici commence une ligne verticale, horizontale ou un autre point. J'espere que ca sera une ligne verticale et je suis sure que dans l'avenir je decouvrirai le tresor de cet tres beau monde.
6.Avez-vous des projets ?
6.Oui, j'ai quelques projets. Je veux poser et faire differentes spots publicitaires. Dans le monde du theatre, je veux continuer a jouer parce que j'adore le spectacle. Je voudrais jouer dans quelques films et realiser, dans l'avenir, mon propre film. Je veux aussi etre impliquer dans les associations humanitaires parce que l'humanite doit progreser et nous(moi) ne devons (dois)pas rester impassibles.
7.Comment avez-vous débuté ?
7.J'ai debute faisant la premiere photo.
8.Les motivations qui vous y ont poussé ?
8.L'amour pour l'art.
9.Avez-vous été aidée si oui par qui ?
9.Oui, bien sure. Personne peut faire quelque chose sans etre aidee. J'ai ete aider par Dieu, en special; et par quelques personnes tres specials de ma vie; et par moi meme.
10.Un bon souvenir ?
10.Un bon souvenir... faire ce qui j'aime c'est un merveilleu souvenir.
11.Un mauvais souvenir ?
11.Les mauvais souvenirs sont oublies bientot. Donc... je ne me souviens rien mauvais.
12.Des conseils à prodiguer ?
12.Je peux dire seulement ca: Donne l'amour et garde la dignite.
12.Des conseils à prodiguer ?
13.Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
13.L'optimisme c'est la source de mon avenir... et je crois dans mon avenir. Pour le present, "La vie en rose"... (quoique j'aime le noir...c'est plus discrete)
14.Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
present, "La vie en rose"... (quoique j'aime le noir...c'est plus discrete) :)
14.Oui. Je pense que c'est un geste de maturite et de sincerite avec moi meme. Je suis d'accord etre aider qand j'ai besoin d'aide. C'est normal et je ne vois pas une humiliation parce que l'aide est retourner.
15.Vos représentations ?
15.Mes representations? Hm... C'est une question retorique.
16.L'origine de votre réussite.
16.La vie aussi comme est elle.
17.Le mot de la fin
17.Je suis heureuse que j'avais l'ocasion de dire quelques mots a vous dans un journalRACHID YAHOU

1 Commentaire(s) - id : 39
BACIU Andrea : L'ART AU FEMININ (RACHID YAHOU)

 

http://www.bookpariscasting.com/booktest.asp?idtest=22998

       
     

Nom : BACIU
Prénom : andree
Région : Sélectionnez votre région
Age : 18 ans
Sexe : Femme

Taille : 167 cm
Poids : 48 Kg
Tour de taille : 85 cm
Hanches : 89 cm
Confection : 36
Chaussures : 38
Cheveux : Blonds
Coupe : long
Yeux : Noisette


Domaine(s) de compétence :
... publicite,photographie,: cinematographie,télévision...



  • presentatrice
  • comedienne


  • cours pratiques et théoriques
  • sepcialisation presentatrice
  • la television MTV Roumanie
  • actrice dans la troupe de theatre 'Catharsis' Bucharest, model pour differents photographs pro...

Je suis capable de faire beaucoup de sacrifices pour un projet interssant. J'aimerais collaborer avec photographs et agences serieuxJ'aime communiquer et donner tout ce qui est necessaire pour realiser quelque chose d'une tres bonne qualite.Je promet que je décevrai pas et suis libre de suite !

BACIU Andrea : L'ART AU FEMININ (RACHID YAHOU)

BACIU Andrea : L'ART AU FEMININ (RACHID YAHOU)   


Nom : BACIU
Prénom : Andrea
Région : AUTRE PAYS
Age : 18 ans
Sexe : Femme

Taille : 166 cm
Poids : 47 Kg
Poitrine : 85 cm
Tour de taille : 59 cm
Hanches : 89 cm
Confection : 36
Chaussures : 37
Cheveux : Blonds
Coupe : long
Yeux : Marrons

Domaine(s) de compétence :
television, cinema, theatre, fashion, advertising
actrice model presentarice Spectacles avec 'Catharsis' Bucharest Photos pour un photograph professionnel Cours TV avec la specialisation 'Presentatrice'

Je suis une personne tres ouverte et serieuse dans mes travailles. Je suis sociable et j'aime connaitre beaucoup des hommes. Je vex devenir prefossionnelle dans mon domain d'activite et pour ca je veux travailler beaucoup. Je pense que l'image donne une autre fason a la vie. Comme actrice, j'apprends de connaitre tous les parts de ma personnalite. Je pourrais etre contactee au l'adress d'email: e_k_stasis@yahoo.com A vos souhaites! 
  Qui est Andreea Baciu? une artiste pleine de talent qui a bien voulu répondre à nos questions.


1.Présentez-vous à nos lecteurs
1.C'est un immense plaisir d'avoir l'opportunite de vous dire quelques mots de moi. Je m'appelle Andreea Baciu et j'ai 18 ans. Je suis celibataire et je dois rester aussi plus quelques annees parce que je pense qu'une mariage c'est un des plus importantes decisions de notre vie. Donc, nous devons faire tout au moment opportun. Je suis une personne tres sociable et j'ai le coeur ouvert aux tresors de cet monde si special. Pour ca, ma devise est: "Lumiere, Amour, Vie". Je suis speciale par moi meme seulement parce que je suis une etre humaine. Je suis actrice dans le troupe du theatre 'Catharsis' Bucharest, Roumanie(le pays dans lequel j'habite). Je voudrais etre etudiante dans le cadre d'Universite de Communication et Relations Publics.(advertising). J'aime la literature classique. J'adore la nature (en special la nature humain).Discutir avec les personnes etrangeres me plait beaucoup parce que c'est une chance de decouvrir des nouveaux caracteres et tres fortes personnalitees.Je pense que j'ai beaucoup d'apprendre des autres.
2.Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
2.Cet domain d'activite c'est, pour moi, un mode de donner a vous tous une part de moi meme. Je pence que l'image c'est tres importante parce que c'est pas seulement une simple forme de la realite; c'est quelque chose tres special dans lequel je me retrouve dans beaucoup de facons. C'est un mode de m'exprimer moi meme par ma personnalite. Cet domain c'est, maintenant, mon present et je veux lutter pour donner lui la vrai valeur. Je veux travailler beaucoup pour devenir professionnele parce que je crois en moi et je pense que j'ai beaucoup pour offrir.
3.Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
3.Dans ce qui concerne mon parcours, je dois vous avoue que je n'ai beaucoup d'experience, mais quand j'ai eu une opportunite, j'ai donne tout ce qui etait en moi. J'ai poser pour un photograph professionnel et j'ai gagne beaucoup d'experience. Dans le premier moment j'ai senti que j'atait nee pour ca. Maintenant je veux collabore avec un autre photograph. Je suis ouverte pour representer differents produits.
4.Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
4.Toujours sera difficile pour moi de parler du resultat de mon travail. Je sais que toujours peut etre mieux. Je dois vous avoue que je cherche dans moi meme la perfection quoique je ne crois pas dans cet ideal.Mais c'est une perspective qui donne une motivasion pour etre serieuse qand je travaille. Je ne peux pas etre ipocrite et dire "non, c'est mal", mais la beaute depende d'esprit, de la personnalite que j'ai dans le respective moment.
5.Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.
5.Hm... je ne sais pas si je peux dire "un avis", mais c'est un point tres important dans ma vie parce que d'ici commence une ligne verticale, horizontale ou un autre point. J'espere que ca sera une ligne verticale et je suis sure que dans l'avenir je decouvrirai le tresor de cet tres beau monde.
6.Avez-vous des projets ?
6.Oui, j'ai quelques projets. Je veux poser et faire differentes spots publicitaires. Dans le monde du theatre, je veux continuer a jouer parce que j'adore le spectacle. Je voudrais jouer dans quelques films et realiser, dans l'avenir, mon propre film. Je veux aussi etre impliquer dans les associations humanitaires parce que l'humanite doit progreser et nous(moi) ne devons (dois)pas rester impassibles.
7.Comment avez-vous débuté ?
7.J'ai debute faisant la premiere photo.
8.Les motivations qui vous y ont poussé ?
8.L'amour pour l'art.
9.Avez-vous été aidée si oui par qui ?
9.Oui, bien sure. Personne peut faire quelque chose sans etre aidee. J'ai ete aider par Dieu, en special; et par quelques personnes tres specials de ma vie; et par moi meme.
10.Un bon souvenir ?
10.Un bon souvenir... faire ce qui j'aime c'est un merveilleu souvenir.
11.Un mauvais souvenir ?
11.Les mauvais souvenirs sont oublies bientot. Donc... je ne me souviens rien mauvais.
12.Des conseils à prodiguer ?
12.Je peux dire seulement ca: Donne l'amour et garde la dignite.
12.Des conseils à prodiguer ?
13.Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
13.L'optimisme c'est la source de mon avenir... et je crois dans mon avenir. Pour le present, "La vie en rose"... (quoique j'aime le noir...c'est plus discrete)
14.Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
present, "La vie en rose"... (quoique j'aime le noir...c'est plus discrete) :)
14.Oui. Je pense que c'est un geste de maturite et de sincerite avec moi meme. Je suis d'accord etre aider qand j'ai besoin d'aide. C'est normal et je ne vois pas une humiliation parce que l'aide est retourner.
15.Vos représentations ?
15.Mes representations? Hm... C'est une question retorique.
16.L'origine de votre réussite.
16.La vie aussi comme est elle.
17.Le mot de la fin
17.Je suis heureuse que j'avais l'ocasion de dire quelques mots a vous dans un journal

 

1 Commentaire(s) - id : 40
RACHID YAHOU PAR...RACHID YAHOU !

Tout en étant poète, je compose des chants en langue berbère algerien (kabyle et chaoui). Je suis enfin le fondateur du fameux groupe 'yugurten' crée à azazga en grande-kabylie en...1970 !!! Journaliste et rédacteur en chef, je dirige mon hebdomadaire 'LE RACHID YAHOU', http://www.rachidyahou.uni.cc et des journaux électroniques : http://www.planeteafrique.com/maroc http://www.planeteafrique.com/algerie http://www.planeteafrique.com/tunsie http://www.planeteafrique.com/libye http://www.planeteafrique.com/egypte http://www.planeteafrique.com/tchad émail : gdekabylie@yahoo.fr et propose aux artistes des entretiens ! je transmet mes salutations à tous les membres du bookpariscasting ainsi qu'à son webmaster fraternellement, RACHID YAHOU



  • DESSIN INDUSTRIEL
  • ADMINISTRATION
  • JOURNALISME
  • COMPTABILITE


  • CHANTEUR
  • AUTEUR COMPOSITEUR
  • MUSICIEN
  • POETE

Nom : YAHOU
Prénom : rachid
Région : AUTRE PAYS
Age : 52 ans
Sexe : Homme

Taille : 169 cm
Poids : 59 Kg
Poitrine : 20 cm
Tour de taille : 38 cm
Hanches : 40 cm
Confection : 38
Chaussures : 42
Cheveux : Noirs
Coupe : court
Yeux : Marrons

Domaine(s) de compétence :
POESIE BERBERE ET MUSIQUE FOLKLORIQUE


       
   

RACHID YAHOU

1 Commentaire(s) - id : 41
JAVA

<!-- DEUX ETAPE D'INSTALLER LA COULEUR DE FONT CHANGE CONTINUELLEMENT:

 

  1.  Placer le code 1 entre les balises <HEAD> du document HTML

  2.  Ajouter onLoad sur la balise <BODY>  -->

 

<!-- ETAPE 1: PLACER LE CODE CI DESSOUS ENTRE LES BALISES <HEAD>..</HEAD> DU DOCUMENT HTML  -->

 

<HEAD>

 

1 Commentaire(s) - id : 27
ARTISTES-(1)

 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
Danielle BIGATA (Sculpteuse) : Une réussite méritée -(RACHID YAHOU)


Aujourd’hui, nos chers lecteurs et lectrices auront le plaisir de découvrir une sulpteuse qui rapelle une beauté...artistique.

- Présentez-vous à nos lecteurs (nom, prénom, âge, pays, mariée ou pas...)
Bigata, danielle... âge = vous voulez- rire ? connaissez-vous une femme qui donne son âge !
Mariée depuis 40 ans avec une passion = la sculpture...
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
Parce que c’était évident depuis mon enfance, à l’âge de 12 ans, je savais que je voulais devenir sculpteur, bien sûr il faut d’abord avoir un don, mais après il faut travailler d’arrache-pied, et surtout garder le moral !
- Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
Trop long... Allez sur le site voir le CV...
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
Je continue à croire en ce que je fais, c’est la base pour avoir le courage d’avancer...
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
De moins en moins de "vrais sculpteurs" qui taillent vraiment dans la matière...
- Avez-vous des projets ?
Projets = continuer à voyager pour rencontrer le maximum d’êtres qui vont nourrir mon inspiration et "aider si faire se peut" à applanir avec mes petits moyens les "différences"...
- Comment avez-vous débuté ?
Avec un tronc de chêne de 2 m de haut, une massette et des ciseaux à bois... et j’ai tapé dedant pendant 6 mois... c’est devenu : l’homme sorti du chêne. J’avais 18 ans.
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
non
- Un bon souvenir ?
les poèmes que m’envoient les gens touchés par une oeuvre
- Un mauvais souvenir ?
une catastrophe de casse en cours de travail, après 8 mois de dégrossissage d’un marbre...
- Des conseils à prodiguer ?
Garder le moral et croire en ce que l’on fait
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
oui, pourquoi ? parce que j’ai réussi à vivre de mon rêve d’enfant, et à en faire un métier !
- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
Tout le temps, car même avec une bonne notoriété, les commanditaires, paient toujours avec retard, et il est très difficile de gérer un budget en dents de scies = les années de travail ne rapportent qu’après livraison de l’oeuvre commandée...
- Vos représentations ?
site internet :

- L’origine de votre réussite.
la participation à un concours international en Allemagne, que j’ai gagné.
Le mot de la fin :remerçiements au journal
je remercie le journal pour cet interview
cordialement
danielle Bigata
http://www.bigata.com
mail : info@bigata.com
Sculpteur-Statuaire
RACHID YAHOU


-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
Céline BONCHE : Un avenir prometteur!!!-(RACHID YAHOU)

Nous proposons cette fois-ci une jeune musiçienne promue à un avenir...prometteur!!!

Présentez-vous à nos lecteurs
Céline BONCHE, j’ai 27 ans, je suis française originaire de St Etienne, célibataire en colocation avec Minouchou et Lola mes 2 chats.
>
> - Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
Depuis toute petite je suis passionnée par le monde de la musique et surtout la chanson, je revais de ressembler à Madonna, je ne l ai pas choisi c’était en moi!
>
> - Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
Née le 23 Février 1978 à Feurs, aux pieds des monts du Lyonnais non loin de Saint Etienne, je suis dès mon plus jeune âge animée par une forte passion pour tout ce qui concerne le monde du spectacle.
Vers 4 ans mes parents l’inscrivent à un cours de danse classique, ce sera le premier et le dernier, l’expérience n ‘est pas probante…
A 6 ans, mes parents déménagent pour un petit village à coté de Roanne ou ils ont acheté un bar restaurant.
je décide de reprendre la danse et tente cette fois ci de suivre des cours de modern-jazz et c est une révélation puisque depuis cette époque je n ai jamais arrêté de pratiquer.
A l’école tout va bien, ma scolarité se passe en douceur, je fais partie de la chorale du collège et prends des cours de guitare .
Je décroche un BAC ES en 1996 avec mention et décide de quitter la maison familiale pour faire mes études à LYON.
Les années FAC se succèdent sans accrocs, un double DEUG AES et LEA pour enchaîner avec une licence en Angleterre à Liverpool et une maîtrise en Espagne à Grenade .
Le retour en France s ‘avère difficile, la vie ERASMUS me manque, cependant je me lance dans une ultime formation à LYON : un DESS commerce international obtenu en 2001 sans difficultés comme tout le reste de la promotion d ‘ailleurs…
Après ma soutenance il est l’heure de se lancer dans la vie active à grands regrets. On me propose une réelle opportunité à Trappes dans les Yvelines . De plus la possibilité de s’installer près de Paris n’est pas négligeable pour assouvir des envies artistiques que je garde depuis trop longtemps.
Je prends des cours de chants avec Carmen, une artiste roumaine et commence à chanter dans des bars par le biais d’un ami chanteur .
En 2002 je décide de chercher un groupe de musiciens ou je pourrai m’intégrer et tombe par hasard sur une annonce passée sur le net : Compositeur cherche chanteuse. Je me dis pourquoi pas ! ! et réponds.
Et c’est la rencontre entre Olivier Ferreira, un jeune compositeur des Mureaux .
je suis séduite par les musique d’Olivier et décide de m’improviser auteur, et c’est la création d’un premier titre : « Malgré Toi » chanson écrite pour mon coup de cœur sentimental de l’époque .
Les titres s’enchaînent alors et sont enregistrés dans le home studio d’Olivier .
Désirants aller plus loin et motivés par les critiques positives de nos proches, nous auto produisons un CD des 5 premières chansons et nous rentrons en studio le 23 Février 2004. (Studio Leblanc à Montrouge dans le 92).
Le CD finalisé sortira en décembre 2004.
En juin 2004, une opportunité d’expérience scénique se présente et c’est là première représentation à Trappes lors de la fête du club de GCT de Trappes. Devant l’enthousiasme des gens, je réitère l’expérience en automne 2004 pour la fête de quartier de Sand-Pergaud-Verlaine à Trappes.
Afin d’améliorer mon jeu de scène , Je rencontre en octobre 2004 un groupe de musiciens et se produit avec eux en région parisienne .
Fin 2004, Nous avons à notre actif une dizaine de chansons, très différentes les unes des autres, mêlant électronique et instruments, textes romantiques et engagés .
Décembre 2004, Je suis contactée par l’équipe de Pascal Sevran pour auditionner pour Chanter la vie.
En Février 2005, Je suis sélectionnée pour le concours de l’Eurovision et termine dans les 10 derniers finalistes.

>
> - Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
Elles sont assez originales, les premières étaient plutot classiques :ballades avec textes romantiques mais aujourd hui on a tendance à s’orienter vers des musiques plus rythmées avec des textes engagés.
Pour moi c ’est une nouvelle catégorie de variété française
>
> - Votre avis sur l’état actuel de la discipline que
> vous avez choisi.
C’est assez difficile en grande partie à cause de la télé réalité puisque aujourd hui le processus est inversé.On est d abord médiatisé sans n avoir rien prouvé artistiquement et de cette médiatisation découle une célébrité éphémère ou non.
De plus le marché est très concurrentiel
>
> - Avez-vous des projets ?
Nous sommmes en train de travailler à la composition d un album entier avec une douzaine de chansons pour 2006.
J ai pas mal de concours prévus d ici juin 2005 et quelques concerts
>
> - Comment avez-vous débuté ?
c est vraiment ma rencontre avec Olivier qui a tout déclenché. Sans lui je n aurais peut etre toujours pas pris conscience de mes capacités.

>
> - Les motivations qui vous y ont poussé ?
Tout simplement parce que je prends du plaisir à faire ce que je fais. D un naturel assez timide, je suis pourtant très à l aise quand je monte sur scène. Pour moi rien n’est plus épanouissant .
>
> - Avez-vous été aidée si oui par qui ?
Ma première aide est Olivier Ferreira avec qui j ai pu réaliser le CD et tous les gens qui m’ont écoutée et grace à qui j ai pu commencé à me produire.
>
> - Un bon souvenir ?
J en ai plein mais s’il fallait en choisir un c’est récémment la petite fille d’une de mes connaissances m a fait une surprise et a créé une chorégraphie sur l une de mes chansons qu elle savait par coeur. C ’était super émouvant.
>
> - Un mauvais souvenir ?
Pour l’eurovision 2005 , on m a appelée pour organiser un tournage pour faire un reportage sur mes activités pour l émission . Je mets tout en place et préviens tout le monde, l’équipe de tournage ne vient jamais et ne me préviens meme pas de l annulation du tournage
>
> - Des conseils à prodiguer ?
Je suis débutante alors les conseils je suis plus à meme d en recevoir que d en prodiguer!!
restez soi meme!

>
> - Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
oui je suis toujours de bonne humeur et je ne me laisse pas facilement abattre
pourquoi? parce que la vie est trop courte pour ne pas aller au bout des choses
>
> - Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres

>Je rencontre surtout des problèmes pour me faire connaitre et trouver des endroits ou me produire
>
> - Vos représentations ?
La prochaine officielle est à Aubergenville pour la fete de la musique le 21 Juin.
Je serais accompagnée de 2 danseuses
>
> - L’origine de votre réussite.
Une complicité et une adéquation sans bornes entre 2 artistes.
>
> Le mot de la fin
Merci pour votre intéret et votre curisosité et surout merci pour donner un peu d ’attention aux jeunes artistes.
RACHID YAHOU
1 Commentaire(s) - id : 22
ARTISTE-(1)


"L’ART AU FEMININ"

Auteur : RACHIDYAHOU
Dimanche 28 août 2005
Vos blogs préférés
Recommandez la lecture de ce blog en votant pour lui
                     


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
MYRIAM MORNET : UNE ARTISTE DIGNE DU NOM-(RACHID YAHOU)


Age
23 ans
Hauteur
173 cm - 5’8’’
Poids
47 kg - 104 lbs
Poitrine
80 cm - 31’’ C lbs
Taille
62 cm - 24’’
Hanches
79 cm - 31’’
Confection
36
Pointure
39
Yeux
Noisettes
Cheveux
Châtains
Welcome / Bienvenue


Bonjour à tous !!
Déjà merci de vous arrêter quelques instants à ma page.
Je suis une touche-à-tout qui travaille beaucoup dans le cinéma en domaine associatif .
J’aime par-dessus tout interprêter des personnages , c’est pourquoi le monde de la mode est également un de mes domaines de prédilection.
Ce que je veux ?
Savoir tout faire, devant comme derrière la caméra ou l’objectif .
C’est un peu ambitieux je vous l’accorde, mais je préfère placer la barre haute !!
Je recherche principalement des contacts avec des professionnels dans le milieu du cinéma ( pour figuration et rôles ) et/ou de la mode ( photographes pro, agences de mannequin ...) , ayant déjà des contacts amateurs et semi-pro dans mon entourage proche.
J’aime que le tout se passe dans une ambiance joviale et néanmoins professionnelle .
sachez que quand je m’engage, c’est jusqu’au bout et en donnant le meilleur.
Mon but, apprendre, comprendre et progresser tout en vivant des aventures humaines sympas et décontractées ...
Merciiiiiii !!!
http://www.dahis.book.fr

Tout d’abord, quel honneur !! Je suis très surprise de vous intéresser autant !! Toute débutante et passionnée que je suis, mon parcours est assez atypique et surtout plutôt varié en expériences et découvertes .

Bref, c’est à moi de passer de l’autre côté de la page, moi qui étudie le journalisme pour être pigiste...
J’en suis enchantée et vais tenter de répondre le plus sincèrement possible dans les limites de mon intimité ( lol )


ENTRETIEN :
RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs :
MYRIAM MORNET :
-" Et bien, je m’appelle Myriam Mornet alias Dahis. J’ai 23 ans et je suis née en France du côté de la région Nantaise. Née de père algérien et élevée par une mère célibataire, j’ai eu du mal à me faire accepter dans ma petite campagne Nantaise. C’est en arrivant sur Paris à l’âge de 14 ans que j’ai découvert avec joie les notions de tolérance et de respect.
MYRIAM MORNET :
- Je vis seule depuis bientôt 3 ans, depuis le décès de ma mère et élève avec passion mes 2 chats sans avoir encore trouvé un compagnon masculin qui accepte de m’adopter !! lol ...
Ayant beaucoup d’amis dans le milieu artistique, je partage avec eux les passions du cinéma et du théâtre tout en m’adonnant à mon principal "dada" qu’est l’écriture en tentant de terminer mon livre retraçant de manière symbolique dans un drame psychologiques les diverses expériences de ma vie ."
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
MYRIAM MORNET :
- "Je n’ai pas réellement choisi de travailler dans la mode, ce n’est d’ailleurs pas mon but ultime. Mais j’ai fais beaucoup de théâtre au lycée puis j’ai ensuite rejoins des étudiants en cinéma qui avaient crée d’association pour réaliser des court-métrages. J’ai tout de suite aimé cette ambiance de troupe et de travail d’équipe. J’y ai appris des tas de trucs !! C’est d’ailleurs un peu grâce à eux que ma passion pour l’écriture s’est réveillée.
Mais le plus agréable a été quand je suis passée devant la caméra. Jouer quelqu’un d’autre, tenter d’être quelqu’un que l’on est pas ... C’est salvateur !! Finalement, on en apprend d’autant plus sur soi-même... et on en est d’autant plus tolérant avec les différences. J’ai donc pris la décision de me lancer dans quelques castings hasardeux et de tenter ma chance en tant que comédienne. Mais pour cela, j’ai décidé de jouer sur mes atouts. Ma maigreur m’a souvent porté préjudice dans ma vie sociale, les gens me croyant malade, ou bien dépressive...et pourtant, c’est naturel et héréditaire. Dans le milieu de la mode, ce que voit comme un défaut est prit comme une qualité !! C’est tellement agréable de se voir sur photo et de pouvoir enfin s’accepter comme on est !! Du coup, j’ai foncé la dedans avec pour optique de percer mon trou ... Il faut y croire... ( espoir quand tu nous tiens... ( lol !! ))
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
MYRIAM MORNET :
- Je suis trop bavarde !! J’ai déjà pas mal parlé de mon parcours auparavant...
Pour résumer, J’ai d’abord commencé par le théâtre, en en faisant pendant 4 ans et en jouant une pièce par an sur 4 jours. J’ai ensuite participé à la réalisation de plusieurs court-métrages au sein de l’association « Decheko », autant devant que derrière la caméra.
J’ai également participé aux travaux d’études du CLCF ( Conservatoire Libre du Cinéma Français ) .
Et puis, sur un coup de tête, je me suis inscrite sur le site de castprod, j’ai crée mon book et j’ai répondu aux gens qui me contactaient...Les rencontres sont toujours agréables et enrichissent de toute manière la personne même quand elles n’aboutissent pas !! ( un peu trop souvent hélas !! lol !)
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
MYRIAM MORNET :
- Oula...Toujours difficile quand il s’agit du physique...L’apparence, encore et toujours...Les premières photos que j’ai faite il y a quelques années m’ont fait pleurer...et pas de joie... On a pas toujours une image réaliste de soi, malgré les miroirs... Je voyais tous mes défauts, ceux que je camouflais derrière mes vêtements et mon maquillage sans vraiment m’en rendre compte. Et puis, quand je me suis vue sur caméra, çà a été au tour de ma gestuelle, je me trouvais maniérée et horrible !! Maintenant, çà va mieux, je me réconcilie peu à peu avec mon corps...Je vois toujours les défauts, mais j’essaie d’en tirer profit en essayant de les améliorer...Lourde tâche !! lol !
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
MYRIAM MORNET :
- Complexe...Je vis seule dans un petit appartement et je n’ai plus de famille pour m’aider...Quand on choisi une profession aussi aléatoire, il y a des moments difficiles...J’ai surtout besoin d’être rassurée maintenant, j’ai envie d’entendre un professionnel me dire qu’il faut que je persiste !! Pas facile de juger si on a du talent ou pas... Je reste encore très réservée et par prudence, je ne me lance pas fond... Et puis, çà me permet de garder intact le rêve...d’y croire encore et encore...
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
MYRIAM MORNET :
- Pas assez et trop à la fois ( oui, je suis une nana, donc je suis compliquée !! ) : Dans l’urgence du moment, il faut bien vivre donc trouver un boulot alimentaire pour pouvoir exercer sa passion me semble indispensable...Mais mon plus grand projet depuis des années reste mon livre...Donc pour l’instant, mon optique est de finir les nouvelles que j’écris et de participer à des concours pour gagner des rentes de projet . A côté de cela, je continue de rencontrer des professionnels et d’enrichir mon book de leur photos. Et dès qu’un casting se présente, je saute dessus !!
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
MYRIAM MORNET :
- Je crois que j’ai déjà tout dis : les rencontres, les relations... Rien de tel que le contact humain pour percer je crois...Et puis la chance...
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
MYRIAM MORNET :
- J’ai eu une enfance assez douloureuse, très seule, très mal dans ma peau...J’étais dépressive...Il fallait que çà change... Au lycée, j’ai pris le taureau par les cornes et j’ai foncé aux cours de théâtre...C’est une véritable thérapie!! On apprend à prendre conscience de soi, de soi avec les autres, son rapport dans l’espace avec les gens. Et puis surtout, tout le monde est l’égal de l’autre, dans les cours de théâtre, on s’en fiche d’être ridicule, d’être petit, d’être gros, d’être moche...Ce n’est pas par çà que l’on est jugé...Une véritable leçon sur soi-même...Cà m’a guéri de mes maux, j’ai accroché tout de suite...et le reste a suivi !!
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
MYRIAM MORNET :
- Mes amis...Ceux que je me suis faite à ce moment là...Ceux qui m’ont appris ce qu’était une famille car ils ont su être là quand il le fallait. Ils m’ont écouté sans juger...Et c’est eux qui m’ont poussé à continuer ! Ce sont des passionnés ! Ils vous entraînent dans leur monde et soudain çà devient le votre, et vous vous rendez compte que vous y êtes bien parce que vous êtes vous-même et qu’on vous aime comme çà ! Ils sont tout pour moi, et si je devais renoncer à tout çà pour eux, je le ferai sans aucune hésitation...Ils ne le savent même pas, et ne se rendent même pas compte de l’importance qu’ils ont eu dans ma vie...C’et aussi pour çà que je les aime ( mais faut pas le dire !! chut ! ) . Je ne les remercierai jamais assez...
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
MYRIAM MORNET :
- Le dernier en date...J’ai été contacté par le biais de « Castprod » par un coiffeur qui coiffe principalement des mannequin...J’étais très intimidé mais dès le premier contact, il m’a mis à l’aise !! Naturel, cool et talentueux !! Il fait de la photo par envie et notre première séance a été very good !! Vraiment ravie de cette rencontre...Je garde contact à tout prix !! Merci Mike !
RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?
MYRIAM MORNET :
- J’avais 16 ans, c’était mon premier casting...A l’époque j’étais encore très pudique et réservée...Je suis tombé sur 2 arnaqueurs qui ont cherché à faire des photos un peu osés de moi ( et moi à 16 ans j’étais encore très jeune fille !! ) et ils voulaient que l’ont paye les photos...Bref, çà m’a traumatisé !! lol !! J’ai renoncé pendant quelques années à retenter un casting !!
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
MYRIAM MORNET :
- Rester soi-même, s’écouter, et ne pas avoir honte ou peur...Il faut foncer et ne pas se décourager à chaque échec. Il est important aussi de se remettre en question, çà fait progresser...Croire en ses rêves n’est pas idiot, donc, si vous en rêvez, je vous dirais, faites le tout simplement !!
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
MYRIAM MORNET :
- Oh oui, et pour une raison simple, c’est que si çà ne marche pas, je pourrais toujours faire ce que j’aime en loisir !! Les petits court-métrages que nous réalisons me permettrons toujours de jouer la comédie !! Alors, même si je n’abouti pas...Eh bien , l’important pour moi, c’est de faire ce que j’aime...Et puis, j’ai suffisamment de passions pour pouvoir vivre une vie entière en les faisant...Il me reste l’écriture, même si je ne suis pas encore publiée, j’écris pour moi, et c’est déjà un grand bonheur...
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
MYRIAM MORNET :
- Ouh !! Le sujet qui fait mal !! Bien sûr !! Pour l’instant, je suis étudiante par correspondance, j’ai donc une aide financière pour mes études...Mais faut continuer à faire les petits boulots à côté...J’ai 2 chats à nourri quand même !! lol !
RACHID YAHOU :
- Vos représentations ?
MYRIAM MORNET :
- Mes photos sont visibles sur le site www.dahis.book.fr... Laissez-moi un petit message sur mon livre d’or, çà me ferais plaisir !! ( et tant pis si c’est pour dire que je suis moche !! ) . Les pièces de théâtre dans lequel j’ai joué sont sur cassette mais la vente est réservée au Lycée D’Ermont !! Donc, tant pis...
Et pour les court-métrages, ils sont encore en post-production ( montage des images et du son...). Nous espérons une diffusion prochaine dans les concours dédiés à ce type de format et peut-être sur les chaînes télés , dans les émissions spécifiques !! On veut y croire !!
( quelques articles de journaux sur l’association ont été publié sur le journal Val d’Oise « mag » et le journal d’Ermont ).
RACHID YAHOU :
- L’origine de votre réussite.
MYRIAM MORNET :
- Euh...Qu’elle réussite ? J’estimerai avoir réussi quand j’aurai enfin finalisé un de mes nombreux buts...
Pour l’instant, je continue de croire en ma bonne étoile...La réussite est pour ceux qui chercheront perpétuellement à l’atteindre...Voili Voilou !!
RACHID YAHOU :
- Le mot de la fin s’il vous plait :
MYRIAM MORNET :
- Je vous remercie de tout cœur pour l’attention que vos journaux affichent aux artistes.
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
ELODIE : UNE COMEDIENNE DE RENOM-(RACHID YAHOU)

http://www.elodie.book.fr
Age 24 ans
Hauteur
172 cm - 5’8’’
Poids
58 kg - 129 lbs
Poitrine
90 cm - 35’’ C lbs
Taille
60 cm - 24’’
Hanches
90 cm - 35’’
Confection
38
Pointure
39
Yeux
Bleus
Cheveux
Blonds
Modèle-Mannequin freelance étudie tout projet sérieux pour photos (mode, portrait, lingerie) et figuration (publicités, clips, TV, films...).

Je reste disponible et à l’écoute de toute proposition dans ces domaines.

Toutes les photographies de ce site sont ma propriété. Reproduction interdite sans autorisation.




RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs :
ELODIE CAMMARATA :
- Je m’appelle Elodie Cammarata (Elodie C.), j’ai 25 ans et je vis à Paris depuis bientôt 2 ans où j’essaye de devenir comédienne.
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
ELODIE CAMMARATA :
- Sans vraiment m’en rendre compte, j’ai toujours su que j’étais faite pour ce métier... Simplement, je ne l’admettais pas. En province, c’est encore plus difficile qu’à Paris et très peu de gens en vivent. La comédie, parce que je me sens à ma place sur scène plus que partout ailleurs. J’aime entrer dans des rôles, faire des choses que je n’aurais jamais imaginer faire dans ma vie privé...
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
ELODIE CAMMARATA :
- Auparavant, je faisais des études universitaires (maîtrise STAPS puis DEA en fac de médecine) pour devenir chercheur en neurosciences. Courant août 2003, j’ai eu un déclic: j’ai enfin compris que je n’étudiais pas pour moi mais pour ma famille. J’ai donc décidé de faire ce qui me plaisais tant que j’en avait la possibilité et j’ai tout plaqué pour venir m’installer à Paris. Je suis maintenant intermittente du spectacle et je passe des castings (comédie principalement), en espérant, comme beaucoup, décrocher un rôle.
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
ELODIE CAMMARATA :
- Je n’en suis qu’aux prémices. J’ai eu de la chance. En arrivant à Paris, j’ai fait un an d’études dans une école de comédie musicale, et là, au fil des rencontres, j’ai décroché un rôle de danseuse dans un reprise de "Roméo et Juliette". C’était extraordinaires de jouer devant 900 personnes. Ensuite, au cours de l’année, nous avons monté notre propre spectacle "Chorus Line revisité" dans lequel j’avais le rôle du metteur en scène.
J’étais tout le temps sur scène, principalement en tant que comédienne mais j’ai aussi chanté et dansé. Malheureusement, nous n’avons joué qu’une seule fois, pour la représentation de fin d’année... Mais c’était au Théâtre des Variétés!!!!!!! (théâtre de JP Belmondo)Je n’ai donc pas encore une grande expérience du métier...Je viens d’être choisie pour incarner Béa, un des rôles principaux dans "La chanson de septembre", dont les répétitions commencent... en septembre!!! Ce sera mon premier vrai travail professionnel!
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
ELODIE CAMMARATA :
- On entend beaucoup parler du statut d’intermittent du spectacle... Je n’ai pas réellement d’avis sur le sujet pour l’instant. Simplement, la conjoncture actuelle est difficile, d’autant plus que la France est un pays où chacun à une image, une fonction. J’ai gagné mon intermittence en étant hôtesse pour une marque d’alcool, lors de soirées évènementielles, chose assez mal vue dans la profession... J’espère me le garder en étant comédienne...
RACHID YAHOU
- Avez-vous des projets ?
ELODIE CAMMARATA
- Mis à part les castings comédiennes auxquels j’essaye de participer, je vais aussi, dès la rentrée, m’inscrire dans des agences de publicités. Je vais aussi commencer les répétitions pour "La chanson de septembre", que l’on devrait jouer début 2006. Mis à part cela, je prends des cours de chant avec une coach vocal (Nathaly Moreau). Nous sommes actuellement en train de commencer mes premières chansons à moi!!!
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
ELODIE CAMMARATA :
- En poussant les portes et en répondant au maximum de castings possibles... Mais encore une fois, je n’en suis qu’aux prémices.
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
ELODIE CAMMARATA :
- Je n’ai jamais rien fait pour moi, j’ai toujours étudié et travaillé pour plaire
aux autres, à ma famille... Aujourd’hui, j’ai décidé de me réaliser. Mais je suis consciente que la concurrence est rude, que souvent, les autres sont plus jeunes avec plus d’expérience... Je fais confiance aux gens qui m’entourent (coach vocal, prof de théâtre et de comédie). Eux croient en moi, alors je fonce. Mais jeme suis donnée une dead line: il faut que je marche avant 30 ans, sinon, je devrai trouver un "vrai"
métier!!!
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
ELODIE CAMMARATA :
- Principalement par ces gens qui croient en moi (ami, famille depuis peu et profs en tous genres). Ils me motivent et me poussent à bouger.
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
ELODIE CAMMARATA :
- Ma première "vraie" scène, pour Roméo & Juliette", devant plus de 900
personnes. Je suis entrée sur scène et tout le trac s’est envolé. J’étais à ma place. Mais je n’ai que des bons souvenirs.
RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?
ELODIE CAMMARATA :
- Je n’ai pas encore eu le temps d’en avoir... Alors, le plus mauvais, c’est quand j’ai annoncé à mo entourage que je plaquais tout pour monter à Paris et faire ce que je fais aujourd’hui. Beaucoup se sont montrés choqués, voire médisants... Heureusement, et à mon grand étonnement, ma famille m’a
tout de suite encouragée.
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
ELODIE CAMMARATA :
- Foncer et ne jamais baisser les bras. C’est un métier difficile où la concurrence est rude. C’est aussi le règne de l’hypocrisie... Mais parfois, on rencontre des gens bien et intéressants!!!
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
ELODIE CAMMARATA :
- Oui, car j’ai un tempérament profondément optimiste. Je crois que c’est une force. Et puis les principales intéressées (coach vocal et prof de cinéma) croient en moi...
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres?
ELODIE CAMMARATA :
- Bien sûr, puisque je ne suis pas encore "lancée". Mais je travaille en tant qu’hôtesse (comme beaucoup de comédiens et comédiennes), ce qui me permet de vivre et d’accepter des rôles peu ou pas rémunérés (on doit passer par là pour se faire une expérience...). Et puis, je préfère vivre modestement en faisant ce que j’aime plutôt que vivre largement en m’ennuyant, ce qui était mon cas avant.
RACHID YAHOU :
- Vos représentations ?
ELODIE CAMMARATA :
- "La chanson de septembre" début 2006.
RACHID YAHOU :
- L’origine de votre réussite.
ELODIE CAMMARATA :
- Je n’en suis pas encore là...
RACHID
YAHOU :
- Le mot de la fin :
ELODIE CAMMARATA :
- Merci à l’équipe qui a souhaité faire une interview de moi...C’était agréable de se remémorer ces deux années!!!!! Bonne chance à tous ceux qui tentent leur chance et vivent en faisant ce qu’ils aiment!!!!
Site à visiter !
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
RACHELLE (PHOTOS MODELES) : UN OPTIMISME DE VALEUR-(RACHID YAHOU)

http://www.rachelle.book.fr/
Age
25 years
Height
169 cm - 5’7’’
Weight
51 kg - 113 lbs
Bust
85 cm - 33’’ B lbs
Waist
62 cm - 24’’
Hips
85 cm - 33’’
Dress
36
Shoe
39
Eyes
Brown
Hair
Black
Bonjour à tous,

Je m’appelle Rachelle et je suis d’origine mauricienne.

J’évolue principalement comme modèle photo (catalogue, lingerie, pub, magasine) mais je m’intéresse aussi :

* FIGURATION : court métrage, publicité, clips vidéo, TV.

* DEFILES : mode, coiffure.

J’étudie toutes propositions sérieuses (je ne fais pas de nu).




RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs
RACHELLE :
- Bonjour, je m’appelle RACHELLE, j’ai 25 ans et je suis d’origine mauricienne.
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
RACHELLE :
- J’ai choisi d’être modèle photo avant tout par passion, le plaisir de faire de belles photos, de faire rêver les lecteurs comme d’autres modèles m’ont fait rêver avant ça.
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?

RACHELLE :
- Pendant mes études, j’ai eu l’occasion de participer au salon du mariage (en tant que modèle), divers banquets et soirées évènementielles en tant qu’hôtesse. Et depuis peu j’ai créé mon site perso : www.rachelle.book.fr. Grâce à ce site je commence réellement à avoir des contacts et de vrais projets professionnels.
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
RACHELLE :
- Etant donné que ceux sont des projets en cours, il m’est difficile de pouvoir en parler maintenant. Par contre je n’accepte une proposition qu’à partir du moment où le sujet me plait et que je suis sûre d’être à l’aise.
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.

RACHELLE :
- Il existe tellement de jeunes femmes qui rêvent de devenir modèle par rapport aux réelles propositions. Notre seule chance est de montrer sa détermination, sa personnalité et celles comme moi essayent en plus de jouer sur leur origine, leur vraie beauté.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
RACHELLE :
- Oui et divers et variés en plus : mode, clips vidéo, moulage, éditions de bandes dessinées... Je souhaite découvrir l’univers de la danse (clips vidéos) , la comédie (courts et longs métrages), l’art (moulage, sculpture et peinture).
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
RACHELLE :
- J’ai commencé grâce à un ami qui a lui même une agence, mais à l’époque je n’étais pas aussi motivée et ambitieuse qu’aujourd’hui.
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?

RACHELLE :
- Voyons : les médias (la vie des mannequins, les shooting photos, les voyages, le décor...), les avis de mes proches, le plaisir et le sentiment d’être différente devant l’objectif. Dans ma vie de tous les jours, je suis quelqu’un de plus introvertie si je peux dire. Grâce à la photo je me découvre un peu plus, voir d’autres facettes de ma personnalité et si l’image qui se dégage peut plaire à des professionnels alors que demander de plus.
RACHID YAHOU /
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
RACHELLE :
- Déjà répondu.
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?

RACHELLE :
- Le salon du mariage parce qu’il s’agissait de mon tout premier défilé : tout premier stress.
RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?

RACHELLE :
- J’ai voulu adhérer à une association (qui soit disant voulait mettre en avant la beauté de la femme noire) et je m’y suis reconnue. Le président de l’association m’a fait croire à un projet professionnel sérieux et au final il ne faisait ça que pour me faire des avances, ça m’a dégoûtée et maintenant je suis plus méfiante.
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?

RACHELLE :
- Toujours faire attention aux propositions, demander leur site où consulter leur travail, rencontrer la personne dans un premier temps dans un lieu public uniquement sinon vous faire accompagner, s’il refuse alors laissez tomber, ne prenez aucun risque. N’accepter une proposition pas uniquement parce que le cachet est intéressant, faites vous avant tout plaisir pour éviter de regretter ensuite.
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
RACHELLE :
- Optimiste, à 300% et encore plus, ambitieuse et je ne compte pas m’arrêter là. C’est un milieu que je veux connaître où je compte évoluer.
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
RACHELLE :
- Non, mais pourquoi ne pas allier plaisir et argent. Mon travail de tous les jours me convient, l’argent que je pourrais gagner me servira à réaliser d’autres rêves...
RACHID YAHOU :
- L’origine de votre réussite.
RACHELLE :
- Mes sources de motivation : mes rêves et ma détermination de toujours aller plus loin, et connaître ce que je ne connais pas encore.
RACHID YAHOU :
- Le mot de la fin s’il vous plait :
RACHELLE :
- Merci à Rachid pour cet interview et aux contacts que je pourrais avoir afin de percer un peu plus dans le métier. A l’occasion, lecteurs allez visiter mon site et si mon profil vous convient, je suis ouverte à tous projets si cela reste sérieux.
RACHID YAHOU
Rachelle.


-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
SANDRA KEIBER (Artiste Coiffeuse): UN TRAVAIL DES PLUS SOIGNES -(RACHID YAHOU)


COIFFEUSE STUDIO ET SALON.

Mon salon le "KEELHAIR" se trouve au: 14 rue Keller 75011 Paris.
01 43 38 52 44

Coiffure Mixte
Lundi 14H/20H
Mardi au Samdi 10H/20H
Avec ou sans Rendez-vous.

2ème sous du magasin KEEL,
vêtements mixtes créateurs
Cadre Original et Agréable (cave voûtée).


RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs s’il vous plait.
SANDRA KEIBER :
- Je m’appelle donc Sandra Keiber , j’ai 30ans , je vis à Paris et ne suis pas mariée.

RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
SANDRA KEIBER :
- Si je me suis lancée dans la coiffure ,c’est parce que j’ai toujours aimer m’amuser avec les cheveux. mes premiers cobayes furent mes malheureuses poupées ainsi que mes frères. A l’époque on sentait déjà une certaine créativité mais on était encore loin de la réussite...
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
SANDRA KEIBER :
-J’ai débuté dans la coiffure en pré-apprentissage et j’ai obtenu mon CAP à Metz, à l’âge de 17ans.J’ai ensuite évolué dans un salon de cette ville pendant 5ans pour terminer manager. Puis j’ai travaillé pour la chaîne de salon de coiffure Saint Algue ,ayant obtenu également le poste de manager. J’ai alors passé le brevet de maîtrise en 2ans et l’ai validé en 2000 à Metz, toujours. Après cela , je suis rentrée chez Schwarzkopf comme technicienne animatrice sur le secteur nord. Je me suis finalement installée à Paris en Février 2004, suite à un défilé Haute couture du Musée Galliera pour Georges Hobeika , le 20 janvier 2004. J’ai donc travaillé dans un salon dans le quartier de Bastille et le soir dans un bar pour financer mon projet Ainsi , depuis le 10 mai 2005 , je possède mon salon de coiffure dans ce même quartier situé au deuxième niveau d’une boutique de vêtement de créateurs, dans une cave voûtée , lieu insolite et intimiste.
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
SANDRA KEIBER :
- Je n’ai que des bons souvenirs en salon. J’ai toujours entretenu de bons rapports avec mes clients, certains sont même devenus des amis.
RACHID YAHOU :
- Donc pas de mauvais souvenirs ?
SANDRA KEIBER :
- Si tout de même ! Mais ils sont peu nombreux. Des petits désaccords peuvent apparaître dans les salons où l’ambiance est trop "féminine"...
RACHID YAHOU :
- Comment vous jugez-vous ?
SANDRA KEIBER :
En ce qui concerne mon travail sur les photo de mode , la vue du résultat final sur papier est toujours un grand moment. Lors des défilés ou show, c’est différent parce qu’il y a une véritable pression , l’investissement doit être rapide et efficace. C’est au moment des applaudissements que l’on peut enfin "souffler".
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
SANDRA KEIBER :
- Il ne faut jamais cesser de croire et s’accrocher à ses rêves , même les plus fous...On a souvent tord de croire que le bonheur est réservé à une élite...
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
SANDRA KEIBER :
- La coiffure est un véritable investissement .Le matériel est souvent très coûteux (accessoires , postiches. On ne peut réussir dans la coiffure en étant dilétante et puis comme le dit si bien le proverbe "quand on aime ,on ne compte pas"!
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
SANDRA KEIBER :
- Ce métier est passionnant si l’on s’investit. Il y a de véritables possibilités d’évolutions. En outre ,on constate dans les défilés ou séances photos que le métier est à nouveau reconnu.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
SANDRA KEIBER :
- C’est la première année que je lance dans le projet d’un book. Les photos que vous avez pu voir sur le site Book.fr sont récentes et je souhaite vraiment pouvoir continuer à me réaliser dans le domaine artistique et dynamiser ainsi le salon.
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
SANDRA KEIBER :
- Depuis mon arrivée à Paris je n’ai cessé de faire d’heureuses rencontres , m’amenant chacune à leur manière à évoluer dans ce qui me tient à coeur.
RACHID YAHOU :
- L’origine de votre réussite.
SANDRA KEIBER :
- Petite , je rêvais comme beaucoup de devenir star mais je ne me trouvais ni don pour la chanson ni pour jouer la comédie, j’ai alors trouvé par le biais de la coiffure le moyen de m’exprimer. Et, depuis mes premiers cobayes, j’ai beaucoup travaillé me donnant ainsi les moyens de mes idées. Mes expériences chez Saint Algues et Schwarzkopf, qui sont très présents dans le milieu artistique , ont confirmé mon désir de "percer" dans ce domaine.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée ?
SANDRA KEIBER :
- Annabelle est maquilleuse. Nous, nous sommes rencontrées en 2004 , rue Keller ,là où je travaille actuellement. Elle m’a proposé de coiffer des modèles qu’elle maquillait lors de collaborations avec des photographes.( cf : photo de mon book) Depuis on travaille régulièrement ensemble et contactons des photographes , magasines et maison de disques etc...



RACHID YAHOU :
- Le mot de la fin.
SANDRA KEIBER :
Mes remerciements monsieur Yahou.
RACHID YAHOU :


-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
AGSSARKISSIAN CHRISTINA (ARTISTE PEINTRE) : UNE AVANCEE AVEREE (RACHID YAHOU)


Très attirée par les couleurs, les formes et les matières, la pratique artistique reste un aspect essentiel de ma vie, presque une nécessité existentielle.
La musique, comme base de travail, me sert d’inspiration. Elle est source de souvenirs et suscite le voyage.
Mon objectif est de voir de la force, de la finesse, de la joie ou de la sensualité dans mes créations.
Concernant toutes les réalisations artistiques, veuillez me contacter à l’adresse suivante: agskristina@yahoo.fr
Réalise également sur demande portraits d’après photo.
Bonne visite

Entretien :

RACHID YAHOU
- Présentez-vous à nos lecteurs :

AGSSARKISSIAN :
- Bonjour. Je m’appelle Agssarkissian Christina, je suis
artiste-peintre, j’ai 26 ans, je suis née en Arménie (dans la ville de Kirovakan).
Je ne suis pas mariée et je ne suis pas pressée. Française, d’origine arménienne, je vis en France (à Lyon, une belle ville) depuis que j’ai 8 ans.
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
AGSSARKISSIAN :
- Je dessine depuis toute petite, j’ai toujours aimé ça, c’était un moyen d’expression
pour moi. C’est ma passion et je fais ça avec beaucoup d’amour même quand je suis de mauvaise humeur.
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
AGSSARKISSIAN :
Je suis arrivée en France avec mes parents à l’âge de
8 ans, j’ai fait mes études à Lyon et à 17 ans, je suis retournée pour deux ans dans mon
pays natal où j’ai fait des études aux Beaux Arts. De retour en France, j’ai fait des
expositions.
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
AGSSARKISSIAN :
Je fais mon travail avec passion, c’est l’essentiel. J’ai crée deux sites artistiques: le premier vous présente mes peintures
(portraits, abstrait, peinture figurative...)http://www.agssar.book.fr et le second site vous montre mes illustrations http://www.1monde2reves.book.fr Je recherche dans mes peintures de la force, de la
motivation, de l’optimisme, de la sensualité et du mystère. Et concernant mes illustrations, c’est "un monde de rêves" où il y a beaucoup
d’innocence, de liberté, de légèreté, de joie, d’optimisme et de douceur. Je laisse aux autres juger mon travail. N’hésitez pas à donner votre avis dans le livre d’or de mon site.
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
AGSSARKISSIAN :
Vivre de son art n’est pas facile mais c’est mon objectif. Je pense que rien est impossible.
Il ne suffit pas d’être artiste, il faut pouvoir "vendre" son travail. Je n’aime pas cette expression mais c’est la vérité. Celui qui ne tente rien n’a rien, il faut oser pour
réaliser ses rêves.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
AGSSARKISSIAN :
Mes projets: faire des expositions, des portraits de personnalités connues et non connues. Portraits de mariés, illustrations pour les enfants...
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
AGSSARKISSIAN :
Quand j’étais à l’école, mon corps était dans la classe mais mon esprit était ailleurs, je rêvais souvent et d’ailleurs les professeurs me
faisaient souvent la remarque. Et je dessinais... Et c’est pour cela que j’ai fait les Beaux Arts où j’étudiais la peinture, le graphisme, la sculpture, ... Et ensuite j’ai commencé à exposer (galerie, hôtel, restaurant, magasin d’art).
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
AGSSARKISSIAN :
Ma première motivation, c’est la passion. Ensuite ce sont les personnes à qui je montrais mon travail, leurs encouragements...
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
AGSSARKISSIAN :
Non, pour l’instant, personne ne m’a aidé professionnellement mais mon entourage m’aide moralement.
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
AGSSARKISSIAN :
La première fois que j’ai exposé mes tableaux reste un très bon souvenir. Partager ma passion et voir la réaction des gens est très motivant, enrichissant et mon futur travail en dépend. Quand le public regarde mon travail, j’aime voir leurs réactions: sourires, visages surpris et étonnés,...
RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?
AGSSARKISSIAN :
Je n’ai pas de mauvais souvenir lié à la peinture. Elle m’a toujours apporté de la joie, du calme, c’est comme si je voyageais dans un autre monde.
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
AGSSARKISSIAN :
Ce n’est pas important ce que l’on fait, l’important c’est de bien le faire.
Il faut être sûre au fond de nous mêmes qu’on va réussir. C’est par l’action qu’on y arrive et il ne faut pas écouter les gens négatives. Si on a un don, il faut s’en servir.
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
AGSSARKISSIAN :
Je suis très optimiste, ça fait avancer. Il faut y croire et agir sinon, on ne fait rien.
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
AGSSARKISSIAN :
Les problèmes financiers sont toujours présents mais c’est ce qui nous pousse également afin de nous en sortir. Personnellement, je n’ai pas d’autre problèmes.
RACHID YAHOU :
- Vos représentations ?
AGSSARKISSIAN :
J’ai réalisé des expositions dans une galerie, des restaurants, des hôtels et dans un magasin d’art à Lyon.
RACHID YAHOU :
- L’origine de votre réussite.
AGSSARKISSIAN :
L’optimisme, le culot, la passion.
RACHID YAHOU :
Le mot de la fin :
AGSSARKISSIAN :
Je tiens a vous remercier de m’avoir choisie pour votre interview. Mes amitiés à l’Afrique du Nord et au Moyen Orient. Avec mes remerciements Christina.
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
ANNE (CHELANN) : OU LA BEAUTE D’UNE COIFFURE !-(RACHID YAHOU)


Age26 ans
Bonjour,
Je vous présente mes coiffures suite à de nombreuses demandes
et aussi pour plus de simplicité,vous trouverez ici des tresses couchées, tissages, mèches...N’hésitez donc pas à me contacter pour vos idées de création que je mettrais en pratique,pour vos Séances Photos, Défilés...
Bonne visite!
Et n’hésitez pas à laisser des messages dans le livre d’or!!!

RACHID YAHOU :
Présentez-vous à nos lecteurs :
ANNE (CHELANN) :
- Je me nomme Anne surnom Chelann, j’ai 26 ans, suis française et habite en région parisienne et suis enfin fiancée.
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
ANNE (CHELANN) :
- J’ai choisi cette discipline car je pratique la coiffure afro depuis 11 ans et j’ai toujours autant de plaisir à la pratiquer.
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
ANNE (CHELANN) :
- Comme dit précédemment j’ai commencé à coiffer il y a 11 ans par passion ensuite j’ai eu la chance de rencontrer des personnes du milieu du spectacle. J’ai travaillé pour la comédie "les dix commandements" puis par d’autres rencontres j’en ai fait mon métier et travaillant sur "autant en emporte le vent","spartacus le gladiateur" puis quelques clips et plateau télé pour des artistes.
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
ANNE (CHELANN) :
- C’est une question assez difficile mais je trouve que pour une fille "française" je m’en sort pas trop mal même si ce n’est pas un cliché et je me fis beaucoup aux remarques que l’on me fait qui sont toutes très positives.
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi
ANNE (CHELANN) :
- Je trouve que la coiffure afro se développe de plus en plus ce qui n’est pas a mon désavantage et je trouve cela adaptable pour le mélange de culture
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
ANNE (CHELANN) :
- Oui j’ai des projets qui reste pour le moment de coté que j’espère concrétiser dans quelques années comme créer mon entreprise mais je souhaite continuer encore dans le milieu du spectacle.
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
ANNE (CHELANN) :
- J’ai grandi dans un quartier ou toutes les origines culturelles étaient représentées et principalement sénégalaise ainsi j’ai pris goût à la coiffure africaine.
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
ANNE (CHELANN) :
- Mes seules motivations étaient le plaisir de coiffer mais également les nombreuses personnes qui m’ont soutenues en me disant que j’avais vraiment un "don".
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
ANNE (CHELANN) :
- Oui j’ai été aidé par des amies déjà qui m"ont montré certaine technique de coiffure, ensuite par toutes les personnes que j’ai rencontre pour pouvoir en faire mon métier
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
ANNE (CHELANN) :
- En effet, j’en ai tellement ! mais je crois que les principaux sont quand j’ai rencontré de grandes personnes et aussi quand j’ai vraiment pu vivre de ma passion.
RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?
ANNE (CHELANN) :
- Alors là je vois pas quoi !!
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
ANNE (CHELANN) :
- Que les personnes qui souhaitent faire un métier particulier se battent jusqu’au bout car il y a toujours une solution et il faut pas baisser les bras
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
ANNE (CHELANN) :
- Oui je le suis car il faut l’être sinon on avance pas et aussi car la coiffure afro se développe de plus en plus.

RACHID YAHOU :
-Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
ANNE (CHELANN) :
- Il n’y a pas que des problèmes financiers c’est vrai que le statut d’intermittent du spectacle est de plus en plus difficile et trouver du travail dans ce domaine est dur mais il ne faut pas baisser les bras!
RACHID YAHOU :
-Vos représentations ?
ANNE (CHELANN) :
- Mes représentations sont dans les comédies musicales, tenaces
photos, défiles... et sont visibles sur http://www.chelann.book.fr!
RACHID YAHOU :
-L’origine de votre réussite.
ANNE (CHELANN) :
- Si on appel celà une réussite et bien je la doit encore a toutes les personnes qui m’ont fait confiance (Laurent Falcon, Kamel, Bruno mon " frère"...) et qui m’ont permise de montrer de quoi j’étais capable
RACHID YAHOU :
- Le mot de la fin brave fille :
ANNE (CHELANN) :
- Je vous remercie Rachid pour m’avoir fait cette interview et bonne continuation. De nos jours, nos jeunes ne parviennent pas à percer comme il se doit. Grâce à vous donc, des artistes se font connaître.
RACHID YAHOU :

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
MARY (PHOTOGRAPHE) : DU TALENT!!!-(RACHID YAHOU)

Bonjour à tous!

Je m’appelle Mary ou Kassi selon votre préférence.

J’ai 25 ans tout juste, et je suis très motivée pour faire de la figuration à cheval ou dans d’autres domaines.

Je vous laisse juge de mes qualités physiques, car j’aurais bien du mal à les estimer moi même!!

je suis à votre entière disposition pour tous renseignement compémentaire.

Je ne sais pas trop ce qu’il faut mettre sur cette page d’acceuil! Je serais bien plus bavarde dans un autre contexte!!

Alors n’hésitez pas à me contacter.....



Entretien :

RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs :
MARY :

bonjour à tous, je m’appelle mary et j’ai fêté mon 25ème printemps début juillet. je suis une sportive, je pratique l’équitation depuis l’age de 07 ans, et en compétition depuis l’age de 13 ans. je suis célibataire, depuis peu alors je préfère parler de quelque chose de moins douloureux...
RACHID YAHOU :

- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
MARY :
j’ai travaillé dans le commerce durant longtemps et avant j’avais fait des petits boulots et pas mal d’intérim dans divers domaines. j’avais envie de changer de vie, de quitter ma petite ville de province et de faire quelque chose de plus original, qui me permette de rencontrer beaucoup de monde et de m’enrichir en voyageant. j’ai mis avec une amie des photos sur le net. c’était pour délirer au départ, mais j’ai eut plein de réponses, et beaucoup étaient sérieuses. je me suis laissé tentée par l’aventure. au final j’habite toujours ma petite ville de province mais je bouge beaucoup, et je gagne mieux ma vie aussi! cette discipline m’a appris à accepter mon corps et à l’assumer, je me sens bien mieux dans ma peau maintenant. et ce n’est que le début pour moi dans ce métier, je pense donc avoir encore plein de choses à vivre.....
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
MARY :
mon parcours avant ou après?!! il y a 3 mois j’ai mis des photos en ligne sur le net. quelques jours après j’ai été contactée par plusieurs photographes, très vite j’ai pris rendez-vous avec eux. dès la 1ère séance je me suis amusée à prendre la pose! en 15j j’avais assez de photos pour constituer mon book. je postule à des castings pour l’audiovisuel aussi, pour de la figuration ou pourquoi pas pour être chroniqueuse t.v., j’ai d’ailleurs un casting pour ça fin août. depuis 1 mois je tiens un agenda avec mes rendez-vous et les choses à faire. je commence à gérer une carrière, alors qu’au départ c’était un jeu entre amies. c’est difficile de retracer un parcours. tout commence par des photos en ligne, ensuite quelques séances photos pour se faire un book. les rendez-vous s’enchaînent. puis j’ai décidé de payer pour avoir un genre de book en ligne durant un an. un coup de pouce en plus, car depuis j’ai été contacté par des photographes pro et non pro, par des agences de modèles.....

RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
MARY :
je suis très dure avec moi même . j’essaye de faire passer différentes émotions dans mes photos et je suis rarement satisfaite du résultat, même si les photographes eux le sont!!! on peut toujours faire mieux, c’est une bonne devise dans la vie.

RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
MARY :
c’est très dur pour la plupart des filles. il y a beaucoup de monde sur le marché. et puis Internet c’est très bien mais n’importe qui peut regarder et nous contacter. heureusement qu’en payant on peut protéger les informations et le site se charge de limiter l’accès. il faut faire le tri dans les propositions que l’on a, c’est impératif. il faut garder les pieds sur terre et ne pas faire n’importe quoi si on ne veut pas le regretter par la suite. j’ai connu une fille dont les photos de nu avaient été exploitées sans son consentement et sans rémunération. il y a des escrocs sans scrupules dont il faut se méfier.
RACHID YAHOU :

- Avez-vous des projets ?
MARY :
oui, je pense postuler pour rentrer dans des agences de modèles plus connues, j’ai été contacté par de petites agences. mais aussi par une grande, qui est canadienne et qui s’implante en 2006 en europe. je suis en relation avec eux et j’espère bien l’intégrer. mon projet n’a rien à voir car je cherche à monter ma petite affaire de chevaux, avec pension travail de chevaux, et chambres d’hôtel. je cherche à bien gagner ma vie pour le moment et encore pour quelques années afin d’avoir les fonds pour monter mon projet. alors je cherche à développer mon carnet d’adresses et de propositions! c’est tout simple.

RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
MARY :
j’ai débuté avec des photos amateur déposées sur le net. ensuite j’ai fait des séances gratuites avec photos données afin de constituer mon book. après cela j’ai commencé à demander rémunération et à multiplier les déplacements, peu de choses se passent ici dans le domaine de la mode!
RACHID YAHOU :

- Les motivations qui vous y ont poussé ?
MARY :
aucune motivations, elles sont née après quand j’ai vu que cela marchait. j’ai vraiment apprécié ma 1ère séance photo. je me suis amusée comme une folle. j’adore prendre des photos, j’ai toujours l’appareil à la main. je ne pensais pas que je prendrais autant de plaisir à être face à l’objectif. et ce plaisir est renouvelé à chaque nouvelle séance. c’est aussi ce qui me pousse à continuer. et puis je découvre un nouveau monde celui de la mode. je voyage de ville en ville, rencontre des gens, découvre des régions. c’est vraiment génial.

RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
MARY :
non personne, j’ai eut la chance de tomber sur des gens sérieux jusqu’ici, je touche du bois pour que cela continue. et les 1ers photographes que j’ai rencontrés ont été vraiment très bien, m’ont donné plein de conseils, des indications sur la rémunération à demander et dans quels cas, sur les choses à faire pour protéger son image....

RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
MARY :
lors de ma 1ère séance phot, le photographe avait besoin de clichés avec une robe de soirée. j’ai donc porté une magnifique mais toute simple robe noire fendue jusqu’à la cuisse, et des talons beige. lorsque j’ai vu le résultat j’ai été scotchée, je me suis trouvée tellement classe. je faisais peu attention à moi il y a encore 6 mois, je me trouvais pas terrible. dans la vie de tous les jours j’ai un look assez particulier, avec un mélange de styles. me voir si bien habillée et que cela m’allait à été un genre de déclic. je suis toujours habillée pareil, mais ce jour là le plaisir que j’ai eut de me voir ainsi, je pense que clé a changé quelque chose en moi.

RACHID YAHOU :
- Un mauvais souvenir ?

MARY :
aucun, et j’espère ne jamais en avoir!

RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
MARY :
les filles soyez sélectives, n’hésitez pas à vérifier les coordonnées de vos contacts, à leur demander leur numéro de série pour le vérifier sur le net . courage et patience, car les bonnes opportunités ne viennent pas toujours tout de suite....

RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?


oui car j’ai beaucoup de propositions, et elles sont de mieux en mieux depuis que j’ai pu commencer à me faire payer. la plupart des personnes que j’ai rencontrées m’ont dit que j’avais un potentiel certain et m’ont encouragé à continuer. j’envisage même la création d’un livre, qui réunirait toutes les plus belles photos de modèles non mannequins, dans de jolis décors et en alliant le noir et blanc et la couleur.


RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
j’en avais il y a encore peu de temps. mais mes dettes se règlent petit à petit grâce à mon nouveau job. cela me permet de régler ce problème, de vivre correctement et de payer mes déplacements ou une partir quand l’autre m’est payé par les photographes. d’ici peu dès que j’aurais fini de payer mes arriérés je vivrais plus que bien, car les séances photos sont souvent extrêmement bien rémunérées.

RACHID YAHOU :

- L’origine de votre réussite.

MARY :

je tiens ma motivation, et mes qualités de persévérance de mon éducation. et je remercie mes parents pour tout ce qu’ils m’ont apporté. de plus ma maman est ma meilleure amie, elle continue de me prodiguer des conseils et son avis tous les jours. même en déplacement je l’appelle tous les soirs pour lui raconter ma journée et mes expériences. et elle voit toutes mes photos! si je continue dans cette voie de la photo et que j’ai réussi à avoir un projet tel que monter mon petit club hippique c’est grâce à elle, car elle est toujours là pour m’aider, ou me réconforter dans les moments difficiles. je sais que je ne suis pas seule dans la vie, je me sens épaulée, et donc je fonce dans toutes les opportunités que j’ai.....

RACHID YAHOU :
Le mot de la fin :
MARY :
je serais ravie de pouvoir aider toutes les filles qui auraient besoin de conseils par l’intermédiaire du journal, ou simplement de répondre aux questions qu’elles se posent..... j’en profite d’ailleurs pour remercier le journal de m’avoir donné la parole, ainsi que pour le féliciter de la pertinence de ses questions, et l’originalités du sujet, car l’on parle souvent des mannequins et des célébrités, mais li y a toutes sortes de modèles de l’ombre qui font aussi partie de ce milieu et dont on ne parle jamais. c’est pour cela que mon amie et moi avions déliré à mettre nos photos en ligne. on ne pensait pas qu’une fille qui n’était pas vraiment mannequin pouvait gagner sa vie en posant de la sorte. on est bien mal informé des possibilités qui s’offrent à nous, donc réellement merci pour tout.
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
SANDRINE : DES SUCCES EN VUE !-(RACHID YAHOU)


Age26 ans
Hauteur175 cm - 5’9’’
Poids60 kg - 133 lbs
Poitrine88 cm - 35’’ B lbs
Taille72 cm - 28’’
Hanches94 cm - 37’’
Confection38
Pointure39
YeuxVerts
CheveuxChâtains




Je m’appelle Sabine, je pose pour des photographes. Motivée, dynamique et séduisante,toujours à la recherche de nouvelles idées,j’aimerais être animatrice, mais tout type de rôle dans le domaine artistique(cinéma, court et long métrage, théatre...)
sont les bienvenue. Car je sais aussi jouer la comédie !
J’ai toujours appris les différents travaux que j’ai fait dans ma vie sur le tas, il faut un début à tout!
Vous pouvez m’envoyer un mail à alwena@tele2.fr. A très bientôt... MERCI

- Présentez-vous à nos lecteurs

- nom: je souhaite garder un minimum d’anonymat, il n’y que mon nom que je ne souhaite pas donner, merci.

- prénom: Sabine

- âge: 26 ans

- pays: france

- Je vie en concubinage depuit 7 ans, mais cela fait 10 ans que nous sommes ensemble.
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?

J’aime beaucoup être photographier, j’aurais aimer faire du cinéma. Et faire de la photo c’est aussi jouer la comédie je suis très différente dans la vie que sur mes photos, enfin ça dépand les quelles ! il y en a ou je suis très naturelle.
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?

Ca c’est fait petit à petit j’ai commençer à 19 ans, quand mon conjoint ma dit "pourquoi tu ne ferais pas des photos, tu es jolie" de la après réfléxion je suis aller dans une agence à Rennes " classe mode ". J’ai demander à faire un book il mon donné le numéro d’un photographe "Yann Sanderson", avec qui j’ai fait de super clicher !
Après c’est moi qui est trouvé dans une annonce un photographe amateur qui recherchait des models l’annonce était sérieuse alors j’ai envoyer mon composite que "Yann" m’avait fait. Et là j’ai rencontré "Jean Balsan", que j’ai d’abord vue dans un bar pour discuter il m’a montré ses photos et après on n’a pris un RDV pour une séance d’éssaie, qui c’est très bien passé. Et de file en aiguille "Jean" m’a fait rencontrer d’autre photographe dont "Dominique Lefort" je suis devenue amie avec eux, j’ai rencontrer plusieurs photographes grâce à eux, mais je n’ai pas garder un aussi si bon contacte.
Il y a 1 ans le 10 aout 2004 plus précisement je me suis inscrite à book.fr " alwena.book.fr "c’est grâce à "Jean" car je ne connaissais pas ce cite avant. "Jean" ma fortement conseiller de le faire, bref ! tous se qui m’arrive aujourd’hui c’est grâce à lui.

- Comment jugez-vous votre ou vos (productions) photo ?

Je suis très méticuleuse quand une photo ne me plait pas je le dit tout de suite.
je suis très difficile je m’auto critique beaucoup. J’aime ne garder que le meilleurs de mes photos il mais arriver de n’aimer aucune photos d’une séance.
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.

Je n’en fait pas mon métier c’est pour mon plaisir personnel.
C’est un métier en pleine extension tout le monde à le droit à une chance beaucoup s’inscrit dans des cites ou des agences mais certains(es)ne travail pas beaucoup voir pas du tout et d’autre on plus de chance et devienne mannequin ou acteur .... à mon avis il ne faut pas en faire son métier juste un passe temps ou une passion.

- Avez-vous des projets ?

Et bien je doit avouer qu’il y a quelque chose en vue, mais je ne souhaite pas me porter la pouasse,
alors pour le moment ça reste secret, très peu de gens sont au courant.
- Comment avez-vous débuté ?

Ca je l’explique déjà dans mon parcour.

- Les motivations qui vous y ont poussé ?

Le faite d’avoir de jolie photo de moi même, et d’être regarder par les autres ça ne me déplais pas.
Mais ce qui m’a motivé au debut c’est le faite que je pouvait gagner un peu d’argent. Maintenant ce n’est pas mon bute principal j’aime juste faire ce métier par passion.
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?

Comme je les déjà dit "Jean Balsan" ma beaucoup aider.
- Un bon souvenir ?

En faite mes meilleur souvenir son avec "Jean" car avec lui je déconne souvent. Et il y a toujours de belle photo à la fin de la séance.
- Un mauvais souvenir ?

Un jour je suis aller à Paris pour faire des photos avec un photographe, il m’a fait faire des photos que je ne voulais pas faire.
J’étais jeune et facile à manipuler maintenant je fait très attention sur la personne sur qui je tombe.
- Des conseils à prodiguer ?

si j’ai des conseils et bien d’abord si un photographe vous contacte il doit avoir un cite internet ou il présente son travail,
au cas ou vous tomber sur une arnaque aller sur www.stoparnakcasting.org il pourrons peut être vous aider et vous pouvez témoigner.... Stoppons Les Arnaques Aux Castings !

- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?

Oui toujours, j’éspère un jour avoir la chance unic de pouvoir tourner dans un film, il ne faut jamais désépérer. Même si cela ne se feras jamais, avoir des rêves c’est important c’est ce qui nous fait vivre.
- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?

Oui, je ne vis pas de ce métier et je suis actuellement à la recherche d’un travail autre que la photo ou le cinéma.
- Vos représentations ?

Actuellement je ne fait pas de représentation.

- L’origine de votre réussite.

Ca je ne sais pas, c’est peut-être à vous de me le dire !
- Le mot de la fin :
Merci à vous Rachid de m’avoir fait mon premier interview je vous envoie à vous et tout vos lecteurs pleins de bonheurs. bisous à tous.
site : http://www.alwena.book.fr/
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
STEPHANIE DENDURA : Une beauté...artistique-(RACHID YAHOU)



Je m’appelle Stephie, j’ai 34 ans, comédienne, je pose contre rémunération. La photo consitue pour moi d’une part un moyen d’expression artistique ample et d’autre part, une vraie thérapie. Je cherche des photographes qui veulent montrer mon âme autant que mon corps.

J’accepte tous types de photo jusqu’au nu artistique, pour des projets sérieux excluant la vulgarité, l’érotisme de magazine et naturellement la pornographie. Toute autre proposition, notamment escort et "contacts avec le photographe" ne feront même pas l’objet d’une réponse. J’attends d’un photographe le respect, le professionalisme et une bonne capacité a rire pendant les séances....

Si vous m’écrivez, vous entrerez en contact avec mon agent qui évaluera la qualité de votre projet et à qui vous communiquerez vos coordonnées. Je vous rappelerai moi même très vite pour finaliser notre première collaboration.

Je suis libre en semaine et le week-end.

A très bientôt j’espère
Juillet 2005
Tournage (doublure) dans la série "crimes ordinaires" sur Canal Jimmy. Diffusion : janvier 2006. Auteur/producteur : Michel Reynault
Jeudi 21 Juillet 2005

Juin 2005
Un délire sur Artkaos à partir d’une belle photo de Michel Castan, l’invité du mois de ce forum que je remercie chaleureusement. Pour voir allez sur ce lien : http://www.artkaos.net/forums/index.php?threadid=13744&version=2005 Bonne visite, y’a de la matière
Dimanche 10 Juillet 2005

9 Juillet : François Jérôme
10 nouvelles photos de François Jérôme dans une gallerie à son nom
Dimanche 10 Juillet 2005




RACHID YAHOU :
- Vous avez un book qui fait de vous une excellente artiste de par son contenu. http://www. stephiemodele.book.fr Présentez-vous donc à nos lecteurs s’il vous plait :
STEPHANIE DENDURA :
- Je m’appelle Stéphanie Dendura. Mon pseudo dans la profession est
Stéphie. Je vis maritalement, j’ai deux enfants ( 5 ans et 3 ans). J’ai 34 ans, je
suis de formation juridique et diplomatique. J’ai également une formation théatrale.
RACHID YAHOU :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
STEPHANIE DENDURA :
- Dans un premier temps, je définirais le métier de modèle qui consiste à exprimer des émotions; à prendre des attitude;, à imaginer en collaboration avec l’auteur (c’est à dire le photographe) une scénographie (depuis le choix des vêtements en passant par le maquillage jusqu’à la pose).
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
STEPHANIE DENDURA :
- J’ai commencé il y a environ trois ans avec des agences de publicité. J’ai réalisé que ce domaine publicitaire était trop formaté, je me suis donc dirigée vers la photo d’art. J’ai donc choisi cette discipline car elle offre un espace d’expression corporelle et émotionnelle vaste.
De plus je considère la photographie comme un art majeur.
RACHID YAHOU :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
STEPHANIE DENDURA :
- Chacune de mes photos est le reflet d’un rapport humain (modèle/photographe). Je laisse juge le spectateur.
RACHID YAHOU :
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
STEPHANIE DENDURA :
- C’est un milieu saturé. Il existe de nombreux modèles, souvent jeunes. Il faut être vigilante sur la nature des propositions professionnelles et sur les véritables ambitions du photographe. Il peut y avoir de nombreuses dérives....
RACHID YAHOU :
- Avez-vous des projets ?
STEPHANIE DENDURA :
- Oui car la photo est un art vaste et ample. Il y a de nombreux thèmes à exploiter et chaque photographe en a une vision différente.
RACHID YAHOU :
- Comment avez-vous débuté ?
STEPHANIE DENDURA :
- A mes 15 ans, j’ai flirté avec une agence de mannequinat. Le goût pour la photo est née à ce moment là.
RACHID YAHOU :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
STEPHANIE DENDURA :
- Surtout parceque l’art photographique est un espace d’expression libre. Il constitue pour moi une véritable thérapie.
RACHID YAHOU :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
STEPHANIE DENDURA :
- Par tous les photographes avec lesquels je travaille. Et puis, je remercie également mes enfants qui ont toujours été mes premiers fans.
RACHID YAHOU :
- Un bon souvenir ?
STEPHANIE DENDURA :
- A priori, que des bons souvenirs.
RACHID YAHOU :
- Des conseils à prodiguer ?
STEPHANIE DENDURA :
- Tout d’abord une bonne hygiène de vie. Rigueur dans le choix des photographes. Avoir une ligne de conduite claire (savoir surtout ce qu’on ne veut pas faire) Ne jamais y déroger.
RACHID YAHOU :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
STEPHANIE DENDURA :
- D’une manière générale dans ma vie, je le suis, parceque c’est ce qui permet d’avancer. J’ai encore beaucoup d’envies photographiques.
RACHID YAHOU :
- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
STEPHANIE DENDURA :
- Le milieu du modeling reste assez fermé sur les questions financières. Je crois qu’avec un investissement et une bonne volonté, on peut raisonnablement vivre.
RACHID YAHOU :
- Vos représentations ?
STEPHANIE DENDURA :
- A l’heure actuelle un ami photographe, Mr François Benveniste, s’occupe d’une manière bénévole de gérer avec moi mon site. Je l’en remercie chaleureusement.
RACHID YAHOU :
- L’origine de votre réussite.
STEPHANIE DENDURA :
Je ne crois pas qu’il faille parler de réussite. Dans tous les cas, le bouche à oreille entre photographes est la plus belle récompense pour un modèle.
RACHID YAHOU :
- Le mot de la fin s’il vous plait.
- STEPHANIE DENDURA :
Je tiens donc a vous remercier pour m’avoir choisie et de m’avoir donné la possibilité de
m’exprimer. Un grand salut amical à l’Afrique du Nord et au Moyen Orient. Amitiés Stéphie


-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
CYNTHIA (DANSE) : UN MODELE DIGNE DU NOM -(RACHID YAHOU)-

Age24 ans
Hauteur177 cm - 5’10’’
Poids52 kg - 116 lbs
Poitrine90 cm - 35’’ B lbs
Taille62 cm - 24’’
Hanches88 cm - 35’’
Confection36
Pointure38
Yeux Marrons
Cheveux Noirs

http://www.Cynthia.book.fr


A tous les professionnels de la mode, si vous recherchez un mannequin de type métisse contacter moi, je suis intéressée par tous ce qui est :

-Défilé de mode,
-Mannequin photo ( mode,robe de mariées, lingerie,glamour, mais pas de porno !!!)
-Modèle pour maquillage artistique ou maquillage beauté
-Spots publicitaires

-Figuration pour des films
-Photos pour catalogue

-Figuration pour des clips vidéos peu importe le style de musique

Toutes les personnes non sérieuses s’abstenir please !!!


-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
GAELLE (MODELE) : UN MODELE SANS FAILLE AUCUNE (RACHID YAHOU)


Age
18 ans
Hauteur
166 cm - 5’5’’
Poids
55 kg - 122 lbs
Poitrine
95 cm - 37’’ C lbs
Taille
72 cm - 28’’
Hanches
92 cm - 36’’
Confection
38
Pointure
39
Yeux
Marrons
Cheveux
Châtains


RACHID YAHOU

- Présentez-vous à nos lecteurs

GAELLE :

- Je m’appelle Gaëlle, j’ai 18 ans et je suis de Chartres à côté de Paris. Je me marie en aôut 2005. Mes mensurations sont : hauteur : 166 cm, poitrine 95 C, taille : 72, hanches : 92 et ma confection est 38.

R.Y. :

- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?

G :


- J’ai choisi cette discipline car depuis petite je veux être modèle, j’aime poser.

R.Y :

- Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?


G :

- Mon parcours va être très court car je suis débutante. J’ai commencé par m’inscrire sur des sites pour trouver des castings puis j’ai fait un concours fashion à Paris que j’ai réussi puisque je suis sélectionnée pour l’année prochaine, ce qui m’a permis d’avoir mon book. Ensuite, j’ai mis ce book sur Internet et depuis, tout s’enchaîne.Il y a même une agence qui m’a contactée.

R.Y :

- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?


G :

- Mes photos, je les trouve vraiment bien mais ce n’est pas ce que je recherche. Ce que je veux, c’est poser pour un objet comme un parfum en robe "classe". (sourire)

R.Y :

- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.

G :


- Dans ce milieu, il faut tout faire pour se faire connaître car si tu n’es pas connu, tu n’y arriveras pas. C’est très dur, il y a beaucoup de concurrence et beaucoup d’arnaqueurs!(rire)

R.Y :

- Avez-vous des projets ?

G :

- Des projets?? Oui j’en ai beaucoup mais en ce qui concerne les photos, j’aimerai rentrer dans une agence assez réputée malgré ma taille et m’y épanouir.

R.Y :

- Comment avez-vous débuté ?

G :

- J’ai débuté doucement mais sûrement (rire). Comme je vous l’ai dit en haut, je veux être dans ce métier depuis que je suis petite donc ce n’était pas un coup de tête ou je ne sais quoi.

R.Y :

Les motivations qui vous y ont poussé ?

G :

- Je n’ai pas vraiment eu de motivations qui m’y ont poussée. Juste le fait qu’on m’est dit que j’avais un beau visage et un regard expressif.

R.Y :

- Avez-vous été aidée ?

G :

- Au début, je n’ai pas été aidée du tout. Ensuite, il y a eu ma mère et maintenant mon futur mari qui veut devenir mon agent (rire)

R.Y :

- Avez-vous un bon souvenir ?

G :


Un bon souvenir? Oui, à chaque fois que je pose!!

R.Y :

Un mauvais souvenir ?

G :

Un mauvais? Non en tout cas je ne vois pas.

R.Y :

Un conseil ou des conseils à prodiguer ?

G :

Mon conseil serait "Ecoutes ton coeur et n’écoutes pas ceux qui veulent te mettre des bâtons dans les roues. Fies toi à toi-même et suis ton chemin."

R.Y :

Optimiste ?

G :


Je suis optimiste, oui, tant qu’il y aura des photographes qui me contacteront.

R.Y :

Vos représentations ?

G :


Je n’ai pas de représentation à part le défilé en 2006 pour les quarts de finale du concours.

R.Y :

L’origine de votre réussite.

G :


L’origine de ma réussite ? Tout simplement ma persévérance, mon caractère et mon physique biensûr.

R.Y :

Le mot de la fin :

G :
Mes remerciements les plus sinçères.


-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
AWA SAGNA / UN TALENT NOMME AWA ! -(RACHID YAHOU)

Height
177 cm - 5’10’’
Weight
55 kg - 122 lbs
Bust
86 cm - 34’’ B lbs
Waist
62 cm - 24’’
Hips
89 cm - 35’’
Dress
36
Shoe
40
Eyes
Brown
Hair
Black

RACHID YAHOU :

- Présentez-vous à nos lecteurs (nom, prénom, âge, pays, mariée ou pas...)
EVA :

- Je m’appelle AWA SAGNA, on m’appelle aussi EVA je suis née à Paris d’origine sénégalaise,plus précisément de la Casamance, région ou sont nés mes parents. Je ne suis pas mariée mais j’espère que mon ami se décidera à me demander ma main !


RACHID YAHOU :

- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?

EVA :


- Je ne l’ai pas vraiment choisie, au début je voulais etre danseuse, je dansais pour ma tante Adele Badgi qui dirigeait la troupe "Balai Niaba."C’est lors d’une représentation que j’ai rencontré un styliste qui m’a persuadé que j’avais du potentiel pour ce métier, j’avais alors 14 ans mais en paraissé 20! D’ailleurs je lui avais caché mon age.

RACHID YAHOU :

- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?

EVA :

- A la suite de cette rencontre j’ai enchainé le défilés et les représentations.1 an plus tard je rencontrais la styliste Almen Gibirla qui fut un vrai mentor pendant quelques années. Eh puis j’ai eu envie de voler de mes propres ailes et j’ai intégré plusieurs agences de mannequins, le travail pour les mannequins noirs étant rare en France, j’allais souvent à Milan et New York pendant les périodes creuses en France.


RACHID YAHOU :

- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?

EVA :

- J’ai beaucoup progressé en tant que model photo , au début c’était dur car j’étais extrenement timide et pudique. Au fur à meure j’ai appris à connaitre mon corps et à avoir confiance en moi.Néanmoins les défilés restent ce que je préfère car je ne me prends pas au sérieux.


RACHID YAHOU :

- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.

EVA :

- Les choses ont changé, un mannequin ne peut vivre de sa discipline si elle reste dans une seule ville pour exercer.Les contrats sont raisonnables mais pas assez réguliers ,alors il faut etre maline...Et puis la carrière courte,aujourd’hui on préfère les jeunes filles de 13 ans moins capricieuses que leurs ainées.


RACHID YAHOU :

- Avez-vous des projets ?

EVA :

- Je travaille pour une société Belge qui édite plusieurs magazines lifestyle.J’écris pour la rubrique Fashion & Beauty. Je suis aussi consultante en publicité et je crée des concepts uniques pour des grandes marques de tous les secteurs.Néanmoins, je suis à la recherche d’un emploi car je souhaite m’expatrier à Londres , je n’ai pas réussi à m’adapter à la vie Bruxelloise. Je prévois d partir à la rentrée septembre.


RACHID YAHOU :

- Comment avez-vous débuté ?

EVA :

- J’ai débuté cette nouvelle carrière à la suite d’une séance photo pour un des magazines pour lequel je travaille aujourd’hui. Le boss du magazine m’a demandé si je savais écrire et si j’étais capable de présenter une émission.J’ai dis oui sans savoir si j’en serai capable réellement. Au fur et à mesure j’ai acquis des nouvelles compétences journalistiques, en marketing et en création.Malgré les à priori de mes collègues qui trouvaient bizarre qu’un mannequin intègre une agence média et qui pensaient que j’avais payé de ma personne pour décrocher ce job, Je me suis trés vite adaptée, j’ai su faire ma place et engendrer une augmentation des chiffres d’affaires qui m’ont valu le respect de leur part.


RACHID YAHOU :

- Les motivations qui vous y ont poussé ?

EVA :

- Je n’avais pas envie que la profession me rejette alors je suis partie avant. J’avais décroché un contrat pour les bijoux Cartier presque le jour de mon anniversaire. Je voulais m’arreter sur une belle fin.


RACHID YAHOU :

- Avez-vous été aidée si oui par qui ?

EVA :

- Oui, une amie en qui personne ne croyait et qui aujourd’hui appartient à une grande agence réputée. Sa grande timidité et sa fragilité engendrait la moquerie des autres. Je la considérais comme ma petite soeur, aujourd’hui elle est hureuse et vit à Paris.


RACHID YAHOU :

- Un bon souvenir ?

EVA /

- Lors d’ une avant-première de cinèma du film "Catch me if you can" , j’ai rencontré mon acteur préféré Tom Hanks


RACHID YAHOU :

- Un mauvais souvenir ?

EVA :

- J’ai prétendu être Martiniquaise à la demande d’un jury français peu scrupuleux pour participer à un concours de beauté "Best Model of the World "en Turquie. J’étais effectivement ur le podium mais les prix gagnés ne m’enlèveront jamais la honte que j’ai au fond de moi de ne pas avoir représenté le Sénégal.


RACHID YAHOU :

- Des conseils à prodiguer ?

EVA :

- On est seul maitre de son destin, ne laissez personne en décider à votre place.
-

RACHID YAHOU :

- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?

EVA :

- Oui ,parce qu’avec tout ce que j’ai vécu à mon jeune age ce serait injuste de ne pas l’etre. Je pense toujours qu’au moment ou je me plains, chez ma belle Afrique un enfant meurt de faim. Je reve de pouvoir un jour faire quelquechose pour contribuer à aider ma belle Afrique, pour ça j’ai besoin de toute mon enegie et d’etre optimiste.
RACHID YAHOU :

- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?

EVA :

-Non Dieu merci, j’ai toujours travaillé et manqué de rien.

RACHID YAHOU :

- L’origine de votre réussite.

EVA :

- Je pense que je suis de nature enthousiaste et travailleuse. Je demande aussi beaucoup de conseils autour de moi, surtout à ma mère, mon inspiration et ma force.


RACHID YAHOU :

- Le mot de la fin :

EVA :

- je vous remerçie beaucoup et féliçite planete afrique pour son sérieux.

RACHID YAHOU.

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
CHOSSAT EMMANUELLE -(danse, mannequinnat...) : DISCIPLINEE DANS SES DISCIPLINES-(RACHID YAHOU)


Age
25 ans
Hauteur
175 cm - 5’9’’
Poids
53 kg - 118 lbs
Poitrine
90 cm - 35’’ C lbs
Taille
61 cm - 24’’
Hanches
90 cm - 35’’
Confection
36
Pointure
39
Yeux
Marrons
Cheveux
Châtains
http://www.manou.book.fr

RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs :
CHOSSAT EMMANUELLE :
- Je me nomme Chossat Emmanuelle, suis âgée de 25 ans et enfin, je suis célibataire et réside en France.
RACHID YAHOU :
- Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
C.E :
- Mannequin depuis l’âge de 17 ans. Puis Miss Jura 99 et Miss Franche-Comté 2000.Miss world France 2001 & Miss Universe France 2003. Danseuse, comédienne.
R.Y :
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
C.E :
- Discipline assez difficile. Lorsque l’on évolue dans son pays.
R.Y :
- Avez-vous des projets ?
C.E :
- Un téléfilm, un cd sont en projet.
R.Y :
- Comment avez-vous débuté ?
C.E :
- Mannequin depuis l’âge de 17 ans. Puis Miss Jura 99 et Miss Franche-Comté 2000.Miss world France 2001 & Miss Universe France 2003. Danseuse, comédienne.
R.Y :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
C.E :
- Par passion & par défie. J’ajouterai celà : La passion et l’envie de vivre de la mode et l’envie de découvrir la capitale de la France.
R.Y :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
C.E :
- Je n’ai jamais été aidée bien au contraire.
R.Y :
- Un bon souvenir ?
C.E :
- Mannequin régionale à l’âge de 17 ans.
R.Y :
- Un mauvais souvenir ?
C.E :
- Aucun.
R.Y :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
C.E :
- Si, je suis optimiste et pour cause ! Je suis heureuse d’avoir vécu toute ces expériences et pressée d’en vivre encore d’autres...C’est une grande chance de pouvoir voyager lorsque l’on est jeune.
R.Y :
- Vos représentations ?
C.E :
- Miss universe 2003 au Panama et Miss world 2001 en Afrique du Sud.
R.Y :
- L’origine de votre réussite.
C.E :
- Ma persévérance tout simplement.
R.Y :
- Le mot de la fin.
C.E :
- Je ne trouve pas les mots pour vous exprimer mes remerçiements. Je souhaite de tout coeur que vos journaux réussissent et vivent éternellement.
RACHID YAHOU.

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
PAULA RIGA : PHOTOGRAPHE ET...PHOTOGENIQUE ! (RACHID YAHOU)



Categorie : Arts et culture
Ayant voulu lui faire un entretien, nous avons préféré que notre sympathique PAULA RIGA, une photographe de talent, déverse tout ce qu’elle ammocèle en elle. Ecoutons la , ou plutôt lisons la :
PAULA RIGA :
http://www.claudephoto@hotmail.com
http://www.paulika.book.fr
http://www.focale31.com
http://www.sanspretention.com
http://www.imaginax.com
Age27 ans
Hauteur161 cm - 5’3’’
Poids46 kg - 102 lbs
Poitrine82 cm - 32’’ B lbs
Taille62 cm - 24’’
Hanches82 cm - 32’’
Confection36
Pointure35
YeuxNoisettes
CheveuxChâtains




Je me nomme Paula RIGA, j’ai 28 ans je suis célibataire j’ai choisi de faire de la photo pour arrondir mes fins de mois qui sont dures car je suis Roumaine et obligée de rentrer dans mon pays tous les trois mois .
Mon photographe me trouve jolie et posant bien (il est très gentil avec moi) j’aime bien me montrer devant un objectif et bouger en attendant le clic de l’obturateur . Lorsque je vois mes photos je me trouve très belle (j’ai un bon photographe) .
Mon parcours : venue en France depuis un pays en décrépitude j’ai fait les travaux de bonne sans couverture sociale au noir sans assurance du lendemain . La galère .
J’arrive à faire de belles photos .quant à gagner de l’argent avec c’est autre chose . Les agences saturent le marché avec des filles qui mesurent 1m80 je ne fais que 1m61
C’est très difficile de faire sa place il y a des milliers de filles qui posent pour rien .
Des projets plein la tête mais difficiles à réaliser sans un soutient important.
J’ai rencontré une fille qui faisait cela elle mesurait 1m75 et posait comme une artiste elle chantait et jouait la comédie . Elle m’a un peu aidé . Je suis tombé aussi sur des gens incorrects .
Le secteur est saturé par des agences qui ont des filles de l’est et des nordiques qui mesurent 1m80 avec mon 1m61 je ne fais pas la taille sur un casting .
Je suis aidée par MON photographe qui est un ami et m’aide dans tous les domaines artistique financier je loge parfois chez lui sans aucune crainte il essait par tous les moyens de m’aider il m’assiste sur toutes les séances . Mes motivations sont financières et aussi artistiques .
Le besoin d’argent m’a poussé et j’ai rencontré ce photographe qui m’a soutenue
Les 5 et 6 juillet dernier j’ai fait 400photos superbes avec mon photographe on a passé deux journée à faire des photos j’étais heureuse .
La gare de Toulon quand je quite mon photographe et cetains photographes parisien qui font poser des heures sans vouloir me rétribuer .
Je n’ai rien réussi encore je cherche . J’ai besoin d’argent pour vivre .
Le seul conseil que je donnerai à une fille qui veut faire de la photo c’est d’aller voir mon photographe qui la prendra sous son aile pour qu’il ne lui arrive rien .
Je suis toujours optimiste je suis obligée (mon photographe me pousse et je souris toujours sur les photos) .
Je remercie votre journal pour l’attention à mon égard.
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
LADY NATHANAELLE (MODELE) : UN PARFAIT MODELE-(RACHID YAHOU)






Age
20 ans
Hauteur
174 cm - 5’9’’
Poids
59 kg - 131 lbs
Poitrine
85 cm - 33’’ B
Taille
64 cm - 25’’
Hanches
85 cm - 33’’
Confection
38
Pointure
40
Yeux
Marrons
Cheveux
Noirs



Je suis une jeune antillaise qui souhaite exceller dans le monde de la mode en tant que modèle photo ( sauf charme,X et escorte) mais aussi comme mannequin.
J’ai une réel motivation, alors si mon profile vous intéresse n’hésité surtout pas

J’attends toutes propositions sérieuses

Amicalement votre

pour tous les pro et les amateurs qui souhaitent avoir le propre site a moindre coup et ceci de façon très simple je vous conseille: http://www.partnershop.fr/shop/2652/ et pour faire comme moi et avoir votre book allez sur http://www.book.fr/?ref=10530
Un petit clin d’oeuil a Marie http://www.mjcoeur.book.fr/





RACHID YAHOU
Présentez-vous à nos lecteurs s’il vous plait.:
- LADY NATHANAELLE :
- Je m’appel nathanaelle, je suis d’origine antillaise j’ai 20 et je réside en france. Je suis actuellement en licence de droit et j’integre l’année prochaine l’IICP de paris en classe de marketing publicité.
RY :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
LN :
- J’ai voulu etre modele suite a un petit casting passé pour un magazine ethnique sur la bauté noire. L’expérience m’a beaucoup plus meme si j’ai pas été prise, j’ai donc décidé de me faire un book pour voir ce que je pouvais donner en photo.
RY :
- Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
LN :
- A l’age de 17ans j’ai participé a une élection de miss en guadeloupe ou j’ai été élu 1ère dauphine, par la suite j’ai pu faire des défilés pour des stylistes locaux. Puis je me suis réinvestit dans la mode a l’age de 19ans en novembre dernier. J’ai pu faire de nombreux shooting photo et encore des défilé de modes mais cette fois-ci en France, j’ai égalemnt fais de la figuration dans des clips.
RY :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?

LN :
- J’ai pas mal de compliments au sujet de mes phots mais aussi des critiques mais j’avoue moi ne pas etre encore satisfaite.Ce sera le cas lorsqu’on me trouvera hors du commun ( sourir).
RY :
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.

LN :
- Le monde de la mode est extrememnt passionnant cependant la concurrence est rude il y a énormement de modele.
RY :
- Avez-vous des projets ?

LN :
- Mais projet professionnel sont prioritairement de devenir chef de publicité en agence et au niveau de la mode etre pourquoi pas un grand modele/mannequin mais ca c’est plus dure, je souhaite par concequent intégrer une agence.
RY :
- Comment avez-vous débuté ?
LN :
- Je ne sais meme plus comment j’ai débuté sur un coups de tete je me suis faite un book.
RY :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
LN :
- Mes motivation!!!!!!!!!!....... je veux etre représentative de la beauté noire. En effet il ya trés peu de mannequin noir qui plus est antillais.
RY :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?

LN :
- J’ai été aidé a mes débuts par Jaym auteur du site modeblack, mais aprés je me suis débrouillé toute seule.
RY :
- Un bon souvenir ?
LN :
- Mon plus beau souvenir est ma première séance photo j’étais comme une petite fille au milieu de plein de bonbons: émerveillée.
RY :
- Un mauvais souvenir ?
LN :
- J’ai pas trop de mauvais souvenir, meme un mauvais moment aprés résultat devient génial.
RY :
- Des conseils à prodiguer ?
LN :
- Un conseil: il ne faut jamais baisser les bras tout vient a point qui sait attendre.
RY :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
LN :
- En je suis en général optimiste mais aprés un écheque je deviens vite pécimiste et j’ai souvent envi de baisser les bras, mais je ne me laisse pas abattre.
RY :
- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
LN :
- Je n’ai pas de gros problemes financiers je suis comme tous les étudiants: toujours fauchés (sourir).
RY :
- Qu’attendez-vous de votre don artistique ?

LN :
- J’espère que cet interview va produire un déclique et que je vais pouvoir avancé, j’attends en touts cas toutes propositions serieuses.
RY :
- L’origine de votre réussite ?
LN :
- L’originede ma réussite: J’ai pas encor réussi en tout cas j’espère etre sur la bonne voie pour y arriver.
RY :
- Le mot de la fin.
LN :
- Je remercie trés sincerement Rachid Yahou qui m’a permis de fair cette interviw et je crois que je lui devrais beaucoup surtout que c’est une première pour moi. Amicalement votre
Nathanaelle
RACHI YAHOU
gdekabylie@yahoo.fr


-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
HALLYZEH-(MODELE) : Une modéliste modèle-(RACHID YAHOU)


Age
18 ans
Hauteur
180 cm - 5’11’
Poids
62 kg - 138 lbs
Poitrine
95 cm - 37’’ C
Confection
38
Pointure
40
Yeux
Marrons
Cheveux
Châtains





RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs.
HALLYZEH :
- Bonjour à tous, je m’appel Hallyzeh, j’ai 18 ans et demi, J’habite a Rouen mais je suis partie pour deux ans afin de passer mon bac a Annecy que je fini cette année afin d’intégrer une faculté de droit a la rentrée prochaine .Je ne suis pas mariée mais j’ai quelqu’un dans ma vie.

RY :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
H :
- Cette discipline parce que j’aime l’univers de la mode, et tous ce qui y touche de près ou de loin. A vrai dire je ne pensais pas devenir mannequin, je me disais c’étais pas pour moi, même si comme n’importe qu’elle femme, juste le fait d’imaginer qu’un jour peut être on marchera dans la rue et on verra sa photo dans une publicité, à la télévision ou dans un magazine est une part de rêve, mais si c’est un rêve libre de pouvoir réaliser ou pas, comme on dit "quand on veut, on peut", il suffit de ne pas partir défaitiste, d’être motivé et tenter sa chance... Ie milieu du mannequina est vaste et offre un vaste choix de photos, pour ma part, le respect de mon corps et de moi même passe avant tout, c’est pourquoi je refuse toute photo de nu.
RY :
- Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
H :
- Je passe mon BTA commercialisation et services (équivalent bac) cette année, et je souhaite commencer une faculté de droit. Côté artistique, mon parcours ne fait que commencer, beaucoup de projet sont en cours de réalisation... je pourrais vous en dire plus dans quelques années si tout marche bien pour moi ce que j’éspère...

RY :
- Avez-vous des projets ?
H :
- Mes projets sont tout d’abord de poursuivre mes études dans le but de devenir juge des enfants, sans pour autant arrêter le mannequina, Peut être qu’au fil des années, mon objectif changera de côté, tout dépend de la tournure que prendra ce parcours... Un jour ou l’autre un choix s’imposera!
RY :
- Comment avez-vous débuté ?
H :
- Tout à commencer à Paris quand j’ai rencontrer Alexia Japy ( www.bully.book.fr http://www.bully.book.fr) et un photographe avec lequel elle travaille, suite a cela nous avons garder un très bon contact, elle m’a conseiller, orienter, ajouter a son book en attendant que je puisses crée le mien, elle a parler de moi a des photographes qui on voulu me rencontrer, d’ailleurs je la remercie beaucoup car sans elle je ne serais pas là! Et voilà la machine était lancé...

RY :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
H :
- Presque les mêmes que celle qui m’ont aidé a choisir cette discipline, Alexia y a beaucoup contribué, même si ma motivation était avant tout personnelle.

RY :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
H :
- J’ai été beaucoup soutenu par mes amies, qui m’ont motivé encore plus pour arrivé ou j’en suis aujourd’hui, particulièrement Géraldine qui a prit les premières photos.

Ry :
- Des conseils à prodiguer ?
H :
- Le seul conseil que je peux donner a ceux qui voudrait devenir mannequin c’est de se lancer, "qui ne tente rien, n’a rien".Si tu as un rêve ou une passion alors met tout en oeuvre pour tenter de le/la réaliser, tu ne pourra pas regretter un jour d’avoir essayer, dis toi que rien n’est impossible avec la volonté.

RY :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
H :
- Oui et non. Oui parce pour arriver a réaliser quelque chose il faut y croire, croire aux rêves. Non parce que si je pars en me disant que tout est acquis, je risque souvent de tomber de haut, ne pas se faire trop d’illusion non plus mais garder une part de rêve en soi.

RY :
- L’origine de votre réussite.
H :
- Ma motivation, mon dynamisme et ma persévérance.

RY :
- Le mot de la fin :
Un grand merci à Rachid et à planète afrique de m’avoir accorder du temps pour cette interview ainsi qu’a tous les lecteurs de planète afrique... A bientot
RACHID YAHOU


-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
Stéfani Baboo (mode) : Une attirance sans faille-(RACHID YAHOU)


Age
19 ans


Hauteur
175 cm - 5’9’’


Poids
62 kg - 138 lbs


Poitrine
90 cm - 35’’ B


Taille
65 cm - 26’’


Hanches
90 cm - 35’’


Confection
38


Pointure
41


Yeux
Noirs


Cheveux
Noirs


RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs :
STEFANI BABOO :
- Je me nomme Stéfani Baboo , 19 ans , France , célibataire.
RY :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
SB :
- J’ai toujours été attiré par la mode.
RY :
- Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
SB :
- J’ai travaillé maintenant avec plusieurs photographes , ainsi que des styliste , j’ai fait des tournages de clips.
RY :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
SB :
- J’espere m’améliorer de jour en jour.
RY :
- Avez-vous des projets ?
SB :
- Non pas encore , je continue tranquillement mes études
RY :
- Comment avez-vous débuté
SB :
- J’ai toujours voulu faire de la photo , j’ai attendu ma majorité , on m’a proposé j’ai acceptée! RY :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
SB :
- Les feux de la rampe lol !
RY :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
SB :
- Euuuh oui par tous les photographes avec qui j’ai collaboré.
RY :
- Un bon souvenir ?
SB :
-Toujours.
RY :
- Un mauvais souvenir ?
SB :
- Huuumm un certain tournage de clip...
RY :
- Des conseils à prodiguer ? faire attention avec qui vous travaillez.
RY :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
SB :
- Pas vraiment
RY :
- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
SB :
- Euuh non mais franchement on ne peut pas vivre de cette passion.
RY : >
- Le mot de la fin :remerçiements au journal .
SB :
- Mes salutations respectables. Je suis très contente de votre groupe de journaux de planete afrique ainsi que de votre hebdomadaire "le rachid yahou".
RACHID YAHOU
gdekabylie@yahoo.fr

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
LARA (PHOTOGRAPHE) : UNE ARTISTE...PHOTOGENIQUE-(RACHID YAHOU)


30 ans
Hauteur
168 cm - 5’6’’
Poids
55 kg - 122 lbs
Poitrine
90 cm - 35’’ B
Taille
64 cm - 25’’
Hanches
90 cm - 35’’
Confection
38
Pointure
39
Yeux
Verts
Cheveux
Noirs


Lara, modèle amateur confirmé
Genres: photo, pub, figuration, animation

RACHID YAHOU :
- Presentez-vous au lecteurs
LARA :
- Bonjour, suis Lara ; 30 ans, française d’origine russe, mariée mère de famille
R.Y :
- Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?
L :
Modèle photo n’est pas mon métier, mais une activité secondaire. J’aime cette activité artistique et me perçois plutôt comme artiste « performeuse » que comme un modèle au sens traditionnel du terme. J’ l’ai « choisi » également parce que j’ai fait des longues études et pendant qqs années c’était aussi mon « argent de poche ».
RY :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
L :
- J’ai démarré l’activité de modèle en répondant à une petite annonce. Mon première expérience était avec Roy Stuart, un photographe américain très connu tjr à la recherche de nouveaux modèles. Ensuite je suis devenu adhérente des associations de photographes ITIs et Photolook qui mettent en relation les modèles amateurs avec les photographes (amateurs et pros). Puis j’ai arrêté la photo cause grossesse. Quand j’ai repris en 2003 c’était déjà l’époque d’internet. Donc j’ai crée des galeries virtuels sur les sites spécialisés et puis mon site perso www.laraparis.book.fr . Ainsi le personnage de Laraparis, modèle photo glamour et fetish est né.
RY :
- Comment jugez vous vos productions ?
L :
- C’est pas à moi de juger. Moi j’ai crée mon personnage, je le soutiens et le nourrie, en cherchant de le rendre séduisant sans vulgarité, décalé mais cohérent. C’est pas tjr très intéressant commercialement, car j’ai une ligne de conduite ferme et les préférences très claires, mais c’est le choix, je préfère rester dans le plaisir de la création que me vendre à tout prix. Je travail avec les photographes que j’aime bien, avec qui j’ai une complicité véritable. Je ne cours pas auprès les célébrités pour étoffer mon book à tout prix.
RY :
- Votre avis sur l’état actuel de votre métier
L :
- Comme tjr ça marche bien car nous somme dans l’époque de la pub et marketing et le corps (surtout féminin) est le meilleure support commerciale. Sinon c’est une vraie industrie. Mais je n’en fait pas partie.
RY :
- Avez-vous des projets ?
L :
- Faire qs projets intéressant avec les auteurs avec qui je suis actuellement en contact. Mais mes vrais projets pros sont en dehors de la photo.
RY :
- Comment avez-vous débuté ?
L :
-(voir réponse sur le parcours)
RY :
-Les motivations ?
L :
- J’aime me montrer, j’aime le travail de corps, j’aime me sentir motivée de me perfectionner esthétiquement et pas seulement. C’était aussi comme je l’avais déjà remarqué auparavant, un moyen de se faire un peu de sous supplémentaires pendant mes études.
RY :
- Avez-vous ete aidé ?
L :
- Dans la photo c ‘était des conseils des amis photographes, des tuyaux, de bouche à l’oreille, genre qn qui a bien bossé avec toi te présente à d’autres photographes. Au début c’était des photographes amateurs comme Philipe Lecomte et pro Patrick Bianchi, puis c’était un ami qui m’a parlé de portail book.fr de books on line. Internet a fait le reste. Je dois ma connaissance du milieu fetish et sm à mon ami photographe Richard Mory (Rik’Art)
RY :
- Un bon souvenir ?
L :
- Je n’ai que des bons souvenirs.
RY :
- Les conseils à prodiguer ?
L :
- Etre ferme, travailler son esprit et son corps (comme un bon samouraÏ), jamais se brader, jamais se prostituer.
RY :
- Etes vous optimiste ?
L :
- Il faut être optimiste. Aujourd’hui les gens t’écrivent en te disant que t’es belle, t’as du charme et du caractère, ils veulent te prendre en photo et peut être même te payer pour ça. C’est génial. T’en tire qqs belles images, tu noue des liens avec des gens intéressants, c’est encore mieux. Mais le temps passe et il faudrait passer à autre chose, en gardant des bons souvenirs d’expériences positives et tirant le leçon d’expériences négatives !
RY :
- Rencontrez vous les difficultés financières ou autres ?
L :
- je ne vis pas de la photo, parce qu’on peut pas vivre de la photo aujourd’hui, même étant un modèle pro. Les difficulté dans ce métier, comme dans tout autre, sont avant tout d’ordre humain. Tu travail avec des gens, il faut savoir bien gérer tes relations. Si tout le monde voulait que du bonheur à tout le monde c’aurait été un paradis sur terre !
RY :
- Vos représentations ?
L :
- Ils sont sur le net, j’ai très peu de publications dont 3 dans Union qui a l’air de m’aimer bien. Sinon récemment j’ai travaillé pour le catalogue des bijoux intimes ’Ose Créations.
RY :
- Origine de votre réussite ?
L :
- réussite c’est un peu exagéré ! je pense que c’est moi-même, ma volonté de bien faire les choses, capacité d’associer l’esprit artistique et l’esprit de travail, donc le sérieux.
RY :
- Le mot de la fin brave femme!
L :
- Je vous remercie pour votre intérêt à mon égard et à ma personnalité. Bonne continuation et bon courage.
RACHID YAHOU RACHID YAHOU :
- Presentez-vous au lecteurs
LARA :
- Bonjour, suis Lara ; 30 ans, française d’origine russe, mariée mère de famille
R.Y :
- Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?
L :
Modèle photo n’est pas mon métier, mais une activité secondaire. J’aime cette activité artistique et me perçois plutôt comme artiste « performeuse » que comme un modèle au sens traditionnel du terme. J’ l’ai « choisi » également parce que j’ai fait des longues études et pendant qqs années c’était aussi mon « argent de poche ».
RY :
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
L :
- J’ai démarré l’activité de modèle en répondant à une petite annonce. Mon première expérience était avec Roy Stuart, un photographe américain très connu tjr à la recherche de nouveaux modèles. Ensuite je suis devenu adhérente des associations de photographes ITIs et Photolook qui mettent en relation les modèles amateurs avec les photographes (amateurs et pros). Puis j’ai arrêté la photo cause grossesse. Quand j’ai repris en 2003 c’était déjà l’époque d’internet. Donc j’ai crée des galeries virtuels sur les sites spécialisés et puis mon site perso www.laraparis.book.fr . Ainsi le personnage de Laraparis, modèle photo glamour et fetish est né.
RY :
- Comment jugez vous vos productions ?
L :
- C’est pas à moi de juger. Moi j’ai crée mon personnage, je le soutiens et le nourrie, en cherchant de le rendre séduisant sans vulgarité, décalé mais cohérent. C’est pas tjr très intéressant commercialement, car j’ai une ligne de conduite ferme et les préférences très claires, mais c’est le choix, je préfère rester dans le plaisir de la création que me vendre à tout prix. Je travail avec les photographes que j’aime bien, avec qui j’ai une complicité véritable. Je ne cours pas auprès les célébrités pour étoffer mon book à tout prix.
RY :
- Votre avis sur l’état actuel de votre métier
L :
- Comme tjr ça marche bien car nous somme dans l’époque de la pub et marketing et le corps (surtout féminin) est le meilleure support commerciale. Sinon c’est une vraie industrie. Mais je n’en fait pas partie.
RY :
- Avez-vous des projets ?
L :
- Faire qs projets intéressant avec les auteurs avec qui je suis actuellement en contact. Mais mes vrais projets pros sont en dehors de la photo.
RY :
- Comment avez-vous débuté ?
L :
-(voir réponse sur le parcours)
RY :
-Les motivations ?
L :
- J’aime me montrer, j’aime le travail de corps, j’aime me sentir motivée de me perfectionner esthétiquement et pas seulement. C’était aussi comme je l’avais déjà remarqué auparavant, un moyen de se faire un peu de sous supplémentaires pendant mes études.
RY :
- Avez-vous ete aidé ?
L :
- Dans la photo c ‘était des conseils des amis photographes, des tuyaux, de bouche à l’oreille, genre qn qui a bien bossé avec toi te présente à d’autres photographes. Au début c’était des photographes amateurs comme Philipe Lecomte et pro Patrick Bianchi, puis c’était un ami qui m’a parlé de portail book.fr de books on line. Internet a fait le reste. Je dois ma connaissance du milieu fetish et sm à mon ami photographe Richard Mory (Rik’Art)
RY :
- Un bon souvenir ?
L :
- Je n’ai que des bons souvenirs.
RY :
- Les conseils à prodiguer ?
L :
- Etre ferme, travailler son esprit et son corps (comme un bon samouraÏ), jamais se brader, jamais se prostituer.
RY :
- Etes vous optimiste ?
L :
- Il faut être optimiste. Aujourd’hui les gens t’écrivent en te disant que t’es belle, t’as du charme et du caractère, ils veulent te prendre en photo et peut être même te payer pour ça. C’est génial. T’en tire qqs belles images, tu noue des liens avec des gens intéressants, c’est encore mieux. Mais le temps passe et il faudrait passer à autre chose, en gardant des bons souvenirs d’expériences positives et tirant le leçon d’expériences négatives !
RY :
- Rencontrez vous les difficultés financières ou autres ?
L :
- je ne vis pas de la photo, parce qu’on peut pas vivre de la photo aujourd’hui, même étant un modèle pro. Les difficulté dans ce métier, comme dans tout autre, sont avant tout d’ordre humain. Tu travail avec des gens, il faut savoir bien gérer tes relations. Si tout le monde voulait que du bonheur à tout le monde c’aurait été un paradis sur terre !
RY :
- Vos représentations ?
L :
- Ils sont sur le net, j’ai très peu de publications dont 3 dans Union qui a l’air de m’aimer bien. Sinon récemment j’ai travaillé pour le catalogue des bijoux intimes ’Ose Créations.
RY :
- Origine de votre réussite ?
L :
- réussite c’est un peu exagéré ! je pense que c’est moi-même, ma volonté de bien faire les choses, capacité d’associer l’esprit artistique et l’esprit de travail, donc le sérieux.
RY :
- Le mot de la fin brave femme!
L :
- Je vous remercie pour votre intérêt à mon égard et à ma personnalité. Bonne continuation et bon courage.
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
AGASH : UNE FERUE DE LA PHOTO-(RACHID YAHOU)


Welcome into my world

I am the one who share my passion all around

Ugly? doesn’t exist

I try to show the beauty of it...

If you appreciate just let it know in LIVRE D ’Or



Thank you

agash@fr.st



Présentez-vous à nos lecteurs :

Alors je garde mon nom et prenom pour moi, je travaile sur le pseudo Aga$h, je suis une femme de 30ans (en juillet) , je suis polonaise et je vis maritalement depuis tres tres longtemps en france dans le departement de val d’oise.

- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?

C’est la discipline qui m’a choisie, ma tante photographe me disais souvent que j’avais un certain talent mais je n’ai jamais songé a me mettre dans le "domaine" a fond, jusqu’au janvier 2004.Surtout qu’on me disait que les ecoles de photos servais juste a travailler chez kodak express ou autres structures de developpement, qu’en france etre photographe c’est tres dur, et comme je suis mefiante.............j’ai privilegiée un travail alimentaire. Etant seule ici....

- Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?

Mon parcours est assez simple, je faisais des photos dans mon entourage j’etais la folle de photos. Je me suis achetée mon premièr appareil (mjiu II d’olympus) avec mon premier salaire. Tout mon salaire y est passée à l’époque mais quand on aime.....on ne comptes pas.je l’ai trimballé dans mon sac pendant des années juqu’au jour ou il a fini noyés dans le jus d’orange dans le sac de mon copain (snif)

- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?

C’est pas à moi de juger mon travail, quand je fais un shooting j’y mets tout mon coeur, j’ai des montés d’adrenaline , c’est fantastique ........je donne le meilleurs de moi. Mais si les gens apprecissent a ce moment la je peux dire que j’ai atteins mon but.

- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.

Mon avis reste que comme pour la musique c’est un domaine un peu fermé ici en france....
- Avez-vous des projets ?

Oui deja faire une formation pour approfondir mes connaissances. j’ai pas fait de parcours scolaire ....c’est un besoins parso....Sinon, oui j’ai toujours des projets, mais comme je ne sais pas comment m’y prendre pour les realiser (manque du budget, de materiel et de temps)....du coup ils se retrouvent souvent en stand by

- Comment avez-vous débuté ?

J’ai rencontre par internet une maquilleuse qui a aimée ce que je fesais, et moi j’adorai son travail (www.chaya.book.fr) le feeling est tout de suite passes entre nous, on avais les memes reves, on a decidées de faire un des shootings ensemble et depuis ....ça continue tout seul car elle est tres prise elle avance vite car elle travaille tres bien..........

- Les motivations qui vous y ont poussé ?

Satisfaction du modele. Quand je vois que j’ai reussi a des gens qui ne se laissaient jamais photographier, a les habituer a l’appareil, et qu’au jourh’ui j’arrive a les faire participer (car un shooting c’est un echange d’emotions ...des moment magiques...)et que les personnes s’aiment pour la premiere fois.....sur une photo .....ca me motive encore plus.

- Avez-vous été aidée si oui par qui ?

j’ai rencontrée pas mal de gens qui me faisais des promesses, (surment etait ils sinceres - j’y crois) mais ça n’a jamais abouti. J’ai rencotres aussi des mauvaises personnes des profiteurs et ceux qui mettent les batons dans les roues, mais meme ceux la m’ont apportés quelque chose. c’est sur !


- Un bon souvenir ?

J’en ai beaucoup..............mais je pense que mes meilleurs souvenirs c’est quand j’arrive a photographier les enfants ou Kacper (voir gallerie Chats sur mon book) car ce chat n’aime pas les photos et sais tres bien fuire ou detourner la tete quand il vois l’appareil il me fait rigoler a chaque fois et c’est des seances sans stress et spontanées les meilleures!

- Un mauvais souvenir ?

J’ai fais des kilometres pour aider des jeunes pour faire des photos pour leur site (vente de vetements par internet) avec Chaya la maquilleuse, ils nous ont meme pas proposé a boir, j’ai mis comme d’habitude tout mon coeur et energie dans la seance.J’ai selectionnée les meilleurs cliches je leur est tout prepare et file dans les temps, ils devais me payer en vetements j’ai rien eu, et meme pas mon nom sur leur site (alors que je leur ai demandée ce minimum) et jusqu’au jourd’hui mes photos sont les plus jolies. (hmmmm) voila ......j’ai la haine



- Des conseils à prodiguer ?

Travailler ! n’avoir pas peur de paraitre ridicul (je devrai l’appliquer plus souvent a moi meme hi hi hi)

- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?

Oui je suis optimiste, grace a mon homme qui m’a appris a accepter les moments difficiles....je sais que s’il faut que je galere je galerai.............et la patience ce paye! (inch’allah biensur)

- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?

Pour le moment surtout problemes de materiel, du coup je ne peux pas faire ce que j’aimerai ... oui on peut dire que malheuresement tout est lié a l’argent.

- Vos représentations ?

www.agash.book.fr c’est un echantillon que j’essaye de mettre a jour assez regulierement

- L’origine de votre réussite.

Mon talent?! Je touche les gens.........alors forcement c’est toujours les autres qui decident des reussites! Je remercie d’ailleurs tous les gens qui ont cru en moi et tout ceux qui m’encourrangent toujours et encore.

Le mot de la fin : Si tu a un reve ESSAYE de le realiser, comme ca tu ne pourra jamais avoir le regret de n’avoir rien fait!

Et j’ai LE mot de la FIN : merci de m’avoir donnée la chance de m’exprimer! Et bravo pour votre site qui est vraiment tres bien fait!

RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
ANGELINA JOHNS OU LA BEAUTE D’UN MANNEQUIN !-(RACHID YAHOU)


Nous entamons un travail avec un sympathique mannequin qui a bien voulu répondre aux questions ci-dessous :

- Présentez-vous à nos lecteurs.
ANGELINA JOHNS :
- Je m’appelle angelina johns j’ai 25 ans et habite paris.
RY :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
AJ :
- Disons que j’ai fais de ma passion mon metier.
RY :
- Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
AJ :
- Je suis mannequin de puis l’age de 17 ans j’ai travaillée autant en mode qu’en photos j’ai fait partie de plusieurs agences françaises mais je suis desormais chez elite model agençy de Milan
RY :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
AJ :
- Les produstions pour qui je travaille sont tres serieuses en general et ce s’est toujours tres bien passé mais j’ai la chance aussi de rencontrer diverses personnes de ne jamais travailler avec les memes ..
RY :
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi. disons que le marché est tres diffiçile les criteres de selections sont rudes,cela dit les productions recherchent de plus en plus des gens de tous les jours !!!
RY :
- Avez-vous des projets ?
AJ :
- Oui j’aimerais pas la suite pourquoi pas ouvrir ma propre agence de modele
RY :
- Comment avez-vous débuté ?
AJ :
- j’ai partiçipé a un concour mannequin pour une agence et j’ai gagnée j’avais tout juste 17 ans - RY :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
AJ :
En fait c’etais un peu mon reve,des mon plus jeune age je savais que c’etais un metier fait pour moi!!
RY :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
AJ :-
Non en general j’avance seule.
RY :
- Un bon souvenir ?
AJ :
Oui quand j’ai integrée l’agence elite model agençy (milan)ils m’ont beaucoup aidée par rapport aux agences françaises.
RY :
- Un mauvais souvenir ?
AJ :
- Oui d’être tombée sur des gens pas serieux qui me font perdre mon temps
RY :
- Des conseils à prodiguer ?
AJ :
- Mon conseil vis a vis des debutantes serais tout dabord d’etre tres realiste avec elles memes c’est tres important...ensuite de croire en elles de bien s’entourer et de ne pas se decourager au premier casting raté.
RY :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
AJ :
- Oui je suis tres optimiste car pour moi c’est déja un debut de reussite!!
RY :
- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
AJ :
- Non pour l’instant je n’aie aucuins problemes finançiers meme si dans les debut c’etais tres diffiçile
RY :
- Vos représentations ?
AJ :
-Et bien je serais le 11 juin à Evian pour un defilé de mode à l’occasion d’une ceremonie qui reunniraspleins de jeunes stylistes du monde entiers..ma marque:www.gentrydeparis.com et retouvez moi egalement au salon de la lingerie en septembre porte de versaille Paris.
RY :
- L’origine de votre réussite.
AJ :
- Mon optimiste , ma passion et surtout ma perfection.
RY :
- Le mot de la fin :remerçiements.
AJ :
-Je vous remerçie de tout coeur Monsieur Rachid YAHOU pour cet interview !!! A bientot!Angelina Salutations respectables.
RACHID YAHOU


-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
ALEXIA JAPY : Une Artiste douée, une intellectuelle avérée-(RACHID YAHOU)

Age
29 ans
Hauteur
174 cm - 5’9’’
Poids
62 kg - 138 lbs
Poitrine
95 cm - 37’’ C
Confection
38
Pointure
40
Yeux
Noisettes
Cheveux
Blonds
http://www.bully.book.fr
Bonjour Rachid ,je tenais avant de commencer cette interview à vous remercier personnellement de l’interet que vous me portez et c ’est avec grand plaisir que je vous répond sans parler que c’est vraiment un honneur de me presenter chez vous ,dans vos pays que j ’affectionne.

RACHID YAHOU :
- Présentez-vous à nos lecteurs (nom, prénom, âge, pays, mariée ou pas...)
ALEXIA JAPY :
- Bonjour je m’appel Alexia Japy j’ai 29 ans j’habite principalement à Paris et je suis actuellement à Minneapolis usa et mon coeur est pris

RY :
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
AJ :
- J’ai toujours aimé écrire des histoires et inventer des mélodies donc la chanson est venue tout naturellement

RY :
- Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
AJ :
- Ma cousine m’avait inscrit à un concours de miss ,une victoire inatendu pour moi ,des propositions de défilés ont suivit puis des collaborations avec différents photographes mais la musique m’attirait beaucoup plus que les podiums.

RY :
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
AJ :
- Je suis quelqu’un qui doute constamment de ce que je fais, certain appel cela du perfectionnisme mais tout ce que je fais je le fais avant tout avec plaisir ce qui est essentiel,j’apprend en permanence pour améliorer le résultat

RY :
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
AJ :
- Je suis contente d’avoir choisi ce chemin ,même si je ne connais pas la destination

RY :
- Avez-vous des projets ?
AJ :
- Oui j’espere pouvoir enregistrer mon album et publier mon livre en collaboration avec un ami sur des problèmes de discriminations raciales qui me tiennent vraiment à coeur

RY :
- Comment avez-vous débuté ?
AJ :
- Pour la chanson ,je me suis fait un peu piegé par ma meilleure amie qui préparait un gala avec des reprises de starmania,je me suis retrouvée toute tremblante face au public a chanter "les uns contre les autres"et le blues du buisnessman"à la suite de cette reprensentation on m’a demandé de remonter sur scène...j’ai donc continué

RY :
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
AJ :
- Au debut c’était juste un rêve puis mon entourage m’a poussé à croire un peu plus en moi et quand j’ai vu que grâce a la scène je pouvais donner le sourire à des gens que je ne connaissais pas,et la musique c’est comme les rêves ,elle peut faire disparaitre les frontières et en plus elle adoucit les moeurs
RY :
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
AJ :
- Mes parents ,ma famille , mes cousines Amelle,Marie et Steph et ma petite soeur Virginie,mes amis qui me soutiennent (Antoine et les deux christelle)et en particulier Claude S avec qui j’écris en ce moment un roman,Nabil ,Sasha et Junino qui m’ont poussé à encore y croire encore plus fort,Vanessa avec qui je bosse mes musiques et le destin aussi qui a mis sur ma route un certain Bernard que je ne remercierais jamais assez et puis ma meilleure amie qui n’est plus parmis nous mais qui a été la première à me pousser au devant de la scène.

RY :
- Un bon souvenir ?
AJ :
-Oui j’en ai pleins et un des plus touchant est venu d’un garçon de quatre ans qui est venu me voir après un show et m’a dit "merci madame Barbie,je peux vous faire un bisou........."

RY :
- Un mauvais souvenir ?
AJ :
-Un micro sans fil et sans pile.........

RY :
- Des conseils à prodiguer ?
AJ :
- Garder la foi,rester intègre,ne jamais faire des choses a contre coeur,rester bien entourer de ses proches et garder les pieds sur terre même si on a la tête près des étoiles

RY :
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
AJ :
- Oui, il faut toujours croire en ses rêves

RY :
- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
AJ :
- Evidemment, mais il faut bien faire des sacréfices et puis si on pense argent quand on débute ce métier on va pas loin

RY :
- Vos représentations ?
AJ :
-J’ai fait pas mal de scène dans les pays de l’est en tant que choriste et danseuse ce qui m’a donné encore plus d’experiences,là je prepare donc mon album avec Vanessa et il me tarde de pouvoir remonter sur scène en attendant on peut me voir dans une publicité télévisé diffusé en france

RY :
- L’origine de votre réussite.
AJ :
- C’est grâce à des personnes comme vous bien sûre !!et puis ce qui ne me tue pas me rend plus forte alors je continuerai a croire en ma bonne étoile.

RY :
- Le mot de la fin :remerçiements au journal
AJ :
- J’espere venir vous voir très prochainement et j’ai été ravi de discuter avec vous merci de m’avoir consacré un peu de temps vous êtes adorable merci au journal merci aux lecteurs et merci à toi Rachid.je vous embrasse tous.
RACHID YAHOU


-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
AIFEL : BEAUTE ET ART-(RACHID YAHOU)


Aïfil est une chanteuse Asiatique d’origine Philippine.
Elle chante depuis l’age de 12 Ans et en fait son metier depuis l’age de 18.
A ses débuts,Aïfil se produisait a Manilles avec son "Female Band",
Remarquée par un agent elle quitte les Philippines pour se rendre a Singapour et en Malaisie ou pendant plusieurs années elle jouera avec divers groupes dans les plus prestigieux hotels.
Fin 2001 elle arrive en France et avec son style de rockeuse se produit dans les cabarets,pianos bar Parisiens.
Entre autre "American Dream"," Les Trois Mailletz" ,"Le Canotier".
Fin 2003, elle commence la composition de son premier album dans un style Soul Pop Rock.
Début 2005, l’album est enfin terminé avec 14 titres dont "Tortured girl", "Fashion", " I need to know".


Présentez-vous à nos lecteurs :
Nom de scène : AÏFIL(Prononcer I feel)
Prénom : Mirasol
Nom : Dejosé Tagalogon
Date de naissance : 20 Juin 1974
Signe astrologique : Gémeaux
Etat civil : Mariée
Résidence actuelle :Paris
Origines : Philippines
Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
Dans mon pays les Philippines, la chanson est au coin de chaque rue
C’est un peu comme un sport national, c’est un pays très pauvre ou il y a pas grand chose à faire et les gens (de tout age) sont très festifs et la chanson est un bon moyen d’oublier les problèmes quotidiens.
Même les petits villages ont leur Karaoké, et pub ou divers groupes locaux se produisent tous les soirs.
Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
J’ai débuté comme tout le monde dans un concours de chant a l’école et au Karaoké de ma rue, ensuite j’ai été remarquée par un groupe qui m’a proposé de venir chanter un soir avec eux, cela a été une opportunité pour moi de trouver un petit travail pour pouvoir aider ma famille. Ensuite tout est allé très vite un plus gros groupe un « Female Band » groupe féminin très connu dans ma région m’a contactée pour faire de moi la chanteuse « Lead » et m’on des lors proposé mon premier contrat Pro.
On est ensuite partis sur Manille la capitale ou on a joue dans les endroits les plus prestigieux entre autre le Hard Rock Café.
Apres une année, un manager m’a proposé de partir vers une carrière internationale (en effet les meilleurs talents sont régulièrement « chassés » pour partir a l’étranger) et je suis partie sur la Malaisie et a Singapour rejoindre divers groupes et me produire chaque soirs dans les plus prestigieux hôtels (Berjaya, Hilton, Sheraton, Riviera …).
C’est d’ailleurs en Malaisie que j’ai fait connaissance de mon futur mari, il était kiné d’une équipe cycliste présente sur le Tour de Langkawi en 1997.
Apres 6 années passées dans ces groupes j’ai décide d’entamer une carrière solo et j’ai décidé de me venir en France a Paris.
Fin 2001 j’arrive A Paris et des le début je trouve une place dans un cabaret, ensuite comme tous les artistes, je passe d’un endroit a un autre (sur Paris aussi il y a pas mal d’endroits ou travailler)
Partout mon style « Tina Turner » est apprécié.
Je fais de la reprise rock et principalement du Tina Turner.
Fin 2003 je décide de me lancer dans l’écriture d’un album et je rencontre José Guinovart, un compositeur arrangeur et c’est le début d’une collaboration artistique, l’écriture et la composition pour moi c’est un autre métier, faire de la reprise c’est facile on a apprend un répertoire on y met sa touche personnelle ensuite reste plus qu’a faire le show sur scène
La compo c’est plus long, il faut de l’inspiration il faut prendre son temps
Le studio aussi on fait et refait les prises, les arrangements de plus si on aime le travail bien fait on n’est jamais satisfait et on recommence pour toujours faire mieux !!!!
Cet album mettra quasiment 2 ans avant de voir le jour.
Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
Actuellement je fais tout par moi même je n’ai pas de producteur.
Mes titres sont quasiment finis il reste peut être la petite touche finale a apporter ce qui fait passer d’une bonne chanson a un « HIT »
Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi ?
Actuellement le métier du disque se porte mal c’est pourquoi il ne faut plus attendre comme avant que les maisons de disques investissent sur des artistes.
Il faut faire un maximum tout seul ou avec un petit label et présenter un produit fini en maison de disque.
Avez-vous des projets ?
Mon projet est d’arriver à sortir mon album.
Et d’aller le plus loin possible dans ce métier
Des singles et des albums !!!!!!
J’au aussi un groupe qui va tourner avec mes compositions et quelques dates sont déjà prévues pour la fin de l’année.
Comment avez-vous débuté ?
Voir plus haut
Les motivations qui vous y ont poussé ?
Le plaisir de chanter bien sur mais aussi la volonté de s’en sortir
Dans mon pays qui est un pays pauvre c’est très difficile de trouver du travail.
Ensuite c’est ma famille que j’aide financièrement
Je veux réussir pour elle.
Avez-vous été aidée si oui par qui ?
J’ai souvent rencontré des gens qui voulaient m’aider mais souvent c’est des gens qui parlent mais ne bougent pas !!!!
La seule personne qui m’aide vraiment c’est mon mari qui m’aide dans toutes mes démarches et me conseille artistiquement sur les directions à prendre.
Il a par ailleurs écrit les paroles de « I need to know »
Un bon souvenir ?
Des bons souvenirs… Beaucoup de voyages,le plaisir de la scène partout ou je me produit, des rencontres avec d’autres artistes.
Un mauvais souvenir ?
Des mauvaises rencontres, combien de gens promettent des tas de choses et ne sont pas capables de respecter leurs engagements.
Des conseils à prodiguer ?
Ne jamais baisser les bras c’est un dur métier il faut se battre au quotidien toujours aller de l’avant.
Si on a un talent il faut l’exploiter au maximum ce serai dommage de passer a coté de sa chance.
Etes-vous optimiste ? Si oui pourquoi ?
Faut toujours être optimiste,
Chaque jour est un jour nouveau et il faut y croire !
Faut croire à son destin.
Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
Comme tout le monde.
La vie est ainsi faite,artiste c’est un statut instable il faut tout le temps se mettre a la recherche de places ou se produire trouver des nouveau contrats,chercher a rencontrer des gens éviter les pièges etc.
Ce n’est pas comme un employé qui se rend au bureau tous les matin
Un artiste doit se faire connaître, trouver des endroits ou se produire
Il y a des hauts et des bas.
Vos représentations ?
Je propose plusieurs formules :
En cabaret je me produit seule sur bande play back ou avec les musiciens sur place et c’est de la reprise notamment rock (Tina Turner,Bon Jovi,Queen,Anastacia, Brian Adams …)
Pour des plus grosses salles j’ai un Show Tina Turner ou je reprend intégralement le show de Tina à Amsterdam avec 4 musiciens et 3 danseuses choristes http://monsite.wanadoo.fr/tina-show/
Ou prochainement un show avec uniquement mes compositions accompagnée de mes musiciens.
Sur demande je peux faire un show « mi compo mi reprises »
L’origine de votre réussite ?
Le travail et l’obstination mais aussi grâce a un don
La voix cela se travaille mais il faut un don au départ
Le mot de la fin.
Je tiens à vous présenter mes remerçiements les plus vifs pour l’importance que vous m’accordez.
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
CASSARO KAREN(mannequin) : Un style envieux-(RACHID YAHOU)


CASSARO KAREN(mannequin) : Un style envieux-(RACHID YAHOU) http://www.armitage.book.fr

Cassaro Karen 18ans
Age
18 ans

Hauteur
173 cm - 5’8’’

Poids
52 kg - 116 lbs

Poitrine
85 cm - 33’’ B

Taille
66 cm - 26’’

Hanches
90 cm - 35’’

Pointure
39

Yeux
Noisettes

Cheveux
Châtains




- Présentez-vous à nos lecteurs.
- Cassaro Karen 18ans,je suis née le 24 février 1987 à Courtrai donc en Belgique mais je suis d’origine Italienne.J’ai un petit ami depuis bientôt un an
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
- Je ne suis absolument pas mannequin ni poseuse mais j’aimerai l’être
- Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
- n’étant pas mannequin professionel je n’ai aucun parcours,mais ayant envie de déboucher sur quelque chose,je profite de la moindre occasion pour me faire connaitre
- Avez-vous des projets ?
- J’aimerai bien sur terminer mes humanité et ensuite je prendrais une année sabbatique pour apprendre le Grec et l’Italien ainsin que visiter des musées des pays.
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
- Si j’aimerai être mannequin et poseuse c’est car c’est un bon moyen pour moi de m’affirmer et d’avoir plus de confiance en moi
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
- Pour l’avenir oui peut être pas dans le métier de mannequin mais je suis courageuse et je n’hésiterais pas à tout faire pour arriver à se que je veux.
- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
- Oui beaucoup de problèmes familiaux.Je compte m’installer seule d’ici les grandes vacances.
- Le mot de la fin.
- je vous remerçie beaucoup pur l’intérêt que vous m’affichez.
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
MARINA TIKHVINSKAYA (MUSIQUE) : UN DON APPRECIABLE (RACHID YAHOU).

Artistic training Conservatoire Municipal du 9ème, Paris – Chant et culture jazz 2000 - 2003 American School of Modern Music, Paris – Arrangement, harmonie, solfège, piano, chant, improvisation 2000 - 2003 Ecole Supérieure du Spectacle, Paris – Théâtre, culture artistique, chant lyrique, danse (jazz, moderne, contemporaine) 1999 - 2000 Ecole Musicale, Krasnodar – piano, chorale, histoire de musique, solfège 1981 – 1989 Experience Chant (soliste) Auteur, compositeur, interprète – GROUPE POP-ROCK « Marina-Wave » depuis 2001 • Concerts, enregistrements en studio • Répertoire original et repris en anglais, français, italien et russe • Bourse de la Mairie de Paris – Concours PARIS. JEUNES TALENTS 2002 Chant (chorale): Association Artistique « LA PEMIERE » - Krasnodar 1998 Le grand Cœur de La Rochelle 1998 Beauté Modèle: Alain Padiglione Institut – Mondial de la coiffure-beauté 2003 L’OREAL, Paris 2001 Figuration Silhouette – Clip vidéo de Calogero « Prendre racine » 2003 Théâtre Comédienne – Pièce « Sunny et Discret » - Paris 2000 Danse Danseuse – Studio de danse jazz – Krasnodar, Russie 1996 - 1998 Languages RUSSE langue maternelle FRANCAIS courant ANGLAIS courant ITALIEN bon niveau ALLEMAND notions Interests Composition musicale, équitation, psychologie, lecture, fitness, Internet

- Présentez-vous à nos lecteurs (nom, prénom, âge, pays, mariée ou pas...)

Bonjour, je m’appelle Marina Tikhvinskaya, j’ai 29 ans, je vis à Paris et ne suis pas mariée.

- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?

La musique a toujours fait partie de ma vie depuis l’âge de 5 ans - age auquel je suis entrée dans ma première école musicale. Depuis j’ai développé mes dons naturels, en m’essayant dans les rôles de chanteuse de chorale et soliste, mais surtout d’auteur-compositeur. A force de m’émerveiller devant les magnifiques compositions de Richard Marx, Michael Bolton, Marci Masini, Riccardo Fogli et d’autres, j’ai ressenti en moi aussi le besoin de créer. L’envie de composer réellement est venue plus tard comme quelque chose d’inévitable et logique dans ma vie. Je pense que la musique est quelque chose qui est toujours en moi (même pendant mon sommeil j’entends souvent de la belle musique!)

Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?

De 5 à 28 ans - long apprentissage, qui comprend de nombreuses écoles de musique en Russie et en France, cours particuliers de chant de divers styles.
1999 - mon arrivée à Paris et le début de mon activité d’auteur-compositeur.
Un peu plus tard - création d’un groupe de pop rock « Marina-Wave », concert au Hard Rock Café
Parallèlement - concerts de jazz au sein de formations différentes, concerts au Duc des Lombards, au Petit Opportun, etc.
Encore plus tard - Bourse da la Mairie de Paris dans le cadre du concours « Paris Jeunes Talents »
Enregistrement du titre house « My Favourite Dependence » avec l’arrangeur Marc Floret

- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?

Il n’y en a pas. Je n’ai jamais eu l’occasion de travailler avec une production sérieuse jusqu’à présent.

- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.

Le côté commercial domine entièrement le coté créatif. C’est vraiment dommage, car tous les créateurs ne sont pas à la fois les commerciaux L Loin de là…

- Avez-vous des projets ?

Bien sûr. Je voudrais reprendre les répétitions avec mon groupe, enregistrer des albums, faire de grands concerts, composer, chanter, faire du cinéma éventuellement…

- Comment avez-vous débuté ?

J’ai commencé dans un groupe de zouk-raggae en tant que pianiste. Mais mon envie de chanter et de composer a été la plus forte.

- Les motivations qui vous y ont poussé ?

Mes rêves.
Des encouragements du publique (des extraits de mes chansons sont en téléchargement sur mon site musical, et je reçois souvent des compliments de la part des gens qui les ont écouté) !

- Avez-vous été aidée si oui par qui ?

Par mes musiciens. Je voudrais remercier mon bassiste Bill Naxos, qui me motive à créer un groupe et à continuer la bataille ; Christian Celini - l’auteur de la chanson « Tout Recommence » qui est aussi un grand ami ;

- Un bon souvenir ?

Mon concert au Hard Rock Café, qui m’a valu beaucoup de peine et qui a marqué la fin de la première étape de ma carrière solo.

- Un mauvais souvenir ?

Un producteur, qui m’a mis sa main sous la jupe pour corriger ma technique vocale (je ne plaisante pas !)

- Des conseils à prodiguer ?

Croire en soi sans compter sur les autres.

- Etes-vous optimiste ? Si oui pourquoi ?

Oui, parce que sans être optimiste on n’arrive nulle part dans la vie…

- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?

Oui, comme tout les musiciens qui débutent. Je suis à la recherche d’un budget pour l’enregistrement de mon premier album, ainsi que pour sa promotion. Une production sérieuse sera la bien venue.

- Vos représentations ?

Dès que les dates sont fixées, elles seront affichées sur mes sites
http://www.marina-music.com
http://www.marina-music.com
hht://www.ultramarine.book.fr
http://www.ultramarine.book.fr

- L’origine de votre réussite.

Vous voulez dire, que j’ai réussi ? Merci, c’est gentil de votre part. Mais je ne vais pas m’arrêter là !

Le mot de la fin : remerciements au journal

Je remercie de tout coeur votre hebdomadaire "le rachid yahou" qui s’intéresse aux jeunes talents et de contribuer à la promotion des jeunes créateurs.
RACHID YAHOU


-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
NADIA (Danse) : UN RICHE ITINERAIRE-(RACHID YAHOU)


Nadia possède un palmarès assez riche. Que nos chers lecteurs et lectrices jugent...

Formation artistique
Etudes musicales :


1997 - 2001 Etude de Solfège et formation musicale


Etudes de danse :


1992 - 1997 Danse classique et jazz/moderne- Ecole de danse privée


1997 - 2000 Danse classique et jazz/moderne - Conservatoire de
Musique du Luxembourg


2000 - 2004 Danse Jazz - Conservatoire de Musique
Diplôme de 1ère mention : très bien
Diplôme de 1er prix
Histoire de la danse
DIPLOME DE 2EME PRIX EN COURS


Prix décernés :


Miss Portugal au Luxembourg 2004 - Luxembourg (2004-2005)
ETUDES

DIPLOME EN ARCHITECTURE EN COURS

2003 - 2005 Etudes 12e Division Bâtiment au Lycée technique Josy Barthel - Luxembourg
2002 - 2003 Etudes 10e Division Génie Civil au Lycée technique des Arts et Métiers - Luxembourg
1998 - 2002 Obtention du Certificat de 9e de l’engseignement secondaire
technique au Lycée technique Michel - Lucius - Luxembourg
1997 - 1998 Etudes primaires à l’Ecole de Bertrange - Luxembourg

1992 - 1997 Etudes primaires à l’Ecole de Neudorf - Luxembourg
Langues
Portugais : langue maternelle
Français : 2e langue
Luxembourgeois : 3e langue
Allemand : 4e langue
Anglais : 5e langue
Expériences
2000 Défilé lors de l’élection de Teen model of the year - Luxembourg


2001 Défilé pour Planet X - Luxembourg


2002 Défilé et shooting lors de l’élection de Spidergirl - Luxembourg


2002 Défilé lors de la Fashion Week - Luxembourg


2002 Shooting avec Gaetan Caputo - Belgique


2002 Shooting avec Yves Kochtum ( agence models made in luxembourg ) - Luxembourg


2003 Défilé et shooting lors de l’élection MMIL avec Yves Kochtum - Luxembourg


2004 Shooting pour Pro&Cie - France


2004 Elu miss Portugal au Luxembourg - Luxembourg


2004 Participation lors d’une émission sur Tango TV - Luxembourg


2004 Shooting avec Alexis Juncosa pour Nico (revue) - Luxembourg


2004 Shooting avec Vanessa Rees pour la couverture de Spoon ( revue ) - Luxembourg


2004 Shooting avec David Laurent ( agence Blitz ) pour VOX mobile - Luxembourg




2005 Défilé pour SOS SAHEL International avec la collaboration des magasins Konplott , Fourrure Mila Vlady , City Outlet et Vivre 21 - Luxembourg


2005 Shooting avec Paulo Lobo pour Luxpost (journal) - Luxembourg


2005 Shooting(catalogue) avec Alexis Juncosa pour NUDE (magasin vêtements fashion) - Luxembourg
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
AURORE PÖURTEYRON-CHABERT : Une comédienne talentueuse - (RACHID YAHOU)


C’est avec joie qu’Aurore a bien voulu répondre à nos questions. Avant d’entamer cet interview elle dira " Je suis très flattée que mon profil ait retenu votre attention. Je vais essayer de répondre à vos questions le plus clairement possible et de la façon la plus complète." RACHID YAHOU : Présentez-vous à nos lecteurs s’il vous plait.

AURORE POURTEYRON-CHABERT : Je m’appelle Aurore Pourteyron-Chabert_j’ai 2 noms car j’ai cumulé celui de mon père et de ma mère_et j’ai 24 ans. Je suis originaire de Marseille,une des villes les plus cosmopolites de la Méditéranée,et je suis "montée" sur Paris il y a maintenant un peu plus de 5 ans. Je suis toujours célibataire car le métier que j’exerce m’envoie aux 4 coins de la France et il est dans ces conditions difficile de faire perdurer une relation...mais je ne perds pas espoir et profite encore de mon jeune âge pour me donner à fond dans ma carrière.
RY : Comment avez-vous choisi cette discipline ?
APC :Je n’ai pas choisi d’être comédienne,c’est simplement une évidence qui s’est présentée à moi dès l’âge de 13 ans;âge où j’ai commencé à prendre des cours de théâtre. Je ne me vois pas exercer un autre métier car finalement c’est plus un "jeu" qu’un métier_ne dit-on pas d’ailleurs "JOUER LA COMEDIE"!
RY : Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
APC :J’ai donc commencé à prendre des cours de théâtre à l’âge de 13 ans avec Mlle Lamberton-ancien professeur au conservatoire de Marseille_ pendant 3 ans. Puis j’ai intégré les cours de Catherine Gillet-comédienne et metteur en scène- au Chocolat-Théâtre à Marseille où nous avons créé la Compagnie Chocolat-Show avec qui j’ai fait mes premiers pas devant un public. J’ai par la suite eu envie de monter sur Paris où j’ai intégré les cours Florent dans lesquels j’ai suivi le cursus de 3 ans. Cela m’a permis de rencontrer d’autres jeunes comédiens avec qui je travaille aujourd’hui puisque je fais partie de 3 compagnies théâtrales différentes. L’arrivée à Paris a été difficile car la vie est particulièrement stressante pour une jeune fille de 19 ans qui ne connait personne!
RY : Vos productions.
APC : Jusqu’à présent j’ai toujours été fière des projets auxquels j’ai participés; aussi bien des pièces de théâtre que des cours métrages dans lesquels j’ai joué.
RY :Quelle est l’état actuel de la discipline selon vous ?
APC : Je dois bien avouer que c’est un milieu difficile et qu’il faut toujours proposer quelquechose_un projet_et ne pas attendre que l’on vienne vous chercher car cela reste très rare. Les nouvelles lois françaises ne vont pas aider les jeunes intermittents comme moi à rentrer dans le milieu. En effet pour être reconnu dans la profession et avoir un statut il faut faire un nombre d’heures qu’il est vraiment difficile à effectuer.Par exemple au théâtre-mis à part dans les grosses productions-on ne rémunère pas les heures de répétition qui représentent pourtant la majorité du travail. De plus,les aides aux jeunes compagnies sont rares et moindres.
RY : Des projets en vue ?
APC :Avec les Compagnies du Grain de Sable et Toy’n’Be dont je fais partie nous cherchons à nous faire programmer dans des théâtres parisiens et attendons prochainement des réponses qui risquent je l’espère d’être positives. De plus, en parallèle j’ai écrit un recueil de poèmes que je cherche à faire éditer et autour desquels je suis en train de monter une exposition d’art contemporain.
RY :Vos débuts.
APC : Comme je l’ai dit précédemment,j’ai débuté sur les planches du Chocolat-Théâtre à Marseille avec la Compagnie Chocolat-Show, avec laquelle nous avons monté un spectacle de café-théâtre-"Si On Zappait Tout"-, un spectacle de boulevard-"La Chambre Mandarine" de Robert Thomas- ainsi que des matches d’improvisations.
RY : Vos motivations
APC : J’ai eu la chance de tomber dans un cours où la majorité des élèves voulaient faire de la comédie leur métier,nous nous sommes donc tous motivés les uns les autres, formant véritablement-terme qui revient fréquemment chez les comédiens- une deuxième famille!
RY : Avez-vous été aidée ?
APC : Cela va paraître banal mais évidemment mes parents m’ont beaucoup aider dans ce sens là.Aussi bien sur le plan financier car aller vivre sur Paris a un coût, mais aussi sur le plan psychologique. De plus, mon père est artiste peintre et il avait fait la même démarche que moi au même âge afin d’aller étudier les arts plastiques.J’avais donc en quelques sortes un modèle de réussite sous les yeux.
RY : Un bon souvenir ?
APC : Je crois qu’à chaque fin de représentation quand je peux voir le sourire sur les lèvres des personnes présentes dans le public,il y a une lumière qui emplie mon regard et je me sens transportée. Chacun de ces sourires est un immense souvenir de bonheur.
RY :Un mauvais souvenir
APC :Quand j’ai été mauvaise et que le public-passez moi l’expression- "s’est fait chié"!!! Heureusement que ces moments-là sont rares!
RY : Des conseils à prodiguer ?
APC : Je crois que je suis encore un peu jeune et peut-être pas encore suffisament expérimentée pour me permettre de prodiguer des conseils, mais je crois qu’il faut aller au bout de ses rêves et de ses ambitions,et tant pis pour les jours difficiles, il y en aura plein de bons demain!
RY : Optimisme ?
APC : Je reste une éternelle optimiste parce que sinon la grisaille de Paris me remplirait la tête et je ne pourrais plus avancer dans la vie!
RY : des problèmes financiers ?
APC : Je peux en parler en connaissance de cause car j’ai évité l’interdiction bancaire de peu il y a une semaine! Donc oui j’ai pas mal de soucis financiers liés au fait que je me suis consacrée presqu’entièrement au théâtre depuis un an. Aujourd’hui pour continuer mon activité je fais de l’animation en tant que comédienne dans les bars et les discothèques de la France entière. Cela me plaît d’ailleurs beaucoup car c’est formateur, il règne une vraie ambiance de troupe, et surtout parceque je reste dans mon domaine! J’ai travaillé dans un restaurant pendant mes études théâtrales et je suis contente aujourd’hui de pouvoir vivre de mon métier...même si pour l’instant je n’en vis pas encore très bien.
RY : L’origine de votre réussite.
APC : Ma bonne étoile,mon ouverture au monde et aux gens et mon optimisme à toute épreuve!!!
RY : Le mot fin.
APC : Je remercie le journal de m’avoir permis d’expliquer mon parcours et suis sûre que vous allez me porter bonheur!
PS.En visitant les sites que vous m’aviez indiqués j’ai vu que vous joigniez une photo.Je vous en envoie donc une ne sachant pas si vous vous en servirez. J’espère que vous me ferez signe lorsque vous éditerez cet entretien. Je vous remercie et espère avoir rempli vos espérances. Cordialement. Aurore Pourteyron-Chabert
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
BERYL COUTAT : Un optimisme évident-(RACHID YAHOU)

Nous présentons à nouveau une sympathique artiste qui n’arrêtera pas de sitôt d’émerveiller le monde du...7ème art.

RACHID YAHOU :Présentez-vous à nos lecteurs :
BERYL COUTAT : Bonjour, et merci de vous être penché sur mon parcours, j’espère que ces quelques mots sauront vous éclairer sur moi et réconforter certains de mes confrères en réalisant que nous faisons tous partie du même navire. Je suis Béryl COUTAT et j’ai 23 ans, je suis née à l’île de la Réunion, à l’époque mes parents avaient un voilier sur lequel nous avons fait un « tour du monde » en passant par l’Australie, la Nouvelle Calédonie, la Guadeloupe, la Martinique…jusqu’à ce que j’ai l’âge d’aller à l’école, puis nous sommes rentrés à la Réunion. J’y ai grandi jusqu’à mes dix huit ans en faisant pas mal d’aller retours sur Madagascar où ma mère est née et a grandi. Aujourd’hui je suis à Paris (depuis 5 ans) qui est une très belle ville, et sous son manteau gris je tâche de garder en mon cœur le soleil qui m’a élevée, qui fait partie de moi et qui me manque souvent.
RY : Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
BC : Je n’ai jamais eu peur de ne pas trouver un métier que j’aime parce que beaucoup de disciplines me passionnent et m’intriguent, seulement voilà le jour où j’ai découvert le métier d’acteur, la première fois que j’ai mis les pieds sur scène j’ai su que c’était ma place, la première fois que j’ai eu du mal à comprendre un personnage j’ai su que c’était cette difficulté qui me plaisait et que j’étais prête à dépasser mes limites. Et puis on n’explique pas pourquoi on adore le chocolat, pourquoi on aime plus que tout sa famille, un homme, la mer… Moi j’aime le métier d’acteur.
RY :Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
BC : J’ai commencé par un cours de théâtre de la ville de St Paul (Réunion) dans lequel m’a embrigadée mon amie Emilie (merci Emilie), la même année je me suis inscrite au cours de théâtre de mon lycée (option qui faisait partie du BAC). Mon BAC passé j’ai voulu partir dans une grande ville où les possibilités étaient plus vastes, mais ma mère n’était pas prête à laisser partir son bébé, elle était inquiète quand à mon choix, de plus nos moyens financiers n’étaient pas suffisants pour un tel voyage. J’ai donc été reçue à la classe de théâtre du conservatoire national de région, et à l’école de Beaux Arts que j’ai suivie pendant un an, à coté je travaillais les week-end pour financer mon départ et surtout prouver par ma détermination à ma mère que j’aime tant que mon choix était assumé. L’année suivante je suis arrivée à Paris, j’y ai suivi pendant 3 ans l’école d’art dramatique de Jean Périmony qui m’a appris beaucoup, et je me suis lancée dans le long chemin de l’acteur, à la recherche de ma place. Depuis j’ai joué dans plusieurs courts et moyens métrages, un vidéoclip expérimental, j’ai chanté sur un album, compose et arrange mes propres chansons (guitare voix, piano voix), je double plusieurs voix de personnages dans un site ludoéducatif pour enfants et je joue actuellement dans une pièce de théâtre sur Paris : « La première enquête de l’histoire » qui me plaît beaucoup.
RY : Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
BC : Je suis heureuse de chacune de mes expériences, bien que les conditions de travail soient au début particulières car les jeunes réalisateurs n’ont quasiment aucun moyens ce qui rend certains tournages assez improbables et qui fait traîner le montage. Je ne suis ceci dit pas rassasiée du nombre d’expérience qui sont accessibles, j’ai tellement à donner et il y a si peu de propositions sérieuses et intéressantes lorsqu’on a pas « un nom ».
RY : Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
BC : Et bien ce métier est complètement débordé, il n’y a pas de place et les français ne prennent peut de risques. La réflexion que je me fais le plus souvent et que ce qui me désole le plus est la quasi impossibilité de trouver des castings intéressants, on peut prendre son mal en patience quand on essaie et que ça ne marche pas, mais quand on passe sont temps à chercher et qu’on à à peine l’occasion de montrer ce qu’on sait faire, c’est déprimant ! On se retrouve à faire un travail de commercial… Ceci dit étant de nature plutôt positive je ne lâche pas prise, je crois en ma bonne étoile.
RY : Avez-vous des projets ?
BC : Oui bien sûr ! J’écris un court métrage, prépare la « suite théâtre » peut être avec la metteuse en scène de la pièce actuelle, je continue de composer et travaille mes chansons pour les faire voyager hors de mon salon, et puis quelques projets de courts métrages qui se tourneront cet été, et des surprises j’espère !
RY : Comment avez-vous débuté ? - Les motivations qui vous y ont poussé ?
BC : Je l’ai expliqué plus haut dans mon parcours. - Avez-vous été aidée si oui par qui ? Oh oui j’ai été aidée ! D’abords par ma petite famille (maman, papa, et Morgan mon petit frère) qui sont les êtres que j’aime le plus au monde et sans qui je ne serais ni où je suis, ni ce que je suis, ils sont ma terre et ma source et je les porte dans mon cœur comme un trésor. Bien sûr il y a aussi mes amis qui sont comme tant d’autres petits frères.
RY : Un bon souvenir ?
BC : Il y en à beaucoup…La première fois qu’on m’a dit « oui » ce rôle est à vous, le jour où j’ai rencontré mon amoureux qui m’apporte un bel équilibre…
RY : Un mauvais souvenir ?
BC : Ils y en a plein aussi mais ceux là sont moins importants et ne valent pas la peine q’on les exposent (bien qu’il ne faille pas les oublier)
RY : Des conseils à prodiguer ?
BC : Le plaisir reste le maître mot de ce métier, même si il est compliqué, nous ne seront jamais aussi justes que lorsque nous travaillons dans le plaisir ; il faut respecter ses propres limites, et je crois aussi que le bonheur est un tout, pas juste un métier, alors il ne faut jamais négliger tout le reste et être heureux dans sa vie, rester curieux et être humble.
RY : Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
BC : Bien sûr que je suis optimiste ! Parce que j’aime en général, et lorsque je vois ou lis les horreurs que sont capables de faire les hommes je me dis qu’il est possible d’en faire autant dans la lumière. Le rôle de l’acteur est d’égayer l’âme d’autrui, c’est un beau métier. - Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ? Oui, à moins d’être un temps soit peut connu, ce métier reste peu lucratif et irrégulier,alors on trouve des parades mais j’espère pouvoir en vivre un jour.
RY : Vos représentations ?
BC : Comme je vous l’ai dis plus haut je joue actuellement dans une pièce sur Paris « La première enquête de l’histoire » de la compagnie « les saisons et les mondes » écrite et mise en scène par Capucine Vignaux. Avant cela j’ai joué dans « Le jardin de Beamon » au Théâtre du Petit Marché, et j’ai présenté quelques scènes choisies au théâtre Le Tristan Bernard dans le cadre de l’école Périmony.
RY : L’origine de votre réussite.
BC : La patience, la ténacité. Je vous remercie d’avoir prêté attention à mon parcours, on à souvent du mal à voir ce qu’on à fait quand on est immergé, grâce à vous je peut me dire que quelle que soit la vitesse de mes pas j’ai avancé et je suis heureuse d’avoir partagé mon début de vie avec vous. Un grand merci à RachidYAHOU . Amicalement, Béryl
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
Andreea Baciu (théatre) : Une artiste pleine d’entrain-(RACHID YAHOU)

Qui est Andreea Baciu? une artiste pleine de talent qui a bien voulu répondre à nos questions.

1.Présentez-vous à nos lecteurs
1.C’est un immense plaisir d’avoir l’opportunite de vous dire quelques mots de moi. Je m’appelle Andreea Baciu et j’ai 18 ans. Je suis celibataire et je dois rester aussi plus quelques annees parce que je pense qu’une mariage c’est un des plus importantes decisions de notre vie. Donc, nous devons faire tout au moment opportun. Je suis une personne tres sociable et j’ai le coeur ouvert aux tresors de cet monde si special. Pour ca, ma devise est: "Lumiere, Amour, Vie". Je suis speciale par moi meme seulement parce que je suis une etre humaine. Je suis actrice dans le troupe du theatre ’Catharsis’ Bucharest, Roumanie(le pays dans lequel j’habite). Je voudrais etre etudiante dans le cadre d’Universite de Communication et Relations Publics.(advertising). J’aime la literature classique. J’adore la nature (en special la nature humain).Discutir avec les personnes etrangeres me plait beaucoup parce que c’est une chance de decouvrir des nouveaux caracteres et tres fortes personnalitees.Je pense que j’ai beaucoup d’apprendre des autres.
2.Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
2.Cet domain d’activite c’est, pour moi, un mode de donner a vous tous une part de moi meme. Je pence que l’image c’est tres importante parce que c’est pas seulement une simple forme de la realite; c’est quelque chose tres special dans lequel je me retrouve dans beaucoup de facons. C’est un mode de m’exprimer moi meme par ma personnalite. Cet domain c’est, maintenant, mon present et je veux lutter pour donner lui la vrai valeur. Je veux travailler beaucoup pour devenir professionnele parce que je crois en moi et je pense que j’ai beaucoup pour offrir.
3.Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
3.Dans ce qui concerne mon parcours, je dois vous avoue que je n’ai beaucoup d’experience, mais quand j’ai eu une opportunite, j’ai donne tout ce qui etait en moi. J’ai poser pour un photograph professionnel et j’ai gagne beaucoup d’experience. Dans le premier moment j’ai senti que j’atait nee pour ca. Maintenant je veux collabore avec un autre photograph. Je suis ouverte pour representer differents produits.
4.Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
4.Toujours sera difficile pour moi de parler du resultat de mon travail. Je sais que toujours peut etre mieux. Je dois vous avoue que je cherche dans moi meme la perfection quoique je ne crois pas dans cet ideal.Mais c’est une perspective qui donne une motivasion pour etre serieuse qand je travaille. Je ne peux pas etre ipocrite et dire "non, c’est mal", mais la beaute depende d’esprit, de la personnalite que j’ai dans le respective moment.
5.Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
5.Hm... je ne sais pas si je peux dire "un avis", mais c’est un point tres important dans ma vie parce que d’ici commence une ligne verticale, horizontale ou un autre point. J’espere que ca sera une ligne verticale et je suis sure que dans l’avenir je decouvrirai le tresor de cet tres beau monde.
6.Avez-vous des projets ?
6.Oui, j’ai quelques projets. Je veux poser et faire differentes spots publicitaires. Dans le monde du theatre, je veux continuer a jouer parce que j’adore le spectacle. Je voudrais jouer dans quelques films et realiser, dans l’avenir, mon propre film. Je veux aussi etre impliquer dans les associations humanitaires parce que l’humanite doit progreser et nous(moi) ne devons (dois)pas rester impassibles.
7.Comment avez-vous débuté ?
7.J’ai debute faisant la premiere photo.
8.Les motivations qui vous y ont poussé ?
8.L’amour pour l’art.
9.Avez-vous été aidée si oui par qui ?
9.Oui, bien sure. Personne peut faire quelque chose sans etre aidee. J’ai ete aider par Dieu, en special; et par quelques personnes tres specials de ma vie; et par moi meme.
10.Un bon souvenir ?
10.Un bon souvenir... faire ce qui j’aime c’est un merveilleu souvenir.
11.Un mauvais souvenir ?
11.Les mauvais souvenirs sont oublies bientot. Donc... je ne me souviens rien mauvais.
12.Des conseils à prodiguer ?
12.Je peux dire seulement ca: Donne l’amour et garde la dignite.
12.Des conseils à prodiguer ?
13.Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
13.L’optimisme c’est la source de mon avenir... et je crois dans mon avenir. Pour le present, "La vie en rose"... (quoique j’aime le noir...c’est plus discrete)
14.Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
present, "La vie en rose"... (quoique j’aime le noir...c’est plus discrete) :)
14.Oui. Je pense que c’est un geste de maturite et de sincerite avec moi meme. Je suis d’accord etre aider qand j’ai besoin d’aide. C’est normal et je ne vois pas une humiliation parce que l’aide est retourner.
15.Vos représentations ?
15.Mes representations? Hm... C’est une question retorique.
16.L’origine de votre réussite.
16.La vie aussi comme est elle.
17.Le mot de la fin
17.Je suis heureuse que j’avais l’ocasion de dire quelques mots a vous dans un journal si interessant.
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
Virginie HAUMONT : Une artiste en vogue-(Rachid YAHOU)


Virginie, une artiste au sens large du terme a bien voulu répondre aux questions ci-dessous. Nos chers lecteurs peuvent visiter son book sur :
http://www.virgi-model.book.fr
Ils n’en sernt que satisfaits. Lisons donc ses réponses.

RY :Présentez-vous à nos lecteurs :
VH :Je m’appelle Virginie Haumont, j’ai 20 ans, habite à Liège, en Belgique et suis étudiante afin d’être institutrice primaire. Je suis célibataire. Mes hobbies sont le cinéma, la musique, le sport, la photographie, le ski et la lecture.
RY :Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
VH :C’est un rêve de petite fille. J’ai toujours rêvé de poser, d’être sur scène,...
RY : Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
VH : A 16 ans j’ai posé pour les bancs solaires de ma ville. Ensuite, m’étant bien amusée, j’ai cherché un peu plus loin. Volant déjà de mes propres ailes, ce n’était pas facile... Je suis tombée sur un drôle de photographe et ai décidé de m’arrêter là même si le désir de poser était encore bien présent en moi. En septembre 2003, un monsieur, qui avait vu mon portrait sur MSN, m’a contactée et proposé de poser. Au début, je fus un peu sceptique. Ensuite, nous nous sommes rencontrés dans un lieuu public où il m’a montré son travail. C’était du sérieux et ai accepté de suite. Depuis lors, je pose le plus souvent possible (pas toujours facile avec l’école).
RY : Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
VH : Je sais que je ne suis pas parfaite mais je les trouve assez réussies.
RY : Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
VH : Je trouve que c’est un drôle de milieu dans lequel il faut bien ouvrir les yeux...
RY :Avez-vous des projets ?
VH : Oui, quand j’aurai fini mes études d’institutrice, je voudrais profiter, de ma jeunesse et m’envoler vers un milieu plus artistique (danse, théâtre, télévision, concours de miss,...)
RY :Comment avez-vous débuté ?
VH : Je crois l’avoir expliqué plus haut..
RY : Les motivations qui vous y ont poussé ?
VH :L’envie depuis trop longtemps.
RY : Avez-vous été aidée si oui par qui ?
VH :Non.
RY :Un bon souvenir ?
VH :Chaque fois que suis partie poser ou figurer...
RY :Un mauvais souvenir ?
VH : Un "mauvais" photographe.
RY : Des conseils à prodiguer ?
VH :Pour les filles qui veulent se lancer dans ce milieu: faites très attention.
RY :Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
VH :Oui, car sinon à quoi ça sert de vivre...
RY : Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
VH :Non.
RY :L’origine de votre réussite:
VH :mon ambition, ma motivation.
RY :Le mot de la fin :
VH :Je vous remercie beaucoup pour l’attachement que vous me portez.
Rachid YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
JANICE EDENE (chanteuse) : Une voie sans faille-(RACHID YAHOU) -

sympathique chanteuse d’_expression française JANICE EDENE a bien voulu nous apprendre d’elle ses exploits. Lisons donc ses réactions :

Présentez-vous à nos lecteurs ,
EDEN Janice, 27 ans,France .
Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
La musique me passionne depuis ma plus tendre enfance, mon père m’a transmit cette passion et je l’ai développée !
Pouvez-vous nous retracer votre parcours.
Mon parcours commence en Normandie ou je me suis produite régulièrement avec un groupe de reprise Pop Rock ; j’ ai rencontré Yaz, mon ami , lors d’un concert et il m’a convaincu de le suivre à Paris pour développer une carrière professionnelle
Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
D’après les gens du métier et les retour internet c’est une prod de qualité malgré le peu de moyen que nous avons à notre disposition , mais à vous de me dire ce que vous en pensé !
Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
Très difficile , de grand artistes ont été congédiés de leurs maisons de disques et avec la " télé réalité" et autres les portes sont de plus en plus petites...
Avez-vous des projets ?
Oui finir d’écrire et d’enregistrer mon 1 er album pop rock et de le défendre sur scène.
Comment avez-vous débuté ?
J’ai monté mon groupe à l’age de 16 ans , je jouais de la basse et le chant
Les motivations qui vous y ont poussé ?
L’ amour de la musique, le plaisir de partager ma passion avec le public, c’est un bonheur indéfinissable
Avez-vous été aidée si oui par qui ?
L’aide première vient de mon ami Yaz qui m’a poussée à venir m’installer sur Paris et qui m’aide dans toutes mes démarches, et suite à un concours organisé par RTL2 en mai 2004 j’ai eu de très bon contact entre autre william Air et Rod J deux compositeurs d’exeption qui travaille sur mon album.
Un bon souvenir ?
Sur scène , je n’ai que des bons souvenirs , je me souviens des regards , des sourires , que du bonheur....
Un mauvais souvenir ?
Beaucoup d’escrocs mais avec un peu d’expérience on arrive vite à les identifier..
Des conseils à prodiguer ?
Beaucoup travailler , c’est la seule recette ! Toujours y croire, la qualité première à mon humble avis : Patience et endurence...Et surtout ne rien payer !!!
Êtes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
Bien sur que je suis optimiste ....... pourquoi pas ?Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
Oui comme beaucoup d’artistes je pense mais c’est un choix...
Vos représentations ?
Très bientôt sur la scène du réservoir à Paris
L’origine de votre réussite.
Pour le moment je ne peux parler de réussite mais s’ il y avait réussite je la devrais à dieu et à yaz....
Le mot de la fin :
Je remercie planète afrique et plus particulièrement rachid de prendre la peine d’exposer de jeunes artistes au public ,certains grands médias devraient en prendre de la graine car s’il y avait plus de gens comme vous nous serions moins pollués par les télés réalités et compagnie ...Il y a énormément d’artistes avec beaucoup de talent enfermés dans des caves qui pourraient éclater au grand jour ! Quand auront nous de vraies émissions de télé musicale ( taratata c’est génial mais il faut avoir un nom !!) mais je crois que ce n’est pas pour demain......Encore merci et longue vie à planète afrique . je transmet aux chers lecteurs de planète afrique mes sites pour toute éventualité :
PS : Les sites JANICE EDEN
http://janice-eden.monsite.wanadoo.fr/
http://janiceeden.site.voila.fr/

RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
JANICE EDENE (chanteuse) : Une voie sans faille-(RACHID YAHOU) -

sympathique chanteuse d’_expression française JANICE EDENE a bien voulu nous apprendre d’elle ses exploits. Lisons donc ses réactions :

Présentez-vous à nos lecteurs ,
EDEN Janice, 27 ans,France .
Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
La musique me passionne depuis ma plus tendre enfance, mon père m’a transmit cette passion et je l’ai développée !
Pouvez-vous nous retracer votre parcours.
Mon parcours commence en Normandie ou je me suis produite régulièrement avec un groupe de reprise Pop Rock ; j’ ai rencontré Yaz, mon ami , lors d’un concert et il m’a convaincu de le suivre à Paris pour développer une carrière professionnelle
Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
D’après les gens du métier et les retour internet c’est une prod de qualité malgré le peu de moyen que nous avons à notre disposition , mais à vous de me dire ce que vous en pensé !
Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
Très difficile , de grand artistes ont été congédiés de leurs maisons de disques et avec la " télé réalité" et autres les portes sont de plus en plus petites...
Avez-vous des projets ?
Oui finir d’écrire et d’enregistrer mon 1 er album pop rock et de le défendre sur scène.
Comment avez-vous débuté ?
J’ai monté mon groupe à l’age de 16 ans , je jouais de la basse et le chant
Les motivations qui vous y ont poussé ?
L’ amour de la musique, le plaisir de partager ma passion avec le public, c’est un bonheur indéfinissable
Avez-vous été aidée si oui par qui ?
L’aide première vient de mon ami Yaz qui m’a poussée à venir m’installer sur Paris et qui m’aide dans toutes mes démarches, et suite à un concours organisé par RTL2 en mai 2004 j’ai eu de très bon contact entre autre william Air et Rod J deux compositeurs d’exeption qui travaille sur mon album.
Un bon souvenir ?
Sur scène , je n’ai que des bons souvenirs , je me souviens des regards , des sourires , que du bonheur....
Un mauvais souvenir ?
Beaucoup d’escrocs mais avec un peu d’expérience on arrive vite à les identifier..
Des conseils à prodiguer ?
Beaucoup travailler , c’est la seule recette ! Toujours y croire, la qualité première à mon humble avis : Patience et endurence...Et surtout ne rien payer !!!
Êtes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
Bien sur que je suis optimiste ....... pourquoi pas ?Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
Oui comme beaucoup d’artistes je pense mais c’est un choix...
Vos représentations ?
Très bientôt sur la scène du réservoir à Paris
L’origine de votre réussite.
Pour le moment je ne peux parler de réussite mais s’ il y avait réussite je la devrais à dieu et à yaz....
Le mot de la fin :
Je remercie planète afrique et plus particulièrement rachid de prendre la peine d’exposer de jeunes artistes au public ,certains grands médias devraient en prendre de la graine car s’il y avait plus de gens comme vous nous serions moins pollués par les télés réalités et compagnie ...Il y a énormément d’artistes avec beaucoup de talent enfermés dans des caves qui pourraient éclater au grand jour ! Quand auront nous de vraies émissions de télé musicale ( taratata c’est génial mais il faut avoir un nom !!) mais je crois que ce n’est pas pour demain......Encore merci et longue vie à planète afrique . je transmet aux chers lecteurs de planète afrique mes sites pour toute éventualité :
PS : Les sites JANICE EDEN
http://janice-eden.monsite.wanadoo.fr/
http://janiceeden.site.voila.fr/

RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
Marie MACEDO (ou Sylva) : une polyvalente et...des dons -(RACHID YAHOU)


Bonjour à tous les lecteurs du Rachid Yahou magazine, je m’appels Marie Macédo, j’ai 25 ans et j’habite en France, dans une petite ville de province du nom de Mâcon située à 30 min de Lyon.

Je vie en concubinage avec mon copain et mon fils Joé qui a 9 ans et qui me rend très fier de lui car il est premier de sa classe de CE2;
Les métier du spectacle m’ont toujours attirée.Avec ma grand mère qui jouait de l’orgue nous chantions beaucoup et j’ai fait 5 ans de piano, et 6 ans de solfège.(et aussi 3 ans d’enfant de coeur à l’église).
A l’école primaire du petit village où j’habitais ( Chaintré) chaque fin d’année c’était magique car nous faisions un beau spectacle, avec déguisement décor...tout fabriqué ensemble ...
Mais pour moi ce n’était pas un travail possible car de milieu très modeste , et sans pistonnage possible...Ce n’était qu’un rêve que je n’osait pas dévoiler.
Au collège , j’ai découvert Molière et la comédia del arté ,nous faisions de petite représentation et j’aimais tellement que moi qui était pas très bonne à l’école j’avais toujours entre 17 et 19 sur 20.
J’apprenais facilement les textes et c’était une joie pour moi de pouvoir faire du théatre.(le bourgeois gentilhomme, l’avard, les fourberie de Scapin...)
Puis la vie à fait qu’en troisième j’ai arrêté mes étude en troisième ds collège, j’ai galéré pendant quelques années, j’ai fait un enfant et me suis mariée avec son père un mec feignant,adultère et violent.Pendant environ 2 ans ce fut l’enfer et j’habitais sur Lyon avec lui nous vivions dans 15m²avec 3500 frans par mois.( ma traversée du désert)
Puis j’ai pris mon petit sous le bras j’avais a peine 17 ans et je suis revenu sur Mâcon en cours de divorce.Comme je n’avais vraiment que très peu d’argent , je me suis joint à des vagabond pour faire la manche avec eux pendant que ma mère me gardait mon fils.
Je me maquillé façon the crow et je faisait le clown, je jonglé avec les autere et nous faisions sourire les passants (j’aimais beaucoup ce contact).Cela me permettais d’acheter des couches de bonne qualité à mon fils à la peau fragile et du bon lait pour bébé...
Puis, j’ai repris mes études dans le commerce où j’ai travaillé pendant plusieurs années.Grace à mon charme mes facilité de contact etmon sourire,ce n’était pas dur de trouver des emploi.J’ai réussi en 2002 à avoir mon bac pro.
J’en avais marre du commerce du contact mercantile et de l’hypocrisie..., alors je me suis mis au social, à l’animation...
Il y a quelques mois je me suis dit que rien de tous cela me plaisait vraiment.Et j’ai décidé de m’inscriore à cast prod et peut être la chance me sourira et je pourrai enfin exprimer ma créativité et ma sensibilité débordante...
Et même si les métier du spectacle ne sont pas donné à tous je veux tenter ma chance car j’aime les gens , je suis expressive, adaptable et motivée.(Qui ne tente rien...)
L’état actuel de ces métier me fais un peu peur; quand je vois toutes ces filles prêtent à se vendre ,à pervertir leur âme pour se faire connaître....
Je reste tout de même très optimiste car une fois le gavage de cochonnerie calmé nous reviendrons et c’est en train de venir à des choses beaucoup plus saine.Le talent n’a pas besoin de se cacher derrière des scènes choquante et perverses..
Je ne veux absolument pas faire n’importe quoi, mais j’apprécie le talent de beaucoup d’écrivain, d’auteur qui malgré la tendance à l’affichage de sexe persiste dans des compo plus psycho, plus sentimentale et l’émotion qui s’en dégage me touche.(les rivières pourpre, les choriste,...)
J’apprécie aussi beaucoup les comédie, les parodies et les comiques de notre époque (Kamelot,les guignol,jamel ,eric et ramsi, dubosc...)et plein d’autre sans oublier les anciens qui auront tellement bien marqué leur époque comme Coluche, De funès , Thierry Leluron...
J’aime aussi beaucoup la musique allant de la chanson française style nostalgie,le rock, le R and B, ou manu tchao bob marley...J’aime toute sorte de musique et j’aime aussi beaucoup chanter...
Je suis prète malgré le manque d’argent permanant et les fin de mois difficile...à faire des cours métrages, des long métrages...du théatre,des spectacles et même de la pub...J’étudie toutes propositions...POur plus d’info sur moi venez sur mon book :...
Je remercie les lecteurs, le journal et monsieur Rachid Yahou pour leur gentillesse de m’accorder une interview alors que je ne suis ni riche, ni connu et sans parents connu non plus...Bien amicalement Marie
Que Dieu vous garde...
(1)= Notre talentueuse Sylva a eu l’amabilité de nous proposer la photo de son sympathique enfant. Remerçiements à elle.
Cette photo est programmée pour le journal :
http://www.planeteafrique.com/algerie
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
BATIFOLIER bénédicte : une actrice digne!-(RACHID YAHOU)


BATIFOLIER Bénédicte a tout simplement répondu aux questions en bloc ! une rapidité dont elle a seule le secret ! découvrons là à son tour !

Je me présente BATIFOLIER bénédicte, j’ai 26ans et je vis avec mon ami à Paris.
Depuis toute petite quand mon père me filmait je jouais avec la caméra en imitant les actrices françaises dans les films et cela faisait rire mes proches.
Ensuite quand j’étais au lycée en cours de français j’étais toujours volontaire pour interpréter les pièces de molière.
Ce n’est que vers l’âge de 24 ans que j’ai décidé de stopper mon emploi de commercial pour monter sur Paris afin d’assouvir ma passion et de prendre les cours de théatre "Florent".
Ce qui m’a permis d’ailleurs de m’enrichir au niveau théâtral et de me perfectionner.
La discipline que j’ai choisie n’est pas évidente car il y a peu de propositions pour le nombre de demande qui s’accroit sans cesse dans ce milieu.
J’ai un projet pour un rôle secondaire dans un long métrage courant juin.
J’ai débuté en réalisant moi-même un court métrage pour une association avec des amis en province, puis j’ai joué le rôle principal dans un clip de musique et j’ai fais quelques figurations dans différents films.
Les motivations que l’on a je pense quand on veut faire ce métier c’est déjà que l’on croit en soi; mais il ne faut pas que ça malheuresement, il faut aussi beaucoup de persévérance et de la volonté.
Non je ne me suis pas fait aidé car j’ai toujours voulu me débrouiller toute seule.
Un bon souvenir; oui quand j’ai été retenue pour le clip de musique.
Mes mauvais souvenir c’est quand j’allais aux différents castings et que je n’étais pas retenue car j’avais peut-être une chance sur 600 vu le nombre de filles et de garçons qui veulent faire le même métier.
Le conseil que je donnerai aux personnes qui veulent prendre des cours de théatre est de suivre le conservatoire; qui je pense est la meilleure école pour débuter (je n’ai pas pû le suivre car j’étais trop vieille!) et d’avoir un book de professionnel avec de belles photos.
Des problèmes financier j’en ai eu comme tout le monde je pense, maintenant ça va mieux car en parrallèle j’ai monté une entreprise avec mon ami pour pouvoir surmonter ça.
Je ne prétends pas encore avoir réussi car je ne vis pas de cette passion.
Je remercie le journal de croire en moi et d’avoir publié cette article.
www.batifolier.book.fr
RACHID YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
Isabelle HERISSON : Une dançeuse infatigable-(RACHID YAHOU)


Nous proposons cette fois-ci une talentueuse dançeuse qui a bien voulu répondre aux questions la conçernant

Présentez-vous à nos lecteurs
Je m’appelle Isabelle Herisson, née le 16/01/1976 d’origine française, mais sans racine .ouverte à toutes les expériences que peuvent apporter une vie. pour moi ce sera la Danse sous toutes ses formes !!!
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
La danse est ma vie, ma passion, mes souffrances et ma joie de vivre. enfin bref ma vie !!!
- Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
La danse est entrée dans ma vie quand j’avais 4 ans sans que je me rende compte. puis c’est devenue ma raison de vivre.après uneformation au Conservatoire de Montpellier et à l’Académie
de Monte-Carlo , j’ai commencée à partir de 15 ½ a dansé ,en tant que
danseuse classique et néo-classique pour l’Opéra de Marseille, l’Opéra de Toulon, l’Opéra de Limoges, le Ballet Meditteranneen.puis à 27 ans je change de style de danse je me dirige vers le cabaret /music-hall pour le Cie Show Vision avec des tournées à travers la France et Croisières. aujourd’hui, après le classique néoclassique et le cabaret, j’aimerai danser dans une Cie modern’jazz et dans des comédies musicales.
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
Je n’en suis pas à ma faim !!!
- Votre avis sur l’état actuel de la discipline que vous avez choisi.
Très difficile .car on demande aux danseuses d’être toujours au top et dans tout styles de danses !!! Il faut toujours aller plus loin de notre champ de vision !!!

- Avez-vous des projets ?
Des projets !!! J’en ai tellement !! Je préfère ne pas en parler .

- Comment avez-vous débuté ?
Par hasard. Vraiment par hasard !!! Trop long et compliqué à expliquer !!! Sauf si vous avez le temps de prendre un café avec moi à Paris !!!
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
Petite, j’ai eu un problème de mutisme.La Danse m’a offert la parole !! Ca a été mes premières paroles prononcées avec mon corps !! Je suis quelqu’un de très timide où plutôt réservée mais en dansant sur scène je suis une autre personne je ne mets plus de barrière !! Bizarre non !!
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
Je suis reconnaissante à tous mes professeurs de danse : j’ai toujours appris de leurs enseignements même dans un seul cours !!! Mille mercis à tous !!!
- Un bon souvenir ?
Il y en a beaucoup !!!
- Un mauvais souvenir ?
Il y en a beaucoup !!!
- Des conseils à prodiguer ?
Ce n’est pas déjà à moi d’en donner j’en ai encore besoin moi-même d’en recevoir, ce que je peux dire : Pouvoir vivre sa vie c’est dur. mais essayer de la vivre comme on le désire c’est encore plus dure, mais surtout tellement mieux !!!
- Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
Oh oui !! Je suis très optimiste !!! Pourquoi ? J’en sais rien !!! Souvent je n’arrive pas à comprendre pourquoi je le suis !!
- Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
En tant qu’artiste les problèmes financiers font parties de ce métierbien sûr !!! Mais je ne saurais comment vous l’expliquer. pour moi les applaudissements en fin de spectacles sont mon salaire !!!
- L’origine de votre réussite.
Réussite ??? C’est .je dirais plutôt juste une satisfaction personnelle .pouvoir se surpasser de jour en jour c’est ça
pour moi la réussite !!
Le mot de la fin :
Merci Monsieur Rachid YAHOU pour cet interview et à son attention portée aux artistes !!!
Rachid YAHOU

-------------------------------------------------------------------------------------------
 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire


 ALERTER le modérateur du contenu de cet article  AJOUTER un commentaire
BARCA MAGALI : Un avenir sans détours-(RACHID YAHOU).


Agée de vingt cinq ans,BARCA MAGALI s’est découvert un don dans des téléfilms. Depuis, elle continue sans relâche.


- Présentez-vous à nos lecteurs :
Barca Magali, 25 ans, France, concubinage, 2 enfants .
- Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
Petite je voulais faire chanteuse-danseuse. Malheureusement, la danse classique ne m’ a pas réussie et côté chant, j’ avais pas vraiment ce qu’ on appelle une "voix". J’ aimais déjà me déguiser, je faisait des petits spectacles pour ma famille et j’ adorais ça. Mon père qui m’ a présenté à des agences a réussi à m’ obtenir un rôle dans un téléfilm. Je me suis dis: pourquoi pas, après tout. Et là ce fut le coup de foutre. Je ne sais pas réellement ce qui m’ a attirée dans ce métier, le fait de changer de peau, de participer à l’ élaboration d’ un produit qui donne des émotions aux gens, la chaleur des tournages ou simplement le fait d’ être devant les caméras et de pouvoir m’ inventer une vie... Toujours est -il que mon père m’ a inscrit à des cours de théâtre et là encore une fois : le bonheur ! à chaque spectacle c’ était une joie sans pareil, un trac fou, le coeur qui bat à fond, l’ adrénaline qui monte, et j’ entre en scène.. et je sens la présence des spectateurs. Je ne les voix pas à cause de l’ éclairage et du fait que je ne mettais pas mes lunettes aussi faux bien l’ avouer, mais je les sentais là .. dans mon coeur. et à chaque gags des rires, à chaque scène plus dure, des soupirs.. c’ est fou cette sensation de soutiens qu’ on ressens sur ces planches..et le spectacle le fini, le public applaudis, et le salut, c’ est bien la plus belle chose (après mes enfants) que j’ ai pu vivre dans ma petite vie.. Alors c’ est décidé, j’ en ferait un métiers, quoi qu’ il advienne, je tiendrai le coup et je jouerai devant la caméra ou sur les planche, ou derrière un micro, mais je jouerai ...
- Pouvez-vous nous retracer votre parcours ?
Après le films long métrage que j’ ai tournée à l’ âge de 10 ans, j’ ai attendus bêtement que les demandes affluent. ce qui bien sur n’ est jamais arrivée.J’ ai donc pris des cours de théâtre pro 1 mois, mais c’ était trop cher, je me suis rabattu sur des cours amateurs ou j’ ai appris les bases du théâtre, la voix, le plaisir de jouer, les impros (quoi que pour ça je n’ ai jamais vraiment été très douée) .. pendant 3 ans . A mon entrée au lycée, faute de temps et d’ énergie, ma troupe s’ étant dissoute, j’ ai arrêté le théâtre. J’ ai eu l’ occasion de participer à un tournage d’ un court métrage d’ une association ce qui m’ a remis temporairement dans le bain. J’ ai repris quelques mois après l’ obtentions de mon bac F12 (option Arts appliqués) à L’ école du Spectacle "Le forum du mouvement". Malheureusement ma crise d’ adolescence n’ étant pas passé, j’ ai quelque peu raté cette année pourtant très instructive. l’ année suivante, je prenais des cours de café-théâtre pendant 2 ans et demis Parallèlement, je tourne un peu dans des petites salles de Paris et Rp dans la pièce "Métro" .. J’ apprends à jouer plusieurs fois la même pièces. chose que je n’ avais jamais fait auparavant.. Du bonheur avec des gens vraiment chaleureux et convivial. Puis je suis tombé enceinte et je me suis un peu plus consacré à mes filles tout en écrivant. j’ ai pu jouer dans un deuxième court métrage sur le thème de l’ homosexualité, où j’ étais l’ unique actrice. Aujourd’hui j’ essaie de reprendre cette activité et je suis sur le projet d’ une pièce de théâtre que j’ ai commencé à écrire : "JF Cherchent Diamant" . Croisons les doigts pour que ça marche..
- Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
je n’ ai réellement pas fait grand chose dans ma petite vie , ils me reste tant de choses à faire, à vivre.. tout est devant moi... Mais je suis heureuse de tout ce que j’ ai fait, quelqu’en soit les conditions (pas toujours aussi évidente) . j’ ai toujours essayer de mettre un peu la main à la pâtes, car j’ aime connaître les autres métiers technique qui sont essentiels à la production de films ou de pièces.
- Votre avis sur l’ état actuel de la discipline que vous avez choisi.
Je suis navrée que l’ état puissent suggérer de supprimer le statut d’ intermittent du spectacles.il y a tellement de personnes qui en vivent, tellement de bonheur à transmettre , tellement de métiers différents. .c’ est vraiment dommage..
- Avez-vous des projets ?
Une pièce de théâtre que j’ ai écrite, et que j’ essaie de monter... Elles st légère et drôles..ce qu’ il faut voir pour se détendre un peu après une journée ou une semaine fatigante..
- Comment avez-vous débuté ?
Mon père m’ a présenté à une agence qui hélas ne voulais pas de moi, mais plutôt de mon petit frère. Mon père a poser une condition pour qu’ ils s’ occupent de mon petit frère : s’ occuper de moi. Au premier casting que j’ ai fait, j’ ai été choisi pour le rôle partenaire du long métrage "Un été Alsaciens" .. Malheureusement, l’ agence à fermé ses portes juste après.. Je suis donc sans agent.
- Les motivations qui vous y ont poussé ?
Voir plus haut.. La curiosité d’ abords et après tout les petits plaisirs de ce métier. j’ ai eu la chance de commencer à 10 ans un métiers pas si évident. la loi protégeant le travail des enfants, je n’ ai vu pour ma première expérience, que les côté positif de ce métiers. le négatif, j’ ai pu le croiser plusieurs fois lors de courts métrages et de pièce sans budgets . ça ne m’ a pas dégoûté, au contraire d’ ailleurs ! ..
- Avez-vous été aidée si oui par qui ?
Oui mon père à fait mes premiers pas dans ce métiers. Mais il ignore trop de chose sur le fond, donc maintenant c’ est à moi de jouer.. Merci PAPA !
- Un bon souvenir ?
Mon premier film, mon coup de foudre.. C’ était merveilleux. Tous ces acteurs de talents qui me soutenais et m’ encourageais. D’ ailleurs, l’ une des scènes nécessitais que je tombe à vélo. et lors du réglage de la caméra et de la répétition, je suis réellement tombé avec mon petit collègue, rôle principal, en pleins dans les orties.. aille..une bonne crise de rire quand même !
- Un mauvais souvenir ?
J’ en ai pas de réel. Il m’ est arrivé de me disputer avec un comédien lors de la pièce "Métro" et c’ est vrai que cette tension n’ étais pas très agréable avant de monter sur scène. Mais on s’ est réconcilié assez vite et tout est bien qui fini bien. Je me suis retrouvé aussi coincé à la porte du lieu de tournage déguisée en drag-Queen, car quelqu’un avais fermé la porte en laissant les clefs à l’ intérieur. Mais est ce vraiment un mauvais souvenir ? J’ ai eu tellement de crise de rire pendant cette attente !! Les aléas des tournages, toujours des souvenirs qui reste et qui nous manquent .. -- Des conseils à prodiguer ?
Je suis un peu mal placé pour parler dessus n’ étant pas encore professionnelle. Je pense seulement que l’ essentiel c’ est d’ y croire. Après, la chance, le piston, le boulot.. un mélange de tout et c’ est la réussite assurée.. un seul élément et on croisent les doigts, mais on y crois !
- Êtes-vous optimiste ? Si oui pourquoi ?
Impossible de vous expliquer pourquoi je suis si optimiste. je crois en mon étoile, mais si j’ ai souvent beaucoup de toute sur moi, et sur ce métiers, je crois en moi et au fond de moi je sais que j’ y arriverai.. De plus les gens qui n’ arrêtent pas de me dire que comédien n’ est pas un métier, m’ agacent et j’ aimerai sincèrement leur montrer que c’ en est vraiment un ! et là mes yeux, le plus beau métier du monde.
- Rencontrez-vous des problèmes financiers ou autres ?
Oh oui, tout les jours, je suis maman de 2 enfants, ce sont des frais réguliers. Je me suis mise en congé parentale pour me consacrer aux enfants et aux théâtres, car en travaillant à côté ça ne me laissait plus beaucoup de temps.. et je n’ ai plus les moyens de reprendre des cours professionnel.Donc oui je rencontre des problèmes financier.mais ce n’ est qu’ une mauvaise période à passer..
- Vos représentations ?
Rien pour le moment, je vous tiendrais au courant.
- L’ origine de votre réussite.
Si seulement je pouvais parler de réussite?
Le mot de la fin :je vous remerçi de croire suffisamment en moi pour faire un article. C’ est un honneur et ma toute première interview. J’ espère avoir pu répondre correctement à ce que vous vouliez savoir. et comme dirais ma soeur : "Quand on en a vraiment besoin, les chances sur un million se produisent tout le temps. C’ est bien connu."
1 Commentaire(s) - id : 23
films kabyles : samia benzai : une valeur sûre !

mi-reservée, mi-spontannée, samia benzai est très intelligente et possède des potentialités qu’elle exploite sans cesse.elle a ainsi admirablement contribué à la réalisation du film
berbère "adrar en baya" (la montagne de baya) du regrétté azzedine meddour, ravi aux siens un
certain 14 mai 2000.c’est ainsi qu’elle a bien voulu répondre aux questions posées, sans hésitation aucune. écoutons la :
ry : comment vous voyez vous en tant qu’artiste?
samia benzai : j’aime mettre en pratique toute
idée et j’attache une grande importance donc à
son application sur le terrain.en toute modestie,
j’ai une vue assez large.
ry : et en dehors du cinéma?
s.b. : j’ai fait du théatre et l’art plastique, j’ai aussi un don que je n’ai pas exploité jusqu’à ce jour.j’aime chanter, en kabyle bien évidement.
ry : vos débuts remontent à quand exactement?
s.b. : en 1993, dans le film berbère "la colline oubliée" de abderrahmane bouguermouh, un film tiré du livre portant le même titre, un livre
produit par le célèbre écrivain-poète mouloud mammeri. ensuite j’ai eu un autre rôle dans "adrar en baya". ces deux films ont eu un large écho, appréçiable bien entendu. en plus d’un sport publicitaire pour le compte de l’entreprise qui produit "isis", détergents, j’ai aussi eu droit à un passage dans un vidéo-clip de amar tizi. enfin, lors des événements qui ont secoué la kabylie à la suite de l’assassinat du regrétté chanteur berbère matoub lounès, j’ai tourné en
collaboration avec akli metref.
ry : parlons des films veux-tu?
s.b. : je demeure profondément touchée par une séquence du film "adrar en baya". lors de l’enterrement de la petite décédée à la suite d’une épidémie. c’était la fille de l’illustre linguiste berbere abdenour abdeslam.
ry : ce qui vous a plus aussi?
s.b. : le décor ainsi que le plateau. nous avons eu droit à un passage merveilleux puisque le film était tourné sur la "main du juif", située en pleine montagne, le djurdjura. d’autre part je ne peux omettre la prestation et le talent de bouguermouh abderrahmane. complet et mystérieux à la fois, ils ne transigeait pas sur ses
principes, rejettant la demi-mesure, il refusait toute concession. j’ai beaucoup de respect pour lui car il a été à la hauteur de sa tâche. ce qui m’impréssionne beaucoup en lui, c’est la difficulté de pénétrer son imagination.
ry : parlez nous de adrar en baya (ou la montagne de baya).
s.b. : je suis attristée par la disparition de azeddine medour qui nous a quitté, faisant de nous ses orphelins.
ry : vous devez avoir un bon souvenir.
s.b. : curieusement, je n’en ai aucun.
ry : pourquoi donc?
s.b. : même si j’en avais, je n’y attacherai aucune importance. ceci est probablement dû à une certaine perte de sentiment. même mon ami très cher, faiki a failli y passer. je dédie ma pensée à qui de droit. je ne peux être clair car c’est trop profond. le message est donc lançé en direction de ceux qui se reconnaitront aisément. malgrès tout, je garde e mémoir la réussite totale du tournage du film, "adrar en baya". même si je reste encore sous le choc de l’explosion accidentelle survenue le 1er décembre 1995 et qui nous a ravi onze des notres. deux mois plus tard, je fus à nouveau par le déçès de mon paternel, que dieu ait son âme. je ne m’attendais nullement à subir deux deuils successifs(larmes...).
ry : vos rôles dans ces deux films. dites-nous en quelque chose.
s.b. : dans "la colline oubliée", j’ai eu droit à une figuration intelligente : lors du mariage de davda , la célèbre actrice samia abtout, qui est berbère comme nous tous. je dansai et disai à sa mère :
"ithemlah thesslith, ksewthass ahayek"" qui veut dire "qu’elle est belle la mariée. otez lui vite son voile".vous conviendrez qu’à travers cette phrase, je devinais la beauté angélique que cachait ce voile.si vous me le permettez, j’aimerai aussi vous parler des préparatifs avant le tournage du film "adrar en baya". en effet, nous avions suivi un stage avec abdennour fellag, le frère du célèbre humouristique kabyle mohamed fellag et ce durant six longs mois. nous avions fait un autre stage avec el-hadi chérifa aussi pendant deux mois.ce dernier, célèbre dans le domaine artistique nous enseignait l’expréssion
corporelle qui consistait à dialoguer avec son corps sans pour celà dire un mot.
ry : vous avez mentionné le théatre tout à l’heure.
s.b. : en réalité, j’en ai fait lorque j’étai enfant, au sein d’une troupe de scouts. mais je ne me rappelle pas éxactement à quelle époque.
ry : dans le film, vous vous exprimez parfaitement en kabyle.
s.b. : effectivement, je parle très bien la langue kabyle. je suis de la région de tiaret et suis berbèrophone. chez moi, tout le monde supporte l’équipe de foot ball, la j.s.kabylie et mange le couscous par terre (rires...). vous savez, je suis émerveillée par la richesse que reçèle la langue berbère.enfin je parle très bien le français.
ry : avez vous des projets?
s.b. : j’ai deux scénarios en vue. j’attend qu’on me fasse appel.
ry : quel rôle aimeriez-vous jouer?
s.b. : incerner l’héroine fadhma n’soumer mais avec la disparition terrible de azeddine meddour, j’ai des hésitations.
ry : à qui revient le mérite de votre parcours artistique?
s.b. : à mon regrétté père auquel je ne cesse de rendre hommage, car il m’y a enouragée à devenir ce que je suis à présent.je suis également reconnaissante à abderrahmane debiane qui m’a aussi aidé énormément. à ce propos, il a joué comme il se doit le rôle d’"idir" dans "la colline oubliée" et "djendel"dans "adrar en baya".je profite de cette occasion pour lui souhaiter plus de réussites.
ry : le mot de la fin.
s.b. : je rend à nouveau homage à mon défunt père, au regrétté matoub lounès, à azzedine meddour ainsi qu’à mes amis que j’ai perdu dans des conditions atroces le 1er décembre 1995, entres autres, boualem, abed, "zembla", akli, djamal, souad (pleurs...). je vous remerçie pour m’avoir accorder cette importance en vous souhaitant à vous et à votre journal une longue vie. j’espère que je lirai cette entretien dans les colonnes du journal
" LE RACHID YAHOU "

1 Commentaire(s) - id : 24
achinoam nina : une chanteuse juive en vogue en...
née le 23 juin 1969 en israel, achinoam nina est de parents juifs
venus du yemen.elle passera toute son enfance à new york, dans le bronk (états unis).
Brune, des cheveux noirs très longs tombant sur
les épaules, nina est une excellente guitariste.militante pour la paix entre les peuples, principalement entre les juifs et les arabes, cette artiste de renom est rentrée dans son pays en 1985. outre sa langue
maternelle, l'hébreux, elle maitrise parfaitement l'anglais et un dialecte
yéménite bien qu'elle ne soit pas née dans ce pays de la péninsule
"arabique". à son retour en israel elle effectuera son service militaire durant deux longues années.sergent chanteur, sa mission consistait à
remonter le moral des troupes. en 1990, elle intègrera l'école de musique "rimon school jazz and contemporacy music". cette chanteuse était aux cotés du regretté yitzak rabin lorsque celui-ci animait un meeting populaire avant de tomber sous des balles assassines.
son parcours artistique sera ponctué d'exploits sans commune mesure.elle mettra sur le marché cinq albums.
ses représentations sur scène en israel attrirait la grande foule.
l'un de ses exploits, "blues beneath blue" sera même édité
en...algérie par "cadic". les stocks s'épuisant vite, le propriétaire de cette
maison d'édition se voit obligé de produire sans cesse ce "tube" que des jeunes berbères et arabes algériens...s'arrachent.
RACHID YAHOU
1 Commentaire(s) - id : 25
PHOTOS : http://www.angelina.book.fr






1 Commentaire(s) - id : 26
KASSI : UNE FIGURANTE EN VOGUE (RACHID YAHOU)
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
Age
25 ans
Hauteur
177 cm - 5'10''
Poids
60 kg - 133 lbs
Poitrine
90 cm - 35'' B lbs
Taille
72 cm - 28''
Hanches
89 cm - 35''
Confection
38
Pointure
41
Yeux
Verts
Cheveux
Châtains

 

 

  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Zoom
  • Bonjour à tous!

     

    Je m'appelle Mary ou Kassi selon votre préférence.

     

    J'ai 25 ans tout juste, et je suis très motivée pour faire de la figuration à cheval ou dans d'autres domaines.

     

    Je vous laisse juge de mes qualités physiques, car j'aurais bien du mal à les estimer moi même!!

     

    je suis à votre entière disposition pour tous renseignement compémentaire.

     

    Je ne sais pas trop ce qu'il faut mettre sur cette page d'acceuil! Je serais bien plus bavarde dans un autre contexte!!

     

    Alors n'hésitez pas à me contacter.....

     

    Kassi

  •  

  • 1 Commentaire(s) - id : 21
    PHOTOS ARTISTES (1)

    http://www.isadoraa.book.fr/

    Zoom 

    Age
    31 ans
    Hauteur
    173 cm - 5'8''
    Poids
    50 kg - 111 lbs
    Poitrine
    90 cm - 35'' C lbs
    Taille
    56 cm - 22''
    Hanches
    86 cm - 34''
    Confection
    36
    Pointure
    39
    Yeux
    Verts
    Cheveux
    Blonds
    1 Commentaire(s) - id : 17
    SITES ARTISTES-(1)

    http://www.luna07.book.fr/

    Zoom 

    http://www.tya.book.fr/

    Zoom 

    http://www.parisa.book.fr

    http://www.gaby.book.fr/

    Zoom

    http://www.janina.book.fr/

    Zoom 

     

     

     

    1 Commentaire(s) - id : 18
    SITES COMEDIENNES

    http://www.thalysna.book.fr/


    http://www.caromarchais.book.fr/

     

     

      

     

     

     





     

     

     
    1 Commentaire(s) - id : 19
    SITES COMEDIENNES 1 Commentaire(s) - id : 20 RACHID YAHOU : Rédacteur en chef et journaliste.

     RACHID YAHOU : Rédacteur en chef, journaliste et propriétaire de l'hebdomadaire "LE RACHID YAHOU"

    http://www.rachidyahou.uni.cc
    gdekabylie@yahoo.fr

    Journaliste auprès de l'hebdomadaire oranais (Algérie) "Détective" suspendu depuis le 18 Août 2003 -(Le rédacteur en chef Monsieur Ahmed BENAOUM a été relaxé le 18.06.2005 par le tribunal d'Oran, une ville située dans l'Ouest-algérien) après avoir été interné durant...onze mois !).

    Propriétaire des journaux électroniques suivants :

    http://www.planeteafrique.com/maroc

    http://www.planeteafrique.com/algerie

    http://www.planeteafrique.com/tunisie

    http://www.planeteafrique.com/libye

    http://www.planeteafrique.com/egypte

    http://www.planeteafrique.com/tchad

    RECHERCHES : Religions, Ethnologie, Archéologie, Philologie, Histoire, Antiquité...

    LA BIENVENUE EST SOUHAITEE A MES CHERS LECTRICES ET LECTEURS

    RACHID YAHOU

    1 Commentaire(s) - id : 16
    AFRIQUE : LA FAUNE-(RACHID YAHOU) DESERT :
    FAUNE : Oryx, dromadaire,varan, scorpion, sauterelle...
    Privée de végétation (éxcéptés quelques arbustes), des dattiers poussent dans les deserts et ce autour des oasis. Ces derniers éxistent grâce à une nappe d'eau souterraine.

    STEPPE :
    FAUNE : Zèbre, guèpard, serpentaire, hyène, autruche...
    Ces étdendues herbeuses ont eu pluviométrie très faible. Aussi, la limite la séparant de la savane s'avère-t-elle mal définie.

    SAVANE :
    FAUNE : Babouin, léopard, gazelle, éléphant, rhinocéros, lion, gnou, giraphe...
    A la différence de la steppe, ses herbes atteignent parfois trois mètres de hauteur. Des accacias, des baobabs et des sycomorent parsèment pratiquement toute cette étendue

    FORET :
    FAUNE : Phacochère, buffle, gorille, okapi, chimpanzé...
    Les forêts s'étendent sur des zones chaudes et humides, non loin des fleuves. Vastes, les arbres ont une hauteur de plusieurs dizaines de mètres de hauteur.On y exploite du bois destiné aux belles oeuvres entre autres, l'acajou, le teck, le palissande et surtout l'ébène.

    MONTAGNES :
    FAUNE : Gélada (singe), colobe, vautour, mouflon...
    Formées d'immenses plateaux, on en trouve réellement qu'en Afrique du Nord (En Berbèrie) ainsi qu'en Afrique du Sud. Etant riche, la végétation varie selon la latitude et le climat qui y sévit, allant des arbustes épineux (à basse altitude) aux conifères et aux cèdres (haute montagne).

    MARECAGES :
    FAUNE : Ibis, crocodile, hippopotame, héron, marabout...
    Les végétations riches et touffues se trouvent surtout autour des lacs. On y trouve le roseau, le lotus, le papyrus et le jonquille aquatique.

    RACHID YAHOU
    1 Commentaire(s) - id : 15
    kabylie : l'affaire matoub lounès

    Ressource associée 
    La kabylie, cette région frondeuse du nord d'algérie n'oubliera pas de sitôt la perte de l'un de ses éminents chanteurs engagés, lounès matoub. ce dernier, opposé à la fois au pouvoir et aux terroristes islamistes qui continuent d'endeuiller chaque jour le pays, payera de sa vie. enlevé le 25 septembre 1994, il sera tout de même relâché moins d'un mois plus tard (plus éxactement de 10 octobre). le 25 juin 1998, il sera assassiné sur la route qui devait le mener chez lui ! il n'y arrivera jamais vivant !
    algerie :

    matoub lounes : son enlèvement (1ère partie)

    (par rachid yahou)

    le 25 septembre 1994, à 21h30, un groupe d'une vingtaine d'individus armés jusqu'aux dents investi un débit de boissons alcooliques situé sur la route reliant tizi-ouzou la capitale de la grande-kabylie aux montagnes du sud-est, au lieu dit "takhoukht".après avoir tenu en respect les videurs, ils sommèrent les consommateurs à de la retenue.ces derrniers s'éxécuteront bien entendu. trois des leurs se dirigèrent vers une table où se trouvait le célèbre chanteur kabyle matoub lounes, une figure emblématique de la résistance berbère face au péril islamiste. il l'emmenèrent à bord d'un véhicule qui sera retrouvé le lendemain au soir non loin de draa-el-mizan (sud-ouest de la grande-kabylie). la nouvelle se propagera telle une trainée de poudre. le mcb (movement culturel berbere) réagira fermement. sa réaction somme toute légitime ne se fera pas donc attendre. des sit-in seront organisés à travers toute la kabylie. la population se mobilisera. des groupes de jeunes se porteront même volontaires pour aller à la recherche du disparu.en effet on venait de lui arracher un symbole, un repère même.le mcb menacera les malfaiteurs de recourir à la solution extrême.l'un de ses animateurs, le chanteur connu ,ferhat mehenni (l'un des fondateurs du mouvement pour l'autonomie de la kabylie) affirmera qu'une guerre totale sera livrée aux ravisseurs si lounès n'est pas libéré "d'ici 48 heures". une déclaration sera lu à bejaia (capitale de la petite-kabylie) par les responsables du mcb qui réaffirmèrent leur disposition à tout entreprendre afin d'arracher matoub lounès des mains des bandits. le gouvernement interviendra. il appellera les kabyles au calme. la tension vive qui y régnait laissait présager des lendemains incertains.

    c'est ainsi que ferhat mehenni lancera un nouvel appel. il préçisera que le mcb avait décidé de suspendre l'ultimatum donné aux ravisseurs afin d'épargner la vie de l'otage.deux des auteurs de cet odieux actes seront identifiés par les services de sécurité.stiti abderrahmane et son accolyte rachid baileche, deux terroristes islamistes notoires figuraient parmi le groupe de ravisseurs. la société civile s'organisa à travers des messages de soutien.le rassemblement des femmes démocrates (rafd) exprimera sa profonde indignation. d'autres associations en feront de même.les formations politiques (ettahadi, rcd,mdra...) condamneront également cet acte vil.

    une peur mélée à une anxiété était perceptible dans son village, taourirt moussa, qui tombera dans un silence inquiétant. les ait douala tenaient à l'instar de tous d'exprimer leur soutien à la famille matoub. ce dernier, fils unique et orphelin de père avait une soeur, malika. à l'entrée de la maison, nous remarquerons un parchemin accroché au mur sur lequel était écrit : " l'amitié est un joyau dont le coeur est l'écrin". les femmes du village étaient toutes dehors.en nous aperçevant, elles nous demandèrent des nouvelles.croyant que nous étions des éléments des serrvices de sécurité, des femmes accourent vers nous pour connaitre les dernières nouvelles. nous leur déclinons notre identité. l'une d'elle, d'un age avancé, fondra en larmes et nous lança ces propos touchants :" faites attention mes enfants, les tueurs rodent surement autour. j'ai pleuré à chaque fois qu'un journaliste est abattu. de grâce, restez vigilants". soudain, na aldjia, la mère de matoub lounes nous aborda. elle nous déclara les yeux embués :" ma fille et moi allons bien.il ne manque que mon fils lounès.vous voyez, j'attend en souhaitant que mon fils me sera rendu sain et sauf (larmes).j'avais le pressentiment que quelque chose allait lui arriver la nuit de son enlèvement.je n'avais pas fermé les yeux.il n'avait pas téléphonné contrairement à ses habitudes. je savais qu'il était menaçé.il ne me la jamais dit. mais un jour, alors que je m'approchais de lui et de ses amis, ces derniers se turent. j'ai vite compris ce jour là que mon fils était menaçé de mort. lui même me préparait à cette éventualité. il me disait souvent " : ' ne perds jamais ton courage , ne t'affoles jamais si un jour un malheur m'arrivait. si je venais à mourir, saches que je ne suis pas meilleur que les centaines et centaines d'algeriens et d'algériennes morts pour avoir vécu. je ne suis pas meilleur que ce peuple, ses intellectuels, ces journalistes". nadia, l'épouse de lounès rechérira à son tour : " mon mari n'a jamais voulu vivre mieux que les autres et pourtant ce ne sont pas les moyens qui lui manquaient mais il voulait et a pû être un parmi et avec le peuple".

    (à suivre)

    algerie :

    matoub lounes : sa liberation (2ème partie)

    (par rachid yahou)

    après avoir vécu dans la peur, la population se retropuvera soulagée en cette journée du 10 octobre 1994 en apprenant que le chanteur matoub lounès, enlevé par les terroristes islamistes du g.i.a. (groupe islamique armé) venait d'être libéré.la kabylie qui venait de récupérer un des siens fétera cet évènement grandiose. l'extraordinaire mobilisation populaire a tout de même eu raison de la ténacité des terroristes. si dans les autres régions arabophones, ces criminels faisaient la loi, en kabylie la situation était autre. des comités de légitime défense ont été crées afin de contrer les velleités des islamistes. des accrochages ont à maintes fois opposé les hordes islamistes aux villageaois qui s'étaient armé pour la circonstance. le courage berbère parvenait à venir à bout des intégristes qui croyaient être accueillis en libérateurs dès leur apparition dans cette région berbère qui leur est hostile. matoub lounès à qui on avait imposé le port de la barbe a été catégorique : "c'est le gia qui m'a enlevé " dira-t-il dès sa libération. il affirmera qu'il a été sequestré dans des casemates de la foret d'akfadou (petite-kabylie).contraints de se mouvoir, ses ravisseurs changeront de place. au cours de l'un de ces déplacements, matoub lounès avait failli être bléssé. caché dans un véhicule, il échappera miraculeusement aux balles et ce suite à un accrochage qui avait opposé ce jour là des militaires aux terroristes. il déclarera que said makhloufi, de réputation sinistre faisait parti du groupe qui l'avait enlevé. selon lui, la suspension de l'ultimatum adréssé par le mcb à ses ravisseurs lui avait sauvé la vie. durant sa longue captivité, matoub lounès aura droit à des scènes effroyables. il assistera à des flagellations selon les preceptes islamiques. on essayera de le convaincre de la justesse de leur cause en préçisant que leur objectif principal demeurait la lutte contre le pouvoir et non contre la population. dans une conférence tenue au siège du ffc (fédération des enfants des maquisars morts lors de la guerre d'algérie) à tizi-ouzou , matoub lounès remerçiera la population pour son soutien. il réaffirmera qu'il persistera dans la poursuite de son combat pour la reconnaissance de la culture berbère et l'éradication du péril islamiste insistant toujours que son enlèvement a été l'oeuvre des éléments du groupe islamique armé.

    (à suivre)








    assassinat de matoub lounes : déluge de condamnations

    dans une conférence de presse tenue à la maison de la culture "mouloud mammeri" de tizi ouzou par aldjia, la mère de lounès matoub, on apprendra d'elle ceci : "pourquoi sur quatre personnes seul lui a été tué" cette phrase lourde de sens (mais tout de même insensée) laisse penser que sa femme et ses deux soeurs qui étaient à bord du véhicule, seraient complices de la mort du chanteur kabyle! elle affirmera connaitre les assassins de son fils mais qu'elle ne dira rien même sous la menace.juridiquement ces propos sont graves.aldjia cacherait donc une vérité qu'elle n'arrête pas de...revendiquer !aurait-elle eut l'idée de laisser la justice faire son travail ou aurait-elle voulu se taire?là est toute la question!

    le même jour (28.06.2000), sa fille malika dans un point de presse organisé à béjaia (la capitale de la petite kabylie) déclarera de son coté : " que ceux qui disent détenir des informations sur le auteurs de l'assassinat de mon frère s'expriment sinon je les citerai en justice. relevons que parmi ces personnes visées se trouve sa...mère!

    d'autre part avant de relater les diverses versions jusque là retenues de l'act criminel, retraçons les griefs de malika matoub contre les services judiciaires.tout en rapellan,t à cette institution qu'elle revendique outre une étude balistique approfondie, elle insiste sur la présence de sa belle soeur nadia et de ses deux soeurs présentes lors du drame pour la reconstitutio des faits.elle rapellera aussi que le président abdelaziz bouteflika n'a pas tenu la promesse qu'il a faite en septembre 1999 pour élucider cette affaire.conçernant la reconstitution du malheureux événement par les services de sécurité qu'elle qualifie plutot de répérage des lieux, elle insiste sur la présence des témoins. elle doute même de la première hypothèse sur l'identyité des vrais tueurs (groupe islamique armé qui avait pourtant revendiqué l'act odieux pour se retracter par la suite sur les conseils de ses parrains).elle n'omet pas de noter également le curieux revirement de sa belle soeur nadia qui dit avoir été contrainte de désigner les responsable de l'assassinat de son époux.elle ne manquera pas de souligner aussi l'annonce par un journaliste qui avait affirmé que la maison du défunt a été épié durant un mois avant le crime, préçisant détenir cette information de source sure. ( a suivre )


    assassinat de matoub lounes (suite).

    l'affaire de cet assassinat dépassera les frontières du pays.le mardi 31.10.2000, soit la veille de l'anniversaire du déclenchement armé contre la france (1er novembre 1954), la chaine de télévision française "canal+" a diffusé sur ses ondes un reportage.miche despraix secondé par jean-baptiste rivoire, un anccien d'une agence d'information (agence capa) aujourd'hui remplacé par mr pierre hurriel a relancé une (ou son) enquête conçernant l'assassinat du célèbre chanteur matoub lounes, surnommé en kabylie, "le rebelle".rappelons que ce dernier a été tué le 25.06.1998 à tala bounane sur la route tizi-ouzou-beni-douala.que nous apprend "canal}" sinon que le fils d'un célèbre révolutionnaire kabyle (amirouche ait hamouda), nourredine serait derrière cet acte odieux et ce après six mois d'investigation ! la journée choisie pour ce scoop n'est biuen sur pas passé inaperçue.en plus de celà il est interessant de relever que de grands artistes kabyles, idir, takfarinas, ait menguelet entre autres, ont récusé par une pétition l'implication de norredine ait hamouda.pour de plus amples clartés, reprenons nous aussi les informations.loin de toutes présemption, nous citerons un fait insolite qui a fait long feu et long bruit.il s'agit des graves accusations portées à travers internet sur des personnages honorables.l'emission en elle même a trouvé des relais.ces derniers connus de tous, espéraient reprendre le dessus sur un alibi chancelant en exploitant des naivetés.aussi ce que tout le monde craignait (et ce que d'autres souhaitaient) à l'occasion de l'anniversaire de la mort de matoub n'a pas eu lieu (nous pensons au 25 juin 2001).les émeutes ne se sont pas reproduites au grand deam des groupes de soutien aux islamistes (ndlr).la soeur du regretté (malika) et sa mère (aldjia) ont réitéré leur éxigence à maintes reprises, a savoir connaitre les dessous de cet infame crime.se sentant diffamé, nourredine ait hamouda déposa plainte auprès du tribunal de sidi mhamed (alger) contre la soeur de matoub lounes.avant de reprendre les diverses déclarations de la mère et de la soeur du défunt, essayons de nous pencher sur l'auteur démùasqué du dossier paru sur internet et intitulé "operation boudiaf" (mohamed boudiaf a eu a diriger les destinées de l'algerie ravagée par la désobéissance islamiste.il a été assassiné le 29 juin 1992 à annaba, une ville cotière de l'est du pays par boumarafi, un garde rapproché. alors qu'il tenait son discour) a suivre. rachid yahou


    assassinat de matoub lounes : déluge de condamnations

    dans une conférence de presse tenue à la maison de la culture "mouloud mammeri" de tizi ouzou par aldjia, la mère de lounès matoub, on apprendra d'elle ceci : "pourquoi sur quatre personnes seul lui a été tué" cette phrase lourde de sens (mais tout de même insensée) laisse penser que sa femme et ses deux soeurs qui étaient à bord du véhicule, seraient complices de la mort du chanteur kabyle! elle affirmera connaitre les assassins de son fils mais qu'elle ne dira rien même sous la menace.juridiquement ces propos sont graves.aldjia cacherait donc une vérité qu'elle n'arrête pas de...revendiquer !aurait-elle eut l'idée de laisser la justice faire son travail ou aurait-elle voulu se taire?là est toute la question!

    le même jour (28.06.2000), sa fille malika dans un point de presse organisé à béjaia (la capitale de la petite kabylie) déclarera de son coté : " que ceux qui disent détenir des informations sur le auteurs de l'assassinat de mon frère s'expriment sinon je les citerai en justice. relevons que parmi ces personnes visées se trouve sa...mère!

    d'autre part avant de relater les diverses versions jusque là retenues de l'act criminel, retraçons les griefs de malika matoub contre les services judiciaires.tout en rapellan,t à cette institution qu'elle revendique outre une étude balistique approfondie, elle insiste sur la présence de sa belle soeur nadia et de ses deux soeurs présentes lors du drame pour la reconstitutio des faits.elle rapellera aussi que le président abdelaziz bouteflika n'a pas tenu la promesse qu'il a faite en septembre 1999 pour élucider cette affaire.conçernant la reconstitution du malheureux événement par les services de sécurité qu'elle qualifie plutot de répérage des lieux, elle insiste sur la présence des témoins. elle doute même de la première hypothèse sur l'identyité des vrais tueurs (groupe islamique armé qui avait pourtant revendiqué l'act odieux pour se retracter par la suite sur les conseils de ses parrains).elle n'omet pas de noter également le curieux revirement de sa belle soeur nadia qui dit avoir été contrainte de désigner les responsable de l'assassinat de son époux.elle ne manquera pas de souligner aussi l'annonce par un journaliste qui avait affirmé que la maison du défunt a été épié durant un mois avant le crime, préçisant détenir cette information de source sure. ( a suivre )


    assassinat de matoub lounes : les raisons d'un doute.

    abordant la plainte déposée à son encontre par noureddine ait hamouda, malika matoub se dit étonnée par la motivation qui l'y a poussé. de son coté son secrétaire m.h. avancera des arguments qui émettent de sérieux doutes quant à l'enquête promise par les services judiciaires lors d'un point de presse à la maison de la culture "mouloud mammeri" de tizi ouzou (capitale de la grande-kabylie).

    "un témoin oculaire a vu des étincelles au moment ou la voiture de la victime entamait le virage de tala bounane.il n'a point entendu de détonations.autrement dit, l'arme qui a été utilisée, un 7,65 ou un 9mm était muni donc d'un silencieux" m.h. ajoutera :" mr rachid aissat, représentant de la présidence a déclaré que les tueurs étaient au nombre de quinze (15).or il s'avérera que l'un d'eux, le dénommé chenoui, n'a pas été auditionné par le juge d'instruction chargé du suivi de cette affaire, et celà selon le procureur général.

    quant au témoin principal il n'a pas été entendu par la gendarmerie malgrès son insistance pour apporter quelques éclaircissements sur ce crime.ce noble citoyen qui a voulu aider la justice s'est vu rabouré par le juge.s'étant présenté un mardi, on lui demanda de revenir le samedi suivant.cette failmle inexplicable n'a jamais existé dans les annales judiciaires.nous sommes en droit de conclure que cette hésitation fait suite à des pressions".

    en effet, le doute demeure entier. toutefois, l'on conviendra quie les islamistes avaient déjà à l'époque des complicités à un niveau jamais soupconné.la politique actuelle de bouteflika ne fera qu'encourager cette frange destructrice et destabilisatrice qui ne perdent pas l'espopir de diriger l'algerie, un pays aux portes de l'europe, un danger en somme pour les nations civilisées de voir un "afghanistan" narguer ses hesitations face au problèmes qui agitent le monde.

    ce monde qui fait face aux terroristes islamistes (europe, amerique,israel...).
    RACHID YAHOU

    1 Commentaire(s) - id : 12
    berbèrie : les marabouts-(RACHID YAHOU)

    berbèrie : les marabouts.

     

    Koutoubia

     

     

     

     

    contrairement à ce que certains osent avançer, les marabouts n'ont jamais été arabes et sont plutôt berbères. venus du Tafilelt et de sagia el hamra ces descendants des touaregs embrasseront l'islam dès son arrivée.


    l'empressement de ces berbères à accpter l'islam résulte dans le fait qu'ils n'avaient pas de religion à lui opposer. les marabouts n'étaient ni juifs ni chrétiens. ils avaient des rites animistes mais croyaient en l'uniçité de dieu qu'ils nommaient "ilou". en 172 (788 av jc.) Idriss , un arabe venu du proche orient se réfugia à oulilli. acueilli pas les marabouts aurébas il sera mis sous leur protection (anayia en berbère).il venait en effet de fuire les affres de la guerre qui opposait le khalif arabe el hadi aux descendants de sid-ali le gendre du prophète mohamed (qlsssl).il établira un royaume profitant ainsi de la naiveté des marabouts berbères. à ces derniers il dira qu'ils étaient comme lui les descendants du prophète afin de les entrainer dans sa propre guerre.sa royauté avait fes comme capitale. toutefois ses désirs de se servir des berbères pour se venger de ses énnemis eurent un arrêt. il mourrut en 793 ap.jc. son fils idriss II (793-828) lui succèdera. il laissera à son tour son trône à mohamed son fils qui dirigera son royaume durant huit années conseillé par kenza. avant de mourir, mohamed confia à ses neuf frères et soeurs les neufs provinces de la région de fès. aissa, le frère du défunt roi idriss 1er sera chargé de gouverner la région de tlemçen (ouest-algérien actuel). loin de conduire à l'union de la famille règnante, la décentralisation ainsi opérée provoquera plutôt des guerres dévastatrices qui opposeront la population berbère maraboutique aux arabes qui régnaient à fes. affaiblis, ces derniers durent affronter les beni hillals, une tribu arabe venus d'arabie. devant cette guerre qui opposait des arabes aux arabes, les berbères marabouts profitèrent de l'occasion qui se présentait à eux pour chasser les arabes.la famille royale prendra alors le chemin de l'éxil et s'installa en arabie séoudite où elle sera prise en charge par les béni souleimane. les marabouts entamèrent une campagne d'explication du coran qui sera composé de...100 versets. l'arrivée des almohades (1147-1269) provequera la défaîte des marabouts (1061-1147. la prise de leur capitale, marrakech posera un nouveau jalon à cette période.
    RACHID YAHOU.
    1 Commentaire(s) - id : 11
    BIENVENUE

    Cette page perso est avant tout destinée à la recherche . Nous espèrons que les chers lecteurs n'en seront que satisfaits.

    RACHID YAHOU

    REDACTEUR EN CHEF ET JOURNALISTE DE l'hebdomadaire "LE RACHID YAHOU" - http://www.rachidyahou.uni.cc

    1 Commentaire(s) - id : 1
    ANGELINA JOHNS OU LA BEAUTE D'UN MANNEQUIN !-(RACH
    Ressource associée 
    Nous entamons un travail avec un sympathique mannequin qui a bien voulu répondre aux questions ci-dessous :
    - Présentez-vous à nos lecteurs.
    ANGELINA JOHNS :
    - Je m'appelle angelina johns j'ai 25 ans et habite paris.
    RY :
    - Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
    AJ :
    - Disons que j'ai fais de ma passion mon metier.
    RY :
    - Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
    AJ :
    - Je suis mannequin de puis l'age de 17 ans j'ai travaillée autant en mode qu'en photos j'ai fait partie de plusieurs agences françaises mais je suis desormais chez elite model agençy de Milan
    RY :
    - Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
    AJ :
    - Les produstions pour qui je travaille sont tres serieuses en general et ce s'est toujours tres bien passé mais j'ai la chance aussi de rencontrer diverses personnes de ne jamais travailler avec les memes ..
    RY :
    - Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi. disons que le marché est tres diffiçile les criteres de selections sont rudes,cela dit les productions recherchent de plus en plus des gens de tous les jours !!!
    RY :
    - Avez-vous des projets ?
    AJ :
    - Oui j'aimerais pas la suite pourquoi pas ouvrir ma propre agence de modele
    RY :
    - Comment avez-vous débuté ?
    AJ :
    - j'ai partiçipé a un concour mannequin pour une agence et j'ai gagnée j'avais tout juste 17 ans - RY :
    - Les motivations qui vous y ont poussé ?
    AJ :
    En fait c'etais un peu mon reve,des mon plus jeune age je savais que c'etais un metier fait pour moi!!
    RY :
    - Avez-vous été aidée si oui par qui ?
    AJ :-
    Non en general j'avance seule.
    RY :
    - Un bon souvenir ?
    AJ :
    Oui quand j'ai integrée l'agence elite model agençy (milan)ils m'ont beaucoup aidée par rapport aux agences françaises.
    RY :
    - Un mauvais souvenir ?
    AJ :
    - Oui d'être tombée sur des gens pas serieux qui me font perdre mon temps
    RY :
    - Des conseils à prodiguer ?
    AJ :
    - Mon conseil vis a vis des debutantes serais tout dabord d'etre tres realiste avec elles memes c'est tres important...ensuite de croire en elles de bien s'entourer et de ne pas se decourager au premier casting raté.
    RY :
    - Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
    AJ :
    - Oui je suis tres optimiste car pour moi c'est déja un debut de reussite!!
    RY :
    - Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
    AJ :
    - Non pour l'instant je n'aie aucuins problemes finançiers meme si dans les debut c'etais tres diffiçile
    RY :
    - Vos représentations ?
    AJ :
    -Et bien je serais le 11 juin à Evian pour un defilé de mode à l'occasion d'une ceremonie qui reunniraspleins de jeunes stylistes du monde entiers..ma marque:www.gentrydeparis.com et retouvez moi egalement au salon de la lingerie en septembre porte de versaille Paris.
    RY :
    - L'origine de votre réussite.
    AJ :
    - Mon optimiste , ma passion et surtout ma perfection.
    RY :
    - Le mot de la fin :remerçiements.
    AJ :
    -Je vous remerçie de tout coeur Monsieur Rachid YAHOU pour cet interview !!! A bientot!Angelina Salutations respectables.
    RACHID YAHOU
    1 Commentaire(s) - id : 2
    ANGELINA JOHNS OU LA BEAUTE D'UN MANNEQUIN !-(RACH

                                                                           

     

    Age
    25 years
     Height
    174 cm - 5'9''
     Weight
    48 kg - 107 lbs
     Bust
    86 cm - 34'' B
     Waist
    56 cm - 22''
     Hips
    86 cm - 34''
     Dress
    36
     Shoe
    38
     Eyes
    Green
     Hair
    Brown

    RACHID YAHOU :
    - Présentez-vous à nos lecteurs.
    ANGELINA JOHNS :
    - Je m'appelle angelina johns j'ai 25 ans et habite paris.
    RY :
    - Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
    AJ :
    - Disons que j'ai fais de ma passion mon metier.
    RY :
    - Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
    AJ :
    - Je suis mannequin de puis l'age de 17 ans j'ai travaillée autant en mode qu'en photos j'ai fait partie de plusieurs agences françaises mais je suis desormais chez elite model agençy de Milan
    RY :
    - Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
    AJ :
    - Les produstions pour qui je travaille sont tres serieuses en general et ce s'est toujours tres bien passé mais j'ai la chance aussi de rencontrer diverses personnes de ne jamais travailler avec les memes ..
    RY :
    - Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi. disons que le marché est tres diffiçile les criteres de selections sont rudes,cela dit les productions recherchent de plus en plus des gens de tous les jours !!!
    RY :
    - Avez-vous des projets ?
    AJ :
    - Oui j'aimerais pas la suite pourquoi pas ouvrir ma propre agence de modele
    RY :
    - Comment avez-vous débuté ?
    AJ :
    - j'ai partiçipé a un concour mannequin pour une agence et j'ai gagnée j'avais tout juste 17 ans - RY :
    - Les motivations qui vous y ont poussé ?
    AJ :
    En fait c'etais un peu mon reve,des mon plus jeune age je savais que c'etais un metier fait pour moi!!
    RY :
    - Avez-vous été aidée si oui par qui ?
    AJ :-
    Non en general j'avance seule.
    RY :
    - Un bon souvenir ?
    AJ :
    Oui quand j'ai integrée l'agence elite model agençy (milan)ils m'ont beaucoup aidée par rapport aux agences françaises.
    RY :
    - Un mauvais souvenir ?
    AJ :
    - Oui d'être tombée sur des gens pas serieux qui me font perdre mon temps
    RY :
    - Des conseils à prodiguer ?
    AJ :
    - Mon conseil vis a vis des debutantes serais tout dabord d'etre tres realiste avec elles memes c'est tres important...ensuite de croire en elles de bien s'entourer et de ne pas se decourager au premier casting raté.
    RY :
    - Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
    AJ :
    - Oui je suis tres optimiste car pour moi c'est déja un debut de reussite!!
    RY :
    - Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
    AJ :
    - Non pour l'instant je n'aie aucuins problemes finançiers meme si dans les debut c'etais tres diffiçile
    RY :
    - Vos représentations ?
    AJ :
    -Et bien je serais le 11 juin à Evian pour un defilé de mode à l'occasion d'une ceremonie qui reunniraspleins de jeunes stylistes du monde entiers..ma marque:www.gentrydeparis.com et retouvez moi egalement au salon de la lingerie en septembre porte de versaille Paris.
    RY :
    - L'origine de votre réussite.
    AJ :
    - Mon optimiste , ma passion et surtout ma perfection.
    RY :
    - Le mot de la fin :remerçiements.
    AJ :
    -Je vous remerçie de tout coeur Monsieur Rachid YAHOU pour cet interview !!! A bientot!Angelina Salutations respectables.
    RACHID YAHOU

    1 Commentaire(s) - id : 3
    ACTUALITES
    Ressource associée

    ALGERIE : UN JOURNALISTE LIBERE!-(RACHID YAHOU)-    La libération de la journaliste du quotidien français"libération" Florence AUBENAS et de son guide irakien par les islamistes a bien évidement produit un soulagement au sein de la famille de la presse. Un autre journaliste, et non moins directeur du groupe "Erai" basé à Oran, Monsieur Ahmed BENAOUM qui croupissait dans les geoles du pouvoir d'Alger vient de retrouver à son tour la liberté. Propriétaire des quotidiens "ERRAI"(arabe), "LE JOURNAL DE L'OUEST" (français) et de l'hebdomadaire "DETECTIVE", Monsieur Ahmed BENAOUM était en détention préventive depuis...onze longs mois. Ses titres ont été suspendus de parution le 18.08.2003. Accusé de fraude fiscale, de faux et d'usage de faux, celui-ci bénéfiçiera de la relaxe par le tribunal d'Oran et ce ce soir même. Comment et pourquoi Monsieur Ahmed BENAOUM, à l'instar du rédacteur en chef du quotidien "LE MATIN", Ali DILEM, caricaturiste de "LIBERTE et de bien d'autres
    Le 25 juillet 2004, alors qu'il venait d'être libéré, il sera interpellé à nouveau le surlendemain. Présenté devant le juge d'instruction, Cet éminent journaliste se verra confronté à une affaire datant de...12 ans ! Il lui sera reproché des malversations dont aurait été victime une SARL nommée "EXPRESS", une entreprise de diffusion qui n'a jamais éxisté! Un document établi par ses soins aurait d'ailleurs été falsifié. N'éxistant pas, donc dépourvue de Registre de Commerçe, cette société ne pouvait en aucun cas faire l'objet d'une quelconque falsification sauf si celle-ci provient des services conçernés à savoir l'administration fiscale. Conçernant la deuxième accusation, il s'agit d'une autre entreprise d'édition (EDIOR). Reconnaissant que les déclarations menseulles n'ont pas été établies au profit de l'administration fiscale,, il soulignera q'un bilan annuel de près de neuf millions de dinars a été présenté. Intérrogé sur les changements d'adresse, le prévenu rétorquera
    que la loi en vigueur oblige les entreprises à mentionner le lieu de domiçiliation sur les publications. Deux témoins de l'administration seront également appellés à la barre. L'un d'eux déclarera qu'il n'avait pas vérifié si l'entreprise "Express" activait ou pas. Quant au second, il fera cet aveu de taille en informant l'assistance que le dossier a été sorti des archives sous l'insistance de son sous directeur. La partie civile n'a pas sû enfin expliquer ce long retard de douze années pour mettre à jour une affaire d'une aussi grande importance.
    L'aspect politique du complot a été bien évidement invoqué par la défense. Citant le quotidien "ERRAI" créé après l'hebdomadaire "DETECTIVE" (incriminé par les impôts!) en notant son style particulier, entendre ouvert, l'un des avocats dira :
    "Les administrations se sont empréssées de déposer des plaintes contre ce patron de ce groupe de presse, plusieurs fois accusé pour diffamations. Il fallait donc trouver un alibi beaucoup plus solide pour interner mon mandant. Un autre avocat, relèvera la non responsabilité de son client quant à la falsification de document. Il notera à cet effet
    en se basant sur le rapport établi par le notaire, un rapport entaché semble t-il !
    RACHID YAHOU
    PS : Monsieur Ahmed BENAOUM a été relaxé le 18.06.2005 par le tribunal d'Oran (une ville située dans l'Ouest-algérien)

    1 Commentaire(s) - id : 4
    1939-1945 : L'EFFROYABLE CONFLIT 1939-1945 : L'EFFROYABLE CONFLIT    Ce conflit qui fera plus de 50 millions de morts opposera les pays dits-alliés (France, Pologne, Grande-Bretagne, Danemark, Norvège, Pays-Bas, Luxembourg, Belgique, Yougoslavie, URSS,

    Grèce, Etats-Unis, Chine et la plupart des états sud-américains) à ceux de l'axe (Allemagne, Italie, Japon, Bulgarie, Hongrie, Roumanie, Finlande, Japon, Siam l'actuel Thailande, Slovaquie, Croatie). La remise en cause du Traité de Versailles(1) du 28.06.1919 par le nouveau maître de l'Allemagne, Adolf HITLER arrivé au pouvoir en 1933 que l'Europe allait boulverser l'Europe toute entière ainsi qu'une partie de l'Asie. Exceptée le nord du continent, l'Afrique en sera tout de même épargnée dans son ensemble.

    1)- EUROPE :

    1938 : Annexion de l'Autriche et de la région des Sudètes par l'Allemagne. Les pays européens ne réagiront pas.

    Mars 1939 : La Tchécoslovaquie passera entièrement sous la coupe du régime nazi.

    23.08.1939 : Pacte de non agression entre l'Allemagne et l'URSS.

    01.09.1939 : La pologne est envahie par l'armée allemande.

    03.09.1939 : La Grande-Bretagne et la France déclarent la guerre à Hitler. L'Italie et les Etats-Unis proclament leur neutralité.

    28.09.1939 : La Pologne partagée entre l'URSS et l'Allemagne.

    Avril 1940 : Le Danemark occupée par l'Allemagne.

    09.04 - 10.06.1940 : Campagne de Norvège.

    10.05.1940 : Les armées allemandes envahissent et occupent les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France.

    14.05.1940 : Capitulation des Pays-Bas.

    28.05.1940 : Réddition de l'armée belgue.

    04.06.1940 : encerclés par les troupes allemandes, plus de 340000 personnes seront évacuées par les marines britanniques et françaises au port de Dunkerque.

    10.06.1940 : Le Ducé Mussolini entraîne l'Italie dans le conflit et se range au coté des forces de l'axe déclarant ainsi la guerre aux alliés.

    14.06.1940 : L'armée allemande investi Paris.

    17.06.1940 : Conduit par le maréchal Pétain, le gouvernement français demande l'armistice à l'Allemagne, armistice aussitôt dénonçé par le Général de Gaulle réfugié en Grande-Bretagne. Ce dernier demande aux français de résister.

    22.06.1940 : Signature de l'armistice entre le régime de Pétain et l'allemagne.

    24.06.1940 : Armistice franco-italien dénonçé également par le Général De Gaulle.

    Août-Octobre 1940 : Déluge de feu sur la Grande-Bretagne qui subit des bombardements aériens intensifs.

    27.09.1940 : Un pacte tripartite est signé entre l'Allemagne,l'Italie et le Japon.

    Mars 1941 : Intsallation d'un régime pro-nazi en Bulgarie.

    11.03.1941 : devant l'aggravation du conflit, les Etats-Unis se rangent aux cotés des alliés.

    06 - 18.04.1941 : La Yougoslavie occupée à son tour par les pays de l'axe.

    22.06.1941 : L'Allemagne attaque l'URSS sur un front de plus de 4000 kms.

    11.11.1941 : La zone libre du sud de la France

    occupée par les forces militaires allemandes.

    17.11.1941 : Les allemands à 100 kms de Moscou.

    02.02.1943 : Capitulation allemande devant Stalingrad (URSS).

    Mai 1943 : Naissance du Comité National de la Résistance (CNR) en France.

    Juin 1943 : Le Général Charles De Gaulle crée le Comité Français de Libération Nationale (CFLN).

    10.07.1943 : Débarquement allié en Sicile (Italie).

    03.09.1943 : Occupation de la Calabre par les forçes américaines.

    Septembre 1943 : L'armée italienne capitule. Mussolini se réfugie au nord et crée un état fasciste.

    Janvier 1944 : Début de la célèbre bataille de Casino qui se terminera par la défaite italienne et la libération de Rome (04.06.1943).

    15.08.1943 : La Provence occupée par les alliés.

    25.08.1944 : Libération de Paris par les forçes alliés conduites par les américains.

    Décembre 1944 : Les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg évacués par les allemands.

    Décembre 1944 : Occupation de la Grèce par la Grande-Bretagne.

    11.12.1944 : Armistice soviéto-bulgare.

    12.12.1944 : Armistice sovieto-roumain.

    16.12.1944 - 16.01.1945 : Les allemands subissent un échec dans les Ardennes (France).

    19.12.1944 : Armistice soviéto-finlandais.

    Octobre 1944 : Les troupes soviétiques pénètrent en Yougoslavie où les résistants communistes conduits par le Maréchal Tito sont parvenu à chasser les armées allemandes.

    11.02.1945 : Conférence de Yalta. Les présidents Staline (URSS) et Roosevelt (USA) ainsi que le premier ministre du Royaume des Iles Britanniques prennent des déçisions pour l'après guerre.

    Mars 1945 : Les armées alliées franchissent le Rhin (frontière franco-allemande).

    25.04.1945 : Les forçes américaines et sociétiques se rencontrent à Torgau (Elbe).

    30.04.1945 : Le Fûhrer Adolf Hitler se suicide dans son bunker en compagnie de son amie Eva.

    02.05.1945 : Les soviétiques occupent Berlin la Capitale de l'Allemagne.

    07 et 08.05.1945 : Capitulation de l'armée allemande (la wechrmacht) à reims (France) et à Berlin (Allemagne).

    17.07.1945 - 02.08.1945 : A Postdam, le premier ministre britannique Churchill et les présidents Staline (URSS) et Truman (USA) se réunissent en vue de définir le futur statut de l'Allemagne vaincue.

    2)- ASIE :

    1937 : Occupation de la chine méridionale par les japonais.

    08.06 - 14.07.1941 : L'armée anglaise attaque les forçes françaises fidèles au régime du Maréchal Pétain en Syrie et au Liban.

    07.12.1941 : Le Japon attaque Pearl Harbor. Les Etats-Unis lui déclarent la guerre.

    1942 : occupation de plusieurs pays de l'extrême orient par les forçes japonaises.

    Mai-Juin 1942 : Les américains empêchent les nippons de parvenir en Australie.

    05.06.1942 : Suççès américains à Midway.

    août 1942 : Contre-attaque us à Guadalcanal qui se soldera par le recul des forçes adverses.

    Juin 1943 : les forçes anglo-américaines attaquent l'armée nippone en Birmanie.

    Décembre 1943 : Offensive chinoise.

    Janvier-Juillet 1944 : Bataille américano-japonaise en Nouvelle-Guinée.

    Mai-Décembre 1944 : Les américains chassent les japonais des îles Carolines, Mariannes et des Philippines.

    Septembre-Décembre 1944 : Offensive des forçes anglaises en Birmanie.

    Janvier-Mai 1945 : Les Philippines conquises par les américains.

    Avril-Juin 1945 : L'île japonaise d'Okinawa subi une attaque de grande envergure de l'armée us.

    Mars 1945 : L'Indochine demeure sous l'occupation japonaise.

    03.05.1945 : Rangoon, la capitale de la Birmanie investies par l'armée royale britannique.

    Mai-Juillet 1945 : L'armée australienne occupent Bornéo.

    08.08.1945 : l'URSS déclare la guerre au Japon.

    06 et 09.08.1945 : Les américains lartguent deux bombes atomiques sur Hirochima et Nagasaki contraignant les forces japonaises à la capitulation.

    02.09.1945 : Réddition du Japon.

    3)- AFRIQUE :

    23.10.1942 : Les anglais attaquent les forçes allemandes stationnées en Libye et leur inflige une défaite sévère à El-Alamein (egypte).

    08.11.1942 : Débarquement des forçes américaines en Algérie et en Tunisie. L'armée française jusque là sous les ordres du Maréchal Pétain se range du coté des alliés.





    (1) = Le traité de Versailles signé le 28.06.1919 entre les bélligérants de la première guerre mondiale (1914-1918) ce qui suit :

    Restitution de l'Alsace-Lorraine à la France,

    administration par la Société Des Nations (SDN)

    de la région allemande de la Sarre.

    organisation plébicite à Slesvig et en silésie.

    Octroi à la pologne d'une couloir à Dantzig pour lui permettre d'avoiur accès à la mer Baltique.

    Versement de 20 milliards de mark-or par l'allemagne au titre de dommages et intérêts.
    RACHID YAHOU
    1 Commentaire(s) - id : 5
    Ann'so : Une chanteuse sans commune mesure!-(RACHI
    Ressource associée

    Ann'so : Une chanteuse sans commune mesure!-(RACHID YAHOU)    Née il y a 22 ans, Ann'So commence la musique dès l'âge de 7 ans (piano) ainsi que la danse classique au conservatoire.

    Elle perfectionne sa technique et sa personnalité vocale à l'Ecole du Spectacle.
    C'est en rencontrant un compositeur(Christophe) qu'elle décide de se consacrer à la musique.
    Dès lors elle accumule les expériences de studio et d'enregistrements, certains de ses titres seront diffusés sur la radio « Squaly FM »(sous le pseudo So'ann).

    En 2003,elle décide de collaborer avec deux compositeur/auteur (Guillaume et Vincent).C'est ainsi qu ils créent un groupe avec Ann'So comme interprète et que Yann devient leur manager.

    Ils se retrouvent sélectionnés par Europe2 pour l Europe2 campus Tour, en première partie de Dolly,Luke et Kinito.

    Aujourd'hui, la jeune chanteuse décide de laisser le groupe voler de ses propres ailes pour se lancer dans une carrière solo!


    Expériences


    Nombreuses expériences studio (enregistrements)
    *Concert première partie de Dolly,Kinito et Luke pour europe2 le 19/10/04
    *Interviews
    *enregistrement de jingles pour "Alsa TV"

    Figuration dans diverses séries télé ( dont Madame le proviseur, GEMA production)


    Hôtesse d'accueil au C.I.D de Deauville pour de nombreux congrès (Universal, FEHAP, le congrès des maires de France, GSK...) et concerts (Jimmy cliff, Buena vista social club , ......)

    http://annesophie.marguerit.free.fr/ann-so/ANN%20'%20SO%20-%20Le%20book.htm

    COLLABORATION AVEC GUILLAUME ET



    VINCENT
    *Mordre la poussière: ECOUTER (pop-rock)
    *Brûler mes ailes: ECOUTER (pop-rock)
    *Où vont nos rêves: ECOUTER (variété)
    *Sans retour: ECOUTER (pop-rock)

    *Emporte moi: ECOUTER (pop-rock)
    *Mes artères: ECOUTER (pop-rock)
    *Repose: ECOUTER (blues-rock)


    *Vois comme: ECOUTER (variété)





    *Les hommes: ECOUTER (pop)

    *Du jour au lendemain: ECOUTER (variété


    LISTE DES TEXTES


    Auteur des textes : GUILLAUME


    *Mordre la poussière: ECOUTER / LE TEXTE
    *Brûler mes ailes: ECOUTER / LE TEXTE
    *Où vont nos rêves: ECOUTER / LE TEXTE
    *Sans retour: ECOUTER / LE TEXTE
    *Emporte moi: ECOUTER / LE TEXTE
    *Mes artères: ECOUTER / LE TEXTE
    *Repose: ECOUTER / LE TEXTE





    *Vois comme: ECOUTER / LE TEXTE
    *Les hommes: ECOUTER / LE TEXTE
    *Du jour au lendemain: ECOUTER / LE TEXTE
    Mordre la poussière
    Sommaire
    Ca me fait mal
    De savoir qu’on est en exil
    Seuls sans une arme
    On ne vit qu’un temps infime
    Si on s’abîme
    Pourquoi ne pas fuir
    Et si j’expire un air fatal
    De celui qu’on ne veut plus croire
    Je veux l’ombre et l’ailleurs
    Sait-on le pire , le meilleur


    Résistons nous
    A tous les coups
    Si on est en visite sur terre
    On se fait battre
    A chaque étape
    On se fait mordre la poussière


    Resterons nous
    A genoux comme des infirmes
    Moi j’ai contre tout
    Des avis qu’on me fait trahir
    Mais on s’exile
    Quand on s’ennuie :
    Chercher le noir sans le gris
    Celui qui fait peur la nuit
    Je le veux , si présent
    Mais est-ce le pire que j’attends?


    Résistons nous
    A tous les coups
    Si on est en visite sur terre
    On se fait battre
    A chaque étape
    On se fait mordre la poussière







    Brûler mes ailes
    Sommaire




    Est-ce toi qui te rapproches ?
    Et moi qui ai l’accroche
    J’aime quand tu en parles
    Et j’erre sans le savoir



    Et moi, je me promène
    Sans savoir où on s’en ira…
    Rejoins tous mes travers,
    Même si je les égare…





    Je n’ai pas envie de faire
    Semblant d’avoir sommeil.
    Fais moi la vie plus belle !
    Je vais brûler mes ailes





    Je vais traînant les autres
    Mes souhaits sont à la hausse
    J’aimerais t’en parler
    Mais tu n’as plus d’idée…




    Et moi, je vais sans peine
    Sur les chemins de traverse…
    Tu reviendras
    Je remets tout à plat.






    Je n’ai pas envie de faire
    Semblant d’avoir sommeil.
    Fais moi la vie plus belle !
    Je vais brûler mes ailes








    Où vont nos rêves

    Sommaire







    Jour de pluie,
    Encore un jour de rêve,
    Encore une journée qui s'achève
    Jusqu'au prochain matin.

    Jour sans nuit,
    Où je vais, somnambule,
    De l'aube claire au crépuscule
    Si tu me prends la main.

    Je t'ai dit qu'à chaque heure, chaque seconde
    Notre route serait la plus longue
    Heureuse et sans chagrin.

    Je t'ai dit que ma voie est si douce
    Mais l'horloge sonne et repousse
    l'espoir des lendemains.




    Où vont nos rêves.
    Tu sais, les nuits s'achèvent
    Pour des journées de vague à l'âme banale.
    Dis-moi où vont nos rêves ?
    Je voudrais que, sans trêve, ils restent pour moi…



    Jour de pluie,
    Une nuit qui s'achève,
    Une nuit que je voulais brève
    Pour sentir nos matins,

    Tes soupirs,
    Les étoiles qui, sans trêve,
    Déambulent. Dis, où vont nos rêves
    Jusqu'au prochain matin.

    Si je te dis qu'à chaque heure, chaque seconde,
    On naviguera sur toutes les ondes sonores de nos destins.
    Je le redis, la lune était si douce
    Et si jamais tu la repousses, je m'en irai au loin.



    Où vont nos rêves.
    Tu sais, les nuits s'achèvent
    Pour des journées de vague à l'âme banale.
    Dis-moi où vont nos rêves ?
    Je voudrais que, sans trêve, ils restent pour moi…


    Sans Retour

    Sommaire






    J'ai remis de l'ordre
    Dans les affaires à tout jamais
    Et je sais le désordre
    Des feuilles et des papiers qu'on a jeté

    Je regarde dehors
    La rue qui s'est voilée , qui s'est murée
    Et je m'ennuie à tort ou à raison
    Dans un costume trop démodé




    Tour à tour les journées se suivent
    Sans détour , à la dérive
    Dans le jour , enfermée dans l'exil
    Sans retour , la vie est grise




    On remet les ordres
    Et les armures qui nous blessent
    Sans espérer
    D'aller dans le désordre
    Des histoires qu'on ne peut plus se raconter

    J'ai vu au dehors
    Les passants qui , sans relâche ,
    Continuent à marcher
    Comme des pantins manipulés
    Comme des machines qui se sont arrêtées




    Tour à tour les journées se suivent
    Sans détour , à la dérive
    Dans le jour , enfermée dans l'exil
    Sans retour , la vie est grise







    Emporte moi
    Sommaire








    Les gens autour de nous ne se parlent plus
    Leurs rêves se noient dans la grisaille des jours perdus
    Je voudrais toujours rester auprès de toi
    Que le bleu de nos âmes les éloigne.


    Marcher sur les rives d’un océan si clair
    Où le sable de mes pensées, vers la mer,
    Se glissera dans un éternel été
    Si jamais tu t’en allais




    Emporte-moi loin de l’univers
    Où tout me paraît si pâle
    Emporte moi ,loin dans la lumière de mon idéal.



    Les vers qui ne riment à rien se mêlent de tout
    Tes silences sont pour moi les mots les plus doux
    Ne plus rien ajouter si ce n’est encore
    La mélodie majeure de nos accords


    Des chuchotements, des caresses dans le noir,
    Des contes d’enfant où tu m’emporteras
    Nous nous glisserons dans une éternité
    Pour ne plus jamais se quitter.




    Emporte-moi loin de l’univers
    Où tout me paraît si pâle
    Emporte moi ,loin dans la lumière de mon idéal.




    Mes Artères
    Sommaire




    Plus de chocs pour l’arène
    Plus d’abîmes où je traîne
    Des hurlements de glace sans une trace


    Plus de toc et les reines
    Défilent superficielles
    Je déteste les poupées blafardes


    J'ai un roc dans les veines
    Une montagne qui déleste
    Le poids des abrutis qui retardent




    Je veux du sang dans toutes mes artères
    Dans mes veines qui s’enchaînent
    Et ça c’est moi
    Je veux qu’enfin plus rien ne m’arrête
    Ciel à terre , je m’enlève
    C’est moi


    Tes idées ridicules
    Tu sais où j’ les bouscule ?
    L’arène de mes fantasmes
    A des spasmes


    Des pulsions qui s’animent
    Des ardeurs que j’attise
    J’les arrêterai quand ça m’ira


    Tes pudeurs sont absurdes
    Je t’aime mieux somnambule
    Comme quand tu ne réfléchis pas


    Plus de chocs pour l’émoi
    J’ai du sang pour le roi
    Que tu es quand tu n’ te défiles pas




    Je veux du sang dans toutes mes artères
    Dans mes veines qui s’enchaînent
    Et ça c’est moi
    Je veux qu’enfin plus rien ne m’arrête
    Ciel à terre , je m’enlève
    C’est moi


    Repose

    Sommaire









    Repose encore
    Au creux de mes nuits
    Repose et dort
    Quand tu t’ennuies



    Sur cette page
    Je trace mes Doutes

    Quelle est l’image
    Que je découvre




    Sur mon visage
    On trace des lignes
    Que le temps a changé
    C’est mon espace
    A la dérive
    Quand on m’a oubliée


    Repose toi
    Dans le vague aux larmes
    Encore une fois
    Libère moi


    Je virerai à bord
    Des jours sans éclat

    Je dérive encore
    Pour la dernière fois




    Sur mon visage
    On trace des lignes
    Que le temps a changé
    C’est mon espace
    A la dérive
    Quand on m’a oubliée

    Vois comme l'enfer est proche du lit.
    Vois, comme la mer, le sable luit.
    Vois comme le jour aime la nuit.
    Vois comme l'amour aime et s'enfuit…



    Vois comme je dis n'importe quoi quand il s'agit de toi.
    Et toi, au monde, étoile du monde qui ne me voit même pas.
    Vois comme c'est si facile encore de rire de petites morts.
    Est-ce que tu me suivras toujours quand je serai moins forte ?



    Vois comme l'enfer rapproche nos lits.
    Vois comme la terre sent mille lis
    Et que je sème des corps perdus,
    Trop de " je t'aime " qui ne prennent plus




    Est-ce que tu t'en iras trouver d'autres bras plus agiles ?
    Est-ce que tu t'enfuiras lâcheur de mes draps trop fragiles ?
    Est-ce que je continuerai seul, à marcher sur le sable,
    A poser mes pieds plats ou creux avec des vers banals




    Vois comme l'enfer est proche du lit.
    Vois, comme la mer, le sable luit.
    Vois comme le jour aime la nuit.
    Vois comme l'amour aime et s'enfuit





    Les Hommes

    Sommaire
    Et si j’allais te raconter les choses à moitié
    Comme tu le fais
    Je n’ sais pas si t’apprécierais
    De t’ noyer dans le mensonge


    Et si jamais j’osais

    Te fuir , médire , maudire , tout ce qui vient de toi
    M’allonger toute seule , à plat , sans toit
    J’écris , je lis , je dis tout ce qui me passe par la tête


    Tout ça n’est pas futile
    Tout ça n'est pas si bête



    Les hommes, en somme, déconnent
    Ils osent rire de tout ,
    Comme des gosses , des fous
    Les hommes, m’assomment, j’exporte
    Leurs commerces et leurs tabous
    Et je m'éloigne de vous




    Un coup en l’air , un coup trop bas
    Pour t’éreinter comme ça
    On en est toujours là
    Je désespère et je ris de toi


    Surtout ne t’inquiète pas
    Un jour on partira

    Sur l’eau, allo la mer, la terre est bien trop ronde
    L’étau se resserre


    Et je ris à la seconde
    J’écris , je dis , je lis des histoires de passage
    Tout ça est si fragile
    Tout ça n est pas si grave






    Les hommes, en somme, déconnent
    Ils osent rire de tout ,
    Comme des gosses , des fous
    Les hommes, m’assomment, j’exporte
    Leurs commerces et leurs tabous
    Et je m'éloigne de vous




    Du jour au lendemain

    Sommaire







    J'ai trop de semaines à la chaîne
    J'ai de bas en haut trop de rêves
    Pour les laisser s enfuir
    Sans un sourire

    Faire mes affaires et tranquille
    A jamais partir le cœur si agile
    Plaquer sur tous les murs
    Tout ce qui me rassure



    Au lendemain




    Changer mon allure
    Aller sur le fil du destin
    Partir à l'aventure
    Du jour au lendemain

    Je plaque la mesure
    Sur le cours de tous mes nouveaux refrains
    J aime les mésaventures du jour au lendemain





    Des envies de dire sans effort
    Que les autres auront toujours tort
    Je les laisse sans désir
    C'est comme ça qu' ils m'ennuient

    Garder mes jours découverts
    A jamais me sauver des imbéciles
    Je plaque les faits divers
    Tout ce que je veux taire



    Au lendemain




    Changer mon allure
    Aller sur le fil du destin
    Partir à l'aventure
    Du jour au lendemain

    Je plaque la mesure
    Sur le cours de tous mes nouveaux refrains
    J aime les mésaventures du jour au lendemain

     

    RACHID YAHOU

     

    1 Commentaire(s) - id : 6
    Stéfani Baboo (mode) : Une attirance sans faille-
     
       
       
    Stéfani Baboo (mode) : Une attirance sans faille-(RACHID YAHOU)
    12/6/200512/6/2005 - RACHID YAHOU Ressource associée 
    Age
    19 ans


    Hauteur
    175 cm - 5'9''


    Poids
    62 kg - 138 lbs


    Poitrine
    90 cm - 35'' B


    Taille
    65 cm - 26''


    Hanches
    90 cm - 35''


    Confection
    38


    Pointure
    41


    Yeux
    Noirs


    Cheveux
    Noirs
    RACHID YAHOU :
    - Présentez-vous à nos lecteurs :
    STEFANI BABOO :
    - Je me nomme Stéfani Baboo , 19 ans , France , célibataire.
    RY :
    - Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
    SB :
    - J'ai toujours été attiré par la mode.
    RY :
    - Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
    SB :
    - J'ai travaillé maintenant avec plusieurs photographes , ainsi que des styliste , j'ai fait des tournages de clips.
    RY :
    - Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
    SB :
    - J'espere m'améliorer de jour en jour.
    RY :
    - Avez-vous des projets ?
    SB :
    - Non pas encore , je continue tranquillement mes études
    RY :
    - Comment avez-vous débuté
    SB :
    - J'ai toujours voulu faire de la photo , j'ai attendu ma majorité , on m'a proposé j'ai acceptée! RY :
    - Les motivations qui vous y ont poussé ?
    SB :
    - Les feux de la rampe lol !
    RY :
    - Avez-vous été aidée si oui par qui ?
    SB :
    - Euuuh oui par tous les photographes avec qui j'ai collaboré.
    RY :
    - Un bon souvenir ?
    SB :
    -Toujours.
    RY :
    - Un mauvais souvenir ?
    SB :
    - Huuumm un certain tournage de clip...
    RY :
    - Des conseils à prodiguer ? faire attention avec qui vous travaillez.
    RY :
    - Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
    SB :
    - Pas vraiment
    RY :
    - Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
    SB :
    - Euuh non mais franchement on ne peut pas vivre de cette passion.
    RY : >
    - Le mot de la fin :remerçiements au journal .
    SB :
    - Mes salutations respectables. Je suis très contente de votre groupe de journaux de planete afrique ainsi que de votre hebdomadaire "le rachid yahou".
    RACHID YAHOU
    1 Commentaire(s) - id : 7
    ALEXIA JAPY : Une Artiste douée, une intellectuell
    ALEXIA JAPY : Une Artiste douée, une intellectuelle avérée-(RACHID YAHOU)
    - RACHID YAHOU Ressource associée 
    Age
    29 ans
    Hauteur
    174 cm - 5'9''
    Poids
    62 kg - 138 lbs
    Poitrine
    95 cm - 37'' C
    Confection
    38
    Pointure
    40
    Yeux
    Noisettes
    Cheveux
    Blonds
    http://www.bully.book.fr
    Bonjour Rachid ,je tenais avant de commencer cette interview à vous remercier personnellement de l'interet que vous me portez et c 'est avec grand plaisir que je vous répond sans parler que c'est vraiment un honneur de me presenter chez vous ,dans vos pays que j 'affectionne.
    RACHID YAHOU :
    - Présentez-vous à nos lecteurs (nom, prénom, âge, pays, mariée ou pas...)
    ALEXIA JAPY :
    - Bonjour je m'appel Alexia Japy j'ai 29 ans j'habite principalement à Paris et je suis actuellement à Minneapolis usa et mon coeur est pris

    RY :
    - Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
    AJ :
    - J'ai toujours aimé écrire des histoires et inventer des mélodies donc la chanson est venue tout naturellement

    RY :
    - Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
    AJ :
    - Ma cousine m'avait inscrit à un concours de miss ,une victoire inatendu pour moi ,des propositions de défilés ont suivit puis des collaborations avec différents photographes mais la musique m'attirait beaucoup plus que les podiums.

    RY :
    - Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
    AJ :
    - Je suis quelqu'un qui doute constamment de ce que je fais, certain appel cela du perfectionnisme mais tout ce que je fais je le fais avant tout avec plaisir ce qui est essentiel,j'apprend en permanence pour améliorer le résultat

    RY :
    - Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.
    AJ :
    - Je suis contente d'avoir choisi ce chemin ,même si je ne connais pas la destination

    RY :
    - Avez-vous des projets ?
    AJ :
    - Oui j'espere pouvoir enregistrer mon album et publier mon livre en collaboration avec un ami sur des problèmes de discriminations raciales qui me tiennent vraiment à coeur

    RY :
    - Comment avez-vous débuté ?
    AJ :
    - Pour la chanson ,je me suis fait un peu piegé par ma meilleure amie qui préparait un gala avec des reprises de starmania,je me suis retrouvée toute tremblante face au public a chanter "les uns contre les autres"et le blues du buisnessman"à la suite de cette reprensentation on m'a demandé de remonter sur scène...j'ai donc continué

    RY :
    - Les motivations qui vous y ont poussé ?
    AJ :
    - Au debut c'était juste un rêve puis mon entourage m'a poussé à croire un peu plus en moi et quand j'ai vu que grâce a la scène je pouvais donner le sourire à des gens que je ne connaissais pas,et la musique c'est comme les rêves ,elle peut faire disparaitre les frontières et en plus elle adoucit les moeurs
    RY :
    - Avez-vous été aidée si oui par qui ?
    AJ :
    - Mes parents ,ma famille , mes cousines Amelle,Marie et Steph et ma petite soeur Virginie,mes amis qui me soutiennent (Antoine et les deux christelle)et en particulier Claude S avec qui j'écris en ce moment un roman,Nabil ,Sasha et Junino qui m'ont poussé à encore y croire encore plus fort,Vanessa avec qui je bosse mes musiques et le destin aussi qui a mis sur ma route un certain Bernard que je ne remercierais jamais assez et puis ma meilleure amie qui n'est plus parmis nous mais qui a été la première à me pousser au devant de la scène.

    RY :
    - Un bon souvenir ?
    AJ :
    -Oui j'en ai pleins et un des plus touchant est venu d'un garçon de quatre ans qui est venu me voir après un show et m'a dit "merci madame Barbie,je peux vous faire un bisou........."

    RY :
    - Un mauvais souvenir ?
    AJ :
    -Un micro sans fil et sans pile.........

    RY :
    - Des conseils à prodiguer ?
    AJ :
    - Garder la foi,rester intègre,ne jamais faire des choses a contre coeur,rester bien entourer de ses proches et garder les pieds sur terre même si on a la tête près des étoiles

    RY :
    - Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
    AJ :
    - Oui, il faut toujours croire en ses rêves

    RY :
    - Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
    AJ :
    - Evidemment, mais il faut bien faire des sacréfices et puis si on pense argent quand on débute ce métier on va pas loin

    RY :
    - Vos représentations ?
    AJ :
    -J'ai fait pas mal de scène dans les pays de l'est en tant que choriste et danseuse ce qui m'a donné encore plus d'experiences,là je prepare donc mon album avec Vanessa et il me tarde de pouvoir remonter sur scène en attendant on peut me voir dans une publicité télévisé diffusé en france

    RY :
    - L'origine de votre réussite.
    AJ :
    - C'est grâce à des personnes comme vous bien sûre !!et puis ce qui ne me tue pas me rend plus forte alors je continuerai a croire en ma bonne étoile.

    RY :
    - Le mot de la fin :remerçiements au journal
    AJ :
    - J'espere venir vous voir très prochainement et j'ai été ravi de discuter avec vous merci de m'avoir consacré un peu de temps vous êtes adorable merci au journal merci aux lecteurs et merci à toi Rachid.je vous embrasse tous.
    RACHID YAHOU
    1 Commentaire(s) - id : 8
    ALGERIE : LA FETE DE LA MAJORITE CHEZ LEZ JUIFS
    Ressource associée

    ALGERIE : LA FETE DE LA MAJORITE CHEZ LEZ JUIFS-(RACHID YAHOU)    Les juifs qui vivent toujours en algérie, utilisent un langage israélite. essayons de jeter un regard
    sur ces mots qu'ils continuent d'employer malgrès un environnement très hostile. Toutefois,
    cette communauté s'évertue à vivre loin des éventuelles contraintes et arrive à cacher son appartenance religieuse. Qu'on en juge donc :
    Ada : ce terme désigne les coutumes ancestrales qui continuent de gérer le quotidien des juifs algériens.
    Alya : comme en israel, ce mot rapelle l'émigration des juifs d'égypte vers la terre sainte. Aussi, chantent-ils à travers des poèmes liturgiques ou "baqqachot", l'éxil et la rédemption.
    A 13 ans, l'enfant déclaré majeur, fête son nouvel age par une cérémonie "bar mits vah"(bat mits vah pour la jeune fille). Cette chance ou "baraka" devra le suivre durant toute sa vie. L'enfant juif aura déjà été circoncisé (brit mila) et ce dès sa naissance.lors de la fete lui consacrant la majorité , une troupe artistique animera la soirée. Les artistes utiliseront un matériel local entre autres, une "derbouka"pour la percussion d'un "djouak"(flute en roseau) et d'un "aoud", une guitare oriental à corde, le luth. Toutefois, ils devront se passer d'un rabbin appellé "haham", les lois algériennes étant très rigoureuses lorsqu'il s'agit des gens du livre, juifs et chrétiens nommés "les dhimis".
    La "halakhah" ou loi juive est scrupuleusement respectée par ses adeptes.
    Le déjeuner est servi dans une "kesra"un grand récipient qui avait servi auparavant pour le moulage du couscous.le "bestel", un feuilleté farçi à la viande de mouton ou de veau sera servi ce soir là (notons que les familles juives algériennes ne consomment que la viande d'un animal égorgé et qu'ils ne doivent l'acheter que chez un boucher rituel, "le shohet", lui même devant être de la même confrérie religieuse). L'enfant portera toujours son amulette (chemira) jusqu'à la fin de ses jours.il sera habillé d'une longue tunique à tissu léger la "gandoura" ou d'un châle de prière le "taleth"et sera tatoué par du "hanna". Il lira à l'assistance des prières contenu dans un livre (mahzor) et expliquera les sens par une "midrach" ou commentaire des sens cachés dans la bible hébraique. La fête se terminera par un bain rituel que les juifs algériens nomment le"mikbé". Jalouses de leur identité religieuse, les communautés juives berbères d'algérie prennent soin des textes écrits en hebreux qu'elles conservent dans des dépôts ou "guenizah".
    RACHID YAHOU

    1 Commentaire(s) - id : 9
    Andreea Baciu (théatre)
    Ressource associée

    Andreea Baciu (théatre) : Une artiste pleine d'entrain-(RACHID YAHOU)    Qui est Andreea Baciu? une artiste pleine de talent qui a bien voulu répondre à nos questions.


    1.Présentez-vous à nos lecteurs
    1.C'est un immense plaisir d'avoir l'opportunite de vous dire quelques mots de moi. Je m'appelle Andreea Baciu et j'ai 18 ans. Je suis celibataire et je dois rester aussi plus quelques annees parce que je pense qu'une mariage c'est un des plus importantes decisions de notre vie. Donc, nous devons faire tout au moment opportun. Je suis une personne tres sociable et j'ai le coeur ouvert aux tresors de cet monde si special. Pour ca, ma devise est: "Lumiere, Amour, Vie". Je suis speciale par moi meme seulement parce que je suis une etre humaine. Je suis actrice dans le troupe du theatre 'Catharsis' Bucharest, Roumanie(le pays dans lequel j'habite). Je voudrais etre etudiante dans le cadre d'Universite de Communication et Relations Publics.(advertising). J'aime la literature classique. J'adore la nature (en special la nature humain).Discutir avec les personnes etrangeres me plait beaucoup parce que c'est une chance de decouvrir des nouveaux caracteres et tres fortes personnalitees.Je pense que j'ai beaucoup d'apprendre des autres.
    2.Pourquoi avoir choisi cette discipline ?
    2.Cet domain d'activite c'est, pour moi, un mode de donner a vous tous une part de moi meme. Je pence que l'image c'est tres importante parce que c'est pas seulement une simple forme de la realite; c'est quelque chose tres special dans lequel je me retrouve dans beaucoup de facons. C'est un mode de m'exprimer moi meme par ma personnalite. Cet domain c'est, maintenant, mon present et je veux lutter pour donner lui la vrai valeur. Je veux travailler beaucoup pour devenir professionnele parce que je crois en moi et je pense que j'ai beaucoup pour offrir.
    3.Pouvez-vous nous retraçer votre parcours ?
    3.Dans ce qui concerne mon parcours, je dois vous avoue que je n'ai beaucoup d'experience, mais quand j'ai eu une opportunite, j'ai donne tout ce qui etait en moi. J'ai poser pour un photograph professionnel et j'ai gagne beaucoup d'experience. Dans le premier moment j'ai senti que j'atait nee pour ca. Maintenant je veux collabore avec un autre photograph. Je suis ouverte pour representer differents produits.
    4.Comment jugez-vous votre ou vos productions ?
    4.Toujours sera difficile pour moi de parler du resultat de mon travail. Je sais que toujours peut etre mieux. Je dois vous avoue que je cherche dans moi meme la perfection quoique je ne crois pas dans cet ideal.Mais c'est une perspective qui donne une motivasion pour etre serieuse qand je travaille. Je ne peux pas etre ipocrite et dire "non, c'est mal", mais la beaute depende d'esprit, de la personnalite que j'ai dans le respective moment.
    5.Votre avis sur l'état actuel de la discipline que vous avez choisi.
    5.Hm... je ne sais pas si je peux dire "un avis", mais c'est un point tres important dans ma vie parce que d'ici commence une ligne verticale, horizontale ou un autre point. J'espere que ca sera une ligne verticale et je suis sure que dans l'avenir je decouvrirai le tresor de cet tres beau monde.
    6.Avez-vous des projets ?
    6.Oui, j'ai quelques projets. Je veux poser et faire differentes spots publicitaires. Dans le monde du theatre, je veux continuer a jouer parce que j'adore le spectacle. Je voudrais jouer dans quelques films et realiser, dans l'avenir, mon propre film. Je veux aussi etre impliquer dans les associations humanitaires parce que l'humanite doit progreser et nous(moi) ne devons (dois)pas rester impassibles.
    7.Comment avez-vous débuté ?
    7.J'ai debute faisant la premiere photo.
    8.Les motivations qui vous y ont poussé ?
    8.L'amour pour l'art.
    9.Avez-vous été aidée si oui par qui ?
    9.Oui, bien sure. Personne peut faire quelque chose sans etre aidee. J'ai ete aider par Dieu, en special; et par quelques personnes tres specials de ma vie; et par moi meme.
    10.Un bon souvenir ?
    10.Un bon souvenir... faire ce qui j'aime c'est un merveilleu souvenir.
    11.Un mauvais souvenir ?
    11.Les mauvais souvenirs sont oublies bientot. Donc... je ne me souviens rien mauvais.
    12.Des conseils à prodiguer ?
    12.Je peux dire seulement ca: Donne l'amour et garde la dignite.
    12.Des conseils à prodiguer ?
    13.Etes-vous optimiste ? si oui pourquoi ?
    13.L'optimisme c'est la source de mon avenir... et je crois dans mon avenir. Pour le present, "La vie en rose"... (quoique j'aime le noir...c'est plus discrete)
    14.Rencontrez-vous des problèmes finançiers ou autres ?
    present, "La vie en rose"... (quoique j'aime le noir...c'est plus discrete) :)
    14.Oui. Je pense que c'est un geste de maturite et de sincerite avec moi meme. Je suis d'accord etre aider qand j'ai besoin d'aide. C'est normal et je ne vois pas une humiliation parce que l'aide est retourner.
    15.Vos représentations ?
    15.Mes representations? Hm... C'est une question retorique.
    16.L'origine de votre réussite.
    16.La vie aussi comme est elle.
    17.Le mot de la fin
    17.Je suis heureuse que j'avais l'ocasion de dire quelques mots a vous dans un journal.

    RACHID YAHOU

     

    1 Commentaire(s) - id : 10
    Créa : Reivax
    Administration du blog - Signaler un abus - PlaneteAfrique Espaces perso - 2014